La fondation Gerstenmaier offre une série de tableaux au musée du Prado

Le tableau « Bayadères indiennes », peint par l’artiste espagnol Eduardo Chicharro en 1924, exposé au musée du Prado, à Madrid (photographie : Paco Campos, EFE et El País)

Connue pour ses importantes collections d’art espagnol, la fondation allemande Gerstenmaier, qui tire son nom de l’homme d’affaires Hans Rudolf Gerstenmaier (né à Hambourg et âgé de 84 ans), est très liée à notre voisin ibérique car son fondateur l’a traversé en autostop en 1962 avec à peine 1 000 pesetas en poche. Ce lundi 15 juillet 2019, cet organisme a officialisé un important don d’œuvres d’art espagnoles au musée du Prado, principale pinacothèque de Madrid et de toute l’Espagne.

Concrètement, onze peintures datées de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle ont été déposées dans la salle 60 du bâtiment Villanueva de la vénérable institution. Ces tableaux sont l’œuvre de grands noms de la peinture espagnole : Darío de Regoyos y Valdés (1857-1913), Juan de Echevarría (1875-1931), Hermenegildo Anglada Camarasa (1871-1959), Eduardo Chicharro y Agüera (1873-1949), Ignacio Zuloaga Zabaleta (1870-1945), Joaquín Mir y Trinxet (1873-1940), Joaquín Sorolla y Bastida (1863-1923), Aureliano de Beruete (1845-1912) et Agustín de Riancho Gómez de la Mora (1841-1929).

Source : https://elpais.com/cultura/2019/07/15/actualidad/1563211676_009449.html

Publicités

Espagne et France organiseront conjointement l’Eurobasket féminin de 2021

La sélection nationale féminine espagnole de basketball, victorieuse lors de l’Eurobasket 2019 (photographie : Alberto Nevado, FEB, Europa Press et AS)

Alors que la sélection nationale féminine espagnole de basketball en a remporté l’édition de 2019, le championnat d’Europe dans cette discipline sera organisée pour les femmes conjointement par l’Espagne et la France en 2021. La candidature transpyrénéenne s’est imposée à celle présentée par la Suède et l’Ukraine.

En Espagne, c’est la ville de Valence (Communauté de Valence) qui a été choisie pour accueillir les matches de deux groupes sur quatre et deux des quatre quarts de finale. De son côté, la France organisera à Lyon les rencontres de deux des quatre poules ainsi que des deux autres quarts de finale, tandis que Paris sera le siège des demi-finales, de la petite finale et de la grande finale.

Source : https://as.com/baloncesto/2019/07/15/mas_baloncesto/1563184367_791470.html

La Garde civile espagnole met la main sur un buste d’empereur romain qui allait être vendu

Le buste de l’empereur Hadrien retrouvé par la Garde civile espagnole (photographie : ABC)

En ce mois de juillet 2019, la Garde civile (équivalent espagnol de la gendarmerie française) a localisé et confisqué un buste antique représentant l’empereur romain Hadrien (117-138), qui était détenu illégalement par un particulier résidant dans la commune d’El Rubio, dans la province de Séville (Andalousie).

Ce particulier voulait vendre la sculpture pour une somme avoisinant les 500 000 euros, bien que cette pièce archéologique soit d’une valeur artistique et historique inestimable. L’empereur Hadrien est né vers 76 dans la ville antique d’Itálica, aujourd’hui située sur le territoire de la commune de Santiponce, dans la province de Séville. La pièce qui le représente doit être examinée par le Département régional andalou.

Source : https://www.abc.es/cultura/arte/abci-guardia-civil-recupera-valiosisimo-busto-emperador-adriano-siglo-201907151705_noticia.html

La ville andalouse de Málaga veut rendre ses espaces emblématiques aux piétons

Une vue du port de plaisance de Málaga, en Andalousie (photographie : EFE et El Confidencial)

La ville de Málaga (Andalousie) va connaître une véritable petite révolution dans les prochaines années en matière de transport et d’urbanisme. Le maire de la commune, Francisco de la Torre (Parti populaire), veut en effet rendre une partie de ses espaces emblématiques aux piétons avec l’aide d’un projet conçu par l’architecte et urbaniste Salvador Moreno Peralta ainsi que l’ingénieur des ponts et chaussées José Alba. Un tel projet devrait coûter 277 millions d’euros et inclura notamment un tunnel de 2,5 kilomètres de longueur.

L’objectif est de bannir les véhicules à moteur dans le centre de la métropole le long d’un axe Est-Ouest, notamment au niveau du cours des Curés, du cours du Parc, du quai n° 1 du port de plaisance, de l’avenue Cánovas-del-Castillo et de la promenade maritime Ville-de-Melilla. De même, un échangeur souterrain devrait être créé pour les autobus ainsi qu’une nouvelle gare routière du côté de la place de la Marine.

Source : https://www.elconfidencial.com/espana/andalucia/2019-07-15/malaga-central-soterramiento-centro_2125807/

Le célèbre roman espagnol « Don Quichotte » est traduit pour la première fois dans son intégralité en indonésien

Un moment de la présentation de la version en indonésien du roman en espagnol « Don Quichotte » (photographie : Antena 3)

Pendant près d’un an et demi, la traductrice et linguiste indonésienne Apsanti Djokosujatno a travaillé sur la traduction dans sa langue maternelle (pratiquée par environ 265 millions de personnes) du célèbre roman espagnol Don Quichotte. Elle s’est pour ce faire notamment appuyée sur la traduction en français et en anglais du fameux ouvrage de Miguel de Cervantes (1547-1616), considéré comme le premier roman moderne de l’histoire universelle.

Âgée de 78 ans, cette chercheuse a notamment travaillé à l’Université de La Sorbonne, à Paris (France). À l’exception de certains auteurs comme Federico García Lorca (1898-1936) ou Luis Sepúlveda (romancier chilien né en 1949), les traductions d’hommes de lettres hispanophones en indonésien restent plutôt rares, alors que Don Quichotte a déjà été publié dans 140 langues environ, depuis l’anglais jusqu’au français en passant par le portugais, le russe, l’arabe, l’hindi, le chinois, le bengali ou encore l’allemand.

Source : https://www.antena3.com/noticias/cultura/aventuras-don-quijote-lengua-indonesia-video_201907115d26d7370cf2ed10d61b26f0.html?fbclid=IwAR15O0AdMmozyk5SKo-n56ABCKR92qP1NUn7HpXpsErpbbrnmUUs0gHzqN8

Les jeunes Espagnols sans diplôme perçoivent le même salaire qu’à la fin des années 90

Des employés dans un bureau espagnol (photographie : Getty et El País)

La crise économique qui a touché le monde développé depuis les États-Unis d’Amérique à partir de 2008 a laissé de graves séquelles chez notre voisin ibérique. C’est notamment le cas chez les jeunes actifs, qui ont beaucoup souffert du chômage de masse mais également de la baisse généralisée des salaires. Ceux qui n’ont que peu ou n’ont pas de diplômes perçoivent ainsi les mêmes rémunérations qu’à la fin des années 90 tandis que même ceux qui ont fait des études supérieures plus poussées gagnent autant que leurs devanciers d’il y a dix ans.

Ces données ont été fournies par la Banque d’Espagne, qui a pour ce faire analysé des statistiques des 30 dernières années, et présentées par son gouverneur, Pablo Hernández de Cos. L’enrichissement successif des générations espagnoles s’est ainsi brusquement arrêté avec la « grande dépression » de 2008-2013.

Source : https://elpais.com/economia/2019/07/14/actualidad/1563114339_660487.html

Des troupes espagnoles sont invitées à défiler à Paris le 14 juillet 2019

Des soldats espagnols défilent sur les Champs-Élysées, à Paris (France), le 14 juillet 2019 (photographie : ABC)

Ce 14 juillet 2019, à l’occasion de la fête nationale française, des soldats espagnols étaient invités à défiler sur les Champs-Élysées, à Paris, dans le cadre de la parade militaire annuelle, sous les yeux du président de la République, Emmanuel Macron. En tout, environ 140 militaires, deux avions et quatre hélicoptères de l’armée de notre voisin ibérique ont ainsi pu être admirés par le public convié sur l’avenue parisienne.

De fait, Emmanuel Macron avait également invité d’autres nations européennes à participer à ce défilé : Allemagne, Belgique, Danemark, Estonie, Finlande, Pays-Bas, Portugal et Royaume-Uni. La ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles (Parti socialiste ouvrier espagnol), avait fait le déplacement en France pour l’occasion.

Source : https://abcblogs.abc.es/tierra-mar-aire/otros-temas/francia-14-de-julio-el-desfile-militar-espanol-en-paris.html?fbclid=IwAR2F7QqNmon1Z0Ff1C2Vxw8rHQx5CWz0r31V4f7pLxPeC5DQxte4whKKOYs

Deux chais espagnols font partie des meilleurs au monde selon World’s Best Vineyards

Les vignes López de Heredia Viña Tondonia, sise à Haro, dans La Rioja (photographie : ABC)

Selon l’organisation World’s Best Vineyards, qui classe les meilleures vignobles au monde, deux chais espagnols font partie des plus remarquables de la planète. Sur les 1 500 considérées dans le tableau, le vignoble López de Heredia Viña Tondonia, sis à Haro (La Rioja), est ainsi le troisième meilleur au monde et le meilleur chez notre voisin ibérique.

C’est dans la province d’Alava (Pays basque) que se trouve la deuxième, celle de Marqués de Riscal, qui pointe à la neuvième position au niveau international. Notons que, selon ce classement, c’est le vignoble Zuccardi Valle de Uco, fondé en 1963 et situé au pied des Andes, en Argentine, qui est le plus remarquable sur Terre. Les pays d’Amérique hispanophone sont très bien classés puisque le deuxième, le vignoble Garzón, se situe en Uruguay.

Source : https://www.abc.es/viajar/vinos/abci-bodegas-espanolas-entre-diez-mejores-mundo-201907110237_noticia.html

Javier Solana va devenir directeur du patronage du musée du Prado

L’ancien ministre espagnol Javier Solana (photographie : Andrea Comas et El País)

À la suite du décès de José Pedro Pérez-Llorca, qui occupait ce poste, l’ancien ministre espagnol Francisco Javier Solana de Madariaga va devenir président du patronage du musée du Prado, principale pinacothèque de Madrid et de toute l’Espagne. Né à Madrid le 14 juillet 1942, Solana est loin d’être un inconnu outre-Pyrénées puisqu’il a occupé divers poste ministériels avant de faire une carrière à l’international. Ministre de la Culture de 1982 à 1988 sous la présidence de Felipe González (Parti socialiste ouvrier espagnol), il a été porte-parole du gouvernement de 1985 à 1988.

Devenu ministre de l’Éducation et de la Science en 1988, il est ensuite ministre des Affaires étrangères de 1992 à 1995. C’est en effet cette année-là qu’il est élu secrétaire général de l’Organisation du Traité de l’Atlantique nord (OTAN), fonction qu’il occupe jusqu’en 1999, avant de devenir haut représentant de la Politique extérieure et de Sécurité commune de l’Union européenne (UE) jusqu’en 2009. En tant que ministre de la Culture, Solana a mené à bien plusieurs opérations d’envergure dans le domaine de l’art, comme la restauration du célèbre tableau Les Ménines ou encore le rapatriement à Madrid de La Marquise de Santa Cruz, qui était à l’époque détenue par le Royaume-Uni.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/07/11/actualidad/1562846244_943816.html?ssm=TW_CM_CUL

L’Espagne compte désormais sa première femme général

Le général Patricia Ortega, lorsqu’elle est devenue colonel de l’armée de terre espagnole, en 2016 (photographie : Álvaro García et El País)

Âgée de 56 ans, la Madrilène Patricia Ortega est devenue ce vendredi 12 juillet 2019 la première femme général d’Espagne, trois ans après avoir été nommée colonel de l’armée de terre. Cette promotion a été proposée par la ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles (Parti socialiste ouvrier espagnol), au gouvernement de Pedro Sánchez (PSOE), qui a validé le changement en Conseil des ministres.

Cette promotion se produit trente-et-un ans après l’ouverture de la carrière militaire aux femmes outre-Pyrénées. Patricia Ortega fait justement partie des pionnières qui ont permis l’accès plus massif des femmes à l’armée et qui leur ont ouvert les grades supérieurs. En 2009, elle est ainsi devenue la première lieutenant-colonel de l’armée de terre puis, en 2016, le premier colonel.

Source : https://elpais.com/politica/2019/07/10/actualidad/1562784246_624867.html