Une œuvre d’art du métro de Madrid rend hommage aux personnes âgées espagnoles

L’œuvre d’art désormais exposée dans les souterrains de la station Place-de-Castille, au cœur du métro de Madrid (photographie : Isabel Permuy et ABC)

C’est le dessinateur de bandes dessinées espagnol Francisco Martínez Roca (dit « Paco » Roca), né à Valence (Communauté de Valence) en 1969, qui a été chargé de réaliser cette « vignette » de grandes dimensions désormais située sur les quais de la station Place-de-Castille, au cœur du métro de Madrid. Il s’agit d’une œuvre d’art rendant hommage aux personnes âgées espagnoles, qui ont beaucoup souffert de la récente épidémie de coronavirus d’origine chinoise.

Elle a été dévoilée ce samedi 25 juillet 2020 par le dessinateur et par Ángel Garrido (Citoyens), conseiller régional de la Communauté de Madrid aux Infrastructures, aux Transports et à la Mobilité, à l’occasion de la Journée des Grands-Parents (Día de los Abuelos) – qui est commémoré chaque année le 26 juillet. La peinture murale mesure huit mètres de largeur et un mètre et quatre-vingt-dix centimètres de hauteur. Elle montre les grands-mères et grands-pères en compagnie de leurs petits-enfants dans diverses activités d’extérieur.

Source : https://www.abc.es/espana/madrid/abci-gran-vineta-bajo-tierra-para-recordar-caidos-covid-19-homenaje-mayores-202007250020_noticia.html#vca=rrss-inducido&vmc=abc-es&vso=tw&vli=noticia-foto

Une jeune entreprise espagnole fournit des équipements aux boutiques du monde entier pour améliorer leur relation avec les clients

L’équipe de l’entreprise espagnole NeuroMobile, sise à Murcie, dans la Région de Murcie (photographie : La Razón)

Créée en 2011 à Murcie (Région de Murcie) par Raúl García Serapio, l’entreprise espagnole NeuroMobile se consacre entièrement à l’amélioration de la relation avec les clients dans les boutiques physiques – une nécessité encore plus impérieuse après le passage de la pandémie de coronavirus d’origine chinoise. Aussi bien les petits que les grands magasins et les centres commerciaux doivent réinventer depuis plusieurs années leur modèle, notamment en l’adaptant au goût des plus jeunes générations.

Outre le rapport avec le client et la création de contenus, NeuroMobile développe également des solutions légères pour permettre de localiser les clients dans les boutiques et retracer leurs déplacements. Avec quatorze employés, la firme espagnole a des clients dans de nombreux pays, depuis la Finlande jusqu’à l’Italie en passant par la Pologne, le Portugal, la Colombie ou encore la Russie. En Espagne même, 40 centres commerciaux ont déjà acheté ses solutions, qui ont aussi été installées dans deux aires urbaines, celle de Bilbao (province de Biscaye, Pays basque) et celle de Villena (province d’Alicante, Communauté de Valence).

Source : https://innovadores.larazon.es/es/la-startup-que-sensoriza-desde-murcia-14500-tiendas-en-rusia/

Trois nouveaux scientifiques espagnols sont engagés par la très prestigieuse Organisation européenne de Biologie moléculaire

La neuroscientifique espagnole Guillermina López-Bendito (photographie : La Vanguardia)

Considérée comme l’une des associations scientifiques les plus prestigieuses du Vieux Monde, l’Organisation européenne de Biologie moléculaire (EMBO, selon son sigle en anglais), dont le quartier général se trouve à Heidelberg, dans le Bade-Wurtemberg (Allemagne), a choisi trois nouveaux scientifiques espagnols pour intégrer ses rangs. Il s’agit de Pere Roca-Cusachs, María Dolores Martín-Bermudo et Guillermina López-Bendito, cette dernière travaillant pour l’Institut des Neurosciences d’Alicante (Instituto de Neurociencias de Alicante, Communauté de Valence).

Roca-Cusachs, qui officie pour le compte de l’Institut de Bioingénierie de Catalogne (Instituto de Bioingeniería de Cataluña), est l’un des pionniers en Europe de la mécanobiologie et de l’étude de la formation et de la lutte contre le cancer. De son côté, María Dolores Martín-Bermudo est chercheuse à l’Université Pablo-de-Olavide de Séville (Andalousie). Cette année, 63 nouveaux membres originaires de 25 pays différents ont été acceptés à l’EMBO.

Source : https://www.lavanguardia.com/local/valencia/20200708/482188355234/tres-cientificos-espanoles-elite-europea-biologia-molecular.html

Les start-ups espagnoles voient leur chiffre d’affaire bondir de 196 % en 2019

Le nombre de start-ups dans chaque communauté autonome espagnole et grande région portugaise avec le pourcentage qu’elles représentent par rapport au total des entreprises de ladite région (image : Cinco Días)

Selon un rapport de l’Observatoire DayOne, promu par la banque espagnole Caixa (dont le siège se trouve à Valence, dans la Communauté de Valence), les start-ups espagnoles et portugaises ont connu une forte croissance au cours de l’année 2019. Plus concrètement, les jeunes pousses espagnoles ont enregistré un bond de leur chiffre d’affaire de 196 % lors de l’année écoulée. C’est la Communauté de Madrid qui compte la plus forte proportion de ces « compagnies émergentes » au sein de ses firmes (20 %).

Elle est suivie de la Catalogne, où les start-ups expliquent 19 % du tissu entrepreneurial, et de la Communauté de Valence (9 %). Dans le reste du classement, l’on retrouve, dans l’ordre décroissant, l’Andalousie (8 % du total des entreprises), le Pays basque (6 %) et la Galice (4 %). Quant au Portugal, il concentre 14 % de jeunes pousses de toute la péninsule Ibérique. Notons par ailleurs que l’axe Madrid-Catalogne regroupe 57 % des start-ups qui se trouvent parmi les cent plus importantes de notre voisin pyrénéen.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/07/14/fortunas/1594751302_461870.html

Décès de l’homme politique espagnol Ramón Escobar à l’âge de 83 ans

L’homme politique espagnol Ramón Escobar (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce jeudi 9 juillet 2020 le décès à Ségovie (Castille-et-León), à l’âge de 83 ans, de l’homme politique espagnol Ramón Escobar Santiago, qui était né à Valence (Communauté de Valence) le 14 mars 1937. Ingénieur agronome de formation après être passé par l’École polytechnique de Madrid (Escuela Politécnica de Madrid), il est élu conseiller municipal de Ségovie en 1979 et devient alors adjoint au maire.

Président de la Députation provinciale de Ségovie de 1979 à 1981, membre de l’Alliance populaire (Alianza Popular, AP), ancêtre de l’actuel Parti populaire (PP), il occupe la fonction de maire de Ségovie (ville aujourd’hui peuplée d’un peu moins de 52 000 habitants) de 1991 à 1999. Après son passage par la mairie, il devient fonctionnaire régional pour la Junte de Castille-et-León.

Source : https://www.abc.es/espana/castilla-leon/abci-fallece-ramon-escobar-alcalde-segovia-decada-anos-90-202007091142_noticia.html

L’entreprise ferroviaire suisse Stadler va investir davantage en Espagne

Le président directeur général (PDG) de Stadler Espagne, Íñigo Parra (photographie : Cinco Días)

Sise à Bussnang, dans le canton de Thurgovie (Suisse), l’entreprise ferroviaire Stadler a récemment décidé de renforcer les infrastructures de production dont elle dispose en Espagne avec des investissements à venir d’environ 40 millions d’euros. Ces dépenses devraient permettre de créer 500 emplois supplémentaires dans son usine de Valence (Communauté de Valence), soit un accroissement de 40 % par rapport à l’état actuel de son personnel.

Ces investissements ont été annoncés par le président directeur général (PDG) de Stadler Espagne, Íñigo Parra, au micro de la Cadena SER, l’une des principales fréquences de radio de notre voisin ibérique. Une bonne nouvelle pour le ministre des Transports, de la Mobilité et de l’Agenda urbain, José Luis Ábalos (Parti socialiste ouvrier espagnol), ainsi que pour le président régional de la Communauté de Valence, Ximo Puig (PSOE), qui étaient présents dans le studio à ses côtés.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/07/08/companias/1594237802_659748.html

L’Espagne vide, paradis de l’observation astronomique

La Voie lactée, observée depuis la province d’Ávila, en Castille-et-León (photographie : Ramón Morcillo et El Confidencial)

Caractérisée par ses très faibles densités de population et son dépeuplement aux aspects inquiétants, l' »Espagne vide » (España vacía) ou « Espagne vidée » (España vaciada) fait l’objet depuis plusieurs années de reportages et de considérations plus ou moins alarmistes. Pourtant, cette vaste zone qui concerne tout ou partie de plusieurs communautés autonomes (Castille-et-León, Castille-La Manche, Estrémadure, La Rioja, Navarre, Principauté des Asturies, Galice, Andalousie, Catalogne, Communauté de Madrid, Communauté de Valence, Aragon) dispose de nombreux atouts, dont certains sont directement causés par ce dépeuplement. C’est notamment le cas de l’absence de pollution lumineuse sur de vastes zones, ce qui rend plus aisée l’observation astronomique.

C’est d’ailleurs ce qui explique le grand nombre de télescopes de rang international que l’on retrouve chez notre voisin ibérique, particulièrement dans la province de Teruel (Aragon) mais également en Andalousie et dans les îles Canaries. L’initiative récemment lancée par le blog intitulé « Capture the Atlas » afin de recenser les plus belles vues du ciel de nuit met en valeur ce patrimoine immatériel de l' »Espagne vide » et, in fine, de l’Espagne tout court. Des provinces comme Ávila (Castille-et-León) et Cuenca (Castille-La Manche) ou des îles comme Ténérife, Fuerteventura et La Palma sont ainsi très propices à l’observation par les curieux ou les scientifiques

Source : https://www.elconfidencial.com/tecnologia/2020-07-07/via-lactea-fotos-espana-espacio-astrofotografia_2666068/

L’Espagne est très présente dans le nouveau calendrier du championnat du monde de Moto GP pour l’année 2020

Le pilote espagnol de Moto GP Marc Márquez (photographie : EFE et El Español)

En raison de la pandémie de coronavirus d’origine chinoise, de nombreuses compétitions sportives internationales ont dû être annulées ou repoussées en cette année 2020. Parmi ces compétitions, le championnat du monde de Moto GP a dû réorganiser son calendrier d’épreuves. Au sein de ces épreuves, l’Espagne est extrêmement présente avec sept courses sur les treize que compte l’Europe. Le championnat reprendra ainsi le 19 juillet prochain sur le circuit Ángel-Nieto de Jerez de la Frontera, dans la province de Cadix (Andalousie).

De fait, cette infrastructure fera l’objet de deux courses, de même que le circuit MotorLand d’Alcañiz, dans la province de Teruel (Aragon), et le circuit Ricardo-Tormo de Cheste, dans la province de Valence (Communauté de Valence). Le circuit de Montmeló, dans la province de Barcelone (Catalogne), fera pour sa part l’objet d’une course.

Source : https://www.elespanol.com/deportes/motor/motogp/20200611/motogp-publica-nuevo-calendario-carreras-europeas-espana/496950817_0.html?utm_medium=Social&utm_campaign=Echobox&utm_source=Twitter#Echobox=1591873547

Deux universités espagnoles se retrouvent parmi les 200 meilleures au monde selon un classement britannique

Les bâtiments historiques de l’Université de Barcelone, en Catalogne (photographie : Université de Barcelone)

Élaboré chaque année par l’entreprise de consulting britannique Quacquarelli Symonds, le classement des universités mondiales QS World University Rankings place cette année deux établissements universitaires espagnols parmi les 200 meilleurs au monde. Il s’agit en premier lieu de l’Université de Barcelone (182e mondiale, soit une chute de 17 places par rapport à son classement de 2019). La deuxième dans cette frange est l’Université autonome de Madrid, qui passe en un an de la 192e à la 200e place.

Par la suite, l’on retrouve :

  • l’Université Complutense de Madrid, 206e (contre 212e l’année dernière) ;
  • l’Université de Navarre, première université espagnole privée de ce tableau (252e) ;
  • l’Université Pompeu-Fabra de Barcelone (287e) ;
  • l’Université Charles-III de Madrid (311e) ;
  • l’Université polytechnique de Catalogne (314e) ;
  • l’Université polytechnique de Valence, dans la Communauté de Valence (326e) ;
  • et l’Université IE de Ségovie (Castille-et-León), qui pointe en 332e position.

Source : https://www.elconfidencial.com/alma-corazon-vida/educacion/2020-06-10/universidades-espanolas-200-mejores-del-mundo-ranking-qs_2622032/

La ville espagnole d’Alicante accueille le plus grand drive-in d’Europe

La ville espagnole d’Alicante, dans la Communauté de Valence (photographie : Alicante Turismo)

En ces temps de pandémie de coronavirus, où les cinémas sont encore bien souvent fermés et que la peur de se mêler à la foule domine encore, le drive-in apparaît comme une solution bien commode pour de nombreux cinéphiles. Leur nombre se multiplie peu à peu outre-Pyrénées, notamment à Madrid, mais pas seulement. C’est ainsi que l’entreprise espagnole Autocine Madrid RACE prospère tandis que sa consœur, Cinemacar, propose depuis le 11 juin dernier un grand complexe de ce type à Alicante (Communauté de Valence).

Ce drive-in s’étend sur une superficie de 45 000 mètres carrés avec des terrasses (qui seront ouvertes dès que la situation sanitaire espagnole le permettra), des loges VIP et des zones récréatives pour les plus jeunes. Par ailleurs, il dispose d’un écran de 500 mètres carrés, généralement reconnu comme le plus grand du continent européen. Il s’est précisément installé dans le quartier de Rabasa, dans le Nord d’Alicante.

Source : https://madridsecreto.co/autocine-mas-grande-europa/