« Comprendre l’Espagne d’aujourd’hui – Avec Nicolas Klein pour le Cercle Aristote »

La première de couverture de mon dernier ouvrage en date (photographie : éditions Ellipses)

L’excellent site suisse Ekouter.net propose désormais en version audio la présentation de mon dernier ouvrage en date, Comprendre l’Espagne d’aujourd’hui – Manuel de civilisation, publié le 25 février dernier par les éditions Ellipses, présentation que j’avais réalisée pour le Cercle Aristote, basé à Paris : http://ekouter.net/comprendre-l-espagne-d-aujourd-hui-avec-nicolas-klein-pour-le-cercle-aristote-5152

Une bonne partie de mes interventions dans divers cadres est d’ailleurs disponible en version audio sur le même site : http://ekouter.net/tag/Nicolas%20Klein

Vous pouvez acquérir mon manuel Comprendre l’Espagne d’aujourd’hui dans la plupart des librairies et des enseignes culturelles ainsi que sur de nombreux sites Internet, dont l’américain Amazon : https://www.amazon.fr/dp/2340036224/?coliid=I3G91CKNDJXJZD&colid=3PPPD0EEDTCID&psc=1

L’entreprise ferroviaire suisse Stadler va investir davantage en Espagne

Le président directeur général (PDG) de Stadler Espagne, Íñigo Parra (photographie : Cinco Días)

Sise à Bussnang, dans le canton de Thurgovie (Suisse), l’entreprise ferroviaire Stadler a récemment décidé de renforcer les infrastructures de production dont elle dispose en Espagne avec des investissements à venir d’environ 40 millions d’euros. Ces dépenses devraient permettre de créer 500 emplois supplémentaires dans son usine de Valence (Communauté de Valence), soit un accroissement de 40 % par rapport à l’état actuel de son personnel.

Ces investissements ont été annoncés par le président directeur général (PDG) de Stadler Espagne, Íñigo Parra, au micro de la Cadena SER, l’une des principales fréquences de radio de notre voisin ibérique. Une bonne nouvelle pour le ministre des Transports, de la Mobilité et de l’Agenda urbain, José Luis Ábalos (Parti socialiste ouvrier espagnol), ainsi que pour le président régional de la Communauté de Valence, Ximo Puig (PSOE), qui étaient présents dans le studio à ses côtés.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/07/08/companias/1594237802_659748.html

L’Alliance GAVI pour la vaccination dans le monde reçoit le prix Princesse-des-Asturies 2020 dans la catégorie « Coopération internationale »

Le logotype officiel de l’Alliance GAVI (photographie : GAVI Alliance)

Ce jeudi 25 juin 2020, réuni à distance, le jury du prix Princesse-des-Asturies a décidé de remettre l’édition 2020 de la récompense dans la catégorie « Coopération internationale » à l’Alliance GAVI (sigle signifiant « Alliance globale pour l’Immunisation et les Vaccins » en français), dont le siège se trouve à Genève (Suisse) et dont la présidente du conseil d’administration est la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala.

Cette organisation internationale a pour but de coordonner les efforts des acteurs publics, privés et internationaux dans le domaine de la vaccination, notamment face aux épidémies les plus graves dans les pays en voie de développement. Le jury du prix Princesse-des-Asturies a ainsi voulu souligner « l’importance dans la santé publique » de ce processus.

Source : https://www.rtve.es/noticias/20200625/gavi-alianza-vacunacion-premio-princesa-cooperacion-internacional/2022366.shtml

Une ministre espagnole veut diriger l’Organisation mondiale du Commerce

La ministre espagnole des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Arancha González Laya (Partis socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : El Español

Après la troisième vice-présidente du gouvernement, en charge des Affaires économiques et de la Transformation numérique, Nadia Calviño (Parti socialiste ouvrier espagnol), qui brigue le poste de présidente de l’Eurogroupe, c’est au tour d’une autre ministre membre du gouvernement espagnol de Pedro Sánchez (PSOE), de tenter de décrocher un emploi prestigieux. La ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Arancha González Laya (PSOE), souhaite en effet remplacer le Brésilien Roberto Azevêdo à la tête de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), sise à Genève (Suisse).

L’actuel directeur général de l’organisme doit en effet quitter son poste cette année mais plusieurs concurrents à González Laya vont eux aussi tenter leur chance. Il s’agit du Mexicain Jesús Seade, négociateur en chef de son pays lors de la mise en œuvre de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM), d’un côté et de l’Irlandais Phil Hogan, actuel commissaire européen au Commerce. Notons également que l’Égypte et le Nigeria sont intéressés par le poste.

Source : https://www.elconfidencial.com/economia/2020-06-10/mexico-irlanda-candidatura-espana-omc_2631447/

Les travailleurs espagnols doivent se former 101 jours supplémentaires pour faire face aux transformations du marché du travail

Les bureaux d’une entreprise à Madrid (photographie : Ofita)

Selon un rapport récemment émis par le Forum économique mondial, sis à Cologny, dans le canton de Genève (Suisse), les Espagnols, comme les travailleurs du reste du monde développé, doivent se former 101 jours supplémentaires afin de s’adapter aux transformations du marché du travail. Les compétences exigées par les entreprises de toutes natures changeront en effet d’environ 42 % d’ici à 2022.

Parmi les secteurs qui vont avoir besoin de main d’œuvre qualifiée dans les prochaines années, l’on retrouve, selon le Forum économique mondial, l’intelligence artificielle, l’ingénierie, l’informatique, la culture, les services à la personne et la vente. De même, la plupart des boutiques et petits entrepreneurs doivent être plus présents sur Internet, même si leur nombre en ligne a crû de 30 % durant la crise du coronavirus outre-Pyrénées.

Source : https://www.larazon.es/economia/20200517/bowv7fwswndhziktoyjdfocac4.html

L’IESE de Madrid reste en première position des écoles de commerce au niveau mondial

Un amphithéâtre au sein de l’école de commerce IESE de Madrid (photographie : Flickr, Promo Madrid, Alfonso Urdaci et Business Insider)

Pour la sixième année consécutive, le grand quotidien économique britannique Financial Times a classé l’IESE de Madrid comme la meilleure école de commerce au monde au sein de son tableau intitulé Executive Education. Cette liste comporte en tout et pour tout 50 écoles du monde entier en prenant en compte deux types de programmes d’études : custom programs (programmes mis au point à la carte pour les entreprises) et programmes ouverts. Dans le premier, l’IESE de Madrid est classée première et dans le second, dixième.

L’union de ces deux critères permet donc à l’établissement privé de rester en tête du classement mondial. Derrière l’école de commerce IESE, l’on retrouve l’école des Hautes Études de Commerce (HÉC) de Paris (France) et l’école de commerce IMD de Lausanne (Suisse). Parmi les 50 meilleures écoles du classement, l’on en retrouve deux autres dont le siège est en Espagne : l’école de commerce ESADE de Barcelone (Catalogne), qui est numéro onze, et l’EADA de la capitale catalane, qui est quarante-troisième.

Source : https://www.businessinsider.es/iese-mejor-escuela-formacion-directivos-mundo-sexto-ano-consecutivo-638115

L’Espagne est le pays européen qui réalise le plus grand nombre de tests sur des patients humains pour lutter contre le Covid-19

Un technicien de laboratoire espagnol manipule une fiole (photographie : Reuters et Cinco Días)

Selon des données fournies au début du mois de mai 2020 par le Registre espagnol des Essais cliniques (Registro Español de Ensayos Clínicos), sis à Madrid, l’Espagne est le pays d’Europe qui pratique le plus grand nombre de ces tests sur des patients humains afin de trouver des remèdes à l’épidémie de coronavirus venue de Chine. Concrètement, à l’heure actuelle, 58 essais cliniques sont en marche outre-Pyrénées sur 332 participants volontaires dans les hôpitaux du pays.

Selon le Ministère de la Santé, aujourd’hui dirigé par Salvador Illa (Parti socialiste ouvrier espagnol), 28 000 personnes devraient avoir accès à ces essais cliniques d’ici à quelques mois. Au niveau mondial, seuls trois autres nations réalisent un plus grand nombre de tests de médicaments, traitements et vaccins contre le Covid-19 : la Chine (154 études), les États-Unis d’Amérique (109 études) et l’Iran (63 études). Au sein de l’Union européenne (UE), selon les données fournies par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), installée à Genève (Suisse), la France (51 essais cliniques) et le Royaume-Uni (17 essais cliniques) complètent le podium.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/05/06/companias/1588759559_801140.html

La première ville de péninsule Ibérique a 5 000 ans et se trouve dans l’actuelle Andalousie

Le site archéologique de Los Millares, situé sur le territoire de la commune de Santa Fe de Mondújar, dans la province d’Almería, en Andalousie (photographie : ABC)

Publiée à la fin du mois d’avril 2020, une étude de l’Université de Grenade (Andalousie) a démontré que la première ville connue de péninsule Ibérique a été fondée il y a environ 5 000 ans, à proximité des monuments funéraires mis au jour sur le territoire de la commune de Santa Fe de Mondújar, dans la province d’Almería (Andalousie). À quelques kilomètres de la côte méditerranéenne, le site archéologique de Los Millares est ainsi d’une importance capitale dans la compréhension de l’histoire espagnole et européenne.

L’auteur principal de cette étude, Gonzalo Aranda Jiménez, qui est chercheur au sein du Département de préhistoire et d’archéologie de l’Université de Grenade, a fait paraître ses résultats dans la revue spécialisée suisse en langue anglaise Archaelogical and Anthropological Sciences. C’est en 2012 que son équipe a débuté des travaux de datation du site de Los Millares, unique en son genre et qui s’étend sur approximativement 19 hectares.

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-primera-ciudad-peninsula-iberica-establecio-almeria-hace-5000-anos-202004291337_noticia.html

Décès de la scientifique espagnole Teresa Rodrigo à l’âge de 63 ans

La scientifique espagnole Teresa Rodrigo (photographie : Université de Cantabrie et La Razón)

C’est ce mardi 21 avril 2020 qu’est décédée à Santander (Cantabrie), à l’âge de 63 ans, la scientifique espagnol Teresa Rodrigo Anoro, qui était née à Lérida (Catalogne) le 28 décembre 1956. Après un passage par l’Université de Saragosse (Aragon), elle défend sa thèse de doctorat en sciences physiques à l’Université autonome de Madrid en 1985. Elle travaille ensuite pour le Centre des Recherches énergétiques, environnementales et technologiques (Centro de Investigaciones Energéticas, Medioambientales y Tecnológicas, CIEMAT) de la capitale espagnole.

Un temps membre du CERN de Meyrin (Suisse) et du Laboratoire national de l’Accélérateur Fermi de Winfield Township, dans l’Illinois (États-Unis d’Amérique), elle participe à la découverte de nouvelles unités fondamentales de la matière, comme le top quark et le boson de Higgs. Professeur de physique atomique à l’Université de Cantabrie depuis 1994, elle travaille également à l’Institut de Physique de Cantabrie (Instituto de Física de Cantabria).

Source : https://www.larazon.es/ciencia/20200421/p2krv6zvdjc3ljdup4jt6awbjq.html

Décès du médecin espagnol José García à l'âge de 81 ans

Le médecin espagnol José García (photographie : Ángel González et La Nueva España)

L’on apprenait ce lundi 23 mars 2020 le décès à l’âge de 81 ans du médecin espagnol José García González, qui était né à Lena (Principauté des Asturies) en 1938. Spécialiste de psychiatrie et de neurologie, diplômé de l’Université de Grenade (Andalousie), il poursuit ses études en Allemagne et en Suisse, où il débute également en tant que professionnel de la santé. Il est connu pour être l’un des principaux réformateurs de la santé mentale outre-Pyrénées.

À ce titre, il transforme profondément l’Hôpital psychiatrique d’Oviedo (Principauté des Asturies) ainsi que celui de Conxo, à Saint-Jacques-de-Compostelle (Galice). De 1982 à 1987, il est directeur régional de la santé mentale pour la Principauté des Asturies avant de devenir, en 1991, conseiller régional à la Santé et aux Services sociaux, sous la présidence de Juan Luis Rodríguez-Vigil (Parti socialiste ouvrier espagnol) et d’Antonio Trevín (PSOE). Il occupe ce poste jusqu’en 1995 avant d’être nommé conseiller régional aux Affaires sociales par le président régional Vicente Álvarez Areces, Département dont il a la charge de 1999 à 2003.

Source : https://www.lavozdeasturias.es/noticia/asturias/2020/03/23/fallece-exconsejero-salud-jose-garcia/00031584990331332230434.htm