Un groupe privé cherche à rénover la maison natale de Diego de Velázquez à Séville

L’une des dépendances de la maison natale du peintre espagnol Diego de Velázquez, à Séville, en Andalousie (photographie : Cristina Gómez et ABC)

Il s’agit de l’une des très rares maisons populaires du XVIe siècle encore debout à Séville, capitale de l’Andalousie : celle où est né le célèbre peintre espagnol Diego de Velázquez (1599-1660), notamment connu pour le tableau Les Ménines. Un groupe de cinq investisseurs sévillans, dirigé par l’écrivain et journaliste Enrique Bocanegra, a racheté l’immeuble du centre de la ville, situé non loin de la place Saint-Pierre, où a également été baptisé l’artiste.

L’objectif de ce groupe privé est de rénover le lieu pour en faire un vaste musée dédié au peintre, sur le modèle de la maison de Mozart à Salzbourg (Autriche), de celle de Rubens à Anvers (Belgique), celle de Shakespeare à Stratford-upon-Avon (Royaume-Uni) ou de celle de Rembrandt à Amsterdam (Pays-Bas). Face à l’inaction de la Junte d’Andalousie et de la municipalité de Séville, ces investisseurs font désormais appel aux dons des particuliers pour faire aboutir leur projet. Ils collaborent pour ce faire avec l’organisme culturel Hispania Nostra.

Cet immeuble de deux étages s’étend sur une superficie de 590 mètres carrés. Son acquisition s’inscrit par ailleurs dans un vaste mouvement de mise en valeur des demeures des artistes espagnols en général et andalous en particulier. Ces dernières années, des projets ont été lancés ou menés à bien concernant la maison du poète Luis Cernuda (1902-1963) ou du peintre Bartolomé Esteban Murillo (1618-1682).

Source : https://sevilla.abc.es/cultura/sevi-casa-natal-velazquez-sevilla-recurre-micromecenazgo-ante-pasividad-autoridades-201905120049_noticia.html#vca=rrss&vmc=abc-es&vso=tw&vli=cm-cultura

Publicités

Le célèbre tableau « L’Annonciation », de Fra Angelico, restauré et exposé au musée du Prado

Le tableau « L’Annonciation », de l’artiste italien Fra Angelico, après sa restauration au musée du Prado, à Madrid (photographie : Samuel Sánchez et El País)

Acquis par le musée du Prado (principale pinacothèque de Madrid et de toute l’Espagne) en 1862 – il était auparavant exposé au monastère des Déchaussées-Royales, dans la capitale -, le célèbre tableau religieux L’Annonciation, réalisé vers le milieu de la décennie 1420 par le peintre italien Guido di Pietro (dit « Fra Angelico », né vers 1400 en Toscane et mort en 1455 à Rome), a été pris en charge par les ateliers de restauration de l’institution il y a un peu plus d’un an.

C’est ce mercredi 8 mai 2019 qu’il a été dévoilé aux médias dans sa version restaurée. Il s’agissait en effet d’ôter la couche d’impuretés qui s’y était déposée en raison du passage du temps mais également plusieurs repentirs qui en avaient affadi la lumière originelle ainsi que la forces des couleurs (bleu, rouge et vert principalement). Cette œuvre sera exposée au grand public du 28 mai au 15 septembre, dans le cadre de l’exposition temporaire Fra Angelico y los inicios del Renacimiento en Florencia (littéralement, « Fra Angelico et les débuts de la Renaissance à Florence »).

Source : https://elpais.com/cultura/2019/05/08/actualidad/1557324733_447111.html

La République dominicaine est le pays invité de la Foire du Livre de Madrid 2019

Des milliers de visiteurs à la Foire du Livre de Madrid de 2018 (photographie : ABC)

À l’occasion de la 78e édition de la Foire du Livre de Madrid, qui se déroule du 31 mai au 16 juin, le pays invité par les organisateurs est la République dominicaine. Le slogan de l’événement sera, pour l’occasion, ¡Descubre un país de cultura! (littéralement, « Découvre un pays de culture ! »), et de nombreux spécialistes de ce pays des Caraïbes seront conviés : historiens, académiciens, anthropologues, sociologues, archéologues, juristes, journalistes, musicologues, critiques littéraires, acteurs et artistes divers.

Comme d’habitude, plusieurs hauts lieux de la capitale accueilleront la Foire du Livre : le parc du Retiro, le siège de l’Institut Cervantes, la Maison de l’Amérique et la Maison des Vaches (Casa de Vacas). Plus d’une centaine d’activités spécifiques sont par ailleurs prévues dans ce cadre. Trois grandes figures dominicaines seront particulièrement à l’honneur : l’humaniste Pedro Henríquez Ureña (1884-1946), l’écrivain et dirigeant Juan Bosch (1909-2001) ainsi que le romancier, conteur et anthropologue Marcio Veloz Maggiolo, âgé de 82 ans.

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-republica-dominicana-pais-invitado-feria-libro-madrid-201905081702_noticia.html#vca=rrss&vmc=abc-es&vso=tw&vli=cm-cultura

Une nouvelle application 5G permet de découvrir l’histoire de Ségovie

Le célèbre alcazar de Ségovie, en Castille-et-León (photographie : Alberto R. Roldán et La Razón)

L’entreprise de télécommunications espagnole Telefónica, géant du secteur et ancien opérateur national dans le domaine, a présenté au début du mois de mai 2019 une application pour téléphone portable qui utilise la technologie 5G afin de découvrir l’histoire de Ségovie (capitale de province de Castille-et-León), notamment à l’époque médiévale. Cette application de réalité augmentée offre ainsi un parcours qui va du célèbre alcazar jusqu’à l’aqueduc romain en passant par l’église Saint-Martin, la porte Saint-Martin et le rue Almira.

Les touristes qui se serviront de ladite application pourront vivre presque « en vrai » le couronnement de la reine Isabelle la Catholique (1474-1504) à l’aide de lunettes de réalité virtuelle. D’autres personnages historiques viendront peupler ce parcours, comme la fille aînée de la reine, Isabelle (1470-1498), le demi-frère de la souveraine, Henri IV de Castille (1454-1474), ou encore son époux, Ferdinand d’Aragon (1479-1516).

Source : https://www.larazon.es/tecnologia/una-aplicacion-5g-recorre-segovia-con-isabel-la-catolica-EB23223263

Le mathématicien américain Salman Khan est distingué par le prix Princesse-des-Asturies 2019 dans la catégorie « Coopération internationale »

Le mathématicien et ingénieur américain Salman Khan (photographie : EFE et El País)

Ce mercredi 8 mai 2019, le jury du prix Princesse-des-Asturies a annoncé à Oviedo (capitale de la Principauté des Asturies) que la récompense de 2019 dans la catégorie « Coopération internationale » était attribuée au mathématicien, ingénieur et pédagogue américain Salman Khan. Né le 11 octobre 1976 à Metairie, ville de Louisiane, il est le créateur de l’Académie Khan, organisme à but non lucratif qui soutient notamment une plateforme éducative gratuite en ligne.

Ce portail virtuel compte environ 60 millions d’utilisateurs inscrits dans 190 pays différents avec des exercices et des vidéos d’apprentissage personnalisé dans une trentaine de langues. Les citoyens du monde entier peuvent ainsi découvrir les mathématiques, les sciences et l’histoire ou se perfectionner dans ces domaines.

Source : https://elpais.com/sociedad/2019/05/08/actualidad/1557310267_358673.html

Le palais de Liria deviendra un musée

Une pièce du palais de Liria, à Madrid, avec des tableaux de maîtres espagnols (photographie : Luis Sevillano et El País)

Dans les prochains moins, le palais de Liria, résidence principale de la grande famille aristocratique d’Albe, à Madrid, deviendra un musée ouvert au public. Il s’agit d’une annonce majeure de la part de la fondation de la Maison-d’Albe, puisque l’enceinte constitue la collection artistique et historique privée la plus riche et importante d’Espagne. Bâtiment du XVIIIe siècle le plus remarquable de la capitale après le palais royal d’Orient, le palais de Liria pourra ainsi être visité de façon quasi intégrale (y compris les cuisines ou les salles à manger).

Cela permettra aux hôtes de ces lieux de ne plus avoir à prêter de façon régulière les objets d’art que recèle leur résidence. Il y a sept ans, par exemple, ils avaient organisé avec la municipalité de Madrid une grande exposition intitulée El legado de la Casa de Alba – Mecenazgo al servicio del arte (littéralement, « Le legs de la Maison d’Albe – Mécénat au service de l’art »), qui avait alors regroupé 150 pièces d’une grande valeur. Environ 160 000 personnes s’étaient rendues à cette exposition.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/05/07/actualidad/1557242762_616571.html

La mairie de Madrid crée une police de caractères libre de droits inspirée de l’histoire de la ville

Une partie de l’affiche des fêtes de la Saint-Isidore de Madrid pour l’année 2019, avec la police Chulapa (photographie : mairie de Madrid et 20 minutos)

À l’occasion de l’édition 2019 des fêtes de la Saint-Isidore, qui font partie des plus importantes de la capitale espagnole, la municipalité de Madrid, dirigée par Manuela Carmena (Maintenant Madrid, liste soutenue par Podemos), a annoncé qu’elle allait mettre à disposition des internautes à partir du 15 mai une police de caractères inédite et libre de droits, disponible gratuitement à cette adresse : http://www.sanisidro.madrid.es

Cette police pourra être utilisée par tous (y compris à des fins commerciales) et a été dessinée par Joan Carles Casasín et Pablo Gámez sur une idée originale de Silvia Fernández Palomar. Nommée Chulapa (terme désignant une habitante traditionnelle des classes populaires de Madrid), cette police (fuente) s’inspire de la typographie du céramiste espagnol Juan Ruiz de Luna (1863-1945), employée sur les plaques de rues du centre de la capitale.

Source : https://www.20minutos.es/noticia/3632045/0/ayuntamiento-madrid-lanza-tipografia-chulapa-uso-libre-gratuita/?utm_source=twitter.com&utm_medium=socialshare&utm_campaign=desktop

Un important campement militaire d’il y a 650 ans est découvert dans le centre de l’Espagne

Le « cercueil des lions », retrouvé durant les fouilles archéologiques à Montiel, dans la province de Ciudad Real, en Castille-La Manche (photographie : Université de Castille-La Manche et El País)

Le 14 mars 1369, dans le cadre de la Première Guerre civile de Castille (1366-1369), s’affrontent les troupes du roi Pierre Ier de Castille (1350-1369) à celle du futur roi Henri II de Castille (1369-1379). Le premier est défait par la coalition du second avec les troupes françaises de Bertrand du Guesclin et assassiné, ce qui donne lieu à un changement de dynastie : celle de Bourgogne cède la place à celle des Trastamare. C’est dans cette modeste bourgade de l’actuelle province de Ciudad Real, en Castille-La Manche, peuplée d’environ 1 400 habitants, que des archéologues de l’Université de Castille-La Manche ont récemment découvert le campement militaire d’Henri II.

La Première Guerre civile de Castille, liée à la Guerre de Cent Ans (1337-1453) entre France et Angleterre, change radicalement le visage de cette Couronne et, partant, de toute l’Espagne moderne. Les fouilles menées à Montiel par Jesús Manuel Molero García, David Gallego Valle et Cristina Peña Ruiz ont permis de mettre au jour le point de départ des 500 chevaliers français qui ont assisté les troupes d’Henri de Trastamare dans sa lutte contre son demi-frère.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/04/29/actualidad/1556546824_809214.html

L’historien espagnol Miguel Ángel Ladero remporte la deuxième édition du Prix des Ordres espagnols

L’historien espagnol Miguel Ángel Ladero (photographie : ABC)

Après l’hispaniste britannique John H. Elliott l’année dernière, c’est au tour cette année de l’historien espagnol Miguel Ángel Ladero Quesada, né à Valladolid (Castille-et-León) en 1943, de recevoir le Prix des Ordres espagnols pour sa deuxième édition. Remise à un spécialiste de la recherche historique, cette récompense est dotée d’un chèque de 60 000 euros et vise à couronner un chercheur qui s’est consacré à l’étude de l’histoire espagnole et à sa réhabilitation.

Le prix sera remis, comme l’année dernière, au monastère de l’Escurial (Communauté de Madrid), par les ordres militaires espagnols de Saint-Jacques-de-l’Épée, de Calatrava, d’Alcántara et de Montesa. Membre de l’Académie royale d’Histoire, Miguel Ángel Ladero est spécialiste de la Couronne de Castille entre le XIIIe et le XVe siècles. Il est l’auteur d’une cinquantaine d’ouvrages et de plus de 400 articles.

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-miguel-angel-ladero-premio-investigacion-historica-ordenes-espanolas-201903261312_noticia.html

Une nouvelle collection privée ouvrira ses portes à Valence dans un palais historique rénové

Le palais des Valeriola, à Valence, dans la Communauté de Valence (photographie : J. Díez Arnal)

Hortensia Herrero, vice-présidente de la chaîne espagnole de supermarchés Mercadona (mais également femme du président fondateur, Juan Roig, et deuxième plus importante actionnaire du groupe), a acheté en 2016 à la famille Armada le palais des Valeriola, situé rue de la Mer, à Valence (Communauté de Valence). Son objectif était de le rénover et de le transformer en écrin pour y exposer sa collection d’art privée.

Ce nouveau musée devrait voir le jour d’ici à 2022 ou 2023, si le calendrier des travaux est respecté, et portera le nom de Centre d’Art Hortensia-Herrero. L’espace total consacré à cette collection sera d’environ 3 500 mètres carrés et il est rénové sous la direction du cabinet ERRE Arquitectura, dirigé par l’une des filles de Juan Roig, Amparo Roig, et l’architecte José Martí. Cette rénovation est cependant très critiquée par les riverains, qui estiment qu’elle ne respecte pas l’esprit originel du bâtiment.

Source : https://www.elconfidencial.com/espana/comunidad-valenciana/2019-05-02/hortensia-herrero-centro-de-arte-valencia_1978982/