La Garde civile espagnole met la main sur un buste d’empereur romain qui allait être vendu

Le buste de l’empereur Hadrien retrouvé par la Garde civile espagnole (photographie : ABC)

En ce mois de juillet 2019, la Garde civile (équivalent espagnol de la gendarmerie française) a localisé et confisqué un buste antique représentant l’empereur romain Hadrien (117-138), qui était détenu illégalement par un particulier résidant dans la commune d’El Rubio, dans la province de Séville (Andalousie).

Ce particulier voulait vendre la sculpture pour une somme avoisinant les 500 000 euros, bien que cette pièce archéologique soit d’une valeur artistique et historique inestimable. L’empereur Hadrien est né vers 76 dans la ville antique d’Itálica, aujourd’hui située sur le territoire de la commune de Santiponce, dans la province de Séville. La pièce qui le représente doit être examinée par le Département régional andalou.

Source : https://www.abc.es/cultura/arte/abci-guardia-civil-recupera-valiosisimo-busto-emperador-adriano-siglo-201907151705_noticia.html

Publicités

Décès de l’historienne espagnole Balbina Martínez Caviró à l’âge de 93 ans

L’historienne espagnole Balbina Martínez Caviró (photographie : La Tribuna de Toledo)

L’Académie royale des Beaux-Arts et Sciences historiques de Tolède (Castille-La Manche) a annoncé ce jeudi 4 juillet 2019 le décès à Madrid de l’historienne et professeur espagnole Balbina Martínez Caviró à l’âge de 93 ans. Née à Tolède en 1926, elle était spécialiste de l’art mudéjar (art des royaumes chrétiens ibériques du Moyen Âge qui incorporait des éléments d’origine musulmane), de la céramique et de sa ville natale.

En 1990, elle fait publier aux éditions El Viso l’ouvrage Los conventos de Toledo (littéralement, Les Couvents de Tolède), devenu un classique dans le domaine. Diplômée en droit et en histoire de l’Université Complutense de Madrid, elle était membre correspondant de l’Académie des Beaux-Arts et Sciences historiques de Tolède depuis 1975 et avait été distinguée en 2016 pour son travail sur les lignages nobiliaires de la ville.

Source : https://www.abc.es/espana/castilla-la-mancha/toledo/ciudad/abci-muere-academica-toledana-balbina-martinez-caviro-201907042004_noticia.html

Décès du célèbre chef d’entreprise espagnol José Lladró à l’âge de 91 ans

L’entrepreneur espagnol José Lladró (photographie : Santiago Carreguí et El País)

L’on apprenait ce lundi 17 juin 2019 le décès de l’entrepreneur espagnol José Lladró Dolz à l’âge de 91 ans, qui était né à Almácera, dans la province de Valence (Communauté de Valence), le 3 janvier 1928. C’est en 1953 qu’il fonde, aux côtés de ses frères Juan et Vicente, l’entreprise de porcelaine décorative Lladró, qui va devenir célèbre au niveau national. De fait, ses produits de luxe ont séduit des millions d’acheteurs dans le monde entier, notamment à Londres (Royaume-Uni) mais également à New York et Los Angeles (États-Unis d’Amérique).

C’est justement à New York qu’il a inauguré en 1988 le musée Lladró, destiné à exposer ses pièces uniques et remarquables. Il publie en 2002 son autobiographie, intitulée Pasajero de la vida (littéralement, Passager de la vie), après avoir fait éditer divers ouvrages comme El legado de los Lladró (littéralement, L’Héritage des Lladró) et Luces y sombras (littéralement, Lumières et ombres). C’est en 2003 que la deuxième génération a pris les commandes de la compagnie familiale.

Source : https://elpais.com/economia/2019/06/17/actualidad/1560763303_643120.html

Le Musée de la Reine-Sophie reste en 2018 le musée le plus visité d’Espagne

Une cour à l’intérieur du musée de la Reine-Sophie, à Madrid (photographie : musée de la Reine-Sophie)

Selon un rapport élaboré par la fondation AECOM et rendu public ce mercredi 12 juin 2019, le musée du Louvre, à Paris (France), a maintenu en 2018 son rang de musée le plus visité au monde avec un record de 10,2 millions d’entrées, devant le Musée national de Chine, à Pékin. L’année dernière, les musées espagnols ont, de leur côté, battu leur record de fréquentation avec 12 millions de visiteurs et le musée de la Reine-Sophie, à Madrid, est resté le plus visité (près de 3,9 millions d’entrées).

Il a cependant reculé d’une place dans le classement européen en occupant le neuvième position. Au niveau mondial, il s’agit du dix-septième musée le plus visité. Le musée du Prado, quant à lui, est treizième en Europe et a été près d’atteindre les 3 millions d’entrées – en nette amélioration par rapport à 2017. L’exposition temporaire sur le peintre néerlandais Jérôme Bosch (1450-1516) y est pour beaucoup dans cette amélioration.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/06/12/actualidad/1560333217_731122.html?id_externo_rsoc=TW_CM_CUL

La villa romaine de Noheda, en Castille-La Manche, ouvrira bientôt ses portes au public

L’archéologue espagnol Miguel Ángel Valero pulvérise de l’eau déionisée sur une mosaïque romaine représentant une pantomime (photographie : R. G. et El País)

Située sur le territoire de la commune de Villar de Domingo García, dans la province de Cuenca (Castille-La Manche), la villa romaine de Noheda appartenait à un très riche négociant qui importait du vin depuis l’actuelle Syrie au IVe siècle de notre ère. Le site archéologique est aujourd’hui étudié et mis au jour sur la direction de l’archéologue espagnol Miguel Ángel Valero, professeur d’histoire antique à l’Université de Castille-La Manche. Le nom de ce riche propriétaire, dont la villa s’étendait sur 10 hectares, est encore inconnu des chercheurs.

Le maire de Villar de Domingo García, Javier Parrilla (Parti populaire), va faire ouvrir ce site au public à l’occasion de la campagne de fouilles de l’été, qui doit débuter sous peu. La villa de Noheda recèle de très nombreuses pièces de marbre ainsi que la plus vaste mosaïque figurative romaine au monde. C’est il y a dix ans environ qu’un tracteur a par hasard buté sur une surface dure dans la zone appelée Le Terrain de Pierre (El Pedregal) ou encore La Côte des Forgerons (La Cuesta de los Herreros), permettant ainsi la découverte de ce site exceptionnel.

Sources : https://elpais.com/elpais/2019/06/07/album/1559898287_089991.html#foto_gal_1 et https://elpais.com/cultura/2019/06/05/actualidad/1559733602_188909.html

La ville de Gdańsk, lauréate du prix Princesse-des-Asturies 2019 dans la catégorie « Concorde »

Le monument aux morts de la Seconde Guerre mondiale de la ville polonaise de Gdańsk (photographie : AP et La Razón)

Ce jeudi 13 juin 2019, le jury du prix Princesse-des-Asturies, réuni à Oviedo (Principauté des Asturies), a attribué l’édition 2019 de la récompense dans la catégorie « Concorde » à la ville polonaise de Gdańsk, peuplée de 460 000 habitants environ. Placée au bord de la mer Baltique, principal port polonais, Gdańsk est le chef-lieu de la voïvodie de Poméranie.

Il s’agit d’une ville-martyre pour les Polonais, puisqu’elle a été envahie par l’Allemagne nazie dès septembre 1939, au tout début de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945). En 1980, elle a également vu naître le syndicat Solidarité, qui luttait contre les régimes du bloc de l’Est. C’est pour saluer cet esprit de résistance, de reconstruction et de paix que le jury a choisi de la distinguer.

Source : https://www.larazon.es/sociedad/el-princesa-de-la-concordia-distingue-a-la-ciudad-de-gdansk-por-su-lucha-por-la-libertad-JB23774814

Un portrait d’Auguste Rodin est identifié dans un musée madrilène

La miniature qui présente le portrait d’Auguste Rodin en question (photographie : musée Lázaro-Galdiano et ABC)

Pendant longtemps, le musée Lázaro-Galdiano de Madrid a identifié un portrait en miniature au roi Léopold II des Belges (1865-1909), tableau inventorié sous le numéro 3 711. Mais récemment, le designer Luis Pastor, âgé de 39 ans, est parvenu à démontrer qu’il s’agissait en réalité d’un portrait du sculpteur français Auguste Rodin (1840-1917), qui a vécu sensiblement à la même époque et ressemblait beaucoup au monarque.

Passionné par l’artiste français, Pastor a été très étonné, en visitant le musée Lázaro-Galdiano, par le cartel indiquant le nom de Léopold II. C’est grâce à la couleur des yeux du modèle (d’un bleu intense chez Rodin) que Luis Pastor a pu identifier son sculpteur favori. La conservatrice en chef de l’institution, Carmen Espinosa, a fini par faire des recherches et par donner raison au designer originaire de Madrid mais actuellement installé au Luxembourg.

Source : https://www.abc.es/cultura/arte/abci-no-leopoldo-belgica-sino-gran-rodin-201906041618_noticia.html#vca=rrss&vmc=abc-es&vso=tw&vli=cm-cultura

L’Université Complutense de Madrid met en ligne de nombreux clichés de sa reconstruction après la Guerre civile

L’un des accès à l’Université Complutense de Madrid (photographie : Twitter)

L’Université Complutense de Madrid (UCM), principal établissement d’enseignement supérieur de la capitale espagnole et de toute l’Espagne, a mis en ligne le 30 mai 2019 une série de 200 clichés environ qui reflètent la reconstruction de cette vaste cité universitaire dans les années 40-50, au sortir de la Guerre civile (1936-1939). C’est en 2016 que ces négatifs ont été transmis aux Archives générales de l’Université par la Direction nationale des Travaux et de l’Entretien.

Très endommagée durant le conflit, la cité universitaire a vu plusieurs de ses zones reconstruites et consolidées : pavillon du rectorat, École supérieur d’Architecture, faculté de médecine, faculté de pharmacie, faculté d’odontologie, faculté de sciences, faculté de philosophie, hôpital clinique, Collèges majeurs Ximénez-de-Cisneros et Sainte-Thérèse-d’Ávila, pavillon sportif. La numérisation a été rendue possible grâce à plusieurs professeurs de l’UCM : Juan Miguel Sánchez Vigil, María Olivera Zaldua et Antonia Salvador.

Source : https://www.ucm.es/la-complutense-digitaliza-mas-de-200-negativos-fotograficos-que-reflejan-la-reconstruccion-de-la-ciudad-universitaria-de-madrid-tras-la-guerra-civil

Le Musée national de la Sculpture de Valladolid dévoile environ 300 pièces jamais exposées

Une trentaine de sculptures bibliques et de saints exposées au Musée national de la Sculpture de Valladolid (Castille-et-León) – Photographie : Gabriel Villamil et El Norte de Castilla

Situé à Valladolid (Castille-et-León) et dirigé par le Ministère de la Culture et du Sport – dont l’actuel titulaire est José Guirao (Parti socialiste ouvrier espagnol) -, le Musée national de la Sculpture, créé en 1842, est connu pour ses figures religieuses inspirées de la Bible ou de la vie des saints catholiques. Dans le cadre de l’exposition Almacén – El lugar de los invisibles (littéralement, Dépôt – Le lieu des invisibles), l’institution abritée au sein du collège Saint-Grégoire expose désormais au grand public une série de 300 sculptures inédites qu’elle entreposait dans ses magasins.

Ces œuvres d’art étaient conservées dans les sous-sols du palais de Villena et font parties, pour certaines d’entre elles, de sculptures qui ont subi les outrages du temps, de la guerre, des pillages, des naufrages, des ventes de biens ecclésiastiques au XIXe siècle ou encore de la contrebande d’art. L’organisme, dirigé par María Bolaños, s’étend aujourd’hui, outre le collège Saint-Grégoire et le palais de Villena, sur deux autres sites : l’église Saint-Benoît-le-Vieux et la Maison du Soleil (Casa del Sol). Ce dernier est actuellement en travaux afin de permettre une extension supplémentaire du musée.

Source : https://www.elnortedecastilla.es/culturas/museo-nacional-escultura-20190528141543-nt.html#vca=eng-rrss&vcm=amp&vso=elnortedecastilla&vli=tw

Les principaux projets urbains à Madrid pour la prochaine mandature municipale

Une vue d’artiste du futur agrandissement du musée du Prado, à Madrid (photographie : Ecodiario)

Alors que les élections européennes, régionales et municipales espagnoles ont eu lieu il y a une semaine, le dimanche 26 mai 2019, la ville de Madrid, capitale de l’Espagne et principale ville du pays d’un point de vue politique, démographique et économique, est en pleine ébullition avec une série de vastes projets urbains planifiés, en cours ou bientôt terminés. La prochaine mandature municipale sera ainsi marquée par des projets portés par l’État espagnol :

  • le Musée des Collections royales (Museo de Colecciones Reales), situé entre le palais royal d’Orient et la cathédrale Notre-Dame-de-l’Almudena, qui doit être inauguré en janvier 2020 ;
  • l’agrandissement du musée du Prado, principale pinacothèque de Madrid et d’Espagne, dont le budget prévisionnel est de 42 millions d’euros et dont le chantier devrait être achevé en 2022 si le pouvoir politique suit ;
  • le plan des trains de banlieue (cercanías), qui devrait engager des investissements autour de 5 milliards d’euros ;
  • l’agrandissement du musée Sorolla, qui doit coûter environ 200 000 euros ;
  • l’agrandissement et la modernisation de la gare d’Atocha, qui devrait être terminée en 2023 et coûter 660 millions d’euros ;
  • et le plan directeur de l’aéroport Adolfo-Suárez de Madrid-Barajas (2019-2026).

De son côté, la Communauté de Madrid devra gérer les transformations suivantes :

  • l’agrandissement de la ligne 11 du métro, qui devra relier la station de Place-Elliptique à celle de Comte-de-Casal d’ici à 2023 ;
  • l’agrandissement de l’Hôpital universitaire de La Paix, qui deviendra le plus haut de toute l’Espagne avec 20 étages.

Enfin, la municipalité sera en charge des projets que voici :

  • la rénovation et la refonte de la place d’Espagne, qui a débuté en mai 2019 et devrait être achevée en 2020 pour environ 62 millions d’euros ;
  • le campus associatif du parc de la Maison-de-Campagne (Casa de Campo), qui sera réalisé entre 2019 et 2020 et servira à la formation et à la détente des étudiants ;
  • la réfection du mythique Pavillon des Hexagones (Pabellón de los Hexágonos), qui doit débuter en juin 2019 et durer un an ;
  • la réfection de onze places madrilènes dans les quartiers et arrondissements de Tétouan, Barajas, Carabanchel, de la Cité linéaire, Fuencarral-El Pardo, Hortaleza, Latina, Moratalaz, Pont-de-Vallecas, San Blas-Canillejas et Villaverde ;
  • l’agrandissement du centre des congrès et expositions d’IFEMA.

Notons également plusieurs projets urbanistiques portés par des acteurs privés :

  • l’opération Chamartín, qui doit recevoir une dernière approbation du conseil municipal de Madrid et consistera en une vaste modernisation de la gare de Chamartín (deuxième gare la plus importante de la capitale et de toute l’Espagne) et des alentours ;
  • l’aéroport Madrid-Sud, dans la province de Tolède (Castille-La Manche) ;
  • la tour Caleido, qui sera terminée en 2020 ;
  • le complexe hôtelier Canalejas, qui ouvrira à la fin de l’année 2019 ;
  • la démolition de Vicente-Calderón, ancien stade de l’Atlético Madrid, qui laissera la place à des logements et des parcs ;
  • la rénovation de l’hôtel Ritz, établissement mythique et luxueux qui rouvrira à la fin de l’année 2019 ;
  • l’hôtel Riu, première étape de la rénovation de l’édifice Espagne, sur la place d’Espagne ;
  • toute une série d’autres hôtels (environ une douzaine), dont le Marriott Edition de la place des Carmélites-Déchaussées ;
  • le nouveau stade Santiago-Bernabéu, antre du Real Madrid.

Source : https://twitter.com/MadridMetropol1/status/1132652528213090309