La ville andalouse de Málaga veut rendre ses espaces emblématiques aux piétons

Une vue du port de plaisance de Málaga, en Andalousie (photographie : EFE et El Confidencial)

La ville de Málaga (Andalousie) va connaître une véritable petite révolution dans les prochaines années en matière de transport et d’urbanisme. Le maire de la commune, Francisco de la Torre (Parti populaire), veut en effet rendre une partie de ses espaces emblématiques aux piétons avec l’aide d’un projet conçu par l’architecte et urbaniste Salvador Moreno Peralta ainsi que l’ingénieur des ponts et chaussées José Alba. Un tel projet devrait coûter 277 millions d’euros et inclura notamment un tunnel de 2,5 kilomètres de longueur.

L’objectif est de bannir les véhicules à moteur dans le centre de la métropole le long d’un axe Est-Ouest, notamment au niveau du cours des Curés, du cours du Parc, du quai n° 1 du port de plaisance, de l’avenue Cánovas-del-Castillo et de la promenade maritime Ville-de-Melilla. De même, un échangeur souterrain devrait être créé pour les autobus ainsi qu’une nouvelle gare routière du côté de la place de la Marine.

Source : https://www.elconfidencial.com/espana/andalucia/2019-07-15/malaga-central-soterramiento-centro_2125807/

Publicités

Les jeunes Espagnols sans diplôme perçoivent le même salaire qu’à la fin des années 90

Des employés dans un bureau espagnol (photographie : Getty et El País)

La crise économique qui a touché le monde développé depuis les États-Unis d’Amérique à partir de 2008 a laissé de graves séquelles chez notre voisin ibérique. C’est notamment le cas chez les jeunes actifs, qui ont beaucoup souffert du chômage de masse mais également de la baisse généralisée des salaires. Ceux qui n’ont que peu ou n’ont pas de diplômes perçoivent ainsi les mêmes rémunérations qu’à la fin des années 90 tandis que même ceux qui ont fait des études supérieures plus poussées gagnent autant que leurs devanciers d’il y a dix ans.

Ces données ont été fournies par la Banque d’Espagne, qui a pour ce faire analysé des statistiques des 30 dernières années, et présentées par son gouverneur, Pablo Hernández de Cos. L’enrichissement successif des générations espagnoles s’est ainsi brusquement arrêté avec la « grande dépression » de 2008-2013.

Source : https://elpais.com/economia/2019/07/14/actualidad/1563114339_660487.html

Deux chais espagnols font partie des meilleurs au monde selon World’s Best Vineyards

Les vignes López de Heredia Viña Tondonia, sise à Haro, dans La Rioja (photographie : ABC)

Selon l’organisation World’s Best Vineyards, qui classe les meilleures vignobles au monde, deux chais espagnols font partie des plus remarquables de la planète. Sur les 1 500 considérées dans le tableau, le vignoble López de Heredia Viña Tondonia, sis à Haro (La Rioja), est ainsi le troisième meilleur au monde et le meilleur chez notre voisin ibérique.

C’est dans la province d’Alava (Pays basque) que se trouve la deuxième, celle de Marqués de Riscal, qui pointe à la neuvième position au niveau international. Notons que, selon ce classement, c’est le vignoble Zuccardi Valle de Uco, fondé en 1963 et situé au pied des Andes, en Argentine, qui est le plus remarquable sur Terre. Les pays d’Amérique hispanophone sont très bien classés puisque le deuxième, le vignoble Garzón, se situe en Uruguay.

Source : https://www.abc.es/viajar/vinos/abci-bodegas-espanolas-entre-diez-mejores-mundo-201907110237_noticia.html

L’entreprise espagnole ACS est la compagnie de construction qui récolte le plus d’argent à l’international

Florentino Pérez, président directeur général de l’entreprise espagnole de construction ACS (photographie : EFE et La Razón)

Selon le rapport annuel Global Powers of Construction (littéralement, Puissances mondiales de la construction) élaboré par le cabinet d’audit et de conseil américain Deloitte, la compagnie espagnole ACS, dirigée par Florentino Pérez et sise à Madrid, est la principale firme mondiale dans le domaine du bâtiment et des travaux publics pour ce qui est de ses revenus à l’étranger, avec près de 39 milliards d’euros en 2018. Elle devance ainsi des géants internationaux du secteur comme les compagnies françaises Vinci et Bouygues.

Parmi les cent plus importantes entreprises de construction au monde dans le domaine, l’on retrouve d’autres compagnies de notre voisin ibérique :

  • Acciona, sise à Alcobendas (Communauté de Madrid) et dirigée par José Manuel Entrecanales ;
  • FCC, sise à Madrid et dirigée par Esther Koplowitz ;
  • Ferrovial, sise à Madrid et dirigée par Rafael del Pino ;
  • Sacyr, sise à Madrid et dirigée par Manuel Manrique ;
  • OHL, sise à Madrid et dirigée par Juan Miguel Villar Mir ;
  • et Grupo San José, sise à Madrid et dirigée par Jacinto Rey González.

Source : https://www.larazon.es/economia/acs-presidida-por-florentino-perez-se-alza-como-la-constructora-con-mayor-volumen-de-facturacion-en-el-exterior-AD24144370

Trois Espagnoles reçoivent le Prix national de la Recherche 2019 dans leur pays

La scientifique espagnole Mercedes García-Arenal, l’une des récipiendaires du Prix national de la Recherche dans son édition 2019 (photographie : YouTube)

Remis chaque année par l’État espagnol, le Prix national de la Recherche récompense dans son édition de 2019 trois chercheuses espagnoles :

  • Ángela Nieto, de l’Institut des Neurosciences d’Alicante (Communauté de Valence) ;
  • Susana Marcos, de l’Institut d’Optique Danza-de-Valdés (Madrid) ;
  • et Mercedes García-Arenal, de l’Institut des Langues et Cultures de la Méditerranée et du Proche-Orient (Madrid).

Elles se sont partagés les cinq prix décernés cette année, aux côtés du cardiologue Valentín Fuster et du psychologue Manuel Carreiras. Le Prix national de la Recherche a été créé en 1982 par le Ministère de la Science, de l’Innovation et des Universités, dont l’actuel responsable est Pedro Duque (Parti socialiste ouvrier espagnol).

Source : https://www.csic.es/es/actualidad-del-csic/angela-nieto-susana-marcos-y-mercedes-garcia-arenal-premios-nacionales-de?fbclid=IwAR0ZPXAOxdPMmAU-dzCWVSm8RpNeOiCD3KmfmrxtpgNq-jFkjmbrmxxM22c

L’Espagne voit ses chances de placer une ministre à la tête du FMI s’accroître

La ministre espagnole de l’Économie et de l’Entreprise, Nadia Calviño (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : EFE, Luca Piergiovanni et La Razón

Récemment choisie pour devenir directrice de la Banque centrale européenne (BCE), sise à Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Christine Lagarde a officiellement démissionné de son poste de directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) – dont le siège se trouve à Washington (États-Unis d’Amérique) -, poste qu’elle occupait depuis juillet 2011. Il faut désormais un nom pour remplacer la Française et l’Union européenne (UE) veut faire front commun en la matière afin de conserver ce poste stratégique.

Or, la ministre espagnole de l’Économie et de l’Entreprise, Nadia Calviño (Parti socialiste ouvrier espagnol), fait partie des favorites pour être la candidate unique de l’UE. L’idée de placer à la tête du FMI une femme issue d’un gouvernement social-démocrate semble plaire à beaucoup, même si le dernier directeur général espagnol du FMI, Rodrigo Rato (2004-2007), avait laissé un mauvais souvenir au sein de l’organisme. Son principal adversaire dans la course à la désignation européenne devrait être le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, ancien ministre des Finances dans son pays et ancien président de l’Eurogroupe.

Sources : https://elpais.com/economia/2019/07/17/actualidad/1563392126_400498.html, https://www.larazon.es/economia/el-gobierno-ve-un-honor-que-nadia-calvino-este-en-la-lista-de-favoritos-para-ocupar-la-direccion-del-fmi-CB24256523 et https://www.elconfidencial.com/economia/2019-07-17/calvino-gobierno-finalistas-candidatura-europea-fmi_2131183/

L’Espagne est le quatrième meilleur pays au monde pour les expatriés selon un classement de HSBC

Une capture d’écran d’un site Internet permettant de trouver des expatriés français à Madrid (image : Expat.com)

Selon un classement spécifique élaboré par la banque HSBC, sise à Londres (Royaume-Uni), l’Espagne est le quatrième meilleur pays au monde pour les expatriés, aussi bien concernant les aspects liés à la vie quotidienne qu’au travail. Ce classement place la Suisse en première place, tandis que Singapour et le Canada complètent le podium. Dans le précédent classement, en 2018, notre voisin ibérique n’atteignait « que » la quatorzième position, ce qui signifie donc une amélioration sensible le concernant.

Ce classement a été réalisé à partir d’une enquête d’opinion menée sur un échantillon représentatif de 18 000 expatriés, qui ont notamment souligné la sécurité qui règne en Espagne ainsi que son climat favorable et sa qualité de vie. En revanche, notre voisin pyrénéen est plus en difficulté selon certains autres critères, notamment concernant le salaire moyen, qui atteint 36 000 euros – contre 67 000 euros au niveau mondial.

Source : https://www.eleconomista.es/economia/noticias/9977454/07/19/Espana-cuarto-mejor-pais-del-mundo-para-vivir-y-trabajar-segun-HSBC-Expat.html

La marque chinoise Huawei a ouvert son plus grand magasin du monde à Madrid

Une cliente observe un écran dans la première boutique de Huawei à Madrid (photographie : Cinco Días)

Ce vendredi 5 juillet 2019, le géant chinois des télécommunications Huawei a ouvert sa plus grande boutique du monde au numéro 48 de la célèbre Gran Vía de Madrid, sur deux étages. Le principe de cette boutique n’est pas seulement de vendre les produits (téléphones portables et tablettes, notamment) de la marque mais également de partager des expériences virtuelles avec le grand public espagnol, de proposer aux clients une assistance personnalisée et de présenter des produits qui seront mis en vente prochainement.

Le magasin s’étend sur une surface totale de 1 100 mètres carrés et se distingue bien entendu par ses dispositifs technologique dernier cri (comme des écrans géants) mais également par sa décoration. L’on retrouve ainsi une cascade artificielle sur la devanture du bâtiment qui l’abrite. Le design de la boutique reprend l’opposition entre « eau » et « feu » que l’on retrouve dans la devise de la capitale espagnole : Fui sobre agua edificada, mis muros de fuego son (littéralement, « J’ai été édifiée sur l’eau, mes murs sont faits de feu »).

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/07/04/album/1562239867_211609.html

Le gouvernement espagnol songe à interdire les vols intérieurs sur des distances courtes

L’actuel ministre espagnol de l’Équipement, José Luis Ábalos (photographie : Kiko Huesca, EFE et Vozpópuli)

L’actuel ministre espagnol de l’Équipement, José Luis Ábalos (Parti socialiste ouvrier espagnol), planche aujourd’hui sur toute une série de réformes qui doivent permettre à terme de mettre le secteur des transports de notre voisin ibérique en conformité avec les nouveaux standards de l’Union européenne (UE) en matière d’écologie. Il semble dans ce cadre reprendre à son compte une idée initialement formulée en Suède et qui a depuis lors fait des émules en France et aux Pays-Bas : interdire les vols intérieurs sur des distances courtes, notamment lorsque le réseau ferroviaire permet de réaliser le même trajet dans un laps de temps raisonnable.

Concrètement, la distance minimale pour assurer ces vols serait de 750 kilomètres, ce qui reviendrait à interdire (si cette mesure était effectivement mise en œuvre) des vols intérieurs entre Madrid et Séville (Andalousie) ou entre Madrid et Málaga (Andalousie également). Dans le premier cas, l’AVE (TGV espagnol) doit parcourir 533 kilomètres, ce qu’il fait en 2h30) et, dans le second, 529 kilomètres (2h50 de trajet en train). Une telle mesure a en tout cas été reprise par d’autres responsables politiques, notamment au sein de la Gauche unie (IU).

Source : https://www.vozpopuli.com/economia-y-finanzas/espana-estudia-ave-limitar-vuelos-cortos-tren_0_1258374374.html

L’aéroport de Minorque est récompensé au niveau européen

La façade principale de l’aéroport de Minorque, aux îles Baléares (photographie : AENA et ABC)

Ce jeudi 28 juin 2019, lors de la vingt-neuvième assemblée générale de la branche européenne du Conseil international des Aéroports (ACI, selon son sigle en anglais), qui se déroulait à Chypre, ont été remis les prix annuels Best Airport (littéralement, « Meilleur Aéroport ») dans leur quinzième édition. Pour les aéroports disposant d’un trafic passager de moins de 5 millions de personnes par an, c’est celui de Cork (Irlande) qui a été distingué. Dans les catégories suivantes, l’on retrouve : Bilbao (province de Biscaye, Pays basque – de 5 à 10 millions de passagers) ; Lyon Saint-Exupéry (France – de 10 à 25 millions de passagers) ; et Rome-Fiumicino (Italie – au-delà de 25 millions de passagers).

Par ailleurs, pour ce qui est de l’accessibilité, c’est l’aéroport de Gatwick, à Londres (Royaume-Uni), qui a été récompensé. Enfin, dans le domaine de l’innovation écologique, c’est celui de Minorque, situé sur le territoire de la commune de Port-Mahon (îles Baléares), qui a été distingué pour ses solutions novatrices dans le domaine de la protection du climat, de l’atmosphère et de la riche biosphère de cette île peuplée de près de 95 000 habitants.

Source : https://www.abc.es/viajar/noticias/abci-aeropuertos-mas-sostenibles-europa-esta-isla-espanola-201907020113_noticia.html