Décès du dessinateur espagnol Chema Gallardo à l’âge de 58 ans

Le dessinateur espagnol Chema Gallardo (photographie : Mi Ciudad Real)

L’on apprenait ce vendredi 24 juillet 2020 le décès à Puertollano, dans la province de Ciudad Real (Castille-La Manche), à l’âge de 58 ans, du dessinateur, illustrateur et concepteur espagnol José Manuel Gallardo (dit « Chema » Gallardo), qui était né dans cette même commune en 1962. Icône de l’art engagé dans la communauté autonome, il devient dessinateur un peu par hasard, alors qu’il est à la recherche d’un emploi.

Il se fait notamment connaître dans le milieu audiovisuel en participant à l’élaboration de dessins animés, comme Los Fruitis, Las tres mellizas (littéralement, Les Trois Jumelles), Memé y el señor Bobo (littéralement, Memé et monsieur Bobo) ou encore Juanito Jones, autant de productions diffusées par la télévision publique espagnole (Televisión Española, TVE).

Source : https://www.miciudadreal.es/2020/07/24/puertollano-fallece-chema-gallardo-el-artista-militante-y-comprometido/

Une œuvre d’art du métro de Madrid rend hommage aux personnes âgées espagnoles

L’œuvre d’art désormais exposée dans les souterrains de la station Place-de-Castille, au cœur du métro de Madrid (photographie : Isabel Permuy et ABC)

C’est le dessinateur de bandes dessinées espagnol Francisco Martínez Roca (dit « Paco » Roca), né à Valence (Communauté de Valence) en 1969, qui a été chargé de réaliser cette « vignette » de grandes dimensions désormais située sur les quais de la station Place-de-Castille, au cœur du métro de Madrid. Il s’agit d’une œuvre d’art rendant hommage aux personnes âgées espagnoles, qui ont beaucoup souffert de la récente épidémie de coronavirus d’origine chinoise.

Elle a été dévoilée ce samedi 25 juillet 2020 par le dessinateur et par Ángel Garrido (Citoyens), conseiller régional de la Communauté de Madrid aux Infrastructures, aux Transports et à la Mobilité, à l’occasion de la Journée des Grands-Parents (Día de los Abuelos) – qui est commémoré chaque année le 26 juillet. La peinture murale mesure huit mètres de largeur et un mètre et quatre-vingt-dix centimètres de hauteur. Elle montre les grands-mères et grands-pères en compagnie de leurs petits-enfants dans diverses activités d’extérieur.

Source : https://www.abc.es/espana/madrid/abci-gran-vineta-bajo-tierra-para-recordar-caidos-covid-19-homenaje-mayores-202007250020_noticia.html#vca=rrss-inducido&vmc=abc-es&vso=tw&vli=noticia-foto

Madrid, protagoniste du numéro d’août 2020 de « Vogue España »

Le mannequin espagnol Miriam Sánchez pose pour « Vogue » sur la Puerta del Sol, à Madrid (photographie : « Vogue » et RTVE)

La version espagnole du magazine de mode américain Vogue rend dans son numéro d’août 2020 un vibrant hommage à la ville de Madrid, qui devient protagoniste de la revue un mois durant. Le mannequin espagnol Miriam Sánchez, originaire de la capitale, pose ainsi dans des lieux emblématiques de la ville, comme devant le bâtiment Metrópolis, sur la Puerta del Sol ou encore sur la place de Castille ou la Plaza Mayor.

L’objectif du numéro est ainsi de montrer les atouts et les ressorts d’une ville fière de son passé mais qui regarde décidément vers l’avenir. De nombreux noms du textile régional, depuis les couturiers jusqu’aux entrepreneurs, ont écrit des colonnes et chroniques pour ce numéro afin de donner leur vision personnelle de la capitale espagnole.

Source : https://www.rtve.es/television/20200720/vogue-madrid-miriam-sanchez-moda/2030480.shtml

Le Musée du Prado expose des reproductions de ses œuvres les plus célèbres en Castille-La Manche

Des reproductions de célèbres tableaux du Musée du Prado de Madrid installés à Sigüenza, commune de la province de Guadalajara, en Castille-La Manche (photographie : Madrid Secreto)

Plus importante pinacothèque de Madrid et de toute l’Espagne, le Musée du Prado cherche ces dernières années à faire connaître et admirer ses œuvres en dehors de la capitale espagnole. Dernièrement, le directeur de l’institution, Miguel Falomir, a décidé d’exposer dans la commune de Sigüenza, située dans la province de Guadalajara (Castille-La Manche), des photographies reproduisant les tableaux les plus emblématiques de son musée.

L’on peut ainsi y observer, à échelle réelle, le portrait de Charles Quint à la bataille de Muehlberg par le peintre italien le Titien (1488-1576) ou celui du Gentilhomme à la main sur la poitrine, par le peintre espagnol d’origine grecque Le Greco (1541-1614). L’exposition, totalement gratuite, restera dans cette commune de 4 300 habitants environ jusqu’au 26 août.

Source : https://madridsecreto.co/siguenza-museo-el-prado/

Une nouvelle bande dessinée historique espagnole revient sur le destin de l’héroïne María Pita

Une vision de l’héroïne espagnole María Pita au sein d’une nouvelle bande dessinée espagnole (photographie : La Opinión de La Coruña)

Publié à intervalle régulier par la maison d’édition espagnole Cascaborra, la série de bandes dessinées baptisée Historia de España en viñetas (littéralement, Histoire de l’Espagne en vignettes) propose en ce mois de juillet 2020 un nouveau numéro consacré à l’héroïne populaire María Pita – de son vrai nom María Mayor Fernández de Cámara y Pita (1565-1643). Elle est connue outre-Pyrénées pour avoir mené la résistance de la ville de La Corogne (Galice), où elle résidait, face à la contre-armada anglaise de 1589.

Une statue lui est même consacrée au centre de la place qui porte son nom, devant l’hôtel de ville de La Corogne. Ce numéro est préfacé par l’historien espagnol Javier Santamarta, habitué des ouvrages historiographiques à destination du grand public. D’autres personnages espagnols présents dans les sources peuplent cet ouvrage qui allie divertissement et connaissance sérieuse du passé.

Source : https://www.laopinioncoruna.es/contraportada/2020/07/12/maria-pita-atraviesa-fronteras-gallegas/1517366.html

Une bande dessinée est réalisée en Espagne pour honorer la mémoire du marin Blas de Lezo

Une illustration tirée de la bande dessinée espagnol « Lezo » (photographie : RTVE)

Né en 1689 et mort en 1741, le marin espagnol Blas de Lezo y Olavarrieta est considéré comme l’un des meilleurs de l’histoire de notre voisin ibérique en raison de sa bravoure, de son abnégation et de ses capacités de commandement et de réflexion stratégique. Il est notamment connu pour son éclatante victoire face à une flotte britannique composée de 200 bateaux et 30 000 hommes qui tente d’attaquer le port alors espagnol de Carthagène des Indes (actuelle Colombie). Face à cette « armada », il ne peut pourtant opposer que 6 navires et 3 000 soldats.

C’est pour honorer sa mémoire que la bande dessinée Lezo, récemment sortie outre-Pyrénées, a été réalisée par le scénariste Ángel Miranda Vicente, le dessinateur Guillermo Mogorrón, le coloriste Miguel Ángel Abad et l’historien Ramón Vega. L’ouvrage relate non seulement l’incroyable bataille remportée par Blas de Lezo mais met aussi en valeur sa rivalité avec l’amiral anglais Edward Vernon (1684-1757) ou encore son talent pour penser l’art de la guerre navale.

Source : https://www.rtve.es/noticias/20200701/blas-lezo-su-imposible-victoria-sobre-ingleses-cambio-historia-del-nuevo-mundo/2023549.shtml

« Gaudi’s universe: A personal tour through the shimmering streets of Barcelona »

La Folie de Comillas, réalisée par l’architecte espagnol Antonio Gaudí en Cantabrie (photographie : Trip Advisor)

Cet article en anglais intitulé « Gaudi’s universe: A personal tour through the shimmering streets of Barcelona », publié le dimanche 21 juin sur le site Internet du journal britannique The Independent, revient sur les réalisations de l’architecte espagnol Antonio Gaudí (1852-1926) à Barcelone (Catalogne) à l’occasion de la publication d’un ouvrage qui lui est consacré par la maison d’édition allemande Taschen : https://www.independent.co.uk/arts/architecture-gaud-universe-personal-tour-barcelona-a9281616.html

Fermeture de Salazar, plus ancienne papeterie de Madrid

La devanture de la librairie madrilène Salazar (photographie : Madrid Secreto)

Ce n’est pas la récente pandémie de coronavirus d’origine chinoise qui en aura eu raison mais le départ à la retraite de ses actuelles gérantes, prénommées Fernanda et María : Salazar, la plus ancienne papeterie de Madrid, fermera ses portes prochainement. Située rue Luchana, elle a été fondée en 1905 et a vu passer quatre générations de propriétaires.

La boutique avait une notoriété régionale, voire nationale, et des personnalités comme le caricaturiste espagnol Antonio Fraguas de Pablo, dit « Forges » (1942-2018), venaient y acheter du matériel pour leur travail ou leurs loisirs. La papeterie a d’ailleurs utilisé ces dernières années ce slogan : « La papeterie qui vend ce que plus personne n’a » (La papelería que vende lo que nadie más tiene).

Source : https://madridsecreto.co/cierra-salazar/?fbclid=IwAR3sjQBP9i0KmlULSGSJOfiXf2Nb3HuqEzi_4HgG9uPA9LyUIa7QERqsxMQ

Le gouvernement espagnol autorise définitivement l’agrandissement du Musée du Prado

Le Salon des Royaumes (« Salón de Reinos »), à Madrid (photographie : Europa Press)

Réuni en Conseil des ministres ce mardi 16 juin 2020, le gouvernement espagnol de Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol) a définitivement validé l’agrandissement prévu du Musée du Prado, principale pinacothèque de Madrid et de toute l’Espagne. Ce projet avait été déclaré urgent par le Ministère de la Culture et du Sport, aujourd’hui dirigé par José Manuel Rodríguez Uribes (PSOE). La nouvelle antenne madrilène du Musée du Prado se trouvera ainsi dans le Salon des Royaumes (Salón de Reinos).

Cette enceinte historique, actuellement inoccupée, est en cours de restauration et de réhabilitation depuis plusieurs semaines déjà. Elle fera donc l’objet d’une transformation complète sous l’impulsion de l’architecte britannique Norman Foster, pour un coût total estimé de 43 millions d’euros, dont 25 % seront financés par le Musée du Prado lui-même. Les travaux devraient théoriquement durer jusqu’en 2024. Le Conseil des ministres a également validé l’agrandissement et la rénovation du Musée Sorolla de la capitale.

Source : https://www.europapress.es/cultura/exposiciones-00131/noticia-gobierno-autoriza-ejecucion-obras-salon-reinos-ampliacion-museo-sorolla-20200616142336.html

« Christophe Colomb déboulonné aux USA : l’Espagne entre indignation et approbation »

Le religieux espagnol Junípero Serra (1713-1784), l’un des explorateurs et évangélisateurs de l’actuel État de Californie, aux États-Unis d’Amérique (image : Wikipedia)

Votre serviteur était récemment interrogé par Jérôme Blanchet-Gravel, journaliste de la version francophone du site Internet de l’agence d’information russe Sputnik, dans le cadre d’un article intitulé « Christophe Colomb déboulonné aux USA : l’Espagne entre indignation et approbation » et publié le lundi 15 juin 2020, concernant les dégradations perpétrées par des manifestants antiracistes aux États-Unis d’Amérique sur des statues représentant l’histoire coloniale espagnole : https://fr.sputniknews.com/international/202006151043955790-christophe-colomb-deboulonne-aux-usa-lespagne-entre-indignation-et-approbation/?fbclid=IwAR3GB8fpE8Aspklfvb2iomeS9Vreu7TEx7d6jIhehgBIVz-8Ory7MhK7Bnw