Le défilé de la Journée des Forces armées espagnoles aura lieu cette année à Huesca

Des légionnaires espagnols défilent (photographie : Juan Manuel Serrano et ABC)

Après Guadalajara (Castille-La Manche) en 2017, Logroño (La Rioja) en 2018 et Séville (Andalousie) en 2019, cette année, c’est la ville de Huesca (Aragon) qui accueillera le défilé militaire clôturant la Journée des Forces armées espagnoles (Día de las Fuerzas Armadas, souvent abrégé DIFAS). L’événement aura lieu le samedi 30 mai et comptera, comme d’habitude, la présence du roi d’Espagne, Philippe VI, ainsi que celle de son épouse, la reine Letizia, et de la ministre de la Défense, Margarita Robles (Parti socialiste ouvrier espagnol).

Le choix de Huesca ne doit rien au hasard puisque la cité aragonaise doit abriter une nouvelle garnison, la division Castillejos, qui sera logée au sein du quartier général Sancho-Ramírez. Environ 700 militaires doivent ainsi quitter leur régiment de Madrid pour cette capitale de province du Nord de l’Aragon, au pied des Pyrénées. La décision de les déplacer a été prise en décembre 2017 par la ministre de la Défense de l’époque, María Dolores de Cospedal (Parti populaire).

Source : https://www.abc.es/espana/abci-huesca-albergara-fuerzas-armadas-30-mayo-202002052130_noticia.html

Le Ministère espagnol de la Défense investit 7 millions d’euros dans des équipements de protection face aux risques biologiques

Des militaires espagnols avec une tenue de protection biologique rapatrient un compatriote atteint du virus Ébola en 2014 (photographie : OkDiario)

Sur demande de la ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles (Parti socialiste ouvrier espagnol), l’Armée de l’Air de notre voisin ibérique a engagé sept millions d’euros de dépenses afin d’acquérir des équipements de protection individuelle (Equipos de Protección Individual, EPI) pour ses propres membres et ceux d’autres corps dépendant des forces armées. L’un des lots comporte des masques filtrants au charbon actif et des combinaisons de protection biologique conçus pour faire face à des niveaux de menace « graves et fatals ».

La commande de l’Armée de l’Air fait état en tout et pour tout de douze lots séparés qui devront offrir aux forces armées de notre voisin pyrénéen la possibilité d’agir dans le cas d’attaques biologiques ou de contamination et d’épidémies. Les combinaisons de protection, appelées trajes ou buzos en espagnol, ont la particularité d’être jetables après utilisation. Elles comportent notamment des lunettes spécifiques, des couvre-bottes ou encore des gants.

Source : https://okdiario.com/espana/defensa-gasta-7-millones-megacontrato-equipos-trajes-contra-riesgos-biologicos-fatales-5111950?utm_term=Autofeed&utm_campaign=ok&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1580538372

Décès d’un militaire espagnol à bord de son avion au large des côtes de la Région de Murcie

Un avion d’instruction C-101 Mirlo de l’Armée de l’air espagnole (photographie : ABC)

L’on apprenait ce jeudi 27 février 2020 le décès en mer Méditerranée, au large des côtes de la Région de Murcie, d’un pilote de l’Armée de l’air espagnole, le commandant Eduardo Fermín Garvalena, qui était à bord d’un avion Águila 5. Ce militaire avait une large expérience dans le domaine du pilotage d’avions avec 2 000 heures de vol dans différents escadrons de son armée – notamment à bord d’un avion de chasse de la marque Eurofighter.

Il était entré à l’Académie générale de l’Armée de l’Air de San Javier (Région de Murcie) en 2017, un an après avoir participé à une mission extérieure en Lituanie. Originaire de Grenade (Andalousie) et âgé de 39 ans, il avait également été membre d’une mission internationale de l’armée espagnole à Djibouti en 2018.

Source : https://www.abc.es/espana/abci-avion-ejercito-aire-estrella-contra-mediterraneo-frente-manga-202002271636_noticia.html

Le général Miguel Ángel Villarroya devient chef d’état-major de l’armée espagnole

Le général de l’armée de l’air espagnole Miguel Ángel Villarroya (photographie : EFE et ABC)

Ce mercredi 15 janvier 2020, le général de l’armée de l’air espagnol Miguel Ángel Villarroya Vilalta est officiellement devenu chef d’état-major de notre voisin ibérique, sur proposition du président du gouvernement Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol) et de la ministre de la Défense, Margarita Robles (PSOE), en remplacement du général de l’armée de terre Fernando Alejandre Martínez. Né à La Galera, dans la province de Tarragone (Catalogne), le 15 mai 1957, il devient lieutenant de son arme le 14 juillet 1980 avant de gravir les échelons (capitaine, commandant, lieutenant-colonel, colonel, général de brigade, général de division), notamment au sein de la base aérienne de Matacán, dans la province de Salamanque (Castille-et-León).

Ayant également exercé auprès des troupes de la base aérienne de Torrejón de Ardoz (Communauté de Madrid), il est nommé en 2015 chef du commandement aérien des îles Canaries avant de devenir, en avril 2017, directeur du Cabinet technique de la ministre de la Défense de l’époque, María Dolores de Cospedal (Parti populaire). Cette dernière le promeut lieutenant général et il reste en poste lorsque Margarita Robles remplace son prédécesseur.

Source : https://www.abc.es/espana/abci-general-miguel-angel-villarroya-nuevo-jemad-fuerzas-armadas-202001141730_noticia.html

Airbus Military va supprimer 630 emplois en Espagne

Une usine du groupe aéronautique Airbus à Getafe, dans la Communauté de Madrid (photographie : ABC)

Confrontée à des difficultés dans la vente de ses derniers modèles, la division militaire du groupe aéronautique européen Airbus cherche à tailler dans le vif en supprimant 2 362 postes de travail, dont 630 en Espagne, où Airbus Defence and Space est très bien implanté. Concrètement, c’est notamment le très gros porteur A400M, qui doit servir au transport de troupes et de matériel, qui a du mal à s’écouler sur le marché international. Jusqu’à la fin de l’année 2021, notre voisin ibérique sera le deuxième pays le plus touché par ces licenciements, derrière l’Allemagne (829 postes supprimés) et devant la France (404 emplois).

À l’heure actuelle, Airbus Military est implanté sur les sites espagnols suivants :

  • Séville (Andalousie), avec les usines de Las Tablas et Saint-Paul ;
  • Getafe (Communauté de Madrid) ;
  • et la baie de Cadix (Andalousie).

Source : https://abcblogs.abc.es/tierra-mar-aire/industria-de-defensa/airbus-ds-plantea-una-reduccion-de-630-empleos-en-espana.html?fbclid=IwAR1s8e8jW_XApvnrmLJWBqjJFRjtUmO5S2akfPag1gQtZfls-3h45DPoK24

La Marine espagnole choisit le 3 mai comme nouveau jour de commémoration annuelle

Un tableau espagnol du XVIIe siècle représentant la remise des clefs de Séville (Andalousie) au roi de Castille Ferdinand III par le souverain musulman Axataf (photographie : ABC)

Outre la fête de sa sainte patronne, la Vierge du Carmel (Virgen del Carmen), qui se déroule tous les 16 juillet, la Marine espagnole (Armada) a officiellement choisi au début du mois de janvier 2020 la date du 3 mai comme nouvelle commémoration annuelle baptisée « Journée historique de la Marine » (Jornada Histórica de la Armada). Il ne s’agit pas d’un choix innocent puisque le corps d’armée veut ainsi célébrer le 3 mai 1248, date à laquelle une flotte de la Couronne de Castille commandée par Ramón Bonifaz a vaincu les navires musulmans qui contrôlaient la ville de Séville (Andalousie).

Ils formaient en effet un rempart entre la cité et Triana, sur le Guadalquivir, mais leur défaite a permis à la flottille chrétienne de remonter le fleuve, de briser un pont de fortune fait de barques protégées par des chaînes et de reconquérir Séville pour le comte du roi Ferdinand III le Saint (1217-1252). La Couronne d’Aragon a également contribué à ce haut fait d’armes de l’histoire espagnole. La geste de Ramón Bonifaz est considérée par l’historiographie de notre voisin ibérique comme le premier exploit maritime espagnol.

Source : https://abcblogs.abc.es/tierra-mar-aire/espana/la-armada-celebrara-cada-ano-una-jornada-historica-el-3-de-mayo-dia-de-la-reconquista-de-sevilla.html

La Légion espagnole dirige la nouvelle stratégie de lutte contre le djihad au Mali

Des membres du groupe tactique Millán-Astray de la Légion espagnole, en poste au Mali (photographie : Miguel Temprano et La Razón)

Membre de la Mission d’Entraînement européenne sur place (EUTM), le groupe tactique Millán-Astray, détachement de la Légion espagnole (Legión Española), est chargé de diriger la nouvelle stratégie des troupes internationales et locales contre le djihadisme, qui connaît une recrudescence au Sahel depuis plusieurs années. Commandé par le lieutenant-colonel Fernando Sánchez, ce détachement entraîne ainsi les soldats maliens à faire face au terrorisme islamique.

Mais les contacts avec l’armée malienne ne sont pas les seuls nécessaires à la mission du groupe tactique Millán-Astray. Il s’agit également d’améliorer les conditions de vie des populations locales, notamment en entretenant de bonnes relations avec les communautés les plus susceptibles de former un rempart solide contre le djihadisme. Il faut en effet éviter que les habitants du cru ne se laisse facilement séduire par des terroristes formés au Syrie ou en Irak.

Source : https://www.larazon.es/espana/20200104/etgzekz6lvgp5bvnmottgteqgq.html?fbclid=IwAR1q4TlXVwWmcb10oOUArtdveGDqPnvtOgpfmAgYS-DZpUUkWKqkc0CT0tE