Le « TGV des pèlerins » de conception espagnole va enfin être inauguré en Arabie saoudite

ave-la-meca-kjkD--620x349@abc
De futurs conducteurs saoudiens reçoivent une formation de la part de leurs coreligionnaires espagnols dans un TGV de conception ibérique (photographie : ABC)

C’est pour le début du mois d’octobre 2018 que le « TGV des pèlerins » (AVE de los peregrinos) a enfin reçu le feu vert pour une inauguration en grande pompe en Arabie saoudite. Ce train à grande vitesse de conception et de fabrication espagnoles, qui représente le plus gros contrat ferroviaire de l’histoire mondiale, réalisera son premier trajet en présence du roi saoudien, Salmane, mais sans aucun membre du gouvernement espagnol de Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol).

Seul l’ambassadeur d’Espagne à Riyad, Álvaro Iranzo Gutiérrez, sera présent de la part de la diplomatie espagnole. Il sera accompagné d’au moins une autre personnalité espagnole, Jorge Segrelles, président du consortium chargé de la construction des voies et des gares sur le parcours de l’AVE. Cela fait un peu moins d’un an que le « TGV des pèlerins » effectue des voyages de démonstration et il s’agira donc de son trajet inaugural commercial.

Source : https://www.abc.es/economia/abci-puesta-largo-meca-sin-presencia-gobierno-201809250149_noticia.html

Publicités

Un premier champion du monde de judo chez les hommes pour l’Espagne

15378029897031
Le judoka espagnol d’origine géorgienne Nikoloz Sherazadishvili, champion du monde dans sa discipline (photographie : Zurab Kurtsikidze, EFE et El Mundo)

L’Espagne avait déjà eu deux championnes du monde de judo chez les femmes : Miriam Blasco, à Barcelone (Catalogne), en 1991 ; et Isabel Fernández, à Paris (France), en 1997, laquelle avait aussi remporté l’or olympique à Sydney (Australie) en 2000. Ce lundi 24 septembre, à Bakou (Azerbaïdjan), notre voisin ibérique a eu son premier champion du monde masculin dans la discipline : Nikoloz Sherazadishvili, dans la catégorie des poids moyens (moins de 90 kilogrammes).

Originaire de Géorgie, d’où il est arrivé en 2010, alors qu’il n’avait que quatorze ans, Nikoloz Sherazadishvili ne surgit pas du néant puisqu’il a été vice-champion du monde chez les moins de 21 ans et médaillé de bronze aux championnats d’Europe de 2018, qui se déroulaient à Tel Aviv (Israël). Il est désormais l’un des grands espoirs de titre olympique pour l’Espagne dans deux ans, à Tokyo (Japon).

Source : http://www.elmundo.es/deportes/mas-deporte/2018/09/24/5ba906d322601dc62d8b4617.html

Un quartier espagnol se trouve dans le classement des quartiers les plus « cools » au monde selon une revue britannique

6ffb89ed-65a5-4b02-987e-dedaad41374d.c10
Des voyageurs descendent dans la station de métro Tirso-de-Molina, dans le quartier d’Embajadores, à Madrid (photographie : Abritel)

Selon un classement récemment établi par la revue de voyage britannique Time Out, qui s’intéresse aux quartiers du monde considérés comme les plus cools, c’est le quartier d’Embajadores (littéralement, « Ambassadeurs »), situé dans l’arrondissement du Centre, à Madrid, qui est le plus intéressant à visiter et à vivre. Il s’agit de l’un des quartiers les plus anciens et typiques de la capitale espagnole, dont la zone de Lavapiés est très à la mode depuis plusieurs années.

Ce classement du magazine Time Out, qui propose une liste de cinquante quartiers différents à partir de quinze mille personnes sondées, se fonde sur l’ouverture de nouvelles boutiques et de nouveaux commerces, la qualité de vie, le coût du quotidien, etc. Embajadores devant devance le quartier d’Euljiro, à Séoul (Corée du Sud) ; celui de Nueva Villa de Aburrá, à Medellín (Colombie) ; de Metaxourgeio, à Athènes (Grèce) ; et de Príncipe Real, à Lisbonne (Portugal).

Source : https://www.abc.es/viajar/noticias/abci-barrio-espanol-elegido-mas-cool-mundo-201809240128_noticia.html

La mangue andalouse connaît un formidable essor

1537272786_083046_1537631621_noticia_normal_recorte1
Une travailleuse de la ferme El Edén, située dans la commune de Motril, dans la province de Grenade, en Andalousie (photographie : Fermín Rodríguez)

Les provinces de Málaga (et particulièrement la comarque de La Axarquía, à l’Est de la zone) et Grenade, en Andalousie, produisent depuis plusieurs années des récoltes de mangues de plus en plus importantes, comme en témoigne la ferme El Edén, située sur le territoire de la commune de Motril et qui fournit également des avocats et des grenadilles. Ces deux provinces méridionales accaparent en réalité 99 % de la production nationale espagnole de mangues.

Et ces récoltes sont particulièrement bonnes cette année, avec 30 000 tonnes d’un fruit d’une exceptionnelle qualité, selon les déclarations de José Linares Pérez, président de l’Association espagnole des Producteurs de Fermes tropicales. Si le temps généreux qu’a connu l’Espagne ces derniers mois se maintient, la prochaine campagne de la mangue devrait elle aussi être extraordinaire.

Source : https://elpais.com/economia/2018/09/18/actualidad/1537272786_083046.html

Google commémore la découverte de la grotte espagnole d’Altamira

altamira-kZJ--620x349@abc
Un bison peint dans la grotte d’Altamira, située sur le territoire de la commune de Santillana del Mar, en Cantabrie (photographie : EFE et ABC)

Découverte en 1875 par le juriste et explorateur espagnol Marcelino Sanz de Sautuola, la grotte d’Altamira, située sur le territoire de la commune de Santillana del Mar (Cantabrie), est l’une des plus exceptionnelles d’Europe par les peintures rupestres qu’elle présente. Elle se trouve aujourd’hui au sein du Musée national et du Centre de Recherche de cette commune de 4 000 habitants environ. C’est la fille de Sanz de Sautuola, prénommée María, qui a d’ailleurs mis la main sur ces formidables peintures.

Or, ce lundi 24 septembre, pour les 143 ans de la découverte de cet endroit incroyable, le moteur de recherche américain Google commémorait une telle trouvaille qui a surpris en son temps toute la communauté des archéologues (et notamment les Français Henri Breuil et Émile Cartailhac. Le site a ainsi proposé en page d’accueil un doodle, c’est-à-dire une petite image commémorative et animée.

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-google-rinde-homenaje-cueva-altamira-doodle-201809240942_noticia.html#ns_campaign=rrss&ns_mchannel=abc-es&ns_source=tw&ns_linkname=cm-cultura&ns_fee=0

Une mission d’exploration de Jupiter et de ses lunes porte le sceau espagnol

14643272_4_800x450
Une vue d’artiste de la planète Jupiter et de quatre de ses satellites (image : EFE et El Plural)

La mission JUICE (acronyme signifiant Jupiter Icy Moon Explorer), qui sera lancée par l’Agence spatiale européenne (ESA) en 2022 et devrait atteindre le système jovien en 2029, portera un sceau espagnol puisque sur les dix instruments embarqués, deux seront conçus et fabriqués par notre voisin ibérique. De fait, ils sont déjà prêts à passer leurs tests techniques pour être validés ou modifiés a posteriori.

Cette mission explorera pendant trois ans l’atmosphère de Jupiter, ses anneaux ainsi que trois de ses satellites les plus importants (Ganymède, Europe et Callisto). Les scientifiques et techniciens espagnols ont dû imaginer pour ce faire des instruments capables de résister aux terribles conditions du système jovien : fort magnétisme, radiations intenses, etc. A participé à la fabrication de ces engins, entre autres, l’Institut d’Astrophysique d’Andalousie (IAA), qui dépend de l’Agence d’État du Conseil supérieur des Recherches scientifiques (CSIC), sis à Madrid.

Source : https://www.elplural.com/el-telescopio/innovacion/jupiter-y-sus-lunas-tambien-son-cosa-espana_203494102

Pedro Sánchez envisage de réaliser une visite officielle à Cuba prochainement

15375523636543
Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : Christian Bruna, EFE et El Mundo

Alors qu’il s’est récemment rendu au Canada et aux États-Unis d’Amérique dans le cadre d’une tournée nord-américaine, le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol), s’est rapproché du nouveau président cubain, Miguel Díaz-Canel, afin d’entamer les démarches dans le but d’organiser une visite officielle dans cet archipel des Caraïbes.

La dernière fois qu’un chef de l’exécutif de notre voisin ibérique se rendait à La Havane, c’était il y a 32 ans, en 1986, lorsque Felipe González (PSOE) s’était entretenu sur place avec Fidel Castro.

En 1999, un autre chef de cabinet espagnol, José María Aznar (Parti populaire), avait lui aussi fait le déplacement mais c’était dans un cadre multilatéral puisque la capitale cubaine accueillait un Sommet ibéro-américain. Le voyage de haut niveau prévu par le gouvernement précédent de Mariano Rajoy (PP) n’a finalement pas pu se concrétiser.

Source : http://www.elmundo.es/espana/2018/09/22/5ba5403e268e3e622e8b45dd.html

Des chercheurs espagnols se penchent sur une nouvelle méthode de détection de la maladie d’Alzheimer

reina_sofia_congreso_ciiien_20180919_05
La reine Sophie d’Espagne (au centre), en compagnie du président régional de Galice, Alberto Núñez Feijóo (Parti populaire – à droite), et du recteur de l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, Antonio López Díaz, lors de l’inauguration du VIe Congrès de Recherche et d’Innovation concernant les Maladies neurodégénératives (CIIIEN) à Saint-Jacques-de-Compostelle, dans la province de La Corogne (Galice), en septembre 2018 (photographie : Maison de Sa Majesté le Roi d’Espagne)

Un groupe de chercheurs espagnols et japonais est parvenu à mettre au point une nouvelle technique de détection plus précoce de la maladie d’Alzheimer par le biais de la magnétoencéphalographie. Cette méthode non invasive pourrait ainsi permettre de faire grandement avancer la lutte contre une maladie neurodégénérative dont souffrent 800 000 personnes en Espagne. Les résultats de l’étude menée à bien par le groupe binational on été publiés dans la revue médicale britannique Brain.

Quatre institutions scientifiques ont participé aux recherches : le Centre national de Gériatrie du Japon ; l’Université de San Cristóbal de La Laguna, dans la province de Santa Cruz de Tenerife (îles Canaries) ; l’Université polytechnique de Madrid (UPM) ; et l’Université Complutense de la capitale espagnole. Si son utilité se confirme, cette nouvelle technique pourrait offrir la possibilité de détecter la maladie d’Alzheimer dès l’âge de 25 ans.

Source : http://cadenaser.com/ser/2018/04/10/ciencia/1523375739_040612.html

Des chercheurs espagnols proposent d’avoir recours aux méduses pour produire des ampoules innovantes

ImdeaMateriales--1030x412
Le campus de l’Institut madrilène des Études avancées sur les Matériaux (IMDEA), situé à Getafe, dans la Communauté de Madrid (photographie : Tecnogetafe)

C’est au Forum économique mondial de Tientsin (Chine) que le scientifique espagnol Rubén Acosta a présenté un nouveau projet révolutionnaire pour fabriquer des ampoules à partir des protéines fluorescentes contenues dans certains animaux comme les méduses. Ces protéines doivent en effet permettre de concevoir des diodes électroluminescentes (DEL) qui souvent utilisées dans les technologies les plus avancées. Ces DEL remplacent peu à peu les ampoules halogènes dans l’industrie et Acosta, diplômé en chimie de l’Université de Valence (Communauté de Valence), veut se positionner sur ce créneau.

Il travaille depuis des années sur ce projet avec des chercheurs de l’Institut madrilène des Études avancées sur les Matériaux (IMDEA), sis à Getafe, dans le Sud de Madrid. Selon les premiers tests effectués, une telle ampoule dispose d’une capacité d’éclairage de mille heures mais il en faudrait cinq mille de plus pour pouvoir commencer à songer à une réelle production à la chaîne et à une commercialisation.

Source : https://www.larazon.es/sociedad/medio-ambiente/un-proyecto-espanol-usa-medusas-paa-hacer-bombillas-KJ19894538

L’Espagne reste sur le podium des meilleurs systèmes de santé au monde

Jpeg
L’hôpital Ramón-y-Cajal de Madrid (photographie : Wikipedia)

Dans l’étude qu’il publie annuellement concernant l’efficience du système de santé de près de 200 pays dans le monde, le groupe financier américain Bloomberg place de nouveau pour l’année 2017 l’Espagne parmi les meilleures nations sur la planète en la matière, aux côtés de Hong Kong et Singapour. Par ailleurs, il classe aussi notre voisin ibérique parmi les pays du monde où il fait le mieux vivre pour sa santé, juste derrière l’Italie. Cette analyse prend en compte divers critères comme les coûts médicaux, la qualité de la prise en charge, le niveau de vie et l’espérance de vie à la naissance.

L’Espagne est donc troisième du classement général, derrière Hong Kong et Singapour mais devant l’Italie, la Corée du Sud, Israël, le Japon, l’Australie, Taïwan et les Émirats arabes unis. Des pays comme les États-Unis d’Amérique, la Bulgarie ou l’Azerbaïdjan se placent au contraire en queue de classement. L’exploit est d’autant plus grand pour l’Espagne que la crise économique de 2008 est passée par là et que la dépense publique moyenne par habitant en matière sanitaire est faible au niveau mondial (2 354 dollars par an).

Source : https://www.elconfidencial.com/alma-corazon-vida/2018-09-20/espana-podio-indice-eficiencia-sistemas-sanitarios_1618773/?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=ECDiarioManual