L'Espagne est le pays le plus sain au monde selon la Fondation Bloomberg

L’Hôpital universitaire de la Fondation Jiménez-Díaz, à Madrid (photographie : Quirón Salud)

Chaque année, la Fondation Bloomberg, dont le siège se trouve à New York (États-Unis d’Amérique), édite un Indice mondial de Santé qui classe les pays du globe du plus sain au moins sain. Cette année, selon les données collectées en 2019, l’Espagne est, selon cette fondation, le pays le plus sain au monde, détrônant ainsi l’Italie, qui passe en deuxième position. Sur la troisième marche du podium, l’on retrouve l’Islande. Le classement de la Fondation Bloomberg prend en compte toute une série de facteurs : les habitudes et conduites à risque de la population (tabagisme, obésité, pression sanguine, etc.), des facteurs environnementaux (accès à l’eau potable, alimentation, qualité de l’air), la sécurité sociale, l’espérance de vie, les causes les plus fréquentes de décès, etc.

Après l’Islande, l’on retrouve les nations suivantes parmi les dix premières du classement de la Fondation Bloomberg : le Japon, la Suisse, la Suède, l’Australie, Singapour, la Norvège et Israël. La bonne place de l’Espagne et de l’Italie est en partie due à la pratique du régime méditerranéen (légumes secs, légumes verts, fruits, céréales, huile d’olive). Concernant notre voisin pyrénéen, le haut taux de personnes qui marchent quotidiennement (37 % des Espagnols environ se rendent à pied sur leur lieu de travail) et l’espérance de vie à la naissance (83,5 ans à l’heure actuelle) sont également des facteurs qui expliquent ce résultat.

Source : https://www.abc.es/sociedad/abci-espana-pais-mas-saludable-mundo-segun-bloomberg-202002292130_noticia.html

Le Forum économique mondial décerne à l'Espagne le titre de meilleur système de santé au monde

Une opération dans un hôpital espagnol (photographie : Redacción Médica)

Sis à Genève (Suisse), le Forum économique mondial décerne cette année à l’Espagne le titre de meilleur système de santé au monde, place que notre voisin ibérique partage en 2020 avec Singapour, Hong Kong et le Japon. C’est ce qui se dégage de son index mondial de la compétitivité relatif à l’année 2019, qui donne ainsi aux quatre États la note maximale de 100 points. Par ailleurs, toujours selon l’organisme international, l’Espagne partage avec le Japon et Singapour la plus longue espérance de vie à la naissance sur la planète – 72,4 ans en moyenne, contre 73,1 ans pour l’Empire du Soleil Levant et 74,2 ans pour la cité-État.

Le système sanitaire espagnol dépasse ainsi une année de plus la moyenne des systèmes de santé des autres pays européens et de ceux d’Amérique du Nord. L’index de compétitivité du Forum économique mondial place l’Espagne en 23e place dans son classement général, soit trois rangs de plus qu’en 2018. Reposant sur douze piliers fondamentaux, il donne ainsi à notre voisin pyrénéen une meilleure note globale que l’Irlande, les Émirats arabes unis, la Chine, l’Italie, le Portugal ou encore le Brésil. Outre le santé, l’Espagne se distingue particulièrement dans le domaine des infrastructures et celui de stabilité macro-économique.

Source : https://www.redaccionmedica.com/secciones/sanidad-hoy/espana-cuenta-con-la-mejor-sanidad-el-mundo-segun-el-foro-economico-mundial-8476

La Poste espagnole obtient en 2019 son premier bénéfice en six ans et veut poursuivre son expansion

Le président directeur général (PDG) de Correos, l’Espagnol Juan Manuel Serrano (photographie : EFE et El Confidencial)

Pour la première fois depuis 2014, la Poste espagnole (Correos) a obtenu un bénéfice en 2019, précisément de 14,8 millions d’euros, laissant ainsi derrière elle une mauvaise année 2018, qui avait signifié un déficit de 153 millions d’euros. Son président directeur général (PDG), Juan Manuel Serrano, a toutefois souligné que la préoccupation reste de mise au sein de la compagnie en raison du déclin mondial du transport de courrier. Désormais, face à la numérisation généralisée, la firme doit se moderniser et s’étendre afin d’éviter de devenir insignifiante en Espagne. Elle cherche donc désormais à offrir davantage de services et à s’étendre sur trois continents (Europe, Amérique et Asie) tout en améliorant l’efficacité de ses processus actuels.

Pour ce faire, Serrano a rappelé que l’entreprise proposait déjà 4 000 nouveaux postes et qu’entre 2020 et 2021, elle ouvrirait encore 3 400 emplois. Il s’agit, entre autres choses, de gérer les filiales ouvertes par Correos au Portugal et en Chine, qui sont les deux premiers pays avec Singapour sur lesquels la compagnie mise beaucoup. Mais ce n’est pour elle qu’un début, aussi bien en Asie qu’en Europe. Le but est également de se tourner vers la logistique, en raison de l’explosion internationale du transport de marchandises et de la livraison de colis. Correos souhaite, dans ce contexte, profiter de l’ouverture des Nouvelles Routes de la Soie par la Chine afin de remonter la pente.

Source : https://www.elconfidencial.com/empresas/2020-01-22/correos-primer-beneficio-anos-subiendo-empleos_2423047/

L’entreprise espagnole de porcelaine et céramique Lladró poursuit son expansion internationale

L’un des espaces exclusifs de la marque espagnole de porcelaine Lladró (photographie : Lladró et El Periódico de Aquí)

Fondée en 1953 et sise à Tabernes Blanques, dans la province de Valence (Communauté de Valence), l’entreprise espagnole de porcelaine et céramique de luxe Lladró poursuit ces dernières années son expansion internationale afin de se renforcer sur certains marchés-clé. C’est ainsi qu’elle a consolidé en 2019 ses boutiques à Londres (Royaume-Uni), Hong Kong, Singapour et Taïwan. Cette année, elle va par ailleurs ouvrir son premier établissement à Sydney (Australie) tandis que son nouveau concept de boutique s’étend un peu partout, notamment à Madrid, Barcelone (Catalogne) et New York (États-Unis d’Amérique).

Cette stratégie d’expansion correspond à l’acquisition de la marque en 2017 par le groupe espagnol Phi Industrial, sis à Madrid. L’objectif est diversifier la gamme des produits figuratifs ainsi que d’étendre les capacités de la firme dans d’autres domaines, comme les luminaires, la joaillerie, les bougies et les diffuseurs de parfum. L’entreprise continuera cependant dans les prochaines années de disposer d’une seule usine, située à Tabernes Blanques.

Source : https://www.elperiodicodeaqui.com/epda-noticias/la-empresa-valenciana-lladro-abrira-en-breve-su-primera-boutique-en-australia/200495

Une fois de plus, le passeport espagnol est l’un des plus précieux au monde

Plusieurs passeports espagnols empilés (photographie : Fernando Bizerra Jr., EFE et La Razón)

En ce début d’année 2020, une bonne nouvelle est tombée pour l’Espagne : pour une nouvelle année consécutive, le passeport espagnol est le cinquième le plus « précieux » ou « puissant » au monde. Le classement, établi par l’entreprise britannique Henley & Partners, sise à Londres, est réalisé à partir des données communiquées par l’Association internationale du Transport aérien (IATA, selon son sigle en anglais), dont le siège se trouve à Montréal (Canada).

Un tel tableau prend en considération le nombre de pays pouvant être visités avec un passeport donné sans nécessité de visa. Dans le cas de l’Espagne, ce sont pas moins de 187 pays qui sont concernés, ce qui place notre voisin ibérique au cinquième rang du classement, à égalité avec le Luxembourg et le Danemark. En première place, l’on retrouve le Japon (191 pays sans visa). Il est suivi, sur la deuxième marche du podium, de la cité-État de Singapour (190 pays), l’Allemagne et la Corée du Sud se retrouvant en troisième position (189 pays). En quatrième place, l’Italie et la Finlande (188 pays) sont ex æquo.

Source : https://www.larazon.es/viajes/20200107/2ukywsmb4beylj7zx2msxkzigu.html?utm_source=twitter&utm_medium=organic&utm_campaign=lrzn_org_We_1_30

L’Espagne fait partie des meilleurs pays au monde pour les infrastructures routières selon le Forum économique mondial

Une portion de la voie rapide espagnole A-6 (dite « voie rapide du Nord-Ouest », « autovía del Noroeste »), qui relie Madrid à Arteijo, dans la province de La Corogne, en Galice (photographie : Wikipedia)

Selon un rapport publié au mois de septembre 2019 par le Forum économique mondial, organisation à but non lucratif sise à Genève (Suisse), l’Espagne fait partie des meilleurs pays au monde concernant l’état et la qualité de ses infrastructures routières. Pas moins de 137 pays ont été analysés par l’organisme pour élaborer ce classement correspondant à l’année 2018 et les experts chargés de sa rédaction ont pris en compte divers critères comme l’état concret du revêtement, la signalisation ou encore le nombre de kilomètres assurés par des autoroutes ou des voies rapides. Les deux pays en tête de ce classement sont les Émirats arabes unis et Singapour.

L’on retrouve ensuite la Suisse et, un peu plus bas, l’Espagne avec une note de 5,5 sur 7. Il s’agit de la même note que d’autres nations comme le Qatar, la Suède, la Croatie et le Luxembourg mais notre voisin ibérique se retrouve ainsi devant la Finlande, le Canada ou le Royaume-Uni. Les pays disposant des pires infrastructures routières sont, toujours selon ce classement, la Mauritanie, la République démocratique du Congo, Haïti, Madagascar et la Guinée.

Source : https://motor.elpais.com/actualidad/los-paises-con-las-mejores-y-peores-carreteras-que-nota-obtiene-espana/

Dans le classement mondial des métropoles les plus résilientes, Madrid et Barcelone se placent en milieu de tableau

Deux agents de la police montée patrouillent au parc du Retiro, à Madrid (photographie : El Rincón del policía)

Selon un classement établi par le magazine hebdomadaire britannique The Economist et révélé à la fin du mois d’août 2019, Tokyo (Japon) est la ville la plus sûre au monde au sein d’une sélection de 60 métropoles. Elle devance deux autres cités asiatiques, Singapour et Osaka (Japon). Ce classement se fonde sur le concept de résilience des villes, c’est-à-dire leur capacité à absorber et à se remettre de grands chocs collectifs.

C’est ainsi que divers critères comme la mise en œuvre de politiques visant à lutter contre le réchauffement climatique ou les catastrophes naturelles, ont été pris en compte. La ville européenne la mieux classée, qui arrive en quatrième position, est celle d’Amsterdam (Pays-Bas). Madrid (25e) et Barcelone, en Catalogne (26e), sont les deux cités espagnoles les mieux classées et se placent en milieu de tableau.

Source : https://www.elmundo.es/internacional/2019/08/29/5d6812d7fdddff65108b4694.html

L’Espagne pointe à la dixième place dans le classement mondial de la connectivité portuaire

La zone portuaire de Vigo, dans la province de Pontevedra, en Galice (photographie : El Faro de Vigo)

Selon le classement élaboré chaque année depuis 2006 par la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement (UNCTAD, selon son sigle en anglais), l’Espagne pointe à la dixième place dans le domaine de la connectivité des infrastructures portuaires. La Chine est de nouveau première, suivie de Singapour, de la Corée du Sud et de la Malaisie. La Belgique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, premiers pays européens du classement, suivent la marche.

L’Allemagne, de son côté, tombe à la onzième place. À la treizième place, l’on retrouve l’Italie, juste devant la France. Plusieurs critères sont retenus par l’UNCTAD pour réaliser ce classement : le nombre de navires qui accostent chaque année ; le nombre de conteneurs importés ou exportés ; le nombre de compagnies maritimes qui utilisent les ports en question ; le nombre de services réguliers ; ou encore la taille des navires.

Source : http://elvigia.com/espana-avanza-a-la-decima-posicion-del-ranking-global-de-conectividad-del-transporte-maritimo/

L’Espagne est le quatrième meilleur pays au monde pour les expatriés selon un classement de HSBC

Une capture d’écran d’un site Internet permettant de trouver des expatriés français à Madrid (image : Expat.com)

Selon un classement spécifique élaboré par la banque HSBC, sise à Londres (Royaume-Uni), l’Espagne est le quatrième meilleur pays au monde pour les expatriés, aussi bien concernant les aspects liés à la vie quotidienne qu’au travail. Ce classement place la Suisse en première place, tandis que Singapour et le Canada complètent le podium. Dans le précédent classement, en 2018, notre voisin ibérique n’atteignait « que » la quatorzième position, ce qui signifie donc une amélioration sensible le concernant.

Ce classement a été réalisé à partir d’une enquête d’opinion menée sur un échantillon représentatif de 18 000 expatriés, qui ont notamment souligné la sécurité qui règne en Espagne ainsi que son climat favorable et sa qualité de vie. En revanche, notre voisin pyrénéen est plus en difficulté selon certains autres critères, notamment concernant le salaire moyen, qui atteint 36 000 euros – contre 67 000 euros au niveau mondial.

Source : https://www.eleconomista.es/economia/noticias/9977454/07/19/Espana-cuarto-mejor-pais-del-mundo-para-vivir-y-trabajar-segun-HSBC-Expat.html

L’Espagne est le deuxième exportateur mondial de parfums

Des parfums commercialisés par la marque espagnole Puig (photographie : Foro de Marcas Renombradas)

En 2018, l’Espagne a exporté davantage de parfums, produits cosmétiques et huiles essentielles que jamais avec plus de 4,6 milliards d’euros de ventes à l’étranger. Selon le rapport intitulé Resultados del consumo de perfumes y cosméticos en España y exportaciones (littéralement, Résultats de la consommation de parfums et de produits cosmétiques en Espagne et dans les exportations), élaboré par l’Association national des Parfums et Produits cosmétiques (STANPA) et présenté à Madrid au mois d’avril 2019, notre voisin ibérique est ainsi le deuxième exportateur de parfums au monde.

Il n’est devancé que par la France puisqu’il vend à l’étranger 1,8 milliard d’euros environ (soit 39 % de sa production totale). Il se classe devant l’Allemagne, les États-Unis d’Amérique, l’Italie, Singapour et les Pays-Bas. Les parfums d’agrumes (notamment le citron, le pamplemousse et l’orange) ont grandement contribué à doper ces exportations.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/04/09/fortunas/1554833448_143388.html