L’antenne espagnole de la Chambre de Commerce internationale déménage de Barcelone à Madrid

Une vue des gratte-ciel du centre des affaires de Madrid (photographie : Expansión)

C’est Sebastián Escarrer, président du comité espagnol de la Chambre de Commerce internationale (CCI), sise à Paris (France), qui l’a annoncé ce mercredi 9 octobre 2019 : cette antenne va voir son siège déménager de Barcelone (Catalogne) à Madrid en cette fin d’année. Seul son Secrétariat général continuera d’occuper des bureaux dans la cité comtale.

De fait, l’antenne espagnole de la CCI réalise actuellement la transposition des nouvelles règles internationales d’import-export pour l’ensemble des pays hispanophones. Madrid, qui agit traditionnellement comme un lien entre l’Europe et l’Amérique latine, semble ainsi plus appropriée pour les nouvelles ambitions de l’organisation.

Source : https://www.expansion.com/economia/2019/10/09/5d9e226de5fdea82698b4664.html

Fondation officielle de l’Académie nationale du Judéo-Espagnol

L’actuel directeur de l’Académie royale de la Langue espagnole, Santiago Muñoz Machado (photographie : Jaime Villanueva et El País)

Le jeudi 3 octobre 2019, l’Académie royale de la Langue espagnole (Real Academia de la Lengua Española), sise à Madrid, a validé lors d’une séance plénière la création officielle de l’Académie nationale du Judéo-Espagnol (Academia Nacional de Judeoespañol), qui sera sise en Israël. Cette institution, qui s’intégrera à l’Association des Académies de Langue espagnole (Asociación de Academias de Lengua Española), a été projetée dès février 2018 mais sa naissance concrète a pris environ un an et demi.

Outre l’Académie royale elle-même, plusieurs de ses correspondants en Israël étaient présents à Madrid pour participer à sa fondation : Shmuel Refael Vivante, Aldina Quintana, Eleazar Gutwirth, Moisés Orfali, Ora Schwarzwald, Jacob Luis Bentolila, Ruth Viviana Fine et Moshe Shaul. L’Académie nationale du Judéo-Espagnol va ainsi devenir la 24e académie de langue espagnole officiellement reconnue dans le monde. Pratiquée par les descendants des Juifs expulsés d’Espagne en 1492, cette langue est parlée aujourd’hui par environ 200 000 personnes, principalement en Israël et en Afrique du Nord.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/10/04/actualidad/1570190085_328781.html?ssm=TW_CM_CUL

Les professeurs espagnols sont de plus en plus demandés aux États-Unis d’Amérique

Le professeur espagnol Lucía Fernández aux côtés de ses élèves d’école primaire dans un établissement de Caroline du Nord, aux États-Unis d’Amérique (photographie : El País)

Les États-Unis d’Amérique sont à la recherche de plus en plus de professeurs étrangers pour leurs écoles publiques, où sont formés 95 % de leurs élèves âgés de 5 à 17 ans. Et parmi les nationalités les plus demandées, l’on retrouve les Espagnols, qui peuvent ainsi enseigner dans deux langues (l’anglais et l’espagnol). La croissance de la langue de Cervantes au sein de la première puissance mondiale et la forte présence d’hispanophones sur place explique cet engouement dont s’est emparé l’État espagnol par le biais du directeur général de la Planification et de la Gestion éducative du Ministère de l’Éducation et de la Formation professionnelle, Diego Fernández Alberdi (Parti socialiste ouvrier espagnol).

À l’heure actuelle, 1 248 enseignants espagnols pratiquent leur métier outre-Atlantique dans le cadre d’un programme de professeurs invités piloté par leur ministre de tutelle, Isabel Celaá (PSOE). Ils officient dans 36 des 50 États qui forment les États-Unis d’Amérique depuis que ce plan a été mis en œuvre en 1986 dans un premier État, la Californie. Une entreprise comme Participate Learning, qui gère les aspects concrets du programme en Caroline du Nord, en Caroline du Sud et en Virginie, s’est déjà déplacée plusieurs fois à Madrid afin de vanter les mérites du projet.

Source : https://elpais.com/economia/2019/10/03/actualidad/1570098341_642005.html

Le couple royal espagnol se rendra en Asie la semaine prochaine

Le roi d’Espagne, Philippe VI (à gauche), et son épouse la reine d’Espagne, Letizia, au palais royal d’Orient, à Madrid, le 12 octobre 2019 (photographie : Europa Press et El País)

Le dimanche 20 octobre 2019, le roi d’Espagne, Philippe VI, et son épouse et la reine Letizia se rendront à Tokyo (Japon), pour une tournée asiatique de plusieurs jours. Ils assisteront pour commencer à la cérémonie internationale d’intronisation de l’empereur Naruhito, qui se déroulera le 22 octobre, en compagnie de nombreux représentants et dirigeants du monde entier. Le 23 octobre, ils prendront l’avion en direction de Séoul (Corée du Sud), où ils effectueront une visite d’État de deux jours.

Ils seront reçus à la Maison-Bleue (résidence officielle du chef d’État sud-coréen) par le président Moon Jae-in et son épouse, Kim Jeong-suk, après avoir été accueillis sur une base militaire au son de vingt-et-une salves d’honneur. Philippe VI rencontrera sur place l’ancien secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Ban Ki-moon, puis assistera le soir avec son épouse à un dîner de gala. L’objectif ne sera pas qu’institutionnel puisqu’à l’occasion des 70 ans des relations diplomatiques entre Madrid et Séoul, il s’agira aussi de renforcer les liens économiques entre les deux pays.

La Corée du Sud est le troisième marché d’Asie pour l’Espagne (après la Chine et le Japon) et des réunions sont prévues avec des chefs de grandes firmes technologiques sud-coréennes (comme LG Electronics, Samsung ou encore Hyundai). Une visite conjointe du roi et de la reine est également programmée au Parlement national sud-coréen et à la mairie de Séoul. Enfin, un entretien avec des hispanistes est prévu sur place en raison du nombre croissant d’hispanisants en Corée du Sud.

Source : https://elpais.com/politica/2019/10/15/actualidad/1571157067_872922.html

Telefónica et Atresmedia vont s’allier pour produire du contenu télévisuel en espagnol

La présentation de la série espagnole « El embarcadero » (littéralement, « L’Embarcadère », commercialisée à l’international sous le titre « The Pier », soit « La Jetée ») par la maison de production Atresmedia à Cannes (France) – Photographie : Cinco Días

L’entreprise de télécommunications espagnole Telefónica (ancien opérateur téléphonique historique du pays) et la maison de production ibérique Atresmedia vont prochainement formaliser une alliance économique afin de produire du contenu télévisuel en langue espagnole, aussi bien à destination du marché national qu’étranger. Cette alliance, qui se fera à parts égales, pourra se voir adjoindre des partenaires de circonstance, notamment Movistar+, filiale de Telefónica.

Un tel partenariat portera non seulement sur le financement et la création des séries, films et autres formats audiovisuels mais également sur leur distribution. Aussi bien Telefónica qu’Atresmedia espèrent pouvoir mettre à profit leurs synergies afin de progresser sur le marché du petit écran. Selon les premières déclarations des deux compagnies, de nombreux postes de travail devraient être créés dans ce cadre.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/09/20/companias/1568965711_294812.html

Le ministre espagnol de la Culture et du Sport soutient l’expansion de l’espagnol en Chine

Le ministre espagnol de la Culture et du Sport, José Guirao (Parti socialiste ouvrier espagnol – assis de face, à gauche), en compagnie du directeur du Musée de la Cité interdite de Pékin (Chine), Wang Xudong (assis de face, à droite) – Photographie : Ministère espagnol de la Culture et du Sport

Après avoir assisté ce dimanche 15 septembre 2019 au triomphe de la sélection nationale espagnole de basketball masculin à Pékin (Chine), le ministre de la Culture et du Sport de notre voisin ibérique, José Guirao (Parti socialiste ouvrier espagnol), a profité de son séjour dans l’Empire du Milieu pour renforcer les bonnes relations de cette nation avec l’Espagne. Il a ainsi visité le Musée de la Cité interdite de Pékin en compagnie de son directeur, Wang Xudong.

Sa présence dans la capitale chinoise lui a également servi à défendre l’expansion de la langue de Cervantes dans le pays asiatique. Il a ainsi rencontré la directrice de l’Institut Cervantes de Pékin, Inmaculada González Puy, qui lui a transmis les principales statistiques concernant l’antenne pékinoise de cet organisme sis à Madrid et chargé de défendre la culture et les langues de notre voisin pyrénéen dans le monde entier.

En 2018-2019, près de 7 000 Chinois se sont inscrits au Diplôme d’Espagnol en tant que Langue étrangère (Diploma de Español como Lengua Extranjera, DELE) et environ 4 500 ont obtenu le précieux sésame. Par ailleurs, l’Institut Cervantes de Pékin a organisé approximativement 200 activités culturelles tout au long de l’année académique.

Source : http://www.culturaydeporte.gob.es/actualidad/2019/09/190916-ministro-pekin.html

Le monastère Saint-Pierre-de-Cardeña, capital dans la naissance de la langue espagnole

Le monastère Saint-Pierre-de-Cardeña, situé sur le territoire de la commune de Castrillo del Val, dans la province de Burgos, en Castille-et-León (photographie : Wikipedia)

Un travail co-édité par l’Université de Salamanque (Castille-et-León), regroupant dix études sur les cartulaires (ensembles de parchemins médiévaux) du monastère Saint-Pierre-de-Cardeña (situé sur le territoire de la commune de Castrillo del Val, dans la province de Burgos, en Castille-et-León), montre depuis avril 2018 le caractère capital de ce lieu de culte et de vie monastique dans la naissance et l’évolution précoce de la langue espagnole.

L’un des coordinateurs de l’ouvrage, José Manuel Ruiz Asencio, professeur à l’Université de Valladolid (Castille-et-León), a étudié ces cartulaires « exceptionnels » datés de 1086. Plusieurs des moines de Saint-Pierre-de-Cardeña ont d’ailleurs été fonder le monastère d’Albelda de Iregua (La Rioja), tout près de là où est née la langue de Cervantes. C’est dans les cartulaires de Castrillo del Val qu’apparaissent des termes de l’espagnol actuel comme Ebro (« Èbre ») ; pozo (« puits », au lieu du terme latin puteo) ; ou encore cueva (« grotte »), au lieu du latin cova.

Source : https://www.fundeu.es/noticia/el-monasterio-de-cardena-insustituible-para-estudiar-el-origen-del-espanol/

L’Espagne prévoit de promouvoir toutes ses langues à la Foire du Livre de Francfort-sur-le-Main

L’écrivain espagnol de langue catalane Joan Brossa (photographie : Wikipedia)

Du 15 au 20 octobre 2019 aura lieu une nouvelle édition de la Foire du Livre de Francfort-sur-le-Main, ville de Hesse (Allemagne), et l’Espagne compte y déployer un large éventail d’activités littéraires et culturelles. Ce programme doit culminer en 2021, date à laquelle notre voisin ibérique sera le pays invité du plus important salon éditorial au monde, une première depuis 1991. À cette occasion, les autorités culturelles espagnoles ont prévu de promouvoir l’ensemble des langues officielles du pays.

C’est ce que confiait récemment aux médias la directrice générale du Livre et de la Promotion de la Lecture, Olvido García Valdés, qui veut par exemple mettre en avant des philosophes de langue espagnole comme José Luis Pardo (né à Madrid en 1954) et Eurídice Cabañes (née à Valence en 1983). Mais elle souhaite également faire découvrir aux visiteurs de la Foire du Livre des auteurs comme le Catalan Joan Brossa (1919-1998), la philosophe andalouse María Zambrano (1904-1991), l’écrivain andalou Antonio Machado (1875-1939), etc.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/09/08/actualidad/1567967662_928827.html

Rosalía devient la première chanteuse espagnole à remporter un MTV Music Award

La chanteuse espagnole Rosalía (à gauche), en compagnie du chanteur colombien J Balvin (photographie : Getty Images et El País)

Ce lundi 26 août 2019, au Prudential Center de Newark, dans le New Jersey (États-Unis d’Amérique), la chanteuse Rosalía Vila (dite « Rosalía »), née en 1993 à San Esteban de Sasroviras, dans la province de Barcelone (Catalogne), est devenue la première Espagnole à remporter un MTV Music Award lors de la 36e édition de la récompense remise par cette célèbre chaîne de télévision américaine.

Elle a en effet gagné dans la catégorie « Meilleure vidéo latino » pour son duo avec le chanteur colombien de raeggeton J Balvin (de son véritable nom José Álvaro Osorio Balvín). C’est pour le titre Con altura (littéralement, Avec de la hauteur) que les deux interprètes ont décroché la récompense. Elle a dédié cette victoire à son pays, à sa langue et à sa culture.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/08/27/actualidad/1566873846_842994.html

Le succès croissant des volets roulants espagnols dans le monde

D’anciens modèles de persiennes en Espagne (photographie : POA Estudios)

En dehors d’Espagne, ils ne sont guère généralisés qu’en France et au Portugal : les volets roulants (appelés persianas dans la langue de Cervantes, en référence aux anciennes persiennes) ont longtemps été considérés comme une spécificité espagnole qui ne s’adaptait bien qu’à ce pays au climat chaud et au fort taux d’ensoleillement où il fallait justement se protéger de l’astre solaire. Pourtant, ces dix dernières années, leur succès international va croissant, avec des exportations qui sont passées de 24 millions d’euros en 2008 à 36 millions d’euros en 2017.

Des entreprises comme Persax, sise à Alicante (Communauté de Valence), ou Gaviota Simbac, installée dans la même ville, ont vu leur chiffre d’affaires mondial évoluer dans des proportions de 20 % à 40 % avec des clients situés en Europe, en Amérique et en Afrique du Nord. Des pays comme le Portugal, le Brésil, le Mexique, le Chili, l’Algérie ou les Émirats arabes unis sont ainsi de plus en plus intéressés par ce produit made in Spain pour des raisons variées : sécurité, confort du sommeil, réchauffement climatique, etc. D’autres nations leurs emboitent le pas, à l’instar de la France, de l’Italie, de l’Autriche, de la Suisse ou de la Belgique.

Source : https://www.elconfidencial.com/alma-corazon-vida/2019-08-27/persianas-espanolas-conquista-mundo_2189215/