Environ 5,4 millions d’Espagnols subissent le chômage ou une activité professionnelle insuffisante

Un bureau pour l’emploi de Catalogne (photographie : Diari del Treball)

Selon les données fournies ce lundi 20 janvier 2020 par l’Organisation internationale du Travail (OIT), dont le siège se trouve à Genève (Suisse), il faut ajouter aux personnes officiellement inscrites en Espagne auprès des agences pour l’emploi tout un ensemble de citoyens qui ont cessé de chercher un emploi par découragement (et ne figurent donc pas nécessairement dans les chiffres officiels des demandeurs d’emploi) et ceux qui subissent un temps partiel alors qu’ils souhaiteraient travailler davantage pour des raisons financières (c’est ce que l’on appelle outre-Pyrénées le subempleo).

Ainsi, d’après le rapport intitulé Perspectivas sociales y del empleo en el mundo – Tendencias 2020 (littéralement, Perspectives sociales et de l’emploi dans le monde – Tendances 2020), 5,4 millions de personnes ne trouvent pas leur place sur le marché du travail chez notre voisin ibérique. Aux 3,3 millions de chômeurs officiels, l’OIT rajoute en effet 1,2 millions de travailleurs (notamment des femmes) qui subissent un emploi à temps partiel. L’organisme y adjoint également 900 000 citoyens qui ont arrêté de chercher activement un emploi.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/01/20/economia/1579538744_367512.html

Le recours aux animaux dans les cirques ne cesse de reculer en Espagne

Les communautés autonomes et communes espagnoles qui ont interdit le recours aux animaux dans les cirques (image : José Maluenda et La Razón)

Ces dernières années, le recours aux animaux dans les cirques est de plus en plus contesté dans le monde, en particulier dans les pays développés, en raison des mauvais traitements qu’ils subissent régulièrement. La Bolivie est le premier pays de la planète à avoir totalement aboli leur présence dans ce type de spectacles, en 2009, tandis que l’on retrouve, parmi les nations qui lui ont emboîté le pas, la Grèce, le Royaume-Uni, le Canada, la Finlande, la Suède, la Suisse, le Danemark ou encore l’Allemagne. En Espagne, neuf communautés autonomes ont fait de même : la Catalogne en 2015 ; les îles Baléares, La Rioja et la Galice en 2017 ; la Région de Murcie et la Communauté de Valence en 2018 ; et enfin, l’Aragon, l’Estrémadure et la Principauté des Asturies en 2019.

Par ailleurs, dans les autonomies n’ayant pas encore statué à ce sujet, environ deux cents municipalités ont édicté des arrêtés afin d’interdire totalement le recours aux animaux dans les cirques. C’est dans la Communauté de Madrid que l’on retrouve le plus grand nombre de ces communes (soixante-six), suivie de l’Andalousie (cinquante) et de la Castille-et-León (seize). La capitale espagnole a prévu de faire passer un édit municipal dans le même sens au mois d’avril 2020. À l’heure actuelle, sur les trente cirques traditionnels itinérants outre-Pyrénées, seuls trois ont encore recours à des animaux, contre trente-cinq en 2014.

Source : https://www.larazon.es/sociedad/20200116/vopqli4ry5bljetpo2qhn23xwa.html?utm_source=twitter&utm_medium=organic&utm_campaign=lrzn_org_Sa_1_30

Pour la première fois en Espagne, l’État abaisse la vitesse maximale sur une voie rapide afin de réduire la pollution

La voie rapide A44, qui passe en Andalousie (photographie : Granada Digital)

Le Ministère des Transports, de la Mobilité et de l’Agenda urbain, aujourd’hui dirigé par José Luis Ábalos (Parti socialiste ouvrier espagnol), a annoncé au mois de janvier 2020 que, pour la première fois, l’État avait décidé d’abaisser la vitesse maximale autorisée sur une voie rapide ou une autoroute afin de réduire la pollution atmosphérique causée par les gaz d’échappement des véhicules qui y circulent. Concrètement, cet abaissement concerne la partie de la voie rapide A44 (dite « voie rapide de la Sierra Nevada-Côte tropicale »), qui passe en Andalousie, plus précisément le tronçon qui sert de périphérique à la ville de Grenade, entre la liaison 123 (dite « liaison de la Macarena ») et la liaison 132 (dite « liaison Ronda Sud »).

C’est à la fin du mois de janvier dernier que cet abaissement de la vitesse maximale, qui est ainsi passée de 100 à 90 kilomètres par heure, a été mis en place avec notamment le changement des panneaux de signalisation routière. Cette restriction a été décidée avec la municipalité de Grenade, actuellement dirigée par Luis Miguel Salvador García (Citoyens). L’objectif est de poursuivre ce type d’actions afin de réduire le nombre de morts prématurées liées à la pollution atmosphérique outre-Pyrénées, qui s’élève à 10 000 par an environ selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), organisme sis à Genève (Suisse).

Source : https://www.larazon.es/economia/20200117/xg3eoox2mrbzbep5s3vr4okqh4.html?utm_source=twitter&utm_medium=organic&utm_campaign=lrzn_org_Sa_9_15

Rafael Nadal est élu champion des champions chez les hommes par le journal « L’Équipe » pour l’année 2019

Le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal (à droite), après sa victoire face au sportif grec Stéfanos Tsitsipás (à gauche) lors du tournoi d’exhibition d’Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis (photographie : Ahmed Jadallah, Reuters et L’Équipe)

Pour la quatrième fois de sa carrière, le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal a été élu champion des champions (campeón de campeones) chez les hommes par le journal sportif français L’Équipe à la fin de l’année 2019. Il est arrivé en première position avec 513 points, devant le pilote britannique de Formule Un Lewis Hamilton (413 points), le skieur autrichien Marcel Hirscher (329 points), le nageur américain Caeleb Dressel (280 points) et le rugbyman sud-africain Siya Kolisi (279 points).

Rafael Nadal égale ainsi les quatre titres de son grand rival, le Suisse Roger Federer, et n’est qu’à une marche du recordman en la matière, le coureur jamaïcain Usain Bolt, qui a décroché cinq titres auprès de L’Équipe. Le joueur de tennis finit l’année comme numéro un mondial dans sa discipline et a décroché deux titres du Grand Chelem cette année, ce qui porte son total à dix-neuf, à une marche du record de Roger Federer.

Source : https://www.efe.com/efe/espana/deportes/rafael-nadal-y-simone-biles-campeones-de-en-2019-para-l-equipe/10006-4139822

La ville d’Alicante accueillera une antenne du Centrée européen de Recherche en Intelligence artificielle

La mairie d’Alicante, dans la Communauté de Valence (photographie : Viaje Jet)

Le 13 décembre 2019, la ville espagnole d’Alicante, capitale de province de la Communauté de Valence, a été choisie comme siège espagnol d’une antenne du Centre européen de Recherche en Intelligence artificielle (Centro Europeo de Investigación en Inteligencia Artificial) et va donc entrer dans le club très fermé du Laboratoire européen d’Apprentissage et de Systèmes intelligents (Laboratorio Europeo de Aprendizaje y Sistemas Inteligentes, ELLIS selon son sigle anglais). Le choix a été révélé lors d’une réunion d’ELLIS à Vancouver (Canada).

Alicante a été choisie parmi vingt-huit projets originaires de treize pays européens : Amsterdam (Pays-Bas), Copenhague (Danemark), Darmstadt (Allemagne), Delft (Pays-Bas), Fribourg-en-Brisgau (Allemagne), Helsinki (Finlande), Linz (Autriche), Lausanne (Suisse), Louvain (Belgique), Oxford (Royaume-Uni), Prague (République tchèque), Sarrebruck (Allemagne), Tel Aviv (Israël), Tübingen (Allemagne), Vienne (Autriche) et Zurich (Suisse). L’objectif d’ELLIS est de concurrencer les États-Unis d’Amérique et l’Asie dans la course à l’intelligence artificielle.

Source : https://www.capitalmadrid.com/2019/12/13/55057/alicante-capital-espanola-de-la-inteligencia-artificial.html

Le gouvernement espagnol va enclencher le rapatriement des ressortissants espagnols présents à Wuhan

Le ministre espagnol de la Santé, Salvador Illa (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : El Periódico

Depuis le début du mois de janvier 2020, une épidémie de pneumonie liée à un coronavirus touche durement la ville de Wuhan et ses alentours, dans la province de Hubei (Chine). Environ cinquante millions d’habitants ont été placés sous confinement par les autorités chinoises et le gouvernement espagnol de Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol) enclenche désormais le processus de rapatriement de ses ressortissants coincés sur place. La ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Arancha González Laya (PSOE), et le ministre de la Santé, Salvador Illa (PSOE), se coordonnent ainsi avec l’UE et le consul d’Espagne à Pékin afin de réfléchir à ce transfert et de le mettre en œuvre.

Jusqu’à présent, ce coronavirus qui inquiète le monde entier n’a fait aucune victime en Espagne, les quatre cas suspects ayant finalement été attribués à d’autres problèmes de santé. L’exécutif espagnol est en contact permanent avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), dont le siège se trouve à Genève (Suisse), et tient un point quotidien afin de surveiller l’évolution de la situation. Malgré les préoccupations légitimes, le gouvernement de Pedro Sánchez veut envoyer un message de tranquillité aux citoyens espagnols.

Source : https://www.elespanol.com/espana/20200127/gobierno-repatriara-espanoles-encerrados-wuhan-foco-coronavirus/462953959_0.html

La sélection nationale espagnole de handball masculin remporte son championnat d’Europe

La sélection nationale espagnole de handball masculin soulève son deuxième trophée continental (photographie : Anders Wilkund, EFE et El Mundo)

Ce dimanche 26 janvier 2020, à la Tele2 Arena de Stockholm (Suède), la sélection nationale espagnole de handball masculin a remporté son deuxième championnat d’Europe dans sa discipline en battant la Croatie au terme d’un match très serré sur un score de 22 à 20. Le championnat se déroulait depuis le 9 janvier avec plusieurs rencontres Stockholm, Göteborg et Malmö (Suède), Trondheim (Norvège) ainsi que Vienne et Graz (Autriche). En phase de qualifications, au sein du groupe B, l’Espagne a défait la Lettonie, l’Allemagne et les Pays-Bas.

Lors du tour principal, au sein du groupe I, elle a battu la République tchèque, l’Autriche et la Biélorussie et a fait match nul contre la Croatie. En phase finale, elle s’est ensuite débarrassée de la Slovénie pour finir par vaincre la sélection croate lors de la dernière rencontre. Cette médaille d’or est également synonyme de qualification automatique aux Jeux olympiques de Tokyo (Japon), qui se déroulent cette année. Il s’agit du deuxième sacre continental de l’Espagne en handball masculin et de la deuxième médaille d’or européenne d’affilée, après celle remportée en 2018 en Croatie face à la Suède.

Auparavant, la sélection de notre voisin ibérique avait remporté quatre médailles d’argent (en 1996 à domicile, en 1998 en Italie, en 2006 en Suisse et en 2016 en Pologne) ainsi que deux médailles de bronze (en 2000 en Croatie et en 2014 au Danemark). En championnat du monde, l’Espagne a été sacrée à deux reprises : une fois en 2005 en Tunisie et une seconde fois en 2013 à domicile. Elle a également décroché la troisième place du podium en 2011 en Suède. Aux Jeux olympiques, les Hispanos ont obtenu par trois fois la médaille de bronze : Atlanta (États-Unis d’Amérique) en 1996, Sydney (Australie) en 2000 et Pékin (Chine) en 2008.

Source : https://www.elmundo.es/deportes/balonmano/europeo-de-balonmano/2020/01/26/5e2daf67fdddff26a58b4593.html

Le premier championnat d’Espagne de skeleton se déroule au mois de janvier 2020… en Suisse

Le sportif espagnol Ander Mirambell, spécialiste de skeleton, lors d’une manche de la Coupe du Monde de sa discipline en 2019, à Saint-Moritz (Suisse) – Photographie : EFE et El Confidencial

C’est un sport minoritaire en Espagne, comme bien d’autres disciplines de glisse ou d’hiver : le skeleton, qui figure depuis 2002 et les Jeux olympiques d’hiver de Salt Lake City, dans l’Utah (États-Unis d’Amérique), au programme de cette compétition multisports, organise au mois de janvier 2020 son premier championnat d’Espagne. C’est sous l’égide de la Fédération espagnole royale des Sports de Glace (Real Federación Española de Deportes de Hielo, RFEDH) que les sportifs de notre voisin ibérique peuvent s’y inscrire, moyennant des frais de dossier de 90 euros.

Signe d’une discipline sportive encore méconnue en Espagne, son championnat national a lieu à l’étranger, plus précisément à Saint-Moritz, dans le canton des Grisons (Suisse). Y participe notamment le meilleur espagnol en skeleton, Ander Mirambell Viñas, né à Barcelone (Catalogne) en 1983. Il est devenu le premier Espagnol à concourir aux Jeux olympiques dans ce sport, à Vancouver (Canada) en 2010 et à Sotchi (Russie) en 2014. Très fier de ce premier championnat national organisé par son pays, Mirambell sacrifie sa participation à une manche du Championnat d’Europe, qui se tient à Sigulda (Lettonie).

Source : https://www.elconfidencial.com/deportes/2020-01-25/skeleton-ander-mirambell-campeonato-espana_2421867/

L’Espagne accueillera le tournoi de qualification olympique de handball féminin

La sélection nationale espagnole de handball féminin célèbre sa médaille d’argent acquise au Championnat du Monde de 2019, qui se déroulait au Japon (photographie : EFE, EPA, Hiroshi Yamamura et RTVE)

Après avoir décroché la médaille d’argent lors de son Championnat du Monde en 2019, au Japon, la sélection nationale espagnole de handball féminin a eu le plaisir de voir attribuer à son pays le tournoi de qualification olympique auquel elle participera, du 20 au 22 mars prochains. La Fédération internationale de Handball, sise à Bâle (Suisse), a en effet choisi Guadalajara (Castille-La Manche) pour cette compétition.

Deux billets de qualification sont à obtenir dans le cadre de ce tournoi pour les Jeux olympiques d’été de Tokyo (Japon). La sélection entraînée par Carlos Viver affrontera la Suède, le Sénégal et l’Argentine. À Guadalajara, les « Guerrières » (Guerreras) avaient déjà disputé (avec succès) leur tournoi de qualification pour les Jeux olympiques de Londres (Royaume-Uni) en 2012.

Source : http://www.rtve.es/deportes/20191221/guerreras-buscaran-billete-para-tokio-espana/1994246.shtml

Plus de trois millions de personnes ont visité le musée du Prado pour son bicentenaire

La façade du musée du Prado, à Madrid, à l’occasion du bicentenaire de l’institution (photographie : El Cultural)

Le dernière record remontait à 2016, à l’occasion de l’exposition temporaire sur le peintre néerlandais Jérôme Bosch (1450-1516), avec un peu plus de trois millions de visiteurs : pour l’année de son bicentenaire, le musée du Prado (principale pinacothèque de Madrid et de toute l’Espagne) a accueilli 3,3 millions de touristes environ. Ce chiffre représente une augmentation de 10 % par rapport au nombre total de 2018. Environ un million et demi de visiteurs ont pu accéder à la prestigieuse institution de manière gratuite, tandis que les entrées payantes ont permis au Prado de récolter 21 millions d’euros, un autre record.

Au cours de l’année 2019, plusieurs grandes expositions ont été réalisées, notamment sur le deuxième centenaire du musée en lui-même mais également sur l’artiste suisse Alberto Giacometti (1901-1966), sur les dessins de l’Espagnol Francisco de Goya (1746-1828) ou encore sur le peintre néerlandais Rembrandt (1606-1669). Le Prado a aussi reçu plusieurs dons de collectionneurs privés et a mené à bien le projet De gira por España (littéralement, En tournée dans toute l’Espagne), qui a fait voyager plusieurs de ses œuvres sur 19 000 kilomètres.

Notons plusieurs autres faits marquants pour le musée au cours de l’année passée :

  • la réception du prix Princesse-des-Asturies dans la catégorie « Arts » ;
  • près d’une centaine d’activités diverses et variées ;
  • ou encore la réception de prêts venus de musées du monde entier.

Source : https://elcultural.com/mas-de-tres-millones-de-visitantes-han-celebrado-el-bicentenario-del-prado