Deux importantes entreprises navales espagnoles remportent un contrat en Norvège

La commune de Castropol, située dans la Principauté des Asturies (photographie : Wikipedia)

Les chantiers navals de l’entreprise Gondán, sise à Castropol (Principauté des Asturies), et ceux de la firme Balenciaga, dont le siège se trouve à Zumaya, dans la province de Guipuscoa (Pays basque), ont récemment remporté un important contrat auprès de l’armateur norvégien Ostensjo Rederi. Ces deux compagnies espagnoles construiront ainsi quatre navires de grand gabarit et de dernière génération qui seront propulsés à l’hydrogène.

Ces quatre bâtiments serviront à la maintenance d’éoliennes marines et devraient mesurer entre 84 et 88 mètres de longueur (eslora) pour près de 20 mètres de largeur (manga). La signature du contrat a été officiellement annoncée aux médias par la conseillère déléguée du syndicat professionnel PYMAR, qui regroupe 19 chantiers navals privés de tout le pays et a son siège à Madrid.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/04/27/companias/1588000919_446825.html

L'Espagne est le pays le plus sain au monde selon la Fondation Bloomberg

L’Hôpital universitaire de la Fondation Jiménez-Díaz, à Madrid (photographie : Quirón Salud)

Chaque année, la Fondation Bloomberg, dont le siège se trouve à New York (États-Unis d’Amérique), édite un Indice mondial de Santé qui classe les pays du globe du plus sain au moins sain. Cette année, selon les données collectées en 2019, l’Espagne est, selon cette fondation, le pays le plus sain au monde, détrônant ainsi l’Italie, qui passe en deuxième position. Sur la troisième marche du podium, l’on retrouve l’Islande. Le classement de la Fondation Bloomberg prend en compte toute une série de facteurs : les habitudes et conduites à risque de la population (tabagisme, obésité, pression sanguine, etc.), des facteurs environnementaux (accès à l’eau potable, alimentation, qualité de l’air), la sécurité sociale, l’espérance de vie, les causes les plus fréquentes de décès, etc.

Après l’Islande, l’on retrouve les nations suivantes parmi les dix premières du classement de la Fondation Bloomberg : le Japon, la Suisse, la Suède, l’Australie, Singapour, la Norvège et Israël. La bonne place de l’Espagne et de l’Italie est en partie due à la pratique du régime méditerranéen (légumes secs, légumes verts, fruits, céréales, huile d’olive). Concernant notre voisin pyrénéen, le haut taux de personnes qui marchent quotidiennement (37 % des Espagnols environ se rendent à pied sur leur lieu de travail) et l’espérance de vie à la naissance (83,5 ans à l’heure actuelle) sont également des facteurs qui expliquent ce résultat.

Source : https://www.abc.es/sociedad/abci-espana-pais-mas-saludable-mundo-segun-bloomberg-202002292130_noticia.html

La commune espagnole de Villalba de Guardo est considérée comme celle ayant l'air le plus pur au monde

L’église Notre-Dame-de-l’Assomption de Villalba de Guardo, dans la province de Palencia, en Castille-et-León (photographie : Wikipedia)

Selon l’édition 2019 du rapport annuel sur la qualité de l’air édité par l’Organisation des Nations unies (ONU), sise à New York (États-Unis d’Amérique), la commune espagnole de Villalba de Guardo, située dans la province de Palencia (Castille-et-León) et peuplée d’environ 190 habitants, est celle ayant l’air le plus pur au monde, titre qu’elle partage avec les bourgades de Bodø (Norvège) et Salao (Portugal). Par ailleurs, selon cette étude, l’Espagne est classée 82e sur 98 pour la qualité de son atmosphère.

Il s’agit d’un excellent résultat puisque les pays les plus pollués figurent parmi les premières places du classement et les moins pollués, dans les dernières places. C’est notamment la très faible concentration de particules en suspension dans l’atmosphère espagnole (2,5 microns par mètre cube) qui permet à notre voisin ibérique de se classer aussi bien, bien loin devant le Bangladesh et le Pakistan, qui figurent parmi les nations les plus polluées au monde.

Source : https://www.abc.es/espana/castilla-leon/abci-villalba-guardo-palencia-pueblo-aire-mas-limpio-europa-202002251820_noticia.html#vca=rrss&vmc=abc-es&vso=tw&vli=cm-general&_tcode=a2tmancz

L'entreprise ferroviaire espagnole CAF s'étend en Europe du Nord

Un hangar de la principale usine de l’entreprise ferroviaire espagnole CAF, à Beasáin, dans la province de Guipuscoa, au Pays basque (photographie : Cinco Días)

Après Talgo, c’est au tour d’une autre entreprise ferroviaire espagnole, CAF (sigle signifiant Construcción y Auxiliar de Ferrocarriles, soit « Construction et Industrie auxiliaire des Chemins de Fer »), sise à Beasáin (province de Guipuscoa, Pays basque), d’étendre peu à peu son empire dans le reste de l’Europe, en particulier dans le Nord du continent. C’est ainsi que l’une des filiales de la firme, Euromaint, a récemment signé un important contrat avec l’opérateur ferroviaire norvégien VY afin d’entretenir neuf ans durant la flotte de trains qui circulent à Bergen et dans son agglomération. Il s’agit du premier contrat d’Euromaint en Norvège, pays où l’entreprise compte bien s’étendre à l’avenir en profitant de l’expérience que va lui apporter ce partenariat avec VY.

Le système ferroviaire de Bergen (appelé Bergensbanen sur place) relie la ville, deuxième cité plus peuplée de Norvège, à la capitale, Oslo. Outre ce réseau, CAF doit aussi s’occuper de fournir cinq nouvelles rames de la série M300 pour le métro d’Helsinki (Finlande). Ils viendront s’ajouter aux vingt trains déjà opérés par l’entreprise HKL dans la capitale finlandaise. En Espagne même, l’agglomération de Barcelone (Catalogne), à travers sa Compagnie des Transports métropolitains (Compañía de Transportes Metropolitanos de Barcelona, TMB), a rendue publique une commande de 14 autobus électriques auprès de Solaris, filiale de CAF.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/02/06/companias/1580992289_065204.html

Une année de plus, la revue « The Economist » place l’Espagne parmi les démocraties pleines de la planète

Une vue de l’hémicycle du Congrès des députés, chambre basse des Cortes Generales (Parlement espagnol), à Madrid (photographie : Europa Press et Crónica Global)

Comme chaque année, la célèbre et prestigieuse revue politique et économique britannique The Economist a proposé, en ce mois de janvier 2020, un classement des pays de l’ensemble de la planète en fonction de leur degré de démocratie, des dictatures aux démocraties pleines. Ainsi, selon le Democracy Index 2019, l’Espagne se retrouve une fois de plus parmi les pays les plus démocratiques du monde, avec une note de 8,8 sur 10, et améliore même son classement de l’année dernière en progressant d’une place. Elle passe ainsi de la dix-neuvième à la dix-huitième position, se payant le luxe de continuer à devancer plusieurs autres voisins européens ou pays développés comme le Portugal, la France, les États-Unis d’Amérique, l’Italie ou encore la Belgique.

Le Democracy Index, lancé par The Economist en 2006, classe les nations de la Terre en fonction de soixante critères, en passant de 0 sur 10 (régime le plus autoritaire au monde) à 10 sur 10 (démocratie la plus parfaite de la planète). Outre les nations autoritaires et les démocraties pleines, l’on compte deux autres catégories : les démocraties imparfaites et les régimes hybrides. Cette année, le trio de tête est occupé, dans l’ordre décroissant, par la Norvège, l’Islande et la Suède. L’Espagne, pour sa part, se retrouve classée entre l’île Maurice et le Costa Rica.

Source : https://cronicaglobal.elespanol.com/politica/the-economist-rebate-independentismo-espana-democracia-plena_311348_102.html?fbclid=IwAR3Iz76leXvSjDNTTJlLBk2zNauUSlOt5K-rGXLURnL37DEQu5mfT7IAusw

« Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca »

La guitariste espagnole de flamenco Antonia Jiménez (photographie : Notre Temps)

Cet article, intitulé « Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca » et publié le vendredi 17 janvier 2020 sur le site Internet de l’opérateur français Orange, revient sur le succès et le talent de cette musicienne : https://actu.orange.fr/societe/culture/antonia-jimenez-rare-femme-dans-le-monde-masculin-de-la-guitare-flamenca-CNT000001mWkBU/photos/la-guitariste-antonia-jimenez-pose-avec-sa-guitare-lors-du-festival-de-flamenco-a-nimes-le-15-janvier-2020-476b36a4181676afb937f236172603b0.html

La sélection nationale espagnole de handball masculin remporte son championnat d’Europe

La sélection nationale espagnole de handball masculin soulève son deuxième trophée continental (photographie : Anders Wilkund, EFE et El Mundo)

Ce dimanche 26 janvier 2020, à la Tele2 Arena de Stockholm (Suède), la sélection nationale espagnole de handball masculin a remporté son deuxième championnat d’Europe dans sa discipline en battant la Croatie au terme d’un match très serré sur un score de 22 à 20. Le championnat se déroulait depuis le 9 janvier avec plusieurs rencontres Stockholm, Göteborg et Malmö (Suède), Trondheim (Norvège) ainsi que Vienne et Graz (Autriche). En phase de qualifications, au sein du groupe B, l’Espagne a défait la Lettonie, l’Allemagne et les Pays-Bas.

Lors du tour principal, au sein du groupe I, elle a battu la République tchèque, l’Autriche et la Biélorussie et a fait match nul contre la Croatie. En phase finale, elle s’est ensuite débarrassée de la Slovénie pour finir par vaincre la sélection croate lors de la dernière rencontre. Cette médaille d’or est également synonyme de qualification automatique aux Jeux olympiques de Tokyo (Japon), qui se déroulent cette année. Il s’agit du deuxième sacre continental de l’Espagne en handball masculin et de la deuxième médaille d’or européenne d’affilée, après celle remportée en 2018 en Croatie face à la Suède.

Auparavant, la sélection de notre voisin ibérique avait remporté quatre médailles d’argent (en 1996 à domicile, en 1998 en Italie, en 2006 en Suisse et en 2016 en Pologne) ainsi que deux médailles de bronze (en 2000 en Croatie et en 2014 au Danemark). En championnat du monde, l’Espagne a été sacrée à deux reprises : une fois en 2005 en Tunisie et une seconde fois en 2013 à domicile. Elle a également décroché la troisième place du podium en 2011 en Suède. Aux Jeux olympiques, les Hispanos ont obtenu par trois fois la médaille de bronze : Atlanta (États-Unis d’Amérique) en 1996, Sydney (Australie) en 2000 et Pékin (Chine) en 2008.

Source : https://www.elmundo.es/deportes/balonmano/europeo-de-balonmano/2020/01/26/5e2daf67fdddff26a58b4593.html

La sélection nationale espagnole de handball féminin est vice-championne du monde

La handballeuse espagnole Lara González Ortega (à gauche) lors de la finale du Championnat du Monde de Handball féminin de 2019 (photographie : Charly Triballeau, AFP et El País)

Elles y auront cru jusqu’au bout mais un pénalty transformé par leurs adversaires à six secondes du coup de sifflet final aura brisé leur rêve : les joueuses de la sélection nationale espagnole de handball féminin ont été défaites en finale par les Pays-Bas sur le score de 30 à 29. Elles auront toutefois la satisfaction d’être devenues vice-championnes du monde, un record pour cette équipe qui aura été très convaincante tout au long du Championnat du Monde de Handball féminin qui se déroulait du 30 novembre au 15 décembre derniers au Japon.

Au sein du groupe C, la sélection entraînée par Carlos Viver s’est successivement débarrassée de la Roumanie, de la Hongrie, du Sénégal, du Kazakhstan et du Monténégro pour arriver en première position. Au cours du tour principal, au sein du groupe II, l’équipe a ensuite fait match nul contre la Suède, vaincu le Japon et s’est inclinée contre la Russie pour finir en deuxième place. Elle a ensuite créé la sensation en défaisant la Norvège en demi-finales avant de remporter la médaille d’argent. En 2021, le Championnat du Monde de Handball féminin aura justement lieu outre-Pyrénées.

Source : https://elpais.com/deportes/2019/12/15/actualidad/1576404712_129359.html

L’Espagne est un des rares pays de l’OCDE à avoir perdu en masse de main d’œuvre depuis 2008

La ministre espagnole du Travail, des Migrations et de la Sécurité sociale, Magdalena Valerio (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : Diario 16

Depuis le déclenchement de la crise mondiale de 2008, l’Espagne a du mal à récupérer tout l’emploi détruit et un récent rapport de l’Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE – le « club des pays riches ») le démontre une fois de plus. Il y a onze ans, notre voisin ibérique disposait ainsi de 65,1 % de main d’œuvre mobilisable parmi ses 15-64 ans. Or, en 2018, ce pourcentage s’était réduit à 63,3 %, soit l’une des rares diminutions parmi les 40 pays membres de l’organisation.

Le taux d’emploi effectif s’est lui aussi réduit outre-Pyrénées au cours de la période – une situation que n’ont connu que la Grèce, l’Irlande, le Danemark et la Norvège. Depuis plusieurs années, cependant, l’OCDE note une nette augmentation du taux d’emploi chez notre voisin ibérique (environ 1 % par an). Malgré tout, l’Espagne aura du mal à atteindre les objectifs de l’organisation, qui fixe un taux d’emploi de 74 % pour 2020.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/10/15/economia/1571134714_864569.html

L’Andalousie devient le standard téléphonique des pays d’Europe du Nord

Un centre d’appel de la firme finlandaise Barona situé à Fuengirola, dans la province de Málaga, en Andalousie (photographie : García-Santos et El País)

L’Andalousie, et plus particulièrement les communes de la Costa del Sol (province de Málaga), sont devenues ces dernières années les « standards téléphoniques » de nombreuses entreprises d’Europe septentrionale qui y ont ainsi externalisé une partie de leurs activités. C’est le cas de plusieurs firmes comme :

  • Barona (Finlande), à Fuengirola ;
  • Call4U (Suède), à Marbella ;
  • Sector Alarm (Norvège), à Mijas ;
  • HeroBase (Danemark), à Benalmádena ;
  • ou même, pour sortir des pays d’Europe du Nord, Webhelp (France), à Benalmádena également.

L’attractivité de la vie espagnole en général et andalouse en particulier, les très bonnes infrastructures et technologies du pays ainsi que le coût du travail sur place ont été des arguments décisifs pour l’installation de ces compagnies.

Source : https://elpais.com/economia/2019/09/13/actualidad/1568398962_940379.html