La ville de Madrid veut ajouter de la végétation autour du périphérique M30

Le périphérique M30, qui encercle le centre de Madrid (photographie : Madrid Secreto)

Encerclant l' »amande centrale » (almendra central) de Madrid, le périphérique M30 est l’un des symboles de Madrid mais aussi de ses embouteillages. La circulation qui caractérise cette voie rapide à toute heure génère également un important nuage de pollution (la boina, c’est-à-dire « le béret ») au-dessus de la capitale espagnole. C’est pour limiter ces nuisances environnementales mais également la pollution sonore que la municipalité, aujourd’hui dirigée par José Luis Martínez-Almeida (Parti populaire), veut planter de nombreux arbres aux abords de cette voie rapide.

Plus largement, ce sont non seulement la M30 mais également deux autres périphériques, la M40 et la M50, qui devraient voir fleurir dans les prochains mois des pins, chênes verts et autres genévriers sur une superficie totale de 100 hectares environ – l’équivalent, grosso modo, du parc du Bon-Repos (Buen Retiro), au centre de la ville. Les terrains vagues situés aux abords de ces périphériques dans les quartiers de Valverde, Mirasierra, El Goloso, Valdefuentes, Montecarmelo, Las Tablas et Sanchinarro seront eux aussi recouverts.

Source : https://madridsecreto.co/carreteras-madrid-arboles/?fbclid=IwAR2oFHYMnzWSDHV94Q_WDNU7XiAo3GfS2etpR1g4nm8Yk5qlHnTJujq4XSE

Le défilé de la Journée des Forces armées espagnoles aura lieu cette année à Huesca

Des légionnaires espagnols défilent (photographie : Juan Manuel Serrano et ABC)

Après Guadalajara (Castille-La Manche) en 2017, Logroño (La Rioja) en 2018 et Séville (Andalousie) en 2019, cette année, c’est la ville de Huesca (Aragon) qui accueillera le défilé militaire clôturant la Journée des Forces armées espagnoles (Día de las Fuerzas Armadas, souvent abrégé DIFAS). L’événement aura lieu le samedi 30 mai et comptera, comme d’habitude, la présence du roi d’Espagne, Philippe VI, ainsi que celle de son épouse, la reine Letizia, et de la ministre de la Défense, Margarita Robles (Parti socialiste ouvrier espagnol).

Le choix de Huesca ne doit rien au hasard puisque la cité aragonaise doit abriter une nouvelle garnison, la division Castillejos, qui sera logée au sein du quartier général Sancho-Ramírez. Environ 700 militaires doivent ainsi quitter leur régiment de Madrid pour cette capitale de province du Nord de l’Aragon, au pied des Pyrénées. La décision de les déplacer a été prise en décembre 2017 par la ministre de la Défense de l’époque, María Dolores de Cospedal (Parti populaire).

Source : https://www.abc.es/espana/abci-huesca-albergara-fuerzas-armadas-30-mayo-202002052130_noticia.html

Le maire de Porto propose une "fusion" entre Espagne et Portugal

La frontière entre Espagne et Portugal au niveau de la ville de Tuy, située dans la province de Pontevedra, en Galice (photographie : Wikipedia)

C’est une proposition un peu insolite dans le panorama politique espagnol et portugais des dernières années : au début du mois de février 2020, le maire de la ville portugaise de Porto, Rui Moreira (Parti du Centre démocratique et social), a lancé l’idée d’une forme de « fusion » entre son pays et le royaume voisin sous le nom d' »Iberolux ». Cette appellation est un rappel du Benelux, union originellement économique entre Belgique, Pays-Bas et Luxembourg, qui commence à fonctionner en 1944. L’objectif est de renforcer la synergie entre les deux nations ibériques, notamment en matière commerciale, et de dépasser les sujets clivants ou la méfiance qui peuvent encore subsister entre Madrid et Lisbonne.

De fait, Galice et Nord du Portugal sont déjà très proches, et pas seulement géographiquement. La frontière entre les deux régions est empruntée chaque jour par des milliers de citoyens espagnols et portugais, tandis que la ville de Porto accueille chaque année de nombreux touristes espagnols – non seulement galiciens mais aussi catalans et madrilènes, par exemple. De leur côté, l’aéroport de Vigo (province de Pontevedra, Galice) et celui de Porto fonctionnent en grande partie « en duo ». L’idée d’une union ibérique est déjà ancienne et a été développée de part et d’autre de la frontière par des responsables politiques et intellectuels tout au long de l’histoire.

Source : https://elpais.com/internacional/2020/02/05/actualidad/1580912026_423427.html

La Communauté de Madrid atteint un nouveau record de fréquentation touristique en 2019

Le site royal d’Aranjuez, dans le Sud de la Communauté de Madrid (photographie : site officiel de la Communauté de Madrid)

Alors que l’ensemble de l’Espagne a de nouveau battu son record de fréquentation touristique en 2019 avec près de 84 millions de visiteurs étrangers, la Communauté de Madrid n’est pas en reste puisqu’elle a elle aussi fait exploser les compteurs. L’année dernière, ce sont pas moins de 7,6 millions de voyageurs venus d’un autre pays qui ont ainsi visité la communauté autonome, soit 7 % de plus environ qu’en 2018, tandis que les dépenses liées à ce secteur d’activité ont dépassé les 10,4 milliards d’euros en trois cents soixante-cinq jours. Les dépenses moyennes par touristes de la Communauté de Madrid sont ainsi les plus élevées de notre voisin ibérique.

Elles dépassent en effet les 1 360 euros par séjour, contre 1 102 euros en moyenne dans l’ensemble du pays. Par jour, ces dépenses moyenne sont de 269 euros – à comparer aux 154 euros de la moyenne espagnole. L’objectif pour la capitale et sa région est donc de consolider ce tourisme de qualité, très orienté vers les visites culturelles et le haut de gamme. Une tâche à laquelle va s’atteler prioritairement la conseillère régionale à la Culture et au Tourisme, Marta Rivera de la Cruz (Citoyens), sous la houlette de la présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Díaz Ayuso (Parti populaire).

Source : https://www.comunidad.madrid/noticias/2020/02/03/comunidad-madrid-bate-nuevo-record-cierra-2019-76-millones-turistas-extranjeros

Madrid inaugure le premier centre pour victimes de violences sexuelles en Espagne

L’intérieur du premier centre d’Espagne pour victimes de violences sexuelles, à Madrid (photographie : mairie de Madrid et Madrid Secreto)

Au mois de décembre 2019, la ville de Madrid a inauguré le premier centre pour victimes de violences sexuelles en Espagne, ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept. Sa localisation exacte n’a pas été signalée au grand public pour des raisons de sécurité et les personnes qui souhaiteraient s’y rendre doivent d’abord appeler un numéro de téléphone, le 900 869 947. Ce centre propose à la fois un soutien à distance, par téléphone, mais également des conseils en présentiel sur place, avec une équipe pluridisciplinaire (assistantes sociales, psychologues, aide juridique).

Il s’agit d’aider les femmes qui le souhaitent à surmonter leur drame et à les orienter dans les démarches administratives, juridiques, pénales et sanitaires auxquelles elles doivent faire face. Les travailleurs du centre cherchent par ailleurs à adapter leurs conseils et leur aide à chaque cas particulier. La création de cette infrastructure répond aux exigences du Pacte d’Istanbul (Turquie) sur les violences faites aux femmes, signé par l’État espagnol lors de sa création, en 2014.

Source : https://madridsecreto.co/centro-violencia-sexual-madrid/?fbclid=IwAR2FrkqINF3pqerXNY9AEmIIh_jeTkHFNPGbU1Yfv7_idQC9JKVBAOTId8c

Le Nord de la Communauté de Madrid va disposer d’un nouvel hôpital

Une vue d’Horcajuelo de la Sierra, modeste commune du Nord de la Communauté de Madrid (photographie : Wikipedia)

Touché par l’exode rural et le dépeuplement, le Nord de la Communauté de Madrid, réuni au sein de la zone touristique de Sierra Norte (littéralement, « Chaîne de Montagnes du Nord »), autour de la chaîne de Guadarrama, est l’objet d’une attention toute particulière des autorités régionales, dont l’actuelle présidente est Isabel Díaz Ayuso (Parti populaire). C’est ainsi que le conseiller régional à la Santé, Enrique Ruiz Escudero (PP), a récemment annoncé la construction future d’un hôpital permettant aux quarante-deux communes de la sous-région d’accéder aux soins dans les meilleures conditions possibles.

Un peu plus de 26 000 habitants sont concernés et le nouveau centre de santé sera installé dans la commune de Lozoyuela-Navas-Sieteiglesias (peuplée de 1 300 habitants environ), au cœur de la sous-chaîne montagneuse de La Cabrera. Ce choix ne doit rien au hasard puisque la bourgade est située non loin de l’autoroute A1 (dite « autoroute du Nord »), qui relie Madrid à Irún (province de Guipuscoa, Pays basque), à la frontière française. L’investissement total pour ce chantier, qui durera de deux ans et demi à trois ans, devrait être de 18 millions d’euros, qui serviront à bâtir un ensemble de 90 lits, un service pour les maladies chroniques et un héliport.

Source : https://madridsecreto.co/la-sierra-de-madrid-nuevo-hospital/?fbclid=IwAR0ELzvaZ20QuLgs0gAqUsob2GGEFxmrEDSheh4TwNU05afyZyX3DNMZiZE

Décès de l’homme politique espagnol Mauro Varela à l’âge de 78 ans

L’homme politique espagnol Mauro Varela (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce jeudi 30 janvier 2020 le décès à Lugo (Galice), à l’âge de 78 ans, de l’homme politique espagnol Mauro Varela Pérez, qui était né dans la même ville galicienne en 1941. Son état de santé s’était grandement dégradé au cours des derniers mois. Licencié en droit, avocat de formation et de profession, il commence à exercer au sein du barreau en 1965 dans sa ville natale. Engagé au sein du Parti populaire (PP), il est élu député national pour la province de Lugo en 1989, poste qu’il conserve jusqu’en 1996. Il démissionne en 1997 afin de s’engager dans la politique de sa communauté autonome.

Aux élections régionales de cette année-là, il est élu député au Parlement de Saint-Jacques-de-Compostelle. Une fois sa carrière politique derrière lui, il est choisi en juin 2002 pour devenir président directeur général (PDG) de la caisse d’épargne galicienne Caixa Galicia, dont le siège se trouve à La Corogne et qui disparaît en 2010 lors de sa fusion avec Caixanova. C’est justement sous ses auspices qu’est menée cette intégration qui donne naissance à NovaCaixaGalicia. Il démission de son poste en 2012 suite à un scandale concernant la gestion de l’entreprise.

Source : https://www.lavozdegalicia.es/noticia/lugo/lugo/2020/01/30/muere-conocido-abogado-lucense-mauro-varela/00031580389581447709119.htm

Barcelone organisera cette année le principal congrès au monde concernant l’économie durable

Le quartier de la Foire de Barcelone, à Hospitalet de Llobregat, en Catalogne (photographie : Barcelona Bus Turístic)

Cette année, du 26 au 28 mai, la ville de Barcelone (Catalogne) organisera le principal congrès international concernant l’économie durable, BForPlanet, salon qui devrait réunir plusieurs milliers d’entrepreneurs, d’activistes, de responsables et de membres de la société civile autour des Objectifs du Développement durable (ODS) fixés pour 2030 par l’Organisation des Nations unies (ONU), sise à New York (États-Unis d’Amérique). L’événement est parrainé par cet organisme mais également par le gouvernement espagnol de Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol), la Généralité de Catalogne, la mairie de Barcelone – dont l’actuelle dirigeante est Ada Colau (Barcelone en Commun, liste soutenue par Podemos) – et l’Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE – le « club des pays riches »).

Lors de l’inauguration du congrès, le maire de la capitale catalane ainsi que la quatrième vice-présidente du gouvernement, en charge de la Transition écologique et du Défi démographique, Teresa Ribera (PSOE), devraient être présentes. De fait, la ville de Barcelone devrait accueillir le salon BForPlanet chaque année jusqu’en 2029, date à laquelle les Objectifs du Développement durable seront révisés par l’ONU. Barcelone a été préférée par les organisateurs du congrès à Lisbonne (Portugal) et Dublin (Irlande). Cette année, des pointures internationales comme la philanthrope américaine Melinda Gates ou l’entrepreneur d’origine sud-africaine Elon Musk devraient être de la partie.

Source : https://www.elconfidencial.com/empresas/2020-01-29/barcelona-se-queda-con-bforplanet-una-feria-de-sostenibilidad-con-el-apoyo-de-la-onu_2433420/