Le premier véhicule autonome espagnol se lancera en 2020 aux Canaries

L’un des volcans du Parc national de Timanfaya, sur l’île de Lanzarote, dans la province de Las Palmas de Grande Canarie (îles Canaries) – Photographie : ABC

Alors que la plupart des grandes marques automobiles de la planète avancent dans leur projet de développement des véhicules sans conducteur, le premier véhicule autonome d’Espagne se lancera en 2020 aux îles Canaries. Le projet, baptisé « Cities Timanfaya », est porté par l’Université Charles-III de Madrid, l’Association espagnole de la Route (Asociación Española de la Carretera, AEC) et l’entreprise 2rk, basée à San Francisco (Californie, États-Unis d’Amérique).

Il porte ce nom car il parcourra le Parc national de Timanfaya, le long de la Route des Volcans (Ruta de los Volcanes). Ce véhicule de dernière génération sera totalement autonome et électrique et présentera des fonctionnalités multimédias. Le prototype du « Cities Timanfaya » est actuellement en cours de test au parc technologique de l’Université Charles-III et permettra de remplacer les autobus au diésel qui circulent actuellement sur l’île. Les chercheur estiment que leur remplacement total devrait permettre d’éviter le rejet de 469 tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère par an.

Source : https://www.abc.es/motor/reportajes/abci-primer-coche-completamente-autonomo-espana-recorrera-ruta-volcanes-canarias-201906170100_noticia.html

Publicités

Plusieurs organismes espagnols tirent la sonnette d’alarme face au possible rachat d’une compagnie-clé par un groupe indien

Un TGV espagnol aux abords d’une gare (photographie : EFE et El Confidencial)

En ce mois de juin 2019, la magistrate en charge de la chambre numéro 8 du Tribunal de Commerce de Madrid, Marta García Fernández, doit résoudre la vente de la compagnie espagnole d’ingénierie Albatros, fondée par la famille Fuster et anciennement connue sous le nom de Sepsa. C’est la firme indienne Medha qui semble la mieux partie, au détriment du repreneur local, Grupo Digital.

Cette perspective de voir un fleuron de l’ingénierie espagnole passer entre des mains étrangères a mis en alerte plusieurs organismes espagnols, dont le syndicat UGT (Union générale des Travailleurs) et l’opérateur ferroviaire national, la RENFE. Sise à Pinto (Communauté de Madrid), l’entreprise Sepsa est un fournisseur de technologie pour le réseau ferré espagnol ainsi que l’un des responsables de son entretien et de sa maintenance.

Les conditions de l’offre de Medha sont jugées peu fiables par Grupo Digital, qui souligne qu’elle n’a pas été présentée en temps et en heure et comprend des risques pour Sepsa, puisqu’elle inclut notamment le licenciement de 80 employés de l’entreprise espagnole. De fait, la proposition de Medha et celle de Grupo Digital sont très différentes dans tous les domaines (continuité de la production, maintien des emplois, injection financière).

Source : https://www.elconfidencial.com/empresas/2019-06-18/renfe-ugt-albatros-medha-sepsa-kawasaki_2075575/

Pedro Sánchez veut changer le nom et la stratégie du Ministère de l’Équipement

La secrétaire d’État espagnole au Transport du Ministère de l’Équipement, María José Rallo (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : Cinco Días

Traditionnellement appelé « Ministère de l’Équipement » (Ministerio de Fomento, dans la langue de Cervantes), ce département aujourd’hui dirigé par José Luis Ábalos (Parti socialiste ouvrier espagnol) devrait prochainement changer de nom. C’est en tout cas le souhait du président du gouvernement, Pedro Sánchez (PSOE), qui veut l’intituler « Ministère du Transport, de la Mobilité et de l’Agenda urbain (Ministerio de Transporte, Movilidad y Agenda Urbana).

Au-delà de la modification de l’intitulé en lui-même, c’est la stratégie globale du département qui devrait être bouleversée. C’est ce qu’a annoncé la secrétaire d’État au Transport, María José Rallo (PSOE), ce vendredi 14 juin 2019 lors d’une réunion officielle avec l’association du transport Astic, à Grenade (Andalousie). L’idée est désormais d’équilibrer davantage les dépenses entre les nouvelles voies de chemin de fer (notamment à grande vitesse) d’un côté et l’entretien des infrastructures existantes (surtout les routes) de l’autre.

De nombreux défis attendent José Luis Ábalos dans les mois à venir, si Pedro Sánchez parvient à conserver son poste de chef de l’exécutif : une loi de financement des infrastructures lourdes ; une solution au conflit entre taxis et VTC ; la libéralisation du transport ferroviaire de passagers à l’horizon 2020 ; la gestion de la sortie du Royaume-Uni hors de l’Union européenne (le Brexit), notamment concernant les compagnies aériennes Iberia et Vueling ; ou encore les progrès en matière de ciel unique européen.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/06/17/companias/1560794621_955336.html

La police espagnole met la main sur un codex médiéval aragonais avant qu’il ne soit vendu

Un détail du codex aragonais retrouvé par la police espagnole (photographie : ABC)

La police espagnole a mis la main, ce lundi 17 juin 2019, sur un précieux codex médiéval aragonais daté du XIVe siècle, qui a appartenu à l’infante Blanche d’Aragon et d’Anjou, l’une des filles du roi Jacques II le Juste (1291-1327), qui faisait partie du monastère de Sijena, dans la province de Huesca. Ce manuscrit a été intercepté par les forces de l’ordre alors qu’un particulier tentait de le vendre illégalement aux Archives historiques provinciales de Huesca.

Selon l’avocat engagé par la commune de Villanueva de Sijena, Jorge Español, c’est justement à cet endroit que l’objet est désormais entreposé sous bonne garde. L’enquête qui a permis de retrouver le manuscrit a été menée quatre mois durant par la Brigade du Patrimoine historique du Commissariat supérieur de Saragosse (Aragon). Il est constitué d’un vélin très fin et est en excellent état de conservation.

Source : https://www.abc.es/espana/aragon/abci-policia-recupera-valioso-codice-sijena-cuando-intentaba-vendido-201906171827_noticia.html

Le musée Thyssen-Bornemisza de Madrid fait dialoguer la peinture et les créations de Cristóbal Balenciaga

L’une des robes du créateur espagnol Cristóbal Balenciaga exposées au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid (photographie : Gonzalo Pérez et La Razón)

Le musée Thyssen-Bornemisza, l’un des plus importants de Madrid, a choisi de mettre sur pied une exposition temporaire qui fait dialoguer durant plusieurs mois les créations du célèbre couturier espagnol Cristóbal Balenciaga (1895-1972) avec les tableaux accrochés sur place. Inaugurée ce lundi 17 juin 2019, l’exposition en question est dirigée par le commissaire Eloy Martínez de la Pera.

Les robes et autres vêtements du créateur né à Guetaria, dans la province de Guipuscoa (Pays basque), et mort à Jávea, dans la province d’Alicante (Communauté de Valence), répondent aux portraits et tableaux de grands maîtres espagnols de l’art pictural comme Le Greco (1541-1614), Diego Velázquez (1599-1660) ou encore Francisco de Goya (1746-1828).

Source : https://www.larazon.es/cultura/el-thyssen-encumbra-el-arte-de-balenciaga-EL23822789

Le président régional catalan se retrouve devant la justice

Le président régional catalan, Joaquim Torra (photographie : EFE et El Confidencial)

Ce vendredi 28 juin 2019, le juge d’instruction du tribunal de Barcelone (Catalogne) a demandé la mise en examen du président régional, Joaquim Torra (dit « Quim » Torra) en raison de faits remontant à la campagne pour les élections générales anticipées du 28 avril dernier. L’Assemblée électorale centrale (Junta Electoral Central), qui est chargée de faire respecter un certain nombre de règles durant les processus électoraux (notamment la neutralité des administrations publiques), n’a en effet pas obtenu en temps et en heure le retrait des liens jaunes (symboles indépendantistes) de la façade du palais de la Généralité, dans la capitale catalane.

Quim Torra a multiplié les arguties afin de différer leur retrait avant de se plier, un peu tard, au respect strict et logique de la neutralité des pouvoirs publics durant les périodes électorales. Il encourt une peine pouvant aller jusqu’à trois ans d’inéligibilité (inhabilitación) en vertu du code pénal espagnol. Le juge d’instruction a donc logiquement demandé sa mise en accusation pour désobéissance, ce qui pourrait également entraîner pour Torra une forte amende.

Source : https://www.elconfidencial.com/espana/2019-06-28/tres-anos-inhabilitado-guerra-lazos-torra_2093274/

Décès de la célèbre guitariste espagnole Laura Almerich à l’âge de 78 ans

La guitariste espagnole Laura Almerich (à droite), en compagnie du chanteur espagnol Lluís Llach (photographie : La Vanguardia)

L’on apprenait ce vendredi 14 juin 2019 le décès de la célèbre guitariste espagnole Laura Almerich Santacreu à l’âge de 78 ans, des suites d’une longue maladie. Née à Barcelone (Catalogne) le 3 juillet 1940, elle a commencé à collaborer avec le fameux chanteur à texte espagnol Lluís Llach en 1969 et ce dernier lui a dédié les chansons Laura et Roses blanques (littéralement, Roses blanches, en catalan).

Membre du quartette Tarragó, elle était l’une des icônes de la nova cançó (littéralement, « nouvelle chanson », en catalan), mouvement musical régional qui naît au milieu des années 50 et s’engage sur la scène politique, notamment contre la dictature de Francisco Franco (1939-1975). Son concert avec Lluís Llach au Camp Nou de Barcelone, en 1985, est resté célèbre.

Source : https://www.lavanguardia.com/cultura/20190614/462867239028/muere-laura-almerich-guitarrista-lluis-llach.html

Décès du célèbre chef d’entreprise espagnol José Lladró à l’âge de 91 ans

L’entrepreneur espagnol José Lladró (photographie : Santiago Carreguí et El País)

L’on apprenait ce lundi 17 juin 2019 le décès de l’entrepreneur espagnol José Lladró Dolz à l’âge de 91 ans, qui était né à Almácera, dans la province de Valence (Communauté de Valence), le 3 janvier 1928. C’est en 1953 qu’il fonde, aux côtés de ses frères Juan et Vicente, l’entreprise de porcelaine décorative Lladró, qui va devenir célèbre au niveau national. De fait, ses produits de luxe ont séduit des millions d’acheteurs dans le monde entier, notamment à Londres (Royaume-Uni) mais également à New York et Los Angeles (États-Unis d’Amérique).

C’est justement à New York qu’il a inauguré en 1988 le musée Lladró, destiné à exposer ses pièces uniques et remarquables. Il publie en 2002 son autobiographie, intitulée Pasajero de la vida (littéralement, Passager de la vie), après avoir fait éditer divers ouvrages comme El legado de los Lladró (littéralement, L’Héritage des Lladró) et Luces y sombras (littéralement, Lumières et ombres). C’est en 2003 que la deuxième génération a pris les commandes de la compagnie familiale.

Source : https://elpais.com/economia/2019/06/17/actualidad/1560763303_643120.html

Le maire de Madrid veut retenter une candidature aux Jeux olympiques d’été

Le roi d’Espagne Philippe VI, alors prince des Asturies, avec la torche olympique en main (photographie : Ignacio Gil et ABC)

La ville de Madrid a échoué par quatre fois à devenir ville olympique, pour l’édition de 1972 (remportée par Munich, en Allemagne), celle de 2012 (remportée par Londres, au Royaume-Uni), celle de 2016 (remportée par Rio de Janeiro, au Brésil) et celle de 2020 (remportée par Tokyo, au Japon). Après avoir écarté l’idée d’une nouvelle candidature pour la compétition, l’ancien maire de la capitale, Manuela Carmena (Más Madrid, liste soutenue par Podemos), avait envisagé la chose sous un autre œil.

Finalement, c’est son successeur à ce poste, José María Martínez-Almeida (Parti populaire), qui relance l’idée. Il veut organiser une série de réunions en ce sens avec les autres groupes politiques représentés au Conseil municipal, les syndicats représentatifs, le Comité olympique espagnol (COE) et les différentes fédérations sportives concernées. L’idée serait de poser une candidature pour les Jeux olympiques d’été de 2032 (ceux de 2024 se déroulant à Paris, en France, et ceux de 2028 à Los Angeles, aux États-Unis d’Amérique).

La municipalité veut profiter de la reprise économique palpable depuis 2014-2015 mais également d’un contexte sportif favorable avec le prochain renouvellement du contrat pour l’organisation des Masters de tennis de Madrid, de la Coupe Davis dans la même discipline et de l’Open de golf.

Source : https://www.abc.es/espana/madrid/abci-madrid-resucita-sueno-olimpico-para-2032-201906162322_noticia.html

Le taux des chômages des travailleurs espagnols qualifiés est deux fois plus important que dans le reste de l’Union européenne

Un bureau pour l’emploi en Catalogne (photographie : Tasa de Paro)

Selon un rapport élaboré par l’École de Commerce EAE de Barcelone (Catalogne) et révélé à la mi-juin 2019, le taux de chômage chez les travailleurs qualifiés outre-Pyrénées se maintient actuellement autour de 8,9 % de la population active dans ce secteur. C’est certes bien moins que dans l’ensemble du pays (environ 14,5 % à l’heure actuelle) mais deux fois plus que dans le reste de l’Union européenne, où la moyenne s’établit à 4,1 %.

L’ensemble des travailleurs qualifiés de 16 ans et plus en Espagne représente environ 30 % de la population active totale. Les femmes y sont davantage représentées (29,3 % de la population active féminine) que les hommes (28,1 % de la population active masculine). Toutefois, dans ce secteur, le taux de chômage reste supérieur chez les femmes (9,96 % au premier trimestre de l’année en cours, contre 7,57 % chez les hommes).

Source : https://www.eleconomista.es/economia/noticias/9942554/06/19/La-tasa-de-paro-de-la-poblacion-cualificada-en-Espana-duplica-a-la-media-europea-segun-EAE.html