Analyses personnelles et points de situation sur l’épidémie de coronavirus en Espagne (1)

La présidente régionale de la Communauté de Madrid, Isabel Díaz Ayuso (Parti populaire) – Photographie : Maroc Diplomatique)

Vous pourrez retrouver sur mon compte Facebook des analyses personnelles et points de situation sur la situation en Espagne face à l’actuelle épidémie de coronavirus :

Inés Arrimadas est élue présidente du parti Citoyens

La députée nationale du parti Citoyens (Cs) et nouvelle présidente de la formation, Inés Arrimadas (photographie : Álex Zea, Europa Press et El País)

Ce dimanche 8 mars 2020, la députée nationale du parti Citoyens (Cs) et porte-parole de la formation au Congrès des députés (chambre basse des Cortes, le Parlement espagnol, à Madrid), Inés Arrimadas, a été élue, sans grande surprise il est vrai, présidente de Cs par les adhérents. Elle en devient ainsi la première dirigeante féminine après treize années de direction sous la houlette d’Albert Rivera. Elle a ainsi obtenu 77 % des voix environ face à son principal adversaire, le meneur du « secteur critique », Francisco Igea, qui a dû se contenter de 22 % des bulletins. Quant au troisième aspirant, le militant Ximo Aparici, il n’a obtenu que 0,7 % des suffrages des adhérents.

Cette victoire permet à Inés Arrimadas de prendre le contrôle total d’un parti en grande difficulté après les élections générales anticipées du dimanche 10 novembre 2019 (à l’issue desquelles Citoyens s’est effondré avec 47 députés en moins par rapport à celles du dimanche 28 avril 2019). Lors de la cinquième assemblée générale de la formation, qui aura lieu ce weekend, le nombre de grands électeurs (compromisarios) favorables à la ligne d’Inés Arrimadas (qui prône notamment un rapprochement avec le Parti populaire de Pablo Casado, contre l’avis de Francisco Igea, plus proche du Parti socialiste ouvrier espagnol) devrait lui assurer une validation de sa stratégie générale. Née à Jerez de la Frontera, dans la province de Cadix (Andalousie), le 3 juillet 1981, Inés Arrimadas a d’abord été députée régionale au Parlement de Catalogne pour son parti avant d’être élue députée nationale de la province de Barcelone l’année dernière.

Source : https://elpais.com/espana/2020-03-08/arrimadas-gana-las-primarias-y-se-convierte-en-presidenta-de-ciudadanos.html

Une nouvelle dissolution du Parlement… et des Espagnols agacés par ces élections anticipées

Le dirigeant de cinq des plus grands partis politiques nationaux espagnols – De gauche à droite : Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol), Pablo Casado (Parti populaire), Albert Rivera (Citoyens), Pablo Iglesias (Podemos) et Santiago Abascal (Vox) – Photographie : El País

Près de cinq mois après les élections générales anticipées du 28 avril 2019, les Cortes Generales (nom du Parlement espagnol) sont officiellement dissoutes par le roi Philippe VI ce lundi 23 septembre et un nouveau scrutin est convoqué pour le 10 novembre prochain. L’incapacité des principaux partis politiques à s’entendre pour former un gouvernement stable est en cause et les Espagnols semblent s’en agacer. Selon une enquête d’opinion élaborée par l’institut 40dB pour le grand quotidien national de centre-gauche El País, près de 68,5 % des Espagnols estiment en effet que le retour aux bureaux de vote est une mauvaise chose.

Ce résultat grimpe jusqu’à 79,1 % chez les électeurs de Podemos, 74,5 % chez ceux du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et 71,3 % chez ceux de Citoyens (C’s). Environ 54 % des citoyens espagnols interrogés estiment que la qualité de la démocratie espagnole s’est dégradée avec le blocage parlementaire et une majorité d’entre eux estime que c’est plus la gauche que la droite qui en est responsable. Ajoutons que 35,7 % des sondés se sentent déçus, 33,9 %, en colère et 22 % inquiets face à l’organisation de ces quatrièmes élections générales en quatre ans (une en 2015, une en 2016 et deux en 2019, donc).

Source : https://elpais.com/politica/2019/09/21/actualidad/1569076948_223425.html

« Neuf choses que nous ont apprises les élections générales espagnoles du 28 avril »

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : AFP et Arte

Cet article de mon cru, intitulé « Neuf choses que nous ont apprises les élections générales espagnoles du 28 avril » et publié sur le site du journal français L’Incorrect le 29 avril 2019, analyse brièvement les résultats de ce scrutin : https://lincorrect.org/neuf-choses-que-nous-ont-apprises-les-elections-generales-espagnoles-du-28-avril/

Le Parti populaire recrute le père d’un célèbre opposant vénézuélien pour sa liste aux élections européennes

Leopoldo López, père d’un célèbre opposant vénézuélien et nouveau candidat du Parti populaire (PP) aux élections européennes de mai 2019 (photographie : Reuters et Panorama)

La liste du Parti populaire (PP) pour les élections européennes du 26 mai 2019 continue de se compléter, après l’annonce de la numéro un, l’ancienne ministre de la Santé, des Services sociaux et de l’Égalité, Dolors Montserrat (2016-2018). C’est ainsi que l’ancien maire de Séville, en Andalousie (2011-2015), et ancien ministre de l’Intérieur (2016-2018), Juan Ignacio Zoido, sera de la partie. Mais surtout, un autre nom a retenu l’attention des médias : celui de Leopoldo López, père d’un célèbre opposant à Nicolás Maduro (président du Venezuela) du même nom.

Leopoldo López a expliqué se sentir pleinement en accord avec la vision du président du PP, Pablo Casado, concernant l’Amérique latine en général et le Venezuela en particulier. Le dirigeant espagnol est en effet un adversaire résolu des actuelles autorités vénézuéliennes. Pablo Casado réclame, comme une partie de la population de ce pays latino-américain, la libération de Leopoldo López Jr.

Source : https://www.larazon.es/espana/zoido-ira-de-numero-4-del-pp-a-las-elecciones-europeas-y-leopoldo-lopez-de-numero-12-HF23044416

L’ancien président de la Communauté de Madrid concourra sur la liste régionale de Citoyens

L’ancien président de la Communauté de Madrid, Ángel Garrido (anciennement Parti populaire – à droite), en compagnie d’Ignacio Aguado (Citoyens), candidat de sa formation à la présidence de la communauté autonome – Photographie : Víctor Sainz et El País

Président de la Communauté de Madrid pour le Parti populaire (PP) de mai 2018 à avril 2019, Ángel Garrido avait démissionné suite à un désaccord avec sa formation car il avait été placé contre son gré sur la liste du parti aux élections européennes du 26 mai prochain. Ce mercredi 24 avril, la formation centriste et libérale Citoyens (C’s) a annoncé le ralliement de cette personnalité conservatrice à la liste d’Ignacio Aguado, candidat à la présidence de la Communauté de Madrid.

Cette annonce a été faite vers 13h30 et Ángel Garrido a confirmé qu’il serait numéro treize sur la liste électorale de Citoyens. Le président de son ancienne formation, Pablo Casado, a appris cette décision peu après car il n’avait pas été prévenu. Garrido est encore dans les temps pour la modification des candidatures officielles, qui seront clôturées le 30 avril pour les élections régionales du 26 mai prochain.

Source : https://elpais.com/ccaa/2019/04/24/madrid/1556105040_360371.html

Un débat pas si décisif que cela ?…

Quatre candidats à la présidence du gouvernement espagnol – De gauche à droite (sans compter le modérateur, au centre) : Pablo Casado (Parti populaire), Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol), Albert Rivera (Citoyens) et Pablo Iglesias (Podemos) – Photographie : EFE et ABC

Ce lundi 22 avril au soir, la télévision publique espagnole (TVE) organisait l’un des deux grands débats entre les principaux candidats à la présidence du gouvernement dans le cadre des élections générales du dimanche 28 avril prochain : Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol, chef de l’exécutif en poste) ; Pablo Casado (Parti populaire, chef de l’opposition) ; Albert Rivera (Citoyens) ; et Pablo Iglesias (Podemos). Le président de la formation d’extrême droite Vox, Santiago Abascal, n’avait pas été convié.

Les partisans des uns et des autres attendaient beaucoup de cette confrontation (qui a été suivie d’un second débat, organisé par le canal privé Antena 3), même si l’on peut douter de son efficacité ou des effets qu’elle aura sur le vote global des citoyens. Le défi séparatiste catalan a été l’un des principaux thèmes abordés avec l’économie (et des promesses de baisses d’impôt ou d’amélioration des services publics en cascade).

Pedro Sánchez s’est retrouvé très isolé face aux attaques coordonnées d’Albert Rivera (généralement considéré comme le meilleur – ou le moins mauvais – du débat) et Pablo Casado, lesquels se sont relativement épargnés étant donné la probabilité d’une future coalition de droite, si les résultats électoraux le permettent. Pablo Iglesias, de son côté, s’est découvert en grand défenseur de la Constitution de 1978 et n’a guère aidé son coreligionnaire de gauche.

Source : https://www.abc.es/elecciones/elecciones-generales/abci-elecciones-generales-2019-sanchez-mantiene-vivo-indulto-presos-secesionistas-201904230051_noticia.html

L’ancienne ministre Dolors Montserrat, tête de liste du Parti populaire aux élections européennes

L’ancienne ministre et députée Dolors Montserrat (Parti populaire) au Congrès des députés, à Madrid (photographie : Jaime Villanueva et El País)

Le président du Parti populaire (PP), Pablo Casado, l’a annoncé ce lundi 1er avril : Dolors Montserrat sera la tête de liste de la formation aux élections européennes qui auront lieu le 26 mai prochain. Jusqu’alors porte-parole de son parti au Congrès des députés (chambre basse des Cortes, le Parlement espagnol), elle a été ministre de la Santé, des Services sociaux et de l’Égalité de 2016 à 2018.

Née le 18 septembre 1973 à San Sadurní de Noya, dans la province de Barcelone (Catalogne), elle est députée de la province de Barcelone depuis 2008 et prendra la place de Miguel Arias Cañete, ancien ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et de l’Environnement (2011-2014), tête de liste du PP aux élections européennes de mai 2014.

Source : https://elpais.com/politica/2019/04/01/actualidad/1554103166_126591.html

« Les tourments européens de l’Espagne »

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol – à droite), à Bruxelles (Belgique), en compagnie du président de la Commission européenne, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker (photographie : El Plural)

Cet audio, intitulé « Les tourments européens de l’Espagne » et publié le 6 février 2019 sur le très bon site suisse Ekouter.net, revient sur la conférence du même nom donnée par votre serviteur à Lyon le 25 janvier dernier : http://ekouter.net/les-tourments-europeens-de-l-espagne-avec-nicolas-klein-au-cercle-jean-bodin-4180?fbclid=IwAR1pXxk55cs6LZoaj9W5-ygm5mbCuIaDWebwOSCdr6m4s4O7ZL-Qvq8rLxU

Importante manifestation à Madrid contre le gouvernement de Pedro Sánchez

Une manifestante, ce dimanche 10 février, à Madrid (photographie : EFE et El Confidencial)

Ce dimanche 10 février, la place Christophe-Colomb de Madrid accueillait une manifestation massive à laquelle assistaient, selon les données de la police, 45 000 personnes environ pour protester contre la politique territoriale du gouvernement de Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol). Ce dernier a en effet franchi un pas supplémentaire dans ses concessions à l’égard des autorités séparatistes de la Généralité de Catalogne en acceptant la figure d’un médiateur (relator) entre Madrid et Barcelone avant de se rétracter.

Parmi les organisateurs du rassemblement, l’on trouvait le Parti populaire (PP) de Pablo Casado, la formation Citoyens (C’s) d’Albert Rivera et le parti Vox de Santiago Abascal. Le slogan de la manifestation dévoilait l’une des autres revendications des participants : Por una España unida, elecciones ya (littéralement, « Pour une Espagne unie, des élections maintenant »). De son côté, Pedro Sánchez a toujours autant de mal à faire passer son budget de l’État pour l’année 2019.

Source : https://www.elconfidencial.com/multimedia/album/espana/2019-02-10/manifestacion-colon-espana-sanchez-gobierno-independentistas_1815278#0