Le pilote automobile espagnol Carlos Sainz remporte le Rallye Dakar 2020

Le pilote automobile espagnol Carlos Sainz célèbre sa victoire lors du Rallye Dakar 2020 (photographie : ASO et La Razón)

Ce vendredi 17 janvier 2020, le pilote automobile espagnol Carlos Sainz Cenamor a remporté le Rallye Dakar 2020, qui ralliait cette année les villes saoudiennes de Djeddah à Qiddiya. En compagnie de son copilote et compatriote Lucas Cruz, il devance ainsi ses deux principaux rivaux sur la course, le Qatari Nasser al-Attiyah (assisté du Français Matthieu Baumel) et le Français Stéphane Stéphane Peterhansel (accompagné du Portugais Paulo Fiuza). Âgé de 57 ans (il est né à Madrid le 12 avril 1962), il remporte ainsi sa troisième course du genre, après ses titres glanés en 2010 et 2018.

Leader du classement général dès la troisième étape cette année, il a rapidement imposé sa loi sur le Rallye Dakar au volant de sa Mini (marque britannique). Lors des deux précédentes éditions victorieuses pour lui, il avait remporté la course respectivement avec Volkswagen (marque allemande) et Peugeot (marque française). Sur la ligne d’arrivée, Carlos Sainz a dédié sa victoire à sa famille ainsi qu’à tous les Espagnols.

Source : https://www.larazon.es/deportes/20200117/rcwpy7pohze4lk2spgnl2mvjym.html

La Marine espagnole propose des noms pour ses futures frégates F-110

L’officier de marine espagnol Luis de Córdoba (photographie : Wikipedia)

Alors qu’elle attend la livraison de ses nouvelles frégates F-110, navires les plus modernes qu’elle ait jamais acquis, la Marine espagnole (Armada) a déjà proposé plusieurs noms pour ces unités afin de rendre hommage à l’histoire militaire de l’ensemble de l’Espagne. Ces noms doivent encore être validés par le Ministère de la Défense, dont l’actuelle titulaire est Margarita Robles (Parti socialiste ouvrier espagnol) et ils sont les suivants :

  • Ramón de Bonifaz y Camargo (1196-1252), originaire de Burgos (actuelle Castille-et-León), premier amiral de Castille et créateur de la Marine royale de Castille ;
  • Roger de Lauria (1245-1305), né dans la ville italienne de Lauria (dans l’actuelle Basilicate), marin s’étant mis au service de la Couronne d’Aragon ;
  • Pedro Menéndez de Avilés (1519-1574), né dans la ville d’Avilés (actuelle Principauté des Asturies), conquérant de la Floride (actuels États-Unis d’Amérique), fondateur de Saint Augustine (San Agustín, en espagnol), plus ancienne ville du pays à encore exister aujourd’hui ;
  • Luis de Córdova y Córdova (1706-1796), originaire de Séville (actuelle Andalousie), officier de marine ;
  • et Antonio Barceló y Pont de la Terra (1717-1797), né à Palma de Majorque (îles Baléares), amiral de la Marine royale.

Source : https://www.abc.es/espana/abci-propuesta-armada-para-nombrar-fragatas-f-110-bonifaz-roger-lauria-menendez-aviles-201912160242_noticia.html

La Communauté de Madrid prépare la formation en alternance du futur

Des étudiants en alternance au lycée Clara-del-Rey de Madrid (photographie : Rubén Mondelo et La Razón)

Très en vogue en Espagne ces dernières années, la formation professionnelle en alternance (formación profesional dual, souvent abrégée « FP dual« ) est aussi au cœur des préoccupations des autorités de la Communauté de Madrid, autonomie espagnole aujourd’hui dirigée par Isabel Díaz Ayuso (Parti populaire). De fait, sur les quatre dernières années, le nombre d’élèves ayant choisi cette modalité a crû de 47 % dans la communauté autonome. Ce n’est pas pour rien si la présidente régionale a récemment présenté le « livre blanc » (libro blanco) en la matière.

De fait, les autorités de la Communauté de Madrid préparent déjà l’avenir de ce type d’études en cherchant à renforcer les méthodes d’apprentissage à distance ainsi que les cursus liés aux technologies de l’information et de la communication ou encore à l’informatique (réalité virtuelle, 3D, laboratoires à distance, etc.) La commune d’Alcorcón, située au Sud de la capitale et peuplée de près de 170 000 habitants, accueillera d’ailleurs un centre d’innovation dans le domaine.

Source : https://www.larazon.es/madrid/20191214/ykheeutf35dmdflxmzln77snne.html

L'Espagne est nommée plusieurs fois aux Oscar 2020

Le cinéaste espagnol Pedro Almodóvar (photographie : GTRES et El País)

Ce lundi 13 janvier 2020, l’Académie américaine des Arts et des Sciences cinématographiques révélait la liste des films, acteurs, producteurs, réalisateurs et autres techniciens nommés à la cérémonie des Oscar 2020, qui aura lieu le 9 février prochain dans le quartier d’Hollywood, à Los Angeles, en Californie (États-Unis d’Amérique). L’Espagne y figure en bonne place puisque le long métrage Douleur et Gloire (Dolor y gloria, en version originale), du cinéaste Pedro Almodóvar, fait partie de la sélection pour le meilleur film international. C’est la première fois depuis 2005 et Mar Adentro, d’Alejandro Amenábar, que notre voisin ibérique figure dans cette liste – et la première fois pour Almodóvar depuis Parle avec elle, sorti en 2002.

Douleur et Gloire sera en concurrence dans sa catégorie avec Parasite (Corée du Sud), Corpus Christ (Pologne), Honeyland (Macédoine) et Les Misérables (France). L’acteur principal de Douleur et Gloire, l’Espagnol Antonio Banderas, est de son côté nommé dans la catégorie du meilleur acteur face au Britannique Jonathan Pryce et aux Américains Leonardo DiCaprio, Adam Driver et Joaquin Phoenix. Enfin, notons que le film d’animation espagnol Klaus, de Sergio Pablos, est nommé face à Dragons 3 : le monde caché (États-Unis d’Amérique), J’ai perdu mon corps (France), Monsieur Link (États-Unis d’Amérique) et Toy Story 4 (États-Unis d’Amérique).

Source : https://elpais.com/cultura/2020/01/13/actualidad/1578913693_588976.html

Atresmedia présente une nouvelle série télévisée dystopique se déroulant à Madrid

L’avenue de la Castillane, l’une des principales artères de Madrid, quasi déserte dans la série télévisée « La valla » (photographie : La Razón)

Ce mercredi 11 décembre 2019, l’entreprise audiovisuelle privée espagnole Atresmedia, sise à San Sebastián de los Reyes (Communauté de Madrid), a présenté, dans le cadre du Festival MiM Series 2019, sa prochaine série de fiction, créée par Daniel Écija et co-produite par Good Mood et Globomedia. Intitulée La valla (littéralement, La Barrière), elle comptera initialement treize chapitres qui plongera le téléspectateur dans un monde dystopique, en plein Madrid futuriste.

En voici l’argument : dans un futur peut-être pas si lointain, une nouvelle guerre mondiale et la pénurie de ressources ont amené l’Espagne à devenir une dictature séparant de manière physique et intraitable deux catégories de la population, pauvres et riches, à l’aide d’une frontière ou barrière militarisée. À l’affiche de cette fiction, l’on retrouvera certains acteurs connus outre-Pyrénées comme Olivia Molina, Ángela Molina ou encore Unax Ugalde.

Source : https://www.larazon.es/television/20191212/4fti2mrotvacvbqwq76prokdme.html

La céramique de Talavera de la Reina devient patrimoine culturel immatériel de l'humanité

Un artisan spécialisé dans la céramique travaille dans son atelier de Talavera de la Reina, dans la province de Tolède, en Castille-La Manche (photographie : IPCE, Ministère de la Culture et du Sport et El País)

Ce mercredi 11 décembre 2019, le conseil plénier du Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité de l’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO, selon son sigle anglais, organisme sis à Paris, en France), réuni à Bogotá (Colombie), a choisi d’inclure la tradition de la céramique de qualité de Talavera de la Reina et Puente del Arzobispo, deux communes de la province de Tolède (Castille-La Manche). Il existe actuellement encore une quarantaine d’ateliers traditionnels de céramique (cerámica) dans les deux villes qui ont perpétué les processus techniques et créatifs originels.

Mais Talavera de la Reina et Puente del Arzobispo ne sont pas les seules villes incluses pour cette technique artisanale puisque, dans le même temps, les villes mexicaines de Puebla de Zaragoza (État de Puebla) et Tlaxcala de Xicohténcatl (État de Tlaxcala) ont été retenues pour les mêmes raisons. C’est vers la fin du XVIe siècle que le procédé de création de céramique traditionnelle s’est étendu à l’ensemble de la péninsule Ibérique ainsi qu’à l’Amérique espagnole. Avec cette nouvelle entrée au Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, l’Espagne compte quinze manifestations classées.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/12/11/actualidad/1576073493_038731.html

Décès de l'acteur espagnol Pep Cortés à l'âge de 74 ans

L’acteur espagnol Pep Cortés (photographie : COPE et ABC)

L’on apprenait ce lundi 9 décembre 2019 le décès à Barcelone (Catalogne), à l’âge de 74 ans, de l’acteur espagnol Pep Cortés, qui était né à Alcoy, dans la province d’Alicante (Communauté de Valence) le 5 mai 1945. Il a travaillé à la fois pour le théâtre et la télévision dans l’ensemble de l’Espagne, notamment dans la série Senyor Retor (littéralement, Monsieur le Recteur – Canal 9 et À Punt) mais également dans le long métrage Todos a la cárcel (littéralement, Tous en prison), de Luis García Berlanga.

En 1992, il a reçu la distinction de Meilleur Acteur de l’Année de la part des autorités de la Communauté de Valence pour son rôle dans Son de mar (littéralement, Son de la mer), de Bigas Luna, et son labeur comme metteur en scène pour des pièces comme Els Dies de la Nit (littéralement, Les Jours de la Nuit), avec des comédiens comme Neus Agulló et Tomás Mestre. Il s’est également fait connaître pour les personnages qu’il a interprétés dans des séries télévisées comme Cuéntame como pasó (littéralement, Raconte-moi comment ça s’est passé) ou encore Hospital Central (littéralement, Hôpital Central).

Source : https://www.abc.es/espana/comunidad-valenciana/abci-fallece-actor-alcoyano-cortes-recordado-senyor-retor-y-todos-carcel-201912092147_noticia.html?vca=rrss&vmc=abc-es&vso=tw&vli=cm-cultura

La Fondation Cristina-Masaveu ouvrira un centre de diffusion de la culture espagnole aux États-Unis d'Amérique en 2020

L’édifice de la rue Howe, à New Haven (Connecticut, États-Unis d’Amérique), où sera installée la Fondation Cristina-Masaveu de divulgation de la culture espagnole dans le pays (photographie : FMCMP et El Comercio)

Après avoir ouvert une antenne artistique à Madrid, la Fondation Cristina-Masaveu-Peterson devrait inaugurer cette année un centre de diffusion de la culture espagnole aux États-Unis d’Amérique, plus précisément à New Haven, dans l’État du Connecticut. C’est un édifice de la rue Howe, non loin de la célèbre université de Yale, qui accueillera cet organisme, dont un pendant devrait également être bâti outre-Pyrénées. Il s’appellera de fait Howe Yale Place.

Le bâtiment en question est en cours de ravalement et de réhabilitation, tandis que le nouveau site espagnol se trouvera à Salamanque, capitale de province de Castille-et-León, au sein de l’espace culturel Morasverdes. Ce dernier fonctionnera non seulement comme un centre d’expositions artistiques mais également comme une auberge de jeunesse pouvant accueillir jusqu’à 76 personnes. L’on y retrouvera ainsi des chambres et sanitaires mais aussi une salle informatique et des salles polyvalentes de travail et de lecture.

Source : https://www.elcomercio.es/culturas/fundacion-cristina-masaveu-creo-centro-difusion-cultura-espanola-20191210001211-ntvo.html

Décès de la grande personnalité espagnole de la culture Marta Tatjer à l'âge de 76 ans

La personnalité espagnole de la culture Marta Tatjer (photographie : Albert Beltrán et El Periódico)

L’on apprenait ce lundi 2 décembre 2019 le décès à Barcelone (Catalogne), à l’âge de 76 ans, de la grande personnalité culturelle espagnole Marta Tatjer i Capón, qui était née dans la capitale catalane en 1943. Fondatrice et première directrice du Festival grec de la ville, entre 1986 et 1987, elle a également largement contribué à la création du Festival de la Grâce (Festival de la Merced).

Après avoir étudié les beaux-arts, elle a commencé en 1977 à travailler pour la municipalité de Barcelone, aujourd’hui dirigée par Ada Colau (Barcelone en Commun, liste soutenue par Podemos). Elle y a toujours œuvré pour le développement des fêtes et festivals dans la commune et ses quartiers, notamment sous la responsabilité du conseiller municipal Rafael Pradas.

Source : https://www.elperiodico.com/es/barcelona/20191202/muere-la-activista-cultutal-marta-tatjer-impulsora-de-la-merce-7759142

Des objets retrouvés à Burguete démontrent la romanisation des Pyrénées navarraises

Un anneau romain représentant la déesse Fortuna, retrouvé à Burguete, en Navarre (photographie : EFE et ABC)

Situé sur le territoire de la commune de Burguete (Navarre), le site archéologique de Zaldua est creusé et exploré depuis huit ans par des archéologues dépêchés sur place par la Société des Sciences Aranzadi et le Musée archéologique de Londres (Royaume-Uni), sous la supervision de la Section des Registres, Biens meubles et Archéologie du gouvernement régional, aujourd’hui dirigé par María Chivite (Parti socialiste ouvrier espagnol). Ces fouilles démontrent que les Pyrénées navarraises ont été largement romanisées, bien plus que ce que l’on croyait jusqu’alors, car l’on y a découvert un vaste complexe thermal romain.

Plusieurs objets de valeur ont été mis au jour par les scientifiques qui travaillent à Burguete, comme un anneau en or représentant la déesse romaine Fortuna, qui symbolisait la fécondité ; des amulettes en bronze, dont certaines ont des formes phalliques ; une lunule de bronze ; un dé dans le même alliage ; des pions venant de divers jeux de plateau ; et même des lucernes, sortes de lanternes antiques fonctionnant à l’huile. Notons également de nombreuses pièces de monnaie, objet courant dans les sites archéologique et dont les informations sont toujours précieuses.

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-objetos-hallados-excavaciones-burguete-demuestran-romanizacion-pirineo-navarro-201912101233_noticia.html#vca=rrss-inducido&vmc=abc-es&vso=tw&vli=noticia-foto