L’Andalousie met en œuvre une batterie de mesures pour faire face à un Brexit sans accord

Le président régional andalou, Juan Manuel Moreno (Parti populaire – à gauche), en compagnie de son vice-président et conseiller régional à la Justice, à la Régénération, au Tourisme et à l’Administration locale, Juan Marín (Citoyens) – Photographie : EFE et Crónica Global

La sortie du Royaume-Uni hors de l’Union européenne (UE), souvent appelée Brexit, continue de faire couler beaucoup d’encre en Espagne et d’inquiéter la société et les responsables politiques. C’est ainsi que le président régional andalou, Juan Manuel Moreno (Parti populaire), a officiellement lancé ce mercredi 11 septembre 2019 une batterie de 112 mesures visant à absorber le choc que pourrait représenter un Brexit sans accord pour l’économie de la communauté autonome. C’est notamment la comarque du Champ de Gibraltar (Campo de Gibraltar), située autour du Rocher, qui est concernée.

Le conseiller régional à l’Économie, à la Connaissance, aux Entreprises et à l’Université, Rogelio Velasco (Citoyens), va injecter dans les municipalités les plus touchées environ quatre millions d’euros pour un plan de soutien spécifique. De son côté, le conseiller régional à la Présidence, à l’Administration publique et à l’Intérieur, Elías Bendodo (PP), a déploré que le gouvernement central de Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol) n’ait entrepris aucun dialogue avec les autorités de Séville afin de pallier les principaux effets délétères du no deal.

Source : https://www.elconfidencial.com/espana/andalucia/2019-09-11/andalucia-incentivara-empresas-contratacion-parados-victimas-brexit_2222315/

Dès demain, l’impôt sur les successions aura disparu en Andalousie

Le président de la Junte d’Andalousie, Juan Manuel Moreno (Parti populaire) – Photographie : EFE et El Economista

Ce lundi 1er avril 2019, le président de la Junte d’Andalousie, Juan Manuel Moreno (dit « Juanma » Moreno – Parti populaire), a officiellement annoncé que l’impôt sur les successions et les donations allait disparaître dès le 9 avril prochain par le biais d’un décret-loi. Il s’agissait de l’un des engagements de celui qui était alors candidat à l’investiture lors du pacte passé avec la formation centriste et libérale Citoyens (C’s).

Juan Manuel Moreno a rappelé qu’à son sens, l’impôt sur les successions « limitait le développement » économique et était « injuste ». L’objectif est également de permettre les donations du vivant sans pénaliser ceux qui les réaliser et ceux qui en bénéficient. Par ailleurs, Moreno a également annoncé que dans le courant du mois d’avril, diverses mesures seront prises pour faciliter les démarches urbanistiques.

Source : https://www.eleconomista.es/economia/noticias/9796673/04/19/Andalucia-eliminara-el-impuesto-de-Sucesiones-y-Donaciones-el-9-de-abril.html

Le changement de majorité en Andalousie relance la polémique sur la construction d’une route en plein parc naturel

Un véhicule tout terrain parcourt les dunes du Parc national de Doñana, en Andalousie (photographie : García Cordero et El País)

C’est une vieille revendication des habitants de la province de Huelva, en Andalousie : la construction d’une voie rapide qui relierait cette capitale de province à Cadix. Candidat aux élections régionales de 2015, Javier Arenas (Parti populaire), en avait fait son cheval de bataille dans la zone mais n’avait finalement pas pu accéder à la présidence andalouse. En novembre 2018, dans le cadre de la campagne pour le scrutin du 2 décembre, Juan Manuel Moreno (PP) a fait la même promesse lors de ses réunions publiques.

Et lui est devenu président de la Junte d’Andalousie au détriment de Susana Díaz (Parti socialiste ouvrier espagnol). Mais un problème de taille se pose : entre la province de Huelva et celle de Cadix s’étend le Parc national de Doñana, joyau du patrimoine naturel espagnol régulièrement menacé par des catastrophes naturelles ou l’activité humaine. Moreno a juré que le tracé de la voie rapide respecterait ce parc naturel en le contournant mais il ne s’agit pas dans tous les cas d’une mesure prioritaire pour le nouvel exécutif régional. Pendant ce temps, les associations écologistes se montrent très inquiètes à ce sujet.

Source : https://elpais.com/sociedad/2019/01/23/actualidad/1548274209_178215.html

Juan Manuel Moreno est élu président régional de l’Andalousie

Le nouveau président de la Junte d’Andalousie, Juan Manuel Moreno (Parti populaire) – Photographie : Paco Puentes et El País

Même si le suspense était limité suite à l’accord de gouvernement passé avec la formation Citoyens (C’s) et le contrat signé séparément avec le parti d’extrême droite Vox, tout le monde a attendu la soirée de ce mercredi 16 janvier pour que le candidat du Parti populaire (PP), Juan Manuel Moreno, soit élu président de la Junte d’Andalousie grâce aux voix de sa formation et de ses deux nouveaux alliés. Il succède ainsi à Susana Díaz (Parti socialiste ouvrier espagnol) à ce poste et devient le premier président régional andalou de droite depuis le retour à la démocratie, en 1975. Il a recueilli 59 votes en sa faveur et 50 votes contre lui.

Né à Barcelone (Catalogne) le 1er mai 1970, Juan Manuel Moreno Bonilla (dit « Juanma » Moreno) est président de la fédération andalouse du PP depuis le 1er mars 2014. Député (2000-2004 et 2007-2011) de Cantabrie puis de la province de Málaga (Andalousie) et sénateur national (2014-2017), secrétaire d’État aux Services sociaux et à l’Égalité (2011-2014) sous la présidence de Mariano Rajoy (PP), il échoue à être élu président régional andalou en 2015 mais y parvient finalement cette année.

La répartition du nouveau gouvernement régional sera équitable entre le PP et Citoyens. La formation de droite occupera six Départements sur onze tandis que les cinq restants reviendront à C’s. Une nouvelle page s’ouvre donc dans l’histoire politique andalouse.

Sources : https://www.elmundo.es/andalucia/2019/01/16/5c3f54a0fdddff6e438b4579.html et https://elpais.com/politica/2019/01/14/actualidad/1547463117_740033.html