Le nombre de demandeurs d’asile explose en Espagne

Une famille d’immigrés vénézuéliens en Espagne (photographie : Sergio Valero et El Mundo)

L’instabilité internationale, qui frappe notamment le continent américain, pousse de nombreux immigrés à demander l’asile dans des pays qu’ils jugent plus sûrs, dont l’Espagne. Selon les données fournies par le Bureau de l’Asile et des Réfugiés (Oficina de Asilo y Refugio) de notre voisin ibérique, la situation a explosé cette année puisque, rien qu’au premier semestre 2019, le pays a enregistré 55 498 demandes officielles d’asile, à peine 170 de moins que sur l’ensemble de 2018. Entre 2006 et 2015, la moyenne annuelle était de 5 460 dossiers à traiter.

La liste des nationalités des demandeurs d’asile en Espagne est largement latino-américaine, puisque cinq pays de la région (Venezuela, Colombie, Nicaragua, Honduras et Salvador) représentent à eux seuls 40 826 demandes sur le total. D’habitude, l’essentiel des demandes venait d’Algérie, d’Ukraine, de Palestine et de Syrie. Il faut dire que le système des visas facilite aujourd’hui l’entrée de Latino-Américains en Espagne en comparaison des ressortissants de pays arabo-musulmans ou d’Europe de l’Est.

Source : https://www.elmundo.es/espana/2019/08/17/5d56df7bfc6c83a7748b462e.html

L’Espagne envisage de reconnaître l’État palestinien sans consensus international

borrell-abas-U30916537431urB--620x349@abc
L’actuel ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Josep Borrell (Parti socialiste ouvrier espagnol – à gauche), alors président du Parlement européen, en compagnie du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas (photographie : EPA et ABC)

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Josep Borrell (Parti socialiste ouvrier espagnol), a récemment entamé les démarches afin que son pays reconnaisse de manière officielle l’existence de l’État de Palestine, et ce sans consensus international sur la question. Les réticences de l’exécutif social-démocrate à ce sujet viennent essentiellement de la position que pourrait alors adopter Israël face à l’Espagne, puisque l’État hébreu pourrait dès lors soutenir l’indépendantisme catalan.

Cette nouvelle est évidemment accueillie de façon bien plus favorable de la part des dirigeants palestiniens, qui espèrent désormais que cette intention se concrétisera dans un avenir proche. D’autres pays de l’Union européenne (UE) ont déjà reconnu l’existence de l’État de Palestine : la Suède, la Pologne, la République tchèque, la Hongrie, la Roumanie, Malte, Chypre et la Slovaquie. De son côté, l’Espagne a pour le moment une position comparable à celle du Royaume-Uni ou de la France, qui attendent la conclusion du processus de paix entre Israël et la Palestine afin de se prononcer à ce sujet.

Source : https://www.abc.es/internacional/abci-espana-barajara-reconocer-palestina-como-estado-independiente-si-no-consenso-internacional-201809201634_noticia.html

Les demandes d’asile vénézuéliennes en Espagne continuent à augmenter

ESPAÑA-VENEZUELA-Mario-Isea-3-696x468
L’ambassadeur du Venezuela en Espagne, Mario Isea (photographie : El Billuyo)

Nous en avions déjà parlé sur ce blog : la situation politique et économique que connaît le Venezuela depuis de nombreux mois pousse nombre de ses citoyens à quitter le pays, pour une nation frontalière comme la Colombie mais aussi pour l’Espagne. En 2017, notre voisin ibérique a ainsi reçu 31 120 demandes d’asile vénézuéliennes, soit le double de l’année 2016. Il s’agit, selon les données fournies par la Commission espagnole d’Aide au Réfugié, d’un record historique.

C’est ce qui a poussé l’Espagne à accepter l’année dernière près de 4,4 % des demandes d’asile de l’ensemble de l’Union européenne (contre à peine 1 % en 2016). Parmi les autres nationalités bien représentées parmi les demandeurs d’asile outre-Pyrénées, l’on retrouve les Syriens (en deuxième position), les Colombiens (en troisième position), les Ukrainiens (en quatrième position) et, enfin, les Palestiniens et les Algériens.

Source : https://www.libremercado.com/2018-06-19/el-exodo-venezolano-dispara-las-solicitudes-de-asilo-en-espana-hasta-niveles-record-1276620696/

En visite officielle outre-Pyrénées, Mahmoud Abbas demande à l’Espagne de soutenir la constitution d’un État palestinien à part entière

23668924_1969435530012796_6261017631286012130_o
Le roi d’Espagne Philippe VI, (à droite), la reine Letizia (à gauche) et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors de la visite officielle de ce dernier à Madrid, le 20 novembre 2017 (photographie : Maison royale)

Élu président de l’Autorité palestinienne en 2005, Mahmoud Abbas était en visite officielle ce lundi 20 novembre en Espagne, où il a commencé par rencontrer le roi Philippe VI, au palais de la Zarzuela, avant de s’entretenir avec le président du gouvernement, Mariano Rajoy (Parti populaire), au palais de La Moncloa. Un étrange séjour pour le dirigeant d’un peuple sans État, alors que le défi séparatiste catalan secoue actuellement l’Espagne. En souvenir des accords de paix de Madrid de 1991, signés entre Israël et la Palestine dans la capitale espagnole, sous l’égide des États-Unis d’Amérique et d’une Union soviétique au bord de l’implosion, Mahmoud Abbas est venu défendre outre-Pyrénées une solution à deux États : Israël d’un côté et une Palestine pleinement reconnue de l’autre.

C’est d’ailleurs la solution promue par Mariano Rajoy lui-même. Cette visite se produit également à quelques mois du soixante-dixième anniversaire de l’assassinat du diplomate espagnol Manuel Allende-Salazar, tué par un groupe sioniste en raison de sa politique pro-arabe. Philippe VI en a profité pour réaffirmer son soutien à la sortie de crise proposée par Mahmoud Abbas. Il y a quinze jours, les plus hautes autorités espagnoles recevaient en visite d’État le président d’Israël, Reuven Rivlin, et son épouse.

Sources : https://politica.elpais.com/politica/2017/11/19/actualidad/1511120494_342153.html et http://www.abc.es/espana/abci-presidente-palestina-reitera-ante-firme-apoyo-unidad-espana-201711201503_noticia.html