Le gouvernement espagnol va réfléchir à une interdiction totale du glyphosate

La ministre espagnole de la Transition écologique, Teresa Ribera (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : EP et ABC

Alors qu’elle a subi un nouveau revers judiciaire aux États-Unis d’Amérique il y a quelques jours, la firme américaine de biotechnologies agricoles Monsanto (détenue par le géant allemand de la chimie Bayer) est dans la tourmente dans la plupart des pays du monde. En Espagne, la ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera (Parti socialiste ouvrier espagnol), affirme que le gouvernement de Pedro Sánchez réfléchira prochainement à une interdiction totale du glyphosate, composé chimique qui entre dans la production de nombreux pesticides commercialisés par Monsanto.

Cette molécule semble en effet responsable de l’apparition de cancers chez ceux qui l’ont utilisé de façon régulière et prolongée. C’est lors de sa participation au Forum Petersberg de Berlin (Allemagne) que Ribera a fait cette annonce, expliquant qu’elle préférait appliquer le principe de précaution en l’absence de consensus scientifique absolu en la matière. Elle suivrait également les recommandations de l’Agence européenne pour la Sécurité alimentaire (EFSA) et pour les Substances chimiques (ECHA).

Source : https://www.abc.es/sociedad/abci-ribera-quiere-gobierno-estudie-prohibicion-glifosato-201905142018_noticia.html

Publicités

Pour la première fois, Madrid s’impose à Barcelone dans le domaine de l’organisation des congrès internationaux

Une vue de la ville de Barcelone, en Catalogne (photographie : Dreamstime et Expansión)

Haut lieu du tourisme étranger, la ville de Barcelone (Catalogne) est traditionnellement la principale en Espagne pour ce qui est de l’organisation du plus grand nombre de congrès professionnels internationaux. Pourtant, en 2018, la capitale catalane s’est fait dépasser par Madrid, selon les données fournies par l’Association internationale des Congrès et des Conventions (ICCA, selon son sigle en anglais).

Concrètement, l’année dernière, Barcelone a accueilli 163 événements de ce type, soit une chute de 16,4 % par rapport à l’année 2017, même si le nombre de congressistes est resté assez stable (environ 135 000 participants). Madrid, de son côté, est devenue la première commune de notre voisin ibérique pour le nombre de congrès et conventions accueillis.

Elle est également la troisième ville d’Europe en la matière, derrière Paris (France) et Vienne (Autriche). Au niveau national, l’Espagne a vu le nombre de congrès organisés progresser de 5,5 % en un an, avec 595 manifestations de cette nature. Ces chiffres font de notre voisin pyrénéen le troisième pays au monde en la matière derrière les États-Unis d’Amérique et l’Allemagne.

Source : http://www.expansion.com/catalunya/2019/05/13/5cd9986622601d22108b4584.html

Des nouvelles économiques douces-amères pour l’Espagne dans l’ensemble européen

L’hémicycle du Parlement européen, à Strasbourg (France) – Photographie : Cinco Días

Ce mardi 7 mai 2019, la Commission européenne publiait ses prévisions de croissance et de déficit public pour les différents États membres de l’Union européenne (UE) dans le cadre de leurs objectifs de stabilité et de finances publiques. Le ralentissement prononcé de l’UE – et en particulier de la zone euro – se confirme, avec un pronostic de 1,2 % pour l’ensemble des pays qui partagent l’euro comme monnaie. L’Allemagne, qui perd six dixièmes de point au passage, en est le grand responsable.

De son côté, l’Espagne sera le pays de la zone euro avec la plus forte croissance de son produit intérieur brut (PIB) cette année – soit 2,1 % en 2019. Ce résultat devrait se maintenir l’année prochaine (1,9 %). Une telle prévision est confirmée la Fondation espagnole des Caisses d’Épargne (FUNCAS), qui mise sur 2,2 % en 2019. Le déficit public espagnol, toutefois, devrait encore déraper outre-Pyrénées cette année : 2,3 % au lieu de 2,1 %. En 2020, il attendra probablement 2 % du PIB (au lieu des 1,9 % promis par l’exécutif socialiste de Pedro Sánchez).

Sources : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/05/07/economia/1557230239_563726.html et https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/05/07/economia/1557225641_375583.html

L’Espagne est le deuxième pays au monde avec le plus de géoparcs classés à l’UNESCO

Une paysage typique de la chaîne montagneuse du Caurel, dans la province de Lugo, en Galice (photographie : Wikipedia)

Au début du mois d’avril 2019, l’on apprenait que l’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (plus connue sous son sigle anglais d’UNESCO) classait parmi les grands géoparcs (à savoir des espaces géographiques unifiés de portée géologie internationale) de la planète la chaîne montagneuse espagnole du Caurel, située dans la province de Lugo, en Galice. Avec cette ajout, notre voisin ibérique se confirme comme le deuxième pays au monde avec le plus grand nombre de géoparcs classés (13 en tout), juste derrière la Chine.

Cette catégorie d’espaces naturels, créée dans les années 90 sur l’initiative de l’Espagne, de la France, de la Grèce et de l’Allemagne, sourit donc à notre voisin pyrénéen, qui est le pays européen le plus représentatif dans le domaine. Les 13 géoparcs espagnols reconnus au niveau international sont :

  • parc naturel des chaînes Subbétiques (province de Cordoue, Andalousie) ;
  • parc naturel du cap de Gata-Níjar (province d’Almería, Andalousie) ;
  • géoparc de Sobrarbe (province de Huesca, Aragon) ;
  • géoparc de la côte basque (province de Guipuscoa, Pays basque) ;
  • géoparc des chaînes montagneuses du Nord de la province de Séville (Andalousie) ;
  • géoparc de Villuercas-Ibores-Jara (province de Cáceres, Estrémadure) ;
  • géoparc de Catalogne centrale ;
  • géoparc de Molina et du haut Tage (province de Guadalajara, Castille-La Manche) ;
  • géoparc de l’île d’El Hierro (province de Santa Cruz de Ténérife, îles Canaries) ;
  • géoparc de l’île de Lanzarote et de l’archipel de Chinijo (province de Las Palmas de Grande Canarie, îles Canaries) ;
  • géoparc de Las Loras (provinces de Burgos et Palencia, Castille-et-León) ;
  • géoparc du bassin de Tremp et du Montsec (province de Lérida, Catalogne) ;
  • géoparc de la chaîne du Caurel (province de Lugo, Galice).

Source : https://espanaglobal.gob.es/actualidad/innovación/españa-el-país-europeo-con-más-geoparques

L’Espagne est le pays de l’Union européenne qui teste le plus de nouveaux médicaments

Le siège de l’entreprise pharmaceutique espagnole Almirall, à Barcelone, en Catalogne (photographie : Diario Médico)

Point fort de l’économie espagnole, l’industrie pharmaceutique connaît depuis plusieurs années un formidable essor outre-Pyrénées, notamment grâce au soutien des gouvernements nationaux et régionaux successifs. Grâce au soutien, entre autres, de l’initiative publique Farmaindustria, les laboratoires ont ainsi pu assurer la guérison de 80 000 patients atteints de l’hépatite C avec de nouveaux anti-rétroviraux.

Notre voisin ibérique est de fait l’un des chefs de file des essais cliniques de nouveaux médicaments dans le monde et occupe même la première place dans le domaine au sein de l’Union européenne, devant l’Allemagne et la France. Un peu plus de 850 tests cliniques ont ainsi été réalisés en Espagne entre 2014 et 2017, contre 540 environ outre-Rhin et un peu plus de 470 dans notre pays.

Source : https://www.eleconomista.es/sanidad/noticias/9853897/05/19/Espana-se-situa-a-la-cabeza-de-Europa-en-ensayos-de-farmacos.html

Deux clubs espagnols de football font partie de ceux qui ont le plus vendu de maillots en Europe en 2018

Sergio Ramos, l’un des joueurs emblématiques du Real Madrid, ici avec le maillot de la sélection nationale espagnole de football (photographie : Antonio Bronic, Reuters et As)

Selon une étude menée par l’entreprise allemande Euroamericas Sport Marketing, en 2018, deux clubs espagnols de football faisaient partie de ceux qui avaient vendu le plus de maillots officiels. Il s’agit du Real Madrid, deuxième du classement avec 3 120 000 unités, et du FC Barcelone (Catalogne), quatrième avec 1 925 000 unités sur l’année.

Le classement général reste dominé par le club anglais de Manchester United (3 250 000 maillots), tandis que le Bayern Munich (Allemagne) complète le podium avec 2 575 unités l’année dernière. Le premier club français, le Paris Saint-Germain, est neuvième avec 1 146 000 maillots.

Source : https://www.abc.es/deportes/futbol/abci-diez-clubes-europa-mas-camisetas-vendieron-2018-201904240150_noticia.html

L’entreprise Hochtief choisit Madrid comme l’un de ses nouveaux centres d’innovation dans le monde

Un chantier de l’entreprise du BTP Hochtief à Bonn, dans le Land allemand de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (photographie : Wikipedia)

À la fin du mois d’avril 2019, l’entreprise allemande de travaux publics Hochtief, dont le siège se trouve à Essen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) et qui est contrôlée par le géant espagnol du BTP ACS (sis à Madrid), a annoncé que Madrid accueillerait l’un des deux centres d’innovation du groupe en dehors d’Allemagne – l’autre devant être inauguré à Sydney (Australie). L’objectif de l’entreprise est de développer Nexplore, sa plateforme de développement en ligne.

Le président de Hochtief, l’Espagnol Marcelino Fernández Verdes, a confirmé que la capitale espagnole rejoindrait ainsi les centre d’innovation déjà situées à Essen, Francfort-sur-le-Main (Hesse) et dans la ville américaine de Minneapolis (Minnesota). À Madrid, la firme entretiendra par ailleurs d’étroits rapports avec les universités publiques et privées.

Source : https://www.elespanol.com/economia/empresas/20190221/hochtief-acs-elige-madrid-abrir-centros-innovacion/377963156_0.html

L’Espagne cesse officiellement d’être le pays de la zone euro avec le plus fort déficit public

La ministre espagnole de l’Économie et de l’Entreprise, Nadia Calviño (Parti socialiste ouvrier espagnol – à droite), discute avec le président de l’Eurogroupe, le Portugais Mário Centeno, à Bruxelles (Belgique) – Photographie : Olivier Hoslet, EFE et El País

Ce mardi 23 avril 2019, les instances de la zone euro ont confirmé que le déficit public de l’Espagne s’élevait pour l’année 2018 à 2,48 %. Notre voisin ibérique se trouve donc dans les clous des sacro-saints « 3 % » de déficit public maximal par rapport au produit intérieur brut (PIB), tel que prévu par le Pacte de Stabilité et de Croissance. L’Espagne reste le troisième moins bon pays dans le domaine à appartenir à l’Union européenne (UE) et à avoir l’euro comme monnaie.

Sur les deux premières marches du podium, l’on retrouve la France (2,5 %) et Chypre (4,8 %). La ministre espagnole de l’Économie et de l’Entreprise, Nadia Calviño (Parti socialiste ouvrier espagnol), a annoncé que son pays devrait voir ce déficit public remonter jusqu’à 2,7 % pour l’année 2019. L’année dernière, l’Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg, Malte, la Bulgarie et la Grèce ont enregistré un excédent fiscal.

Source : https://elpais.com/economia/2019/04/23/actualidad/1556015587_833354.html

L’Espagne est le quatrième pays de l’Union européenne en matière de commerce électronique

L’enseigne d’un bureau de Poste espagnol (« Correos ») – Photographie : La Hora Digital

Au deuxième trimestre 2018, le secteur du commerce électronique a eu en Espagne un chiffre d’affaires de plus de 9,3 milliards d’euros, signe d’une croissance continue outre-Pyrénées. Il s’agissait en effet d’une augmentation de 27,2 % par rapport au deuxième trimestre de l’année 2017 et d’un nouveau record historique en la matière. Au premier trimestre, le chiffre de croissance avait déjà été exceptionnel (+ 32,8 % par rapport à la même période de l’année précédente).

Ces chiffres ont été soulignés par Eduardo Gómez Mesto, directeur national pour l’Espagne d’Eurovendex, division du groupe suisse Adecco spécialisée dans le domaine de l’externalisation des processus commerciaux. De fait, avec de tels résultats, notre voisin ibérique est le quatrième pays de l’Union européenne (UE) pour le commerce électronique, derrière le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France.

Source : https://www.eleconomista.es/empresas-finanzas/noticias/9831482/04/19/Espana-es-el-cuarto-pais-de-la-UE-en-comercio-electronico-.html

La littérature hispanophone devient la plus traduite aux États-Unis d’Amérique pour la première fois de l’histoire

La façade principale de la Société hispanique de New York, aux États-Unis d’Amérique (photographie : Urban Sketchers)

Bien que minoritaires dans la foule de livres publiés chaque année aux États-Unis d’Amérique, les traductions y sont scrutées avec attention, notamment par le biais d’un rapport annuel édité par la revue Publishers Weekly. Or, en 2018, cette publication nous a appris que les livres en espagnol sont devenus pour la première fois de l’histoire les plus traduits outre-Atlantique, devant les livres en français.

Concrètement, 101 ouvrages hispanophones ont ainsi été traduits en anglais, devant les 97 ouvrages en français et les 53 ouvrages en langue allemande. Ils sont suivis par 47 livres en japonais, 33 livres en italien, 23 livres en norvégien, 22 livres en mandarin, 21 livres en suédois, 19 livres en russe et 18 livres en arabe.

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-literatura-espanol-mas-traducida-francesa-primera-estados-unidos-201904151636_noticia.html