Le site Ekouter.net relaye l’une de mes conférences

L’excellent site Ekouter.net, qui propose des audios de qualité pour s’instruire sur des sujets divers (depuis l’art jusqu’à la psychologie en passant par les relations internationales, la politique ou l’économie), relaye l’une des conférences de votre serviteur sur les défis géopolitiques de l’Espagne, donnée à l’Université réelle de Montpellier en mars 2016 : http://ekouter.net/le-defi-geopolitique-de-l-espagne-avec-nicolas-klein-a-l-universite-reelle-de-montpellier-2613

Je ne saurais trop vous recommander de visiter ce site très fourni et intéressant : http://ekouter.net/pages/index

Les Canaries accueillent un entraînement spatial

dsc04708
Un paysage lunaire sur l’île de Lanzarote (Canaries) avec ses vignobles caractéristiques (photographie : Del racimo al paladar)

Trois cosmonautes de l’Agence spatiale européenne (ESA), dont l’Espagnol Pedro Duque, vont entamer dans les prochains jours la deuxième phase de leur cours de formation astrogéologique in situ. Et après la commune italienne de Bressanone (Trentin-Haut-Adige), c’est le géoparc de Lanzarote, aux Canaries, qui a été choisi en raison de ses paysages très proches de ceux de la planète Mars ou de la Lune.

Ces cours s’inscrivent au sein du projet Pangée et des institutions espagnoles comme l’université Complutense de Madrid ou le Conseil supérieur des Recherches scientifiques y participent également.

Source : http://www.europapress.es/islas-canarias/noticia-agencia-espacial-europea-entrena-pedro-duque-astronautas-lanzarote-20161025112422.html

L’Argentine sera le siège du prochain Congrès international de la Langue espagnole

L’Argentine accueillera en 2019 le huitième Congrès international de la Langue espagnole, suite à une décision prise par l’Institut Cervantes, l’Académie royale de la Langue espagnole et l’Association des Académies de Langue espagnole. C’est concrètement la ville de Córdoba (capitale de la province du même nom peuplée d’un peu plus d’un million d’habitants) qui l’organisera. En 2004, l’Argentine avait déjà eu les faveurs des organisateurs, lesquels avaient choisi la ville de Rosario (province de Santa Fe). Córdoba a été préférée à Arequipa (Pérou) et à Málaga (Espagne).

Organisé tous les trois ans, le Congrès international de la Langue espagnole réunit de nombreux spécialistes et décideurs politiques ; il permet de trouver des points d’accord concernant ce patrimoine commun à plus de 500 millions de locuteurs. Outre Rosario, ce sont les villes de Zacatecas (Mexique), Valladolid (Espagne), Carthagène des Indes (Colombie), Valparaíso (Chili), Panamá et San Juan (Porto Rico) qui l’ont déjà accueilli. Cette dernière édition, qui se tenait au mois de mars 2016, a pu compter sur la présence de 10 000 participants et de plus de 250 médias venus de dix pays différents.

Source : http://thediplomatinspain.com/argentina-acogera-en-2019-el-congreso-internacional-de-la-lengua-espanola/

Un Talgo reliera bientôt Moscou à Berlin

talgo
L’un des trains à grande vitesse de l’entreprise espagnole Talgo (photographie : Eadic)

C’est le 17 décembre prochain qu’un train du fabricant ferroviaire espagnol Talgo partira de la gare moscovite de Koursk pour rallier la capitale allemande – la ligne germanique étant inaugurée le lendemain. La compagnie ferroviaire russe (RZD) a déjà mis en vente les billets pour les premiers voyages, qui seront plus courts grâce à la technologie de changement d’écartement des boggies que maîtrise parfaitement l’Espagne depuis de nombreuses décennies. La largeur des voies entre les pays d’Europe occidentale et la Russie est en effet différente, tout comme l’est celle entre la péninsule Ibérique et le reste de l’Europe.

C’est cette expérience quasi unique dans le monde qui a permis à la firme espagnole de remporter le contrat, comme l’a confirmé le directeur de Talgo pour la Russie, Guillermo Martínez. L’opération de changement d’écartement, qui doit durer 20 minutes, sera effectuée à Brest, à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. La distance entre les deux capitales pourra donc être couverte en 20 heures et 14 minutes – 5 heures de moins qu’à l’heure actuelle. Rappelons qu’il s’agit du deuxième train Talgo qui circulera en Russie, après celui qui réalise actuellement le trajet entre Moscou et Nijni-Novgorod.

Source : http://www.abc.es/economia/abci-tren-talgo-unira-moscu-berlin-partir-diciembre-201610290356_noticia.html?ns_campaign=gs_ms&ns_linkname=boton&ns_source=fb&ns_mchannel=abc-es

La Fête du Cinéma bat de nouveaux records en Espagne

Comme chaque année, au moins d’octobre, différents organismes culturels espagnols – comme la FAPAE (Fédération des Associations de Producteurs audiovisuels espagnols), la FEDICINE (Fédération des Distributeurs cinématographiques), la FECE (Fédération des Cinémas d’Espagne) et l’ICAA (Institut de la Cinématographie et des Arts audiovisuels) – proposaient plusieurs jours exceptionnels dans de nombreux cinémas du pays pour la onzième édition de la Fête du Cinéma (« Fiesta del Cine »).

Plusieurs réductions étaient ainsi accordées aux spectateurs, qui se sont rués en masse dans les salles obscures et ont battu des records. Ils étaient en effet près de 2,6 millions cette année (28 % de plus que pour l’édition de 2015). 363 établissements comprenant en tout 3 057 salles ont participé à cette fête, avec deux films espagnols en tête : Quelques minutes après minuit (film fantastique) et Ocho apellidos vascos (célèbre comédie).

Source : http://www.elimparcial.es/noticia/171016/cultura/nuevo-record-de-asistencia-en-la-fiesta-del-cine-con-sabor-espanol.html

Les pays ibéro-américains soutiennent l’Espagne concernant Gibraltar

Réunis à Carthagène des Indes (Colombie) dans le cadre du vingt-cinquième sommet ibéro-américain, les dirigeants et représentants des vingt-deux pays concernés ont signé un communiqué de presse dans lequel ils demandent solennellement au Royaume-Uni de s’assoir à la table des négociations pour discuter avec l’Espagne de l’avenir de Gibraltar, colonie britannique en péninsule Ibérique. Ce sont concrètement les ministres des Affaires étrangères des pays hispanophones et lusophones d’Amérique ainsi que d’Espagne, du Portugal et d’Andorre qui ont officiellement rendu public ce document. Ils y défendent notamment la formule de co-souveraineté sur le Rocher, proposée par Madrid, afin de parvenir à un règlement du problème.

C’est la première fois que les pays ibéro-américains se prononcent aussi clairement en la matière, sachant que le contentieux entre Londres et Buenos Aires concernant les îles Malouines n’est sans doute pas étranger à la question.

Source : https://okdiario.com/espana/2016/10/28/paises-representados-cumbre-iberoamericana-apoyan-cosoberania-espanola-gibraltar-490403

Mariano Rajoy reconduit dans son poste de président du gouvernement

C’est dans une ambiance électrique que l’actuel président du gouvernement espagnol en fonction, Mariano Rajoy (Parti populaire), a été reconduit au palais de La Moncloa pour une durée maximale de quatre ans ce samedi 29 octobre. Entre les invectives des nationalistes catalans, les rodomontades de Pablo Iglesias et la manifestation censée encercler le Congrès des députés et menée par l’un de ces députés, Alberto Garzón (Gauche unie), le chef des conservateurs a pu compter sur un scénario que tous connaissaient déjà : un second tour de scrutin au cours duquel il a recueilli plus de voix en sa faveur (170) que contre lui (111). Il a en effet bénéficié de 68 abstentions, provenant majoritairement du Parti socialiste ouvrier espagnol, et seuls 15 députés sociaux-démocrates (dont 7 issus des rangs du Parti des Socialistes catalans) ont rompu la discipline de vote.

Il va désormais lui falloir gouverner en minorité, dans des conditions difficiles et face à un Congrès divisé et hostile. La présidente de la chambre basse, Ana Pastor, communiquera formellement à Philippe VI, de retour de Colombie, le résultat de ce scrutin interne. Mariano Rajoy annoncera la composition officielle de son gouvernement le jeudi 3 novembre et ce dernier prêtera serment au palais de la Zarzuela, en présence du monarque, le vendredi 4. Le président lui-même devrait prêter serment sur la Constitution le lundi 31 octobre.

Le président du gouvernement devra donc lutter quotidiennement pour faire passer de nouvelles lois (et approuver le budget national), même s’il semble désormais acquis qu’il se résoudra à demander une nouvelle dissolution des Cortes en cas d’instabilité parlementaire manifeste. La Constitution de 1978, par son article 115 (alinéa 3), établit dans tous les cas que cette dissolution ne pourra survenir moins d’un an après la précédente. En d’autres termes, si dissolution il doit y avoir, elle n’interviendra qu’après le 3 mai.

Le plus dur reste à venir…

Sources : http://www.abc.es/espana/abci-rajoy-advierte-no-esta-dispuesto-derribar-construido-liquidar-reformas-201610291857_noticia.html, http://www.abc.es/espana/abci-rajoy-anunciara-jueves-nuevo-gobierno-jurara-viernes-201610292051_noticia.html, http://www.abc.es/espana/abci-estos-quince-diputados-psoe-votado-no-rajoy-201610292020_noticia.html et http://www.abc.es/espana/abci-rajoy-no-podra-convocar-elecciones-hasta-3-mayo-201610292026_noticia.html

Comment mieux profiter du train Yiwu-Madrid ?

ruta_seda_ferroviaria
Le parcours de la ligne ferroviaire Yiwu-Madrid dans le cadre de la Nouvelle Route de la Soie (image : Chambre de Commerce de l’Espagne en Biélorussie et Francisco José Moya)

C’est, avec 13 000 kilomètres parcourus au travers de huit pays différents, le plus long parcours ferroviaire au monde : le train Yiwu-Madrid relie à intervalles réguliers cette ville chinoise de plus d’un million d’habitants, considérée comme le plus gros marché au monde pour les petites marchandises, à la capitale espagnole. Il a transporté jusqu’à présent 6 000 conteneurs entre l’Empire du Milieu et notre voisin pyrénéen. Sur ces 6 000 boîtes métalliques, 5 600 contenaient des produits exportés depuis la province du Zhejiang… et à peine 400 des produits exportés depuis Madrid, soit un rapport d’un à quinze. C’est pour tenter de mieux arrimer l’Espagne à cet axe de communication (qui est amené à se renforcer dans le cadre de la « Nouvelle Route de la Soie ») que l’Institut royal Elcano a récemment organisé un séminaire intitulé « L’Espagne et la Nouvelle Route de la Soie – Comment profiter du train Madrid-Yiwu ? »

Il faut dire que le monde économique et entrepreneurial espagnol connaît encore très mal cette possibilité d’exportation, mais aussi que certains facteurs (comme le temps de trajet, qui oscille entre 17 et 19 jours au total, ou les tensions entre pays traversés) n’aident pas à améliorer l’image de la ligne Yiwu-Madrid. Pourtant, cette option présente certains avantages sur l’exportation par navires et un géant du textile comme Inditex (qui possède par exemple la marque Zara) pense à terme emprunter ce trajet.

Source : http://www.abc.es/economia/abci-potencial-mercado-chino-viaje-tren-201610252135_noticia.html

L’Espagne n’a-t-elle pas une politique étrangère trop modeste ?

Mes lecteurs habituels et ceux qui connaissent mes articles de fond le savent déjà : je m’intéresse de près à la politique étrangère de l’Espagne, notamment à ses possibilités et à ses limites. Le site Carnegie Europe s’est récemment penché sur la question à son tour, à la faveur de la future constitution d’un nouveau gouvernement présidé par Mariano Rajoy, et a interrogé cinq spécialistes de la question (Francisco de Borja Lasheras, Laia Mestres, Charles Powell, Giles Tremlett et Paweł Zerka). Leur constat est sans appel : l’Espagne « boxe » en la matière largement en-dessous de sa catégorie et n’a pas de réelle stratégie de politique étrangère.

Parmi les facteurs qui expliquent ce phénomène, la crise économique et l’instabilité politique qu’a dû subir l’Espagne dernièrement sont pointées du doigt par tous les analystes. L’européisme béat des dirigeants espagnols est aussi dénoncé ou critiqué en filigrane mais c’est également leur attitude en retrait des grands débats (Brexit, crise des migrants) ou des réunions internationales qui pèche. Le séparatisme catalan suppose encore un boulet pour la diplomatie espagnole, qui est généralement moins bien traitée à Bruxelles car notre voisin pyrénéen fait partie pour nos chères élites communautaires du fameux « Club Med ». Par ailleurs, l’Espagne a de nombreux partenaires, notamment au sein de l’Union européenne, mais aucun allié. Son modèle politique et économique (qui n’est par exemple ni aussi libéral que celui du Royaume-Uni, ni aussi étatiste que celui de la France) l’isole profondément, de même que la conjoncture internationale.

Source : http://carnegieeurope.eu/strategiceurope/64953

Les difficultés de la construction du « TGV des pèlerins »

Les entreprises espagnoles étaient à la fête en 2011, lorsque l’Arabie saoudite a confirmé que Madrid sortait gagnante de l’appel d’offres du « TGV des pèlerins » face à Paris. Cette ligne à grande vitesse doit notamment relier La Mecque à Médine et suppose le plus gros contrat ferroviaire de l’histoire. Aux côtés de deux firmes saoudiennes (Al Rosan et Al Shoula), douze entreprises espagnoles sont concernées par la mise en place de cette infrastructure titanesque : Adif, Cobra, Consultrans, Copasa, Dimetronic, Imathia, Inabensa, Ineco, Indra, OHL Internacional, Renfe et Talgo.

Mais les difficultés inhérentes à ce projet sont énormes, notamment parce que les autorités saoudiennes sont très impatientes (voire voraces) et que les problèmes techniques sont considérables dans une région désertique, venteuse et sablonneuse. Les responsables espagnols (souvent soutenus par le roi lui-même) ont donc dû demander des délais supplémentaires (qu’ils ont obtenus) pour mener à bien un projet constamment menacé par les sables : d’abord 14 mois, puis 24 mois. Le projet devrait donc aboutir, si tout se passe bien, en 2019.

Source : http://www.abc.es/economia/abci-arabia-saudi-muestra-abierta-mas-tiempo-consorcio-espanol-meca-201610261252_noticia.html