L’Espagne prévoit de diriger la mission militaire européenne au Mali en 2021

Un soldat espagnol enseigne des techniques de combat à un soldat malien dans la ville de Koulikoro, au Mali (photographie : EFE et ABC)

À l’occasion de son premier voyage à l’étranger après la pandémie de coronavirus d’origine chinoise, le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol), a fait le choix du Mali, où se tient en 2020 une réunion ministérielle dans le cadre du Sommet international du Sahel. Cette initiative, notamment parrainée par la France d’Emmanuel Macron, doit permettre au chef de l’exécutif espagnol de faire la rencontre de ses homologues et des chefs d’État des pays membres du G5 (Mali, Mauritanie, Burkina Faso, Niger et Tchad).

C’est justement dans ce cadre que Pedro Sánchez a officiellement annoncé que l’Espagne comptait prendre la tête de l’EUTM Mali, mission militaire européenne sur place, à compter de janvier 2021. L’objectif avait déjà été affiché pour 2019 mais le président du gouvernement de notre voisin ibérique n’avait alors pas été formellement reconduit dans ses fonctions et ne pouvait qu’expédier les affaires courantes. En 2018, le commandement de cette mission a été confiée à une coalition germano-autrichienne et, en 2019, au Portugal.

Source : https://www.abc.es/espana/abci-espana-preve-liderar-2021-mision-militar-union-europea-mali-202006300249_noticia.html?fbclid=IwAR0_DxHavIp1HdySiLskyyqFzkMMAq1n4N1rdRt6rn0YZrAaSh0KOivmnGw

L’Espagne veut davantage s’investir dans la sécurité et le développement du Sahel

abiyan-merkel-rajoy-kPFG--620x349@abc
Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy (à droite), discute avec la chancelière de la République fédérale d’Allemagne, Angela Merkel (au centre), lors d’un sommet à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en 2017 (photographie : AFP et ABC)

C’est ce vendredi 23 février que se tenait à Bruxelles (Belgique) un sommet exceptionnel entre les dirigeants de l’Union européenne et les chefs d’État du G5 Sahel (organisation regroupant la Mauritanie, le Mali, le Tchad, le Niger et le Burkina Faso) afin d’aborder le renforcement de la sécurité (notamment face au terrorisme islamiste) et le développement économique de la bande sahélienne, l’une des zones les plus pauvres d’Afrique et du monde. Lors d’une conférence de presse qu’il a donnée à cette occasion, le président du gouvernement conservateur espagnol, Mariano Rajoy (Parti populaire), a affirmé la volonté de son pays de davantage s’investir dans cette tâche.

Cette année, notre voisin ibérique va d’ailleurs diriger la force militaire chargée de sécuriser la région, ce qui est somme toute logique puisque ses forces armées sont déjà présentes dans plusieurs pays africains (comme le Sénégal ou le Gabon) et assure 30 % du transport des troupes et du matériel militaire français dans la région. Par ailleurs, Madrid financera aussi une partie du plan d’aide au développement sahélien (environ 100 millions d’euros).

Source : http://www.lamoncloa.gob.es/presidente/actividades/Paginas/2018/230218rajoydeclsahel.aspx

En visite à Paris, Mariano Rajoy annonce pour l’automne l’organisation d’un sommet des pays européens et africains à Madrid

emmanuel-macron-mariano-rajoy
Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy (à gauche), et le président de la République française, Emmanuel Macron, lors de leur conférence de presse commune après leur premier déjeuner à Paris, le 16 juin 2017 (photographie : AFP et OKDiario)

Ce lundi 28 août, le président de la République française, Emmanuel Macron, accueillait à Paris le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président du Conseil italien des ministres, Paolo Gentiloni, à un dîner politique précédé d’une réunion avec plusieurs dirigeants africains. Étaient présents à ce sommet, outre les personnes susnommées et la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, l’Italienne Federica Mogherini, des représentants du Tchad, du Niger et de la Libye. Les deux principaux thèmes abordés lors de la rencontre entre dirigeants européens africains et européens ont été le terrorisme et les flux migratoires actuels.

À cette occasion, Mariano Rajoy a rappelé que l’Espagne accueillera bientôt une rencontre entre le ministre de l’Intérieur des six principaux pays de l’Union européenne (Espagne, France, Allemagne, Italie, Royaume-Uni et Pologne). Il a également annoncé que notre voisin pyrénéen organisera à l’automne (plus précisément entre la fin du mois d’octobre et le début du mois de novembre) une rencontre entre l’Espagne, la France, l’Allemagne et l’Italie d’un côté et plusieurs pays africains de l’autre afin de préparer le prochain sommet UE-Afrique, qui aura lieu les 29 et 30 novembre prochains en Côte d’Ivoire.

Source : http://www.lamoncloa.gob.es/presidente/actividades/Paginas/2017/280817-rajoyrueda.aspx

La France et l’Espagne organisent des manœuvres communes en Méditerranée

IMG_9717-468x312
Le navire français Dixmude vu depuis un hélicoptère Chinook de l’armée espagnole lors de manœuvres militaires communes dans le golfe de Cadix en mai 2016 (photographie : Antonio Vázquez et ABC)

Entre le mardi 6 et le vendredi 9 juin, la Marine nationale française et l’armée espagnole organisent des manœuvres communes en Méditerranée, précisément entre le port provençal de Toulon et la ville de Barcelone. Ces exercices impliquent le navire français Dixmude ainsi que des hélicoptères des Forces aéromobiles de l’armée de terre espagnole (un Chinook, un Cougar et un Super Puma). Trente soldats espagnols cohabiteront avec leurs homologues français durant toute la durée de ces manœuvres afin de s’habituer au travail en équipe.

Ces manœuvres font suite à un intérêt croissant de la France pour l’armée espagnole. Paris aimerait en effet que Madrid envoie ses hélicoptères en Afrique afin de soutenir les forces hexagonales au Sahel, en particulier en Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad. C’est la troisième fois que les hélicoptères espagnols collaborent avec le navire Dixmude. Ce dernier arrivera donc à quai le 9 juin prochain ; des élèves du lycée français de Barcelone, accompagnés par l’ambassadeur de France à Madrid, Yves Saint-Geours, rendront visite aux marins et soldats.

Source : http://abcblogs.abc.es/tierra-mar-aire/public/post/espana-francia-maniobras-barcelona-21538.asp/

Le ministère espagnol de la Défense pense augmenter sa participation dans la coalition au Sahel

dolores-de-cospedal-jura-el-cargo-como-ministra-de-defensa-640x381
María Dolores de Cospedal lors de sa prestation de serment en tant que ministre de la Défense, au palais de La Zarzuela, à Madrid (photographie : Ejércitos)

La nouvelle ministre espagnole de la Défense, María Dolores de Cospedal, étudie les possibilités actuelles de l’armée espagnole dans le domaine de la coopération internationale. Le cabinet Rajoy songe d’ailleurs à renforcer sa participation dans la coalition menée par la France dans les principaux pays de la zone sahélienne (Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina Faso). C’est ce qu’a laissé entendre la réunion organisée le 9 novembre entre la titulaire du portefeuille de la Défense, le chef de l’état-major espagnol, Fernando García Sánchez, et une trentaine de hauts officiers.

L’idée serait de collaborer avec notre pays pour faire transporter des hélicoptères espagnols sur les navires français jusqu’aux zones concernées afin qu’ils puissent y réaliser des tâches essentiellement logistiques. Depuis plusieurs mois déjà, les unités héliportées de l’armée de terre et de la marine espagnoles réalisent des manœuvres conjointes avec les navires français de la classe Mistral – les prochaines étant prévues pour le 22 novembre.

Source : http://www.abc.es/espana/abci-defensa-estudia-embarcar-helicopteros-buques-franceses-para-sahel-201611100212_noticia.html