Le dolmen de Guadalperal, situé sur le territoire de la commune de Peraleda de la Mata, dans la province de Cáceres, en Estrémadure (photographie : Hoy Navalmoral)

C’est un phénomène récurrent lors des grandes périodes de sécheresse, comme celle que connaît l’Espagne durant cet été 2019 : l’abaissement du niveau dans les étendues d’eau douce (marais, lacs, barrages, etc.) découvre des monuments ou des paysages inconnus jusqu’alors ou bien oubliés depuis longtemps. C’est le cas sur le territoire de la commune de Peraleda de la Mata, dans la province de Cáceres (Estrémadure), où l’assèchement partiel du lac de barrage de Valdecañas a dévoilé le dolmen de Guadalperal.

Mis en eau en 1963, ce lac a en effet recouvert à l’époque ces 140 pierres dressées, vaste ensemble mégalithique daté du IIIe ou du IIe millénaire avant Jésus-Christ. L’association culturelle Raíces de Peraleda (littéralement, « Racines de Peraleda ») demande aujourd’hui que ces dolmens soient transportés dans un lieu sûr avant que le lac ne soit de nouveau à un niveau acceptable en raison de la dégradation des menhirs et de leurs gravures (comme une sculpture de serpent).

Le président régional d’Estrémadure, Guillermo Fernández Vara (Parti socialiste ouvrier espagnol), est aujourd’hui en contact avec cette association pour sauver cet ensemble découvert en 1925 par le prêtre allemand Hugo Obermaier.

Source : https://www.abc.es/sociedad/abci-sequia-deja-descubierto-dolmen-milenario-caceres-201908210154_noticia.html

Une réflexion sur “La sécheresse en Espagne découvre le dolmen de Guadalperal, en Estrémadure

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s