L’Espagne accueillera une partie des migrants du bateau « Open Arms »

La ministre espagnole du Travail, des Migrations et de la Sécurité sociale, Magdalena Valerio (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : La Sexta

Le bateau Open Arms a été l’objet d’une nouvelle crise diplomatique au sein de l’Union européenne (UE) lorsqu’il a voulu débarquer sur les côtes italiennes avec plusieurs dizaines de migrants clandestins à son bord. Finalement, un accord a été trouvé entre plusieurs pays-membres de l’organisation pour se répartir l’accueil des immigrés recueillis par l’organisation non gouvernementale (ONG) qui a affrété le navire.

Habitué aux expulsions de migrants en situation irrégulière en dépit du geste envers les clandestins de l’Aquarius, le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol), s’est ainsi mis d’accord avec les autorités françaises, allemandes, roumaines, portugaises et luxembourgeoises afin de favoriser l’hébergement temporaire des Africains se trouvant à bord de l’Open Arms.

Source : https://www.larazon.es/espana/el-open-arms-entra-en-aguas-italianas-pese-al-rechazo-de-salvini-OL24584864

Publicités

Décès de la scientifique espagnole Catalina Ruiz Pérez à l’âge de 62 ans

La physicienne espagnole Catalina Ruiz Pérez (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce jeudi 8 août 2019 le décès à l’âge de 62 ans de la physicienne espagnole Catalina Ruiz Pérez des suites d’un cancer qui s’était déclaré en 2018. Spécialiste de l’étude des matériaux moléculaires ainsi que du rapport entre leurs propriétés et leur structure cristalline, elle avait reçu en 2017 le prix Canaries dans la mention « Recherche et innovation scientifiques ».

Née à Valence (Communauté de Valence) en 1957, elle était diplômée de l’Université de Valence et avait obtenu son doctorat en biochimie à l’Institut Max-Planck, sis à Berlin (Allemagne). Professeur invité à Paris (France), Hambourg (Allemagne), au MIT, dans le Massachusetts (États-Unis d’Amérique), elle avait également donné des cours à Bari (Italie), Rome (Italie), Bordeaux (France), Stuttgart (Allemagne), Innsbruck (Autriche), Cuzco (Pérou), Concepción (Chili) et Édimbourg (Royaume-Uni).

Source : https://www.laprovincia.es/sociedad/2019/08/08/fallece-catalina-ruiz-perez-unica/1199832.html

« La production automobile française va brutalement décrocher en 2020 »

Les employés et dirigeants de l’usine PSA de Vigo, dans la province de Pontevedra (Galice), fêtent les 12 millions de véhicules produits, en 2015 (photographie : Atlántico Diario)

Cet article intitulé « La production automobile française va brutalement décrocher en 2020 », publié le 6 août 2019 sur le site en ligne du journal français Les Échos et rédigé par Julien Dupont-Calbo, annonce de mauvaises nouvelles pour ce secteur de l’économie de notre pays tout en rappelant que l’Espagne bénéficiera en partie de ce décrochage : https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/la-production-automobile-francaise-va-brutalement-decrocher-en-2020-1122459

L’Espagne pointe à la dixième place dans le classement mondial de la connectivité portuaire

La zone portuaire de Vigo, dans la province de Pontevedra, en Galice (photographie : El Faro de Vigo)

Selon le classement élaboré chaque année depuis 2006 par la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement (UNCTAD, selon son sigle en anglais), l’Espagne pointe à la dixième place dans le domaine de la connectivité des infrastructures portuaires. La Chine est de nouveau première, suivie de Singapour, de la Corée du Sud et de la Malaisie. La Belgique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, premiers pays européens du classement, suivent la marche.

L’Allemagne, de son côté, tombe à la onzième place. À la treizième place, l’on retrouve l’Italie, juste devant la France. Plusieurs critères sont retenus par l’UNCTAD pour réaliser ce classement : le nombre de navires qui accostent chaque année ; le nombre de conteneurs importés ou exportés ; le nombre de compagnies maritimes qui utilisent les ports en question ; le nombre de services réguliers ; ou encore la taille des navires.

Source : http://elvigia.com/espana-avanza-a-la-decima-posicion-del-ranking-global-de-conectividad-del-transporte-maritimo/

Selon une étude, les trois destinations favorites des clients de Ryanair pour cet été sont en Espagne

L’accès principal à l’aéroport de Málaga-Costa del Sol, en Andalousie (photographie : Aeropuertos.net)

Selon l’enquête Summer Trends (littéralement, Tendances estivales) réalisées par la compagnie aérienne irlandaise à bas coût Ryanair, les trois destinations préférées des clients de la firme pour cet été sont toutes en Espagne. Il s’agit, dans l’ordre, de Palma de Majorque (îles Baléares), Alicante (Communauté de Valence) et Málaga (Andalousie).

Il faut dire qu’un billet aller-retour pour Palma de Majorque depuis Berlin (Allemagne), par exemple, ne coûte que 35 euros pour la période du 20 au 27 août prochains. Il s’agit d’un prix bien moindre qu’un vol aller-retour entre Berlin et Madrid (121 euros) ou moins élevé qu’entre Berlin et Barcelone, en Catalogne (39 euros).

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/07/23/companias/1563904004_530781.html

La fondation Gerstenmaier offre une série de tableaux au musée du Prado

Le tableau « Bayadères indiennes », peint par l’artiste espagnol Eduardo Chicharro en 1924, exposé au musée du Prado, à Madrid (photographie : Paco Campos, EFE et El País)

Connue pour ses importantes collections d’art espagnol, la fondation allemande Gerstenmaier, qui tire son nom de l’homme d’affaires Hans Rudolf Gerstenmaier (né à Hambourg et âgé de 84 ans), est très liée à notre voisin ibérique car son fondateur l’a traversé en autostop en 1962 avec à peine 1 000 pesetas en poche. Ce lundi 15 juillet 2019, cet organisme a officialisé un important don d’œuvres d’art espagnoles au musée du Prado, principale pinacothèque de Madrid et de toute l’Espagne.

Concrètement, onze peintures datées de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle ont été déposées dans la salle 60 du bâtiment Villanueva de la vénérable institution. Ces tableaux sont l’œuvre de grands noms de la peinture espagnole : Darío de Regoyos y Valdés (1857-1913), Juan de Echevarría (1875-1931), Hermenegildo Anglada Camarasa (1871-1959), Eduardo Chicharro y Agüera (1873-1949), Ignacio Zuloaga Zabaleta (1870-1945), Joaquín Mir y Trinxet (1873-1940), Joaquín Sorolla y Bastida (1863-1923), Aureliano de Beruete (1845-1912) et Agustín de Riancho Gómez de la Mora (1841-1929).

Source : https://elpais.com/cultura/2019/07/15/actualidad/1563211676_009449.html

Le célèbre roman espagnol « Don Quichotte » est traduit pour la première fois dans son intégralité en indonésien

Un moment de la présentation de la version en indonésien du roman en espagnol « Don Quichotte » (photographie : Antena 3)

Pendant près d’un an et demi, la traductrice et linguiste indonésienne Apsanti Djokosujatno a travaillé sur la traduction dans sa langue maternelle (pratiquée par environ 265 millions de personnes) du célèbre roman espagnol Don Quichotte. Elle s’est pour ce faire notamment appuyée sur la traduction en français et en anglais du fameux ouvrage de Miguel de Cervantes (1547-1616), considéré comme le premier roman moderne de l’histoire universelle.

Âgée de 78 ans, cette chercheuse a notamment travaillé à l’Université de La Sorbonne, à Paris (France). À l’exception de certains auteurs comme Federico García Lorca (1898-1936) ou Luis Sepúlveda (romancier chilien né en 1949), les traductions d’hommes de lettres hispanophones en indonésien restent plutôt rares, alors que Don Quichotte a déjà été publié dans 140 langues environ, depuis l’anglais jusqu’au français en passant par le portugais, le russe, l’arabe, l’hindi, le chinois, le bengali ou encore l’allemand.

Source : https://www.antena3.com/noticias/cultura/aventuras-don-quijote-lengua-indonesia-video_201907115d26d7370cf2ed10d61b26f0.html?fbclid=IwAR15O0AdMmozyk5SKo-n56ABCKR92qP1NUn7HpXpsErpbbrnmUUs0gHzqN8

Des troupes espagnoles sont invitées à défiler à Paris le 14 juillet 2019

Des soldats espagnols défilent sur les Champs-Élysées, à Paris (France), le 14 juillet 2019 (photographie : ABC)

Ce 14 juillet 2019, à l’occasion de la fête nationale française, des soldats espagnols étaient invités à défiler sur les Champs-Élysées, à Paris, dans le cadre de la parade militaire annuelle, sous les yeux du président de la République, Emmanuel Macron. En tout, environ 140 militaires, deux avions et quatre hélicoptères de l’armée de notre voisin ibérique ont ainsi pu être admirés par le public convié sur l’avenue parisienne.

De fait, Emmanuel Macron avait également invité d’autres nations européennes à participer à ce défilé : Allemagne, Belgique, Danemark, Estonie, Finlande, Pays-Bas, Portugal et Royaume-Uni. La ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles (Parti socialiste ouvrier espagnol), avait fait le déplacement en France pour l’occasion.

Source : https://abcblogs.abc.es/tierra-mar-aire/otros-temas/francia-14-de-julio-el-desfile-militar-espanol-en-paris.html?fbclid=IwAR2F7QqNmon1Z0Ff1C2Vxw8rHQx5CWz0r31V4f7pLxPeC5DQxte4whKKOYs

Décès de l’acteur espagnol Eduardo Fajardo à l’âge de 94 ans

L’acteur espagnol Eduardo Fajardo sur une image d’archive (photographie : Académie espagnole du Cinéma et La Vanguardia)

L’on apprenait ce jeudi 4 juillet 2019 le décès à Mexico (Mexique) de l’acteur espagnol Eduardo Martínez Fajardo à l’âge de 94 ans. Né le 14 août 1924 à Meis, dans la province de Pontevedra (Galice), il a passé son enfance à Haro (La Rioja) puis à Santander (Cantabrie). En 1942, il commence par être acteur de doublage avant de faire ses débuts devant la caméra en 1946. Il a joué dans un très grand nombre de films (plus de 180), que ce soit en Espagne ou au Mexique.

Également comédien au théâtre, il a fait des incursions sur grand écran dans plusieurs pays européens (Italie, Allemagne, France, Royaume-Uni) ainsi qu’aux États-Unis d’Amérique. Très proche de la ville d’Almería (Andalousie), où il avait une maison, il a pu inaugurer son étoile sur le Boulevard de la Gloire de la commune, non loin du Théâtre Cervantes.

Source : https://www.lavanguardia.com/cine/20190704/463287473067/muere-actor-espanol-eduardo-fajardo-94-anos.html

L’Espagne voit ses chances de placer une ministre à la tête du FMI s’accroître

La ministre espagnole de l’Économie et de l’Entreprise, Nadia Calviño (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : EFE, Luca Piergiovanni et La Razón

Récemment choisie pour devenir directrice de la Banque centrale européenne (BCE), sise à Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Christine Lagarde a officiellement démissionné de son poste de directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) – dont le siège se trouve à Washington (États-Unis d’Amérique) -, poste qu’elle occupait depuis juillet 2011. Il faut désormais un nom pour remplacer la Française et l’Union européenne (UE) veut faire front commun en la matière afin de conserver ce poste stratégique.

Or, la ministre espagnole de l’Économie et de l’Entreprise, Nadia Calviño (Parti socialiste ouvrier espagnol), fait partie des favorites pour être la candidate unique de l’UE. L’idée de placer à la tête du FMI une femme issue d’un gouvernement social-démocrate semble plaire à beaucoup, même si le dernier directeur général espagnol du FMI, Rodrigo Rato (2004-2007), avait laissé un mauvais souvenir au sein de l’organisme. Son principal adversaire dans la course à la désignation européenne devrait être le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, ancien ministre des Finances dans son pays et ancien président de l’Eurogroupe.

Sources : https://elpais.com/economia/2019/07/17/actualidad/1563392126_400498.html, https://www.larazon.es/economia/el-gobierno-ve-un-honor-que-nadia-calvino-este-en-la-lista-de-favoritos-para-ocupar-la-direccion-del-fmi-CB24256523 et https://www.elconfidencial.com/economia/2019-07-17/calvino-gobierno-finalistas-candidatura-europea-fmi_2131183/