« Faut-il jeter le bébé avec l’eau du bain ? – L’Espagne et son système de santé face au coronavirus »

Le ministre espagnol de la Santé, Salvador Illa (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : Teller Report

Cet article de mon cru, intitulé « Faut-il jeter le bébé avec l’eau du bain ? – L’Espagne et son système de santé face au coronavirus » et publié le mercredi 8 avril 2020 sur le site Internet du club de réflexion français du Cercle Aristote, revient sur l’épidémie de coronavirus outre-Pyrénées et ses conséquences tout en se proposant un rapide tour d’horizon du système sanitaire espagnol : https://cerclearistote.com/2020/04/faut-il-jeter-le-bebe-avec-leau-du-bain-lespagne-et-son-systeme-de-sante-face-au-coronavirus-par-nicolas-klein/?fbclid=IwAR1Qnz4mdFfYfgA-H34NfwzQqr82XkrEXBpBj24xuvqgV5_F-w8FuA1CgcQ#_ftn22

Le palais des expositions IFEMA de Madrid collabore à l’international avec la ville de Mexico

Le palais des expositions Santa Fe, dans la ville de Mexico, au Mexique (photographie : Cinco Días)

Organisme gérant le principal parc des expositions et palais des congrès de Madrid, IFEMA collabore désormais à l’international avec Expo Santa Fe, grand centre des conventions de la ville de Mexico, capitale du Mexique. Ce jeudi 30 janvier 2020, les deux institutions ont ainsi inauguré la Semaine de l’Éducation (Semana de la Educación), congrès qui se tient déjà annuellement dans la capitale espagnole et qui s’est réuni jusqu’au 1er février dernier dans le pays latino-américain. C’est sur 4 000 mètres carrés que s’est déroulé ce congrès regroupant universités mexicaines et étrangères, institutions éducatives privées, écoles de langues et autres entreprises de formation en présentiel ou en ligne.

L’exportation de ce modèle de convention fait partie du plan d’expansion d’IFEMA – sigle signifiant « Institution de la Féria de Madrid » (Instituto Ferial de Madrid) – en Amérique latine. L’organisme a également proposé, en plus des activités susnommées, toute une série de conférences, de présentations de voyages éducatifs à l’étranger et de rencontres avec des agences de voyage. La Côte d’Ivoire était le pays invité pour cette première édition de la Semaine de l’Éducation tandis qu’outre le pays-hôte et l’Espagne, l’on retrouvait le Canada, les États-Unis d’Amérique, le Japon, la France, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Russie.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/01/29/companias/1580290950_728059.html

L’Espagne est l’un des pays de l’Union européenne où les foyers modestes consacrent la plus grande part de leur budget à leur logement

Une agence immobilière Don Piso à Madrid (photographie : Don Piso)

Ces dernières années, une fois les pires effets de la crise économique de 2008 estompés, les prix de l’immobilier se sont remis à grimper en Espagne, particulièrement en ce qui concerne les loyers locatifs. De fait, l’Espagne est devenue le troisième pays de l’Union européenne (UE) et le septième de l’Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE – le « club des pays riches ») où les foyers les plus modestes consacrent la plus grande part de leur budget au paiement de leurs traites liées au logement. Environ 46 % des Espagnols aux revenus bas ou très bas dépensent ainsi plus de 40 % de leurs revenus à ce poste de dépense.

Seuls le Royaume-Uni (50,7 %) et la Finlande (48,4 %) dépassent notre voisin ibérique au sein de l’UE et, au sein de l’OCDE, l’on retrouve la Nouvelle-Zélande (56 %), Israël (54,1 %), le Chili (53,8 %) et les États-Unis d’Amérique (48,3 %) au-dessus de l’Espagne. Au contraire, sous notre voisin pyrénéen se trouvent le Portugal (33,5 %), l’Italie (32,1 %) ou encore la France (17,2 %). De l’autre côté de la barrière, chez les ménages espagnols les plus aisés, seul un sur dix dépense plus de 40 % de ses revenus au paiement de son crédit immobilier ou de son loyer.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/01/24/economia/1579890003_677552.html

Deux régions d’Espagne figurent parmi les meilleures destinations au monde pour le golf

Un terrain de golf sur la Costa del Sol, dans la province de Málaga, en Andalousie (photographie : ABC)

Remis tous les ans, les prix annuels du tourisme lié au golf sont une récompense de l’Association internationale des Tour-Opérateurs de Golf (IAGTO, selon son sigle en langue anglaise). Pour leur édition de 2020, ils font figurer deux régions espagnoles parmi les meilleures destinations mondiales pour ce sport individuel : la Costa del Sol (littéralement, « Côte du Soleil »), située dans la province de Málaga (Andalousie) ; et l’île de Ténérife, située dans la province de Santa Cruz de Ténérife (îles Canaries).

Dans ce classement composé de quinze régions, l’Algarve (Portugal) arrive en tête, tout comme en 2006 et 2014. Le Cambodge a pour sa part été choisi comme meilleure destination de découverte de 2020. L’on retrouve également Abu Dhabi (Émirats arabes unis), la Caroline du Sud (États-Unis d’Amérique), la Côte d’Azur et la Provence (France), la République dominicaine, le Fife (Écosse), la côte de Lisbonne (Portugal), Marrakech (Maroc), le comté de Monterey (Californie, États-Unis d’Amérique), la Nouvelle-Zélande, le Sud-Ouest de l’Irlande, le Vietnam ainsi que le Cap-Occidental et la Garden Route (Afrique du Sud).

Source : https://www.abc.es/viajar/destinos/espana/abci-lugares-espana-entre-mejores-destinos-golf-mundo-201911280753_noticia.html?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=tweepsmap-2019Enero

La firme technologique espagnole SICE s’étend en Océanie

L’ancien logotype de la compagnie technologique espagnole SICE (image : Patentes y Marcas)

Sise à Alcobendas, dans la Communauté de Madrid, la compagnie technologique espagnole SICE, dont le nom est un acronyme signifiant Sociedad Ibérica de Construcciones Eléctricas (littéralement, « Société ibérique de Constructions électriques »), est considérée comme une référence mondiale dans son domaine, qui englobe de nombreuses branches, dont la fabrication et l’installation de systèmes de communication et de signalisation dans le domaine des transports sur route et ferroviaires. C’est par exemple cette firme qui a mis en place le premier feu tricolore de circulation à Barcelone (Catalogne) en 1929.

À l’heure actuelle, elle a signé des contrats dans une trentaine de pays du monde entier et le nombre de ses employés s’élève à environ 2 500 personnes. Ces derniers temps, SICE a consolidé son expansion avec des projets en Océanie, plus particulièrement en Australie et en Nouvelle-Zélande. L’entreprise participe par exemple au plus grand congrès de technologie ferroviaire de l’hémisphère sud, organisé par l’Association australienne du Chemin de Fer (AusRAIL). SICE a récemment proposé des solutions intelligentes et intégrées pour les transports de ce pays ainsi que de l’archipel dont la capitale est Wellington, projets qui s’ajoutent à ceux déjà mis en marche dès 2011 dans ces deux nations anglophones. La compagnie s’occupe par exemple du futur réseau autoroutier souterrain de Sydney, la WestConnex.

Source : https://www.elespanol.com/economia/20200113/sice-conquista-oceania-soluciones-tecnologicas-infraestructuras-clave/458704637_0.html

La flotte de pêche de l’Espagne reste la plus importante de l’Union européenne

Un navire de pêche espagnol (photographie : Gondan et Mundiario)

Comme le rappelait récemment le ministre espagnol de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation, Luis Planas (Parti socialiste ouvrier espagnol), la flotte de pêche de notre voisin ibérique reste la plus importante de l’Union européenne (UE) avec environ 250 navires battant pavillon espagnol et approximativement 2 500 membres d’équipage. L’Espagne est également le premier pays bénéficiaire des accords de pêche passés avec des nations tierces comme, dans le désordre, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, la Gambie, la Guinée-Bissau, la Nouvelle-Zélande (via les îles Cook), le Liberia, le Maroc, l’île Maurice, la Mauritanie, São Tomé-et-Príncipe, le Sénégal et les Seychelles.

Ces conventions sont surtout concentrées dans le monde africain et l’océan Pacifique. Dans le même temps, la flotte de pêche espagnole est engagée dans les objectifs du développement durable de l’Organisation des Nations unies (ONU). Les navires de pêche espagnols qui sillonnent les océans sont, pour l’essentiel, des bateaux spécialisés dans le thon, les crustacés et les crevettes. D’autres accords sont prévus entre l’UE et plusieurs pays afin que la flotte de pêche espagnol puisse se rendre dans leurs eaux territoriales, comme les Kiribati et Madagascar.

Source : https://www.mundiario.com/articulo/economia/flota-espanola-9000-barcos-es-primera-union-europea/20190810121455160594.html

Le journal britannique « The Guardian » place une cascade espagnole en tête de son classement mondial des chutes d’eau

La Queue de Cheval, situé dans le Parc national d’Ordesa et du Mont-Perdu, dans la province de Huesca, en Aragon (photographie : Gonzalo Azumendi)

Selon le journal britannique conservateur The Guardian, à la suite d’une enquête menée à bien auprès de ses lecteurs, la cascade de la Queue de Cheval (Cola de Caballo, en espagnol) est la plus belle du monde. Située au sein du Parc national d’Ordesa et du Mont-Perdu (province de Huesca, Aragon), qui commémorait en 2018 les cent ans de sa proclamation en tant que parc national. L’ascension de la Queue de Cheval, qui ne présente pas de difficulté technique particulière, est en revanche très longue à pied (de six à sept heures).

Les cascades suivantes dans le classement du Guardian sont :

  • cascades d’Acquafraggia (Italie) ;
  • cascade Grawa (Autriche) ;
  • Svartifoss (Islande) ;
  • Søtefossen (Norvège) ;
  • cascade De Glen Maye (Royaume-Uni) ;
  • cascade Cora Linn (Royaume-Uni) ;
  • cascade Mill and Whitfield Gill Force (Royaume-Uni) ;
  • cascade de la gorge de Baatara (Liban) ;
  • cascade Gocta (Pérou) ;
  • chute du Moconá (Brésil et Argentine) ;
  • cascade de Snoqualmie (États-Unis d’Amérique) ;
  • chute de Sunwapta (Canada) ;
  • chutes de Kalandula (Angola) ;
  • cascade du bois de Ngare Ndare (Kenya) ;
  • chutes Tappiya (Philippines) ;
  • chute Nachi (Japon) ;
  • cascade Khe Kem (Vietnam) ;
  • Weeping Wall (États-Unis d’Amérique) ;
  • et chutes Whangarei (Nouvelle-Zélande).

Source : https://www.abc.es/viajar/top/abci-mejor-cascada-mundo-esta-espana-segun-guardian-201908021230_noticia.html

Le cinéaste espagnol Juan Antonio Bayona réalisera les deux premiers chapitres de la série « Le Seigneur des anneaux » pour Amazon

Le réalisateur espagnol Juan Antonio Bayona en 2008, lors du Festival du Cinéma de Valladolid, en Castille-et-León (photographie : Juan Naharro Giménez, Getty et El País)

Né à Barcelone (Catalogne) en 1975, le cinéaste espagnol Juan Antonio Bayona réalisera pour le service Prime du géant américain de la vente en ligne Amazon les deux premiers chapitres de la série Le Seigneur des anneaux, qui reprend l’univers inventé par l’auteur britannique John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973). Cette nouvelle série, qui sera tournée en Nouvelle-Zélande (tous comme les volets de la célèbre trilogie de Peter Jackson), devrait comporter jusqu’à cinq saisons.

Elle devrait également être la plus chère de l’histoire à en croire les révélations du magazine spécialisé américain The Hollywood Reporter. L’histoire de ce feuilleton précédera les films tournés au début des années 2000. En 2017, Amazon a racheté les droits du Seigneur des anneaux pour 220 millions d’euros environ et compte investir la bagatelle d’un milliard d’euros dans les prochaines années afin de proposer diverses productions tournant autour de cet univers fantastique.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/07/02/television/1562062540_771668.html?ssm=TW_CM

L’Espagne est le meilleur pays au monde pour voyager seul

L’architecture typique de Teruel, capitale de province en Aragon (photographie : Calafell Évasion)

Selon un classement élaboré par le magazine américain US News & World Report, l’Espagne est, en 2019, le meilleur pays au monde pour voyager seul. C’était déjà le cas en 2018 et, cette année, notre voisin ibérique précède l’Italie et, en troisième position, la Nouvelle-Zélande. Ce classement, élaboré à partir des années 80, prend en compte plusieurs critères, dont l’amabilité des autochtones – catégorie dans laquelle les Espagnols atteignent la note maximale (10 sur 10).

L’Espagne se place aussi très favorablement dans des catégories comme le patrimoine artistique et historique, les activités culturelles, la gastronomie, les aventures à vivre, le divertissement, le climat, la sympathie nationale, le bonheur des citoyens, la mode, la modernité, l’influence culturelle, la sécurité, etc. Le Brésil et la Grèce sont également deux nations bien placées dans ce classement.

Source : https://www.heraldo.es/noticias/aragon/2019/05/02/espana-el-mejor-pais-del-mundo-para-viajar-solo-1312251.html

Le vin espagnol continue sa progression au niveau mondial

Le chais de l’exploitation Protos, qui propos du vin rouge de l’AOC Ribera-del-Duero à Roa, dans la province de Burgos, en Castille-et-León (photographie : Ribera del Duero)

Selon un rapport élaboré par par l’Observatoire espagnol du Marché du Vin (OEMV), entre le mois de juin 2017 et le mois de juin 2018, l’Espagne a exporté pour plus de 3 milliards d’euros de vin, soit une croissance robuste de 11,2 % par rapport à la période juin 2016-juin 2017. Tous les sous-secteurs liés à cette boisson alcoolisée ont connu un essor comparable : + 25,4 % pour le vin vendu en vrac, + 7,3 % pour le vin en bouteille ou en cubi et + 4,2 % pour les divers vins mousseux du pays.

Les treize principaux clients du vin espagnol à l’international sont, dans l’ordre décroissant, les suivants : États-Unis d’Amérique, Royaume-Uni, Allemagne, Chine, Canada, Japon, Belgique, Suisse, Pays-Bas, Russie, France, Suède et Danemark. Cet essor du vin espagnol se produit certes dans une période favorable aux ventes d’alcool au niveau planétaire mais aussi dans un contexte de concurrence accrue, non seulement avec les exportateurs traditionnels (France, Italie) mais aussi avec les pays « émergents » dans le secteur (Australie, Nouvelle-Zélande, Chili).

Source : https://www.elmundo.es/metropoli/elmundovino/2018/11/18/5bf1aaa1ca4741a20d8b4668.html