La station météorologique de Grazalema, dans le Sud de l’Espagne, devient la deuxième au monde pour le volume de pluie en 24 heures

Une rue de la commune de Grazalema, dans la province de Cadix (Andalousie), durant la tempête Elsa, en décembre 2019 (photographie : AEMET et Diario de Cádiz)

À la fin du mois de décembre 2019, deux tempêtes (baptisées Elsa et Fabien) ont traversé l’Espagne, la France et le Portugal, causant d’importantes destructions et plusieurs morts sur leur passage. C’est justement à cette occasion que la station météorologique de Grazalema, située sur le territoire de cette commune de 2 000 habitants environ de la province de Cadix (Andalousie), a reçu en vingt-quatre heures près de 327 litres d’eau de pluie. Elle a ainsi décroché la médaille d’argent dans le domaine.

Elle n’est en effet dépassée à l’international que par la station météorologique située à Ondangwa, en Namibie, en Afrique australe. Ces précipitations considérables vont permettre de remplir les lacs de retenue du bassin hydrographique du Guadalete (concrètement, ceux de Zahara de la Sierra et Bornos) du côté de Grazalema tandis que du côté d’Ubrique, ce sont ceux du bassin hydrographique du Majaceite (précisément ceux d’Hurones et Guadalcacín) qui seront remplis.

Source : https://www.diariodecadiz.es/noticias-provincia-cadiz/Grazalema-segundo-puesto-lluvias-mundial_0_1421258167.html?utm_source=twitter.com&utm_medium=socialshare&utm_campaign=mobile_web

Une vingtaine d’ambassades espagnoles de par le monde vont changer d’ambassadeurs dans les prochains moins

casares-kcqF--1240x698@abc
L’ancien président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy (Parti populaire – au centre), en compagnie de Ramón Gil-Casares (à gauche), alors ambassadeur d’Espagne aux États-Unis d’Amérique (photographie : EFE et ABC)

Après la valse des ambassadeurs espagnols des dernières années liée à la période 315 jours durant laquelle l’Espagne n’a pas eu de gouvernement de plein droit, l’ancien ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Alfonso Dastis (Parti populaire), devait encore changer les représentants de son pays dans une vingtaine de nations étrangères dans les prochains mois avant la motion de censure de Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol). Le plus connu d’entre eux est le diplomate Ramón Gil-Casares, ambassadeur aux États-Unis d’Amérique de 2012 à 2017, qui deviendra ambassadeur au Mexique une fois que les autorités locales lui auront donné leur feu vert. Il est à l’heure actuelle directeur de l’École diplomatique de Madrid.

Parmi les autres noms concernés par ce chassé-croisé des ambassadeurs, l’on retrouve des personnes qui occupent déjà leur nouveau poste depuis le début de l’année 2018 : Román Oyarzun (Danemark), Anunciada Fernández de Córdova (Hongrie), José María Valdemoro (Bosnie-Herzégovine), Fernando Curcio (Nouvelle-Zélande) ou encore Consuelo Femenía (Malte). Actuellement représentant de l’Espagne en Tunisie, Juan López-Doriga devrait être affecté au Chili tandis que Mar Fernández-Palacios, actuelle sous-directrice générale du Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération pour le Mexique, l’Amérique centrale et les Caraïbes devrait devenir ambassadrice au Nicaragua.

Pedro Sanz, ancien ambassadeur au Kazakhstan, sera remplacé par David Carriedo. Quelques autres changements sont prévus : Luis Fernández-Cid quittera le Mexique pour les Philippines ; Fidel Sendagorta (directeur général du Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération pour l’Amérique du Nord, l’Asie et le Pacifique) ira au Japon ; José María Robles Fraga sera nommé en Turquie ; Guillermo Ardizone (actuel directeur du Bureau d’Information diplomatique) partira en Tunisie ; Emilio Pérez de Ágreda s’installera au Pakistan ; Álvaro Rodríguez Álvarez deviendra ambassadeur au Koweït ; Javier Romera posera ses valises en Namibie ; Dolores Ríos sera affectée au Cap-Vert ; María Jesús Alonso sera nommé aux Pays-Bas ; Álvaro Castillo dirigera l’ambassade à Chypre ; Santiago Gómez-Acebo sera le nouvel ambassadeur d’Espagne au Zimbabwe ; Fernando Alonso s’installera au Gabon et, enfin, Miguel Aguirre de Cárcer deviendra le nouveau représentant permanent de son pays auprès du Conseil de l’Europe.

Source : http://www.abc.es/espana/abci-dastis-recupera-ramon-gil-casares-para-embajador-mexico-201805210408_noticia.html