Des chercheurs espagnols découvrent des objets célestes qui ne devraient pas exister

L’Institut des Sciences de l’Espace, installé à Sardañola del Vallés, dans la province de Barcelone (Catalogne), qui dépend du Centre supérieur des Recherches scientifiques (CSIC) de Madrid (photographie : BGL Audiovisual)

Des chercheurs espagnols et allemands du consortium CARMENES, réunis dans une équipe dirigée par Juan Carlos Morales – qui travaille pour l’Institut des Sciences de l’Espace (Instituto de Ciencias del Espacio, ICE), sis à Sardañola del Vallés, dans la province de Barcelone (Catalogne), dépendant du Centre supérieur des Recherches scientifiques (Centro Superior de Investigaciones Científicas, CSIC) de Madrid -, ont découvert un nouveau monde d’objets célestes qui défie les lois de l’astrophysique actuellement en vigueur.

Leur trouvaille, publiée dans la revue spécialisée américaine Science, montre qu’il existe une géante gazeuse dont la taille correspond environ à la moitié de celle de Jupiter qui orbite autour d’une étoile naine rouge huit fois moins massive que notre Soleil. Autour de ce type d’étoiles ne peuvent en effet apparaître, selon la théorie de l’accrétion, que de petites planètes de taille équivalente à celle de Neptune ou de la Terre.

Source : https://www.abc.es/ciencia/abci-espanoles-hallan-extrano-mundo-gigante-no-deberia-existir-201909262003_noticia.html

Publicités

Les chefs d’état-major de l’Armée de l’Air espagnole, française et allemande organiseront des réunions tripartites régulières

Le chef d’état-major de l’Armée de l’Air espagnole, Javier Salto (photographie : Wikipedia)

En septembre 2019, le chef d’état-major de l’Armée de l’Air espagnole, Javier Salto, a rencontré son homologue français, Philippe Lavigne, et son homologue allemand, Ingo Gerhartz, en territoire français, à Bourges et Avord (département du Cher), afin de coordonner les efforts concernant la conception et fabrication du nouvel avion de chasse européen, le FCAS.

Ces réunions vont désormais devenir régulières afin de mieux collaborer dans l’élaboration de ce futur avion de combat pour lequel l’entreprise espagnole Indra est le référent outre-Pyrénées. Les prochains sommets devraient se tenir à Berlin (Allemagne) puis à Madrid.

Source : https://abcblogs.abc.es/tierra-mar-aire/industria-de-defensa/fcas-los-jefes-de-los-ejercitos-del-aire-de-espana-francia-y-alemania-se-reuniran-cada-tres-meses.html?fbclid=IwAR1WWvYgKnO9w2elhGnHzRK2DHaCChOjzMX7RJURWwYxRZ4hnIJSYPEbcv0

L’entreprise spatiale espagnole Hispasat veut renforcer sa place en matière de sécurité et de défense

Le siège de l’entreprise espagnole Hispasat à Madrid (photographie : Cinco Días)

Fondée en 1989 et sise à Madrid, l’entreprise spatiale espagnole Hispasat (qui a notamment conçu les premiers satellites envoyés dans l’espace par notre voisin ibérique, à partir de 1992) est aujourd’hui majoritairement détenue (environ 90 % de ses actions) par le Réseau électrique d’Espagne (Red Eléctrica de España), qui souhaite la vendre à l’opérateur autoroutier Abertis, lui aussi installé dans la capitale espagnole. Ce plan devrait voir le jour avant les fêtes de Noël de l’année 2019 mais ce changement de propriétaire doit s’accompagner d’autres projets.

C’est ainsi que depuis le 3 octobre dernier, le nouveau président directeur général (PDG) d’Hispasat, Miguel Ángel Paduro, veut ouvrir la firme à de nouveaux marchés et renforcer son rôle national et international en matière de sécurité et de défense. Il souhaite ainsi accroître les parts de marché d’Hispasat dans le domaine satellitaire mais aussi décrocher des contrats en Espagne ou à l’étranger dans le domaine des nanosatellites, de plus en plus employés à des fins militaires.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/09/25/companias/1569438355_459946.html

Un officier espagnol devient chef de la mission militaire internationale Atalante

Le commandant général de l’infanterie de marine espagnole, Antonio Planells Palau (à droite) – Photographie : Twitter

Ce 1er octobre 2019, le commandant général de l’infanterie de marine espagnole, Antonio Planells Palau (né le 16 août 1959 à Madrid), est devenu chef de l’Opération Atalante, mission diplomatique et militaire conduite par l’Union européenne (UE) à l’Ouest de l’océan Indien afin de lutter contre la piraterie.

Il a remplacé à ce poste un autre Espagnol, Antonio Martorell Lacave, vice-amiral d’action navale de la marine nationale. Cette mission, créée en 2009 et soutenu par plusieurs pays extracommunautaires, est sous la responsabilité du Conseil européen, qui en nomme le chef à intervalle régulier.

Source : https://abcblogs.abc.es/tierra-mar-aire/otros-temas/comandante-infanteria-marina-operacion-atalanta.html?fbclid=IwAR0gtiJ29Ft_V8mnnsGSsdYhMi-X93yPiKH-jnKt844aO27zu0sA9lsXYdE

Les Canaries sont choisies par un important armateur comme centre de réparation de ses navires

Le hameau de Caserío de Las Vegas, situé dans la commune de Granadilla de Abona, sur l’île de Ténérife, dans la province de Santa Cruz de Ténérife, aux îles Canaries (photographie : Wikipedia)

L’armateur suisse Allseas, qui fait partie des géants mondiaux du secteur, a choisi les îles Canaries, et plus précisément la commune littorale de Granadilla de Abona (île de Ténérife, province de Santa Cruz de Ténérife) pour y faire réparer ses navires. Il s’agira de son principal centre technologique dans cette partie de l’océan Atlantique. C’est ainsi que, dans la première quinzaine du mois d’octobre 2019, le port de Granadilla de Abona a accueilli le navire Pioneering Spirit.

Il s’agit d’un porte-conteneur de très grande envergure avec près de 477 mètres de longueur, 124 mètre de largeur et 30 mètres de tirant d’eau lorsqu’il est totalement chargé. Sa réparation à Granadilla de Abona devrait durer entre quatre et cinq mois – une durée qui correspond à son record de plus grand navire au monde en termes de volume, avec 400 000 tonnes de jaune nette.

Source : https://www.eldia.es/economia/2019/09/25/armador-aliseas-elige-granadilla-reparacion/1011524.html

Le gouvernement de la Communauté de Madrid veut relancer le projet de Cité de la Justice

La présidente régionale de la Communauté de Madrid, Isabel Díaz Ayuso (Parti populaire – au centre), en compagnie du conseiller régional à la Justice, à l’Intérieur et aux Victimes, Enrique López López (PP – à gauche), et de sa vice-conseillère, Yolanda Ibarrola (PP) – Photographie : El Mundo

Ce mercredi 25 septembre 2019, la présidente régionale de la Communauté de Madrid, Isabel Díaz Ayuso (Parti populaire), a affirmé vouloir relancer le vieux projet de Cité de la Justice (Ciudad de la Justicia), imaginé par Esperanza Aguirre (PP), présidente de 2003 à 2012, mais qui a été frappé par la crise économique de 2008 et dont les travaux sont paralysés dans l’attente d’une sentence en provenance de la Cour suprême (Tribunal Supremo).

Cette annonce a été faite à l’occasion d’une visite sur le terrain, dans l’arrondissement de Saint-Blaise-Canillejas, au sein du Pôle pénal (Núcleo de lo Penal), qui regroupe à de faibles distances les uns des autres une série de 56 tribunaux pénaux et autres organes judiciaires. L’objectif de la Cité de la Justice serait d’en finir avec la dispersion des cours et de l’administration de la justice dans la capitale espagnole en les réunissant dans de nouveaux locaux du côté du quartier de Valdebebas – à cheval sur les arrondissements de Barajas et Hortaleza.

Source : https://www.elmundo.es/madrid/2019/09/25/5d8b6240fdddff09ae8b45e2.html

L’Espagne envoie vers l’Irak la réplique de deux lions ailés mésopotamiens

La réplique des dieux lions ailés irakiens reconstitués en Espagne par la Fondation Factum (photographie : Ministère espagnol de la Défense et ABC)

Sise à Madrid, dans l’arrondissement de la Cité Linéaire, la Fondation Factum mêle habilement art et technologie afin d’assister les créateurs ou de reconstituer des œuvres millénaires. C’est le cas de deux lions ailés d’origine mésopotamienne, dont l’original est aujourd’hui conservé au British Museum de Londres (Royaume-Uni). Ce mercredi 25 septembre 2019, ces deux répliques ont été envoyés depuis notre voisin ibérique vers l’Irak afin d’orner la Bibliothèque de l’Université de Mossoul, détruite par le groupe État islamique (ÉI) en 2014.

Ces lions à visage humain, munis d’une paire d’ailes et de cinq pattes chacun, sont appelés lammasus et ont été sculptés sous le règne du roi d’Assyrie Assurnasirpal II (883-859 avant notre ère). Ils ont été redécouverts en 1847, après deux millénaires d’oubli, par l’archéologue britannique Austen Henry Layard. C’est en 2004 que les originaux ont été enregistrés via scanner par la Fondation Factum.

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-avion-ejercito-aire-espanol-lleva-irak-copias-leones-alados-asirios-asurnasirpal-201909250933_noticia.html?vca=rrss&vmc=abc-es&vso=tw&vli=cm-cultura

La municipalité de Madrid nomme son nouveau chroniqueur officiel

Le nouveau chroniqueur officiel de Madrid, Constantino Mediavilla (au centre), entouré à sa gauche du maire de Madrid, José Luis Martínez-Almeida (Parti populaire), et à sa droite du vice-maire de la capitale espagnole, Begoña Villacís (Citoyens) – Photographie : Chema Barroso et Madridiario

Réunie à l’occasion d’un Conseil municipal, la municipalité de Madrid, aujourd’hui dirigée par José Luis Martínez-Almeida (Parti populaire), a décidé ce mercredi 25 septembre 2019 de nommer son nouveau chroniqueur officiel (Cronista de la Villa). Il s’agit du journaliste et éditeur madrilène Constantino Mediavilla, qui se trouve également être le directeur du journal en ligne Madridiario, consacré à l’actualité de la capitale espagnole.

C’est au mois de mai 2019 qu’ont commencé les démarches visant à pourvoir ce poste honorifique, qui plonge ses racines dans l’histoire longue de la ville. L’ensemble des formations politiques représentées à la mairie de Madrid ont voté en faveur de la candidature de Constantino Mediavilla. Ce dernier est également président du groupe éditorial Diariocrítico et intervient à la radio sur la Cadena SER dans le cadre de l’émission Com.Permiso (littéralement, Com.Votre Permission).

Source : https://www.madridiario.es/constantino-mediavilla-cronista-villa-unanimidad

« S-80 : des nouvelles du nouveau-sous-marin espagnol »

Une vue d’artiste du nouveau sous-marin S-80 de la Marine espagnole face aux côtes de la Région de Murcie (photographie : El Economista)

Cet article intitulé « S-80 : des nouvelles du nouveau-sous-marin espagnol », publié le mercredi 25 septembre 2019 sur le site en ligne français Mer et Marine et rédigé par Vincent Groizeleau, revient sur les difficultés mais aussi les succès de la conception du nouveau sous-marin S-80 de la Marine espagnole : https://www.meretmarine.com/fr/content/s-80-des-nouvelles-du-nouveau-sous-marin-espagnol?xtor=EPR-56-20120118%5BNewsletter_V2_Drupal%5D-20190925-%5B_2%5D

56 % des Espagnols estiment que le réchauffement climatique est la première ou deuxième menace la plus importante pour la planète

Une manifestation en faveur de la sauvegarde du climat en Espagne (photographie : Jesús Prieto et Europa Press)

Selon une enquête d’opinion menée à bien par l’Institut royal Elcano, groupe de réflexion sis à Madrid, 37 % des Espagnols considèrent que le réchauffement climatique est la plus grande menace pour la planète à l’heure actuelle tandis que 17 % d’entre eux la placent comme deuxième menace la plus pressante. Par ailleurs, 20 % des sondés estiment qu’il s’agit des conflits armés, 16 % pensent qu’il s’agit de l’espèce humaine en général et 13 %, la classe politique dans sa globalité.

Cette étude montre également que 60 % des personnes interrogés disposant d’un véhicule personnel seraient disposées à payer davantage – en moyenne, 46 euros supplémentaires chaque année sous la forme d’un impôt sur la circulation. Notons également que 93 % des Espagnols jugent, selon ce sondage, que leur pays doit se doter urgemment d’une loi sur le changement climatique et que les objectifs qui y seraient inscrits doivent être définis par la communauté scientifique.

Source : https://www.europapress.es/epagro/noticia-56-espanoles-cree-cambio-climatico-primera-segunda-mayor-amenaza-mundo-20190924141948.html