Le manteau de sacre de Charles III enfin exposé

Charles III, roi d’Espagne de 1759 à 1788, a laissé le souvenir d’un despote éclairé et d’un roi sage et réformateur outre-Pyrénées, notamment dans la capitale. Il avait auparavant été roi de Naples (1734-1759) et de Sicile (1735-1759), où il avait également été très apprécié, avant d’hériter la Couronne espagnole de son demi-frère, Ferdinand VI (1746-1759).

Son manteau de sacre, qui n’avait jamais été montré au grand public jusqu’alors, fera l’objet d’une exposition inédite à la Maison royale de la Monnaie, à Madrid, à partir du 20 septembre 2016. L’Espagne commémore en effet cette année le tricentenaire de la naissance du souverain et, parmi les manifestations organisées, l’exposition « Virtuti et Merito – L’ordre royal et distingué de Charles III », donnera l’occasion de découvrir ce vêtement d’apparat du XVIIIe siècle, qui bénéficie d’un état de conservation exceptionnel.

Il est réalisé en soie cramoisie avec des broderies héraldiques en or et en argent. L’exposition est parrainée par le duc et la duchesse de Castro, qui représentent la maison de Bourbon-Sicile.

Source : http://www.europapress.es/chance/realeza/noticia-manto-ceremonial-carlos-iii-viajara-espana-primera-vez-20160825062941.html

L’Espagne est à nouveau le principal pays du monde pour les transplantations

Les statistiques de l’année 2015 le montrent : l’Espagne est, pour la vingt-quatrième année consécutive, le principal pays au monde pour le nombre de transplantation réalisées. Concrètement, 4 769 organes ont été greffés outre-Pyrénées l’année dernière et notre voisin a enregistré 1 851 donneurs. Le deuxième pays dans ce classement élaboré par l’Organisation nationale des Greffes (ONT) et le Registre mondial des Transplantations est la Croatie, qui suit l’Espagne à une bonne distance avec 169 donneurs et 399 greffes.

Alors que l’Espagne ne représente « que » 0,6 % de la population mondiale, elle permet d’expliquer 17,6 % des dons d’organes en Europe et 6,7 % de ceux réalisés dans le monde. Elle affiche ainsi le meilleur taux de transplantations sur la planète avec 100,7 malades greffés par million de personnes, devant les États-Unis d’Amérique (92,7 malades) et la moyenne européenne (62,4 malades).

Ce succès est dû en grande partie à l’Organisation nationale des Greffes, créée en 1989 et dirigée depuis lors par Rafael Matesanz. Avec un personnel « réduit » de 30 personnes, cet organisme a su faire preuve de rapidité, d’efficacité et de coordination avec les différents acteurs concernés. Les progrès dans les techniques chirurgicales ainsi que la solidarité naturelle de la société espagnole expliquent aussi ce succès jamais démenti.

Sources : http://www.elimparcial.es/noticia/168806/espana-24-anos-de-lider-mundial-en-trasplantes.html et http://www.abc.es/sociedad/abci-somos-potencial-mundial-trasplantes-201608231916_noticia.html

Les séparatistes catalans gaspillent encore de l’argent dans leurs lubies

La Catalogne est la communauté autonome qui a le plus bénéficié du Fonds de Liquidité aux Autonomies (FLA) et attend encore le versement de plus de 5 milliards d’euros de la part d’un État central qu’elle se permettra ensuite de continuer à insulter et à défier.

Pourtant, le gouvernement séparatiste ne traite pas mieux sa propre population, puisqu’il délaisse largement toute politique sociale et qu’il n’a mis en place aucune nouvelle loi depuis un an maintenant. Sous la férule d’Artur Mas, les associations caritatives ne recevaient plus leurs subventions, les factures régionales d’eau et d’électricité n’étaient plus payées, pas plus que n’étaient honorés les contrats en matière d’infrastructures. Le gouvernement de Carles Puigdemont, qui a hérité d’une situation économique médiocre et d’un bilan financier catastrophique, ne compte pas davantage payer les pharmacies, investir dans les hôpitaux, financer les centres de lutte contre la drogue ou d’accueil des personnes handicapées.

Pourquoi ? Les responsabilités ne sont pas à chercher du côté de Madrid mais bien de Barcelone, qui continue à gaspiller son budget dans les lubies indépendantistes. Environ 500 millions d’euros sont ainsi dépensés chaque année par la Généralité pour promouvoir sa propagande et ses délires, notamment dans les médias régionaux. Autant dire que ces 500 millions d’euros annuels n’iront pas dans une politique sociale…

Source : http://www.larazon.es/historico/3609-la-generalitat-gasta-500-millones-al-ano-en-promocionar-el-nacionalismo-MLLA_RAZON_486673#.Ttt1cWOvnGMgKoP

Les trois films espagnols présélectionnés pour les Oscar

alex garcia.jpg
Une photographie tirée du film La Novia de Paula Ortiz (photographie : blogs de l’EITB)

Parmi les 42 longs métrages espagnols sortis entre le 1er novembre 2015 et le 30 septembre 2016, l’Académie des Arts et des Sciences cinématographiques d’Espagne a présélectionné trois films susceptibles de représenter le pays à la prochaine cérémonie des Oscar, qui aura lieu en février 2017, dans la catégorie « Meilleur film étranger ».

Concrètement, la présidente par intérim de l’institution, la costumière Yvonne Blake, a révélé le titre de ces trois productions : El Olivo (littéralement, L’Olivier), d’Icíar Bollaín ; Julieta, de Pedro Almodóvar ; et La Novia (littéralement, La Mariée), de Paula Ortiz.

Ce dernier long métrage est une adaptation libre de la pièce de théâtre Noces de sang, de Federico García Lorca, créée en 1933 au théâtre Beatriz de Madrid. Le film El Olivo propose de son côté un certain portrait de la crise en Espagne dans une petite commune rurale, tandis que Julieta est inspirée de trois nouvelles du prix Nobel canadien de littérature Alice Munro.

Depuis la création des Oscar, en 1929, l’Espagne a reçu quatre fois le prix du meilleur film étranger (si l’on ne compte pas Le Charme discret de la bourgeoisie, récompensé en 1972, car Luis Buñuel concourait alors sous la nationalité française) : Volver a empezar, de José Luis Garci, en 1982 ; Belle époque, de Fernando Trueba, en 1992 ; Tout sur ma mère, de Pedro Almodóvar, en 1999 ; et Mar adentro, d’Alejandro Amenábar, en 2004.

Ces quatre prix font de notre voisin le troisième pays le plus titré dans cette catégorie après l’Italie et la France.

Source : http://www.elimparcial.es/noticia/168641/el-olivo-julieta-y-la-novia-finalistas-espanolas-para-los-oscar.html

L’Espagne connaît un record historique de tourisme

La saison haute s’achève en Espagne, comme dans bien d’autres pays, et si les chiffres définitifs pour les mois de juillet et août ne sont pas encore connus, les statistiques disponibles pour le premier semestre sont plus que satisfaisantes.

Entre le 1er janvier et le 30 juin 2016, notre voisin a ainsi accueilli 32,7 millions de visiteurs internationaux, ce record étant en partie nourri par l’instabilité sur la rive sud de la Méditerranée (particulièrement en Égypte, en Tunisie et en Turquie) ainsi que par le sentiment d’insécurité lié à certains pays européens, comme la France. Le chiffre de 32,7 millions suppose une augmentation de 11,7 % par rapport à la même période de l’année 2015.

Quant aux touristes espagnols qui voyagent dans leurs propres pays, ils ont réalisé 28,03 millions de déplacements jusqu’au 30 juin, un record depuis le début de la série historique, en 1999. C’est surtout le secteur de l’hôtellerie, qui avait particulièrement souffert de la crise, qui bénéficie de ce comportement touristique exceptionnel, avec une augmentation des prix de 5,07 % depuis le début de l’année.

Source : http://cincodias.com/cincodias/2016/08/23/economia/1471946318_845575.html

Le sport espagnol brille en cette fin de mois d’août

Cela faisait vingt-quatre ans que l’Espagne n’avait pas autant brillé aux Jeux olympiques avec dix-sept médailles en tout, dont sept en or, un record depuis l’édition de 1992, qui se tenait justement à Barcelone. Elle arrive ainsi en quatorzième position dans le classement final de ces jeux, derrière le Brésil (pays-hôte) et devant le Kenya.

L’on retiendra tout particulièrement la très bonne tenue du sport féminin et des disciplines aquatiques ainsi que le cycle très favorable au basketball. Les sept médailles d’or espagnoles sont les suivantes : Mireia Belmonte au 200 mètres papillon ; Maialen Chourraut au slalom du canoë-kayak monoplace ; Rafael Nadal et Marc López au double masculin du tennis ; Marcus Walz au 1 000 mètres du canoë-kayak monoplace ; Saúl Craviotto et Cristian Toro au 200 mètres du canoë-kayak en sprint ; Carolina Marín au badminton féminin ; Ruth Beitia au saut en hauteur féminin.

Les médailles d’argent sont revenues aux sportifs suivants : Orlando Ortega au 110 mètres haies ; Eva Calvo au taekwondo féminin (moins de 57 kilogrammes) ; l’équipe d’Espagne au basketball féminin ; l’équipe d’Espagne en gymnastique rythmique.

Les médailles de bronze, enfin, ont été distribuées de la façon suivante : Mireia Belmonte au 400 mètres nage libre ; Lidia Valentín en haltérophilie (moins de 75 kilogrammes) ; Joel González au taekwondo masculin (moins de 68 kilogrammes) ; Saúl Craviotto au 200 mètres du canoë-kayak monoplace ; Carlos Coloma au VTT ; l’équipe d’Espagne au basketball masculin.

Mais à peine la compétition est-elle terminée qu’une autre commence, puisque le tour cycliste d’Espagne a débuté le 20 août et mènera le peloton des thermes d’Orense (Galice) jusqu’à Madrid. Une bonne occasion pour voir de somptueux paysages…

Sources : http://www.abc.es/deportes/abci-medallas-espana-ganado-juego-20129224908-20160821214913_galeria.html, http://www.sportyou.es/noticias/espana-mismas-medallas-mas-oros-649948 et http://www.lavuelta.com/

Un café consacré à la Corée du Nord ouvre en Espagne

C’est une nouvelle atypique et intéressante : Alejandro Cao de Benós, l’un des rares Occidentaux à avoir obtenu la nationalité nord-coréenne et à travailler pour le gouvernement de Pyongyang, a ouvert un café consacré à la Corée du Nord dans sa ville natale de Tarragone (Catalogne).

Le Pyongyang Café propose non seulement des consommations mais également des livres, des souvenirs et des débats sur l’un des pays les plus méconnus au monde. L’objectif de son créateur est précisément de mieux faire connaître la réalité nord-coréenne auprès du public espagnol, d’en améliorer l’image et de favoriser l’amitié entre les deux pays.

Source : http://www.cronicaglobal.com/vida/pyongyang-cafeteria-embajador-corea-norte-tarragona_60067_102.html

Les exportations automobiles espagnoles se portent bien

Le secteur automobile espagnol a été l’une des planches de salut de l’économie nationale au plus fort de la crise économique et il continue de se porter à merveille. C’est ainsi que, selon des données fournies par les fabricants de voitures, de motos et de composants automobiles ainsi que par le ministre de l’Économie et de la Compétitivité en fonction, Luis de Guindos, les six premiers mois de l’année 2016 ont été marqués par un fort excédent commercial. Ce dernier s’établit à un peu plus de 4,1 milliards d’euros, soit 58,6 % de plus que pour les six premiers mois de l’année 2015.

Les exportations automobiles espagnoles ont crû de 13,3 % au premier semestre (soit 24,2 milliards d’euros), tandis que les importations ont elles aussi connu une augmentation de 7,1 % (soit des achats à l’extérieur pour 20,1 milliards d’euros).

Source : http://www.cronicaglobal.com/business/el-sector-espanol-del-automovil-dispara-un-58-6-superavit_60276_102.html

D’importantes découvertes sur l’homme de Neandertal en Espagne

À l’issue de la 25e campagne de fouilles paléo-anthropologiques et archéologiques du ravin de la Colombe, dans la Région de Murcie, des restes d’homme de Neandertal ont été découverts et ont livré d’intéressants secrets. Des fossiles datés d’il y a 65 000 ans, voire d’il y a 90 000 ans, détiennent le nouveau record d’ancienneté pour cette espèce humaine.

C’est aussi dans ce ravin de la commune de Torre Pacheco qu’ont été découvertes des inhumations datées d’il y a 50 000 ans ainsi que du pollen fossilisé, des traces de consommation de plantes et d’utilisation du feu.

Avec les ossements de onze individus, le ravin de la Colombe constitue le gisement le plus important de tout le bassin méditerranéen en ce qui concerne l’homme de Neandertal.

Source : http://www.abc.es/ciencia/abci-murcia-hombre-neanderthal-habito-sima-palomas-hace-menos-65000-anos-201608101321_noticia.html

Le déficit commercial espagnol chute encore

En dépit du blocage parlementaire que subit le pays, les données macro-économiques espagnoles continuent à bien se comporter puisque entre janvier et juin 2016, le déficit commercial de notre voisin a chuté de 31,4 %. Cette nouvelle baisse importante est principalement due à l’augmentation des exportations, qui ont crû de 2,3 % et ont établi un nouveau record avec plus de 128 milliards d’euros.

Le taux de couverture, qui mesure l’indépendance économique du pays, a ainsi atteint 94,2 % à la fin du mois de juin (contre 91,6 % l’année précédente, à la même date). La balance commercial hors produits énergétiques, de son côté, affiche un excédent de 99,4 milliards d’euros.

Ces résultats sont largement encourageants, surtout si on les compare aux évolutions au sein de la zone euro (-0,2 % d’exportations sur la période), de l’Union européenne (-0,8 %) ou d’un certain nombre d’autres puissances exportatrices : la France (-1,2 %), le Royaume-Uni (-5,3 %), l’Italie (0%), l’Allemagne (+1,5 %), les États-Unis (-6,5 %), la Chine (-6,9 %) ou le Japon (-8,7 %).

Parmi les secteurs économiques qui ont contribué à cet accroissement des exportations espagnoles, il faut surtout signaler l’industrie automobile, le matériel de transport routier, les composants d’automobile et les produits manufacturés.

Source : http://www.cronicaglobal.com/business/el-deficit-comercial-cae-un-31-4-gracias-a-las-exportaciones_60274_102.html et http://www.lamoncloa.gob.es/serviciosdeprensa/notasprensa/mineco/Paginas/2016/190816comercioexterior.aspx