Des objets retrouvés à Burguete démontrent la romanisation des Pyrénées navarraises

Un anneau romain représentant la déesse Fortuna, retrouvé à Burguete, en Navarre (photographie : EFE et ABC)

Situé sur le territoire de la commune de Burguete (Navarre), le site archéologique de Zaldua est creusé et exploré depuis huit ans par des archéologues dépêchés sur place par la Société des Sciences Aranzadi et le Musée archéologique de Londres (Royaume-Uni), sous la supervision de la Section des Registres, Biens meubles et Archéologie du gouvernement régional, aujourd’hui dirigé par María Chivite (Parti socialiste ouvrier espagnol). Ces fouilles démontrent que les Pyrénées navarraises ont été largement romanisées, bien plus que ce que l’on croyait jusqu’alors, car l’on y a découvert un vaste complexe thermal romain.

Plusieurs objets de valeur ont été mis au jour par les scientifiques qui travaillent à Burguete, comme un anneau en or représentant la déesse romaine Fortuna, qui symbolisait la fécondité ; des amulettes en bronze, dont certaines ont des formes phalliques ; une lunule de bronze ; un dé dans le même alliage ; des pions venant de divers jeux de plateau ; et même des lucernes, sortes de lanternes antiques fonctionnant à l’huile. Notons également de nombreuses pièces de monnaie, objet courant dans les sites archéologique et dont les informations sont toujours précieuses.

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-objetos-hallados-excavaciones-burguete-demuestran-romanizacion-pirineo-navarro-201912101233_noticia.html#vca=rrss-inducido&vmc=abc-es&vso=tw&vli=noticia-foto

Plusieurs expositions artistiques sont organisées autour de l'exil républicain espagnol

Le tableau « Sur le chemin de l’exil » (1940), du peintre espagnol Josep Franch-Clapers (photographie : Archives nationales de Catalogne et Fonds Josep Franch-Clapers)

Dans le cadre de la Retirada (premiers mois de l’année 1939), près de 500 000 Espagnols appartenant au camp républicain ont fui l’Espagne, d’abord vers la France, alors que la Guerre civile (1936-1939) touchait à sa fin. Cet exil s’est ensuite réparti dans le reste de l’Europe occidentale, en URSS, au Mexique, en Argentine, au Chili ou encore à Cuba. À l’occasion des 80 ans de cet événement majeur, plusieurs expositions artistiques sont organisées en Espagne, notamment dans l’espace Arquería (littéralement, « Arcature ») de la zone des Nouveaux Ministères (Nuevos Ministerios), à Madrid.

Intitulée 1939: exilio republicano español (littéralement, « 1939 : exil républicain espagnol »), cette exposition a Juan Manuel Bonet, ancien directeur de l’Institut Cervantes, pour commissaire. Elle retrace l’histoire de ces Espagnols déracinés et disséminés aux quatre coins du globe de 1939 jusqu’au retour du tableau Guernica, du peintre espagnol Pablo Picasso, en Espagne, en 1981. Elle regroupe des objets historiques, des documents, des photographies, des peintures, des sculptures, des films, du matériel radiophonique, des enregistrements, des affiches et de nombreux livres.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/12/04/actualidad/1575486410_405459.html

Le Ministère espagnol de l'Équipement lance les travaux de la future Fondation ENAIRE d'Art contemporain

Le futur siège de la Collection ENAIRE d’Art contemporain, dans la zone des Nouveaux Ministères, à Madrid (photographie : Gacetín Madrid)

Ce mardi 3 décembre 2019, le Ministère espagnol de l’Équipement, aujourd’hui dirigé par José Luis Ábalos (Parti socialiste ouvrier espagnol), a officiellement lancé les travaux de rénovation et de conditionnement de l’espace Arquería (littéralement, « Arcature »), qui se trouve dans la zone des Nouveaux Ministère (Nuevos Ministerios), à Madrid. Ce lieu devra accueillir dès 2021 la collection de la Fondation ENAIRE d’Art contemporain (Fundación ENAIRE de Arte Contemporáneo), en pleine avenue de la Castillane.

Cet ensemble d’œuvres d’art tire son nom de la firme publique ENAIRE, maison-mère d’AENA, sise à Madrid, qui gère le trafic aérien et les aéroports d’Espagne et du Sahara occidental (territoire disputé du Maroc). L’espace Arquería, dont la réhabilitation devrait coûter un peu plus de 2,6 millions d’euros, permettra d’accueillir tableaux, sculptures et installations sur une superficie totale de 2 800 mètres carrés et il sera pensé par le cabinet espagnol Frade Arquitectos.

Source : https://gacetinmadrid.com/2019/12/03/fomento-licita-las-obras-en-la-arqueria-de-nuevos-ministerios-futura-sede-permanente-de-la-coleccion-enaire-de-arte-contemporaneo/

La ville espagnole de Málaga veut accueillir l'Exposition universelle de 2027

L’accès principal du Centre Pompidou-Málaga (Andalousie), antenne du célèbre musée français, lors de son inauguration, en 2015 (photographie : EFE et El Confidencial)

À l’origine, le maire de Málaga (Andalousie), Francisco de la Torre (Parti populaire), avait projeté de déposer la candidature de la ville pour 2023 mais c’est désormais la date de 2027 qui a ses faveurs. La deuxième ville la plus peuplée de la communauté autonome (570 000 habitants environ) est ainsi entrée en contact avec les autorités du Bureau international des Expositions (BIE), sis à Paris (France), près de onze ans après que Francisco de la Torre a formulé ce projet.

Au début du mois de décembre 2019, des experts de cet organisme ont fait le déplacement dans ce qui est devenu la capitale économique de l’Andalousie. Plusieurs expositions d’ampleur mondiale ont été organisées en Espagne au cours de l’histoire : l’Exposition internationale et américaine de 1881, à Madrid ; l’Exposition maritime internationale de 1887, à Cadix (Andalousie) ; l’Exposition universelle de 1888, à Barcelone (Catalogne) ; l’Exposition historique et américaine de 1892, à Madrid ; l’Exposition hispano-française de 1908, à Saragosse (Aragon) ; l’Exposition régionale de 1909, à Valence (Communauté de Valence) ; l’Exposition régionale de 1910, à Palma de Majorque (îles Baléares) ; l’Exposition universelle de 1929, à Barcelone, et l’Exposition ibéro-américaine de la même année, à Séville (Andalousie) ; l’Exposition universelle de 1992, à Séville ; le Forum universel des Cultures de 2004, à Barcelone ; et l’Exposition internationale de 2008, à Saragosse.

Sur le thème « L’ère urbaine : vers une ville durable », l’Exposition universelle de 2027 pourrait, si la ville de Málaga est finalement sélectionnée par le BIE, se tenir près de l’Aéroport de Málaga-Costa del Sol et du Parc technologique de l’Andalousie (Parque Tecnológico de Andalucía, PTA), dans la zone de Buenavista, en plein arrondissement de Campanillas. L’emplacement prévu par la municipalité de Málaga pour organiser cet événement planétaire s’étend sur une surface de 800 000 mètres carrés.

Source : https://www.elconfidencial.com/espana/andalucia/2019-12-01/malaga-exposicion-internacional-2027_2357579/

Sept casques celtibères volés à l'Espagne lui sont restitués

Une vue de la commune d’Aranda de Moncayo, située dans la province de Saragosse, en Aragon (photographie : Wikipedia)

Ce mercredi 4 décembre 2019 a eu lieu au siège de l’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO), à Paris (France), une cérémonie de restitution à l’Espagne de sept casques de l’époque celtibère provenant du site archéologique d’Aranda de Moncayo, situé dans la province de Saragosse (Aragon). Ils ont pu être récupérés après une longue procédure judiciaire auprès du Musée d’Art classique de Mougins, commune des Alpes-Maritimes.

Étaient présents pour la cérémonie, entre autres personnalités, le président régional aragonais, Javier Lambán (Parti socialiste ouvrier espagnol), ainsi que le conseiller régional à la Culture, Felipe Faci (PSOE). C’est en grande partie grâce à l’ambassadeur de l’Espagne auprès de l’UNESCO, Andrés Perelló, que ces trésors historiques, volés il y a plusieurs années aux côtés de milliers d’autres pièces du site d’Aranda de Moncayo, ont pu être retrouvés et redonnés à l’État espagnol via la communauté autonome aragonaise.

Source : https://www.elperiodicodearagon.com/noticias/aragon/espana-recupera-cascos-celtiberos-expoliados-aranda-moncayo-devuelve-aragon_1398107.html

Le prix Velázquez des Arts plastiques est remis à l’artiste chilienne Cecilia Vicuña

L’artiste chilienne Cecilia Vicuña (photographie : ABC)

Créé en 2002 par le Ministère espagnol de la Culture, le prix Velázquez des Arts plastiques (Premio Velázquez de Artes Plásticas) est considéré comme l’un des plus prestigieux dans sa discipline pour le monde hispanophone. Remis tous les ans, il a distingué divers artistes comme les Espagnols Ramón Gaya, Antoni Tàpies et Pablo Palazuelo, les Brésiliens Cildo Meireles et Artur Barrio ou encore le Mexicain Juan Soriano. Cette année, c’est l’artiste chilienne Cecilia Vicuña, née en 1948 à Santiago, qui a été distinguée.

Elle recevra ainsi un chèque de 100 000 euros. Spécialiste d’art conceptuel, elle se lance dans la création artistique dès les années 60 et touche ensuite à diverses disciplines, à l’image du land art. Constamment à l’avant-garde, elle est également célèbre pour ses engagements politiques résolument à gauche – elle se définit elle-même comme une militante éco-féministe. Ses œuvres sont souvent réalisées à base de sculptures, de livres et de gestes de la vie quotidienne.

Source : https://www.abc.es/cultura/arte/abci-cecilia-vicuna-premio-velazquez-artes-plasticas-201911191540_noticia.html

Décès du collectionneur et entrepreneur espagnol Josep Ildefons Suñol à l’âge de 92 ans

Des visiteurs déambulent dans les salles de la Fondation Suñol, à Barcelone, en Catalogne (photographie : Fondation Suñol et El Confidencial)

L’on apprenait ce lundi 11 novembre 2019 le décès à Barcelone (Catalogne), à l’âge de 92 ans, de l’entrepreneur, avocat et collectionneur espagnol Josep Ildefons Suñol Soler, qui était né dans la capitale catalane en 1927. Fils de l’homme politique catalaniste Josep Suñol, il est surtout connu pour avoir mené à bien tout un labeur de mécénat et de collection d’art au long de sa vie.

En 2007, il a créé sur l’avenue de la Grâce, à Barcelone, la fondation qui porte son nom et permet de découvrir quelques-unes des œuvres les plus connues, notamment de l’Américain Andy Warhol (1928-1987), les Espagnols Pablo Picasso (1881-1973), Joan Miró (1893-1983), Salvador Dalí (1904-1989), Pablo Gargallo (1881-1934), Julio González (1876-1942) et Pablo Palazuelo (1915-2007) ou encore le Suisse Alberto Giacometti (1901-1966).

Source : https://www.elconfidencial.com/cultura/2019-11-11/muere-josep-ildefons-sunol_2331691/

Décès de l’artiste espagnol Antonio Dubé de Luque, spécialisé dans les œuvres religieuses, à l’âge de 75 ans

L’artiste espagnol Antonio Dubé de Luque (photographie : Cruces de Pasión)

L’on apprenait ce jeudi 7 novembre 2019 le décès à Séville (Andalousie), à l’âge de 75 ans, de l’artiste espagnol Antonio Joaquín Dubé de Luque, peintre et sculpteur spécialisé dans les œuvres religieuses (imaginero). Né dans la capitale andalouse le 23 décembre 1943, il a suivi l’enseignement de ses illustres devanciers, à l’instar de Juan Miguel Sánchez, Eduardo Acosta ou encore Miguel Pérez Aguilera.

Son œuvre se compose pour l’essentiel de sculptures religieuses sculptées sur bois, généralement exposées au regard des croyants et des badauds lors des processions de la Semaine sainte dans l’ensemble de l’Espagne. Il s’est également illustré par ses dons de peintre, d’affichiste, de designer et de restaurateur.

Source : https://www.diariodesevilla.es/opinion/articulos/Dube-imaginero_0_1408059235.html

Redécouverte d’une pièce d’une grande beauté au sein de la mairie de Madrid

Le Palais des Communications, siège de la mairie de Madrid (photographie : Maya Balanyà et ABC)

C’est à la fin du mois de janvier 2019 qu’ont débuté des travaux au sein du Palais des Communications, bâtiment qui accueille la mairie de Madrid, qui devaient être achevés au mois de juin. Les ouvriers ont cependant redécouvert sur place une salle de 90 mètres carrés de superficie dont la beauté avait été un peu oubliée. Surnommée « salle Gloria-Fuertes », en hommage à cette poétesse madrilène (1917-1998), cette salle se situe derrière l’ancienne chapelle du Palais des Communications.

Elle est notamment ornée de très beaux azulejos (carreaux de faïence décorée typiques de l’art espagnol) posés en 1919. Le projet de réhabilitation originel conçu par l’architecte espagnol Héctor Fernández Elorza a donc dû être modifié afin de transformer cet espace, devenu une remise, en salle polyvalente. C’est en théorie à la fin du mois d’octobre 2019 qu’a dû s’achever ce chantier qui a aussi concerné la cour des Opérations (Patio de Operaciones).

Source : https://www.abc.es/espana/madrid/abci-hallazgo-azulejos-originales-1919-retrasa-obras-palacio-cibeles-201910060039_noticia.html#vca=rrss-inducido&vmc=abc-es&vso=tw&vli=noticia-foto

Une exposition inédite sur l’artiste espagnol Juan Martínez Montañés est organisée à Séville

Le monument à l’artiste espagnol Juan Martínez Montañés situé sur la place du Sauveur de Séville, en Andalousie (photographie : Wikipedia)

Né à Alcalá la Real, dans l’actuelle province de Jaén (Andalousie), en 1568 et décédé à Séville (Andalousie) en 1649, le sculpteur espagnol Juan Martínez Montañés est méconnu en dehors des frontières espagnoles. Pourtant, son influence sur le développement du baroque outre-Pyrénées a été fondamentale et c’est justement pour lui rendre justice qu’une exposition inédite est actuellement organisée dans la capitale andalouse sous le titre Montañés – Maestro de maestros (littéralement, Montañés – Maître des maîtres).

Elle regroupe 47 œuvres de l’artiste ou de ses contemporains, dont le Cristo de la Clemencia (littéralement, Christ de la Clémence) de la cathédrale de Séville ainsi que des huiles sur toile de Francisco Pacheco (1564-1644) et de Francisco Varela (1580-1645). L’objectif est ainsi de montrer l’ascendant que Martínez Montañés a pu avoir sur les peintres et sculpteurs de son époque. L’exposition est parrainée par la conseillère régionale andalouse à la Culture et au Patrimoine historique, Patricia del Pozo (Parti populaire).

Source : https://sevilla.abc.es/cultura/arte/sevi-total-57-piezas-mostraran-sevilla-martinez-montanes-como-maestro-maestros-barroco-201909301420_noticia.html#ns_campaign=amp-rrss-inducido&ns_mchannel=abcdesevilla-es&ns_source=tw&ns_linkname=noticia.video&ns_fee=0