Le Forum économique mondial décerne à l'Espagne le titre de meilleur système de santé au monde

Une opération dans un hôpital espagnol (photographie : Redacción Médica)

Sis à Genève (Suisse), le Forum économique mondial décerne cette année à l’Espagne le titre de meilleur système de santé au monde, place que notre voisin ibérique partage en 2020 avec Singapour, Hong Kong et le Japon. C’est ce qui se dégage de son index mondial de la compétitivité relatif à l’année 2019, qui donne ainsi aux quatre États la note maximale de 100 points. Par ailleurs, toujours selon l’organisme international, l’Espagne partage avec le Japon et Singapour la plus longue espérance de vie à la naissance sur la planète – 72,4 ans en moyenne, contre 73,1 ans pour l’Empire du Soleil Levant et 74,2 ans pour la cité-État.

Le système sanitaire espagnol dépasse ainsi une année de plus la moyenne des systèmes de santé des autres pays européens et de ceux d’Amérique du Nord. L’index de compétitivité du Forum économique mondial place l’Espagne en 23e place dans son classement général, soit trois rangs de plus qu’en 2018. Reposant sur douze piliers fondamentaux, il donne ainsi à notre voisin pyrénéen une meilleure note globale que l’Irlande, les Émirats arabes unis, la Chine, l’Italie, le Portugal ou encore le Brésil. Outre le santé, l’Espagne se distingue particulièrement dans le domaine des infrastructures et celui de stabilité macro-économique.

Source : https://www.redaccionmedica.com/secciones/sanidad-hoy/espana-cuenta-con-la-mejor-sanidad-el-mundo-segun-el-foro-economico-mundial-8476

L'Espagne est le huitième pays au monde où les habitants ont le plus changé leurs habitudes pour préserver l'environnement

Des Espagnoles font leurs achats dans un marché couvert (photographie : Junte d’Andalousie et Europa Press)

Selon une enquête d’opinion réalisée par l’institut de sondages français Ipsos pour le Forum économique mondial, organisme sis à Genève (Suisse), l’Espagne est le huitième pays au monde dont les citoyens ont le plus modifié leurs habitudes au quotidien afin de préserver l’environnement. Ils sont environ 76 % à se prononcer en sens auprès de l’entreprise française, ce qui place notre voisin ibérique loin devant les pays fermant la marche (Japon, États-Unis d’Amérique, Pays-Bas et Russie). Devant l’Espagne, l’on retrouve l’Inde, le Mexique, le Chili, la Chine, la Malaisie et le Pérou.

Parmi les points forts du comportement quotidien des Espagnols, l’on note l’augmentation des habitudes de recyclage (57 % environ des personnes sondées), les économies d’énergie (50 % approximativement des citoyens interrogés), la réutilisation des objets (50 % là aussi), le choix de la consommation de proximité (46 %), les choix d’achat en matière d’équipement du logement (41 %) et les économies d’eau (61 %).

Source : https://www.europapress.es/sociedad/medio-ambiente-00647/noticia-espana-octavo-pais-mundo-mas-ciudadanos-cambiado-dia-dia-responsabilidad-ambiental-20200130172945.html

L'Espagne, puissance majeure dans les sports d'équipe

La sélection nationale espagnole de handball masculin célèbre son nouveau titre européen, acquis cette année (photographie : Luka Stanzl, Getty et El País)

Alors que les Jeux olympiques d’été se dérouleront cette année à Tokyo (Japon) du 24 juillet au 9 août, l’Espagne brille particulièrement dans les qualifications pour cette compétition puisqu’elle est le deuxième pays le plus représenté au monde dans les sports d’équipe, juste derrière les États-Unis d’Amérique. Pas moins de neuf sélections espagnoles ont déjà leur billet validé pour l’Empire du Soleil Levant, sans compter la possible qualification de la sélection nationale de handball féminin.

Parmi les équipes déjà qualifiées, l’on peut citer les suivantes :

  • Handball masculin ;
  • Waterpolo féminin ;
  • Basketball masculin ;
  • Football masculin ;
  • Hockey sur gazon masculin
  • Hockey sur gazon féminin ;
  • Waterpolo masculin.

Source : https://elpais.com/deportes/2020/02/02/actualidad/1580675512_506680.html?fbclid=IwAR0VMSPX2k4PtBBoalyuR8V3ML9YN3cipAGf0lcCn4LxWd1sZwpuRrVqzo0

Le palais des expositions IFEMA de Madrid collabore à l’international avec la ville de Mexico

Le palais des expositions Santa Fe, dans la ville de Mexico, au Mexique (photographie : Cinco Días)

Organisme gérant le principal parc des expositions et palais des congrès de Madrid, IFEMA collabore désormais à l’international avec Expo Santa Fe, grand centre des conventions de la ville de Mexico, capitale du Mexique. Ce jeudi 30 janvier 2020, les deux institutions ont ainsi inauguré la Semaine de l’Éducation (Semana de la Educación), congrès qui se tient déjà annuellement dans la capitale espagnole et qui s’est réuni jusqu’au 1er février dernier dans le pays latino-américain. C’est sur 4 000 mètres carrés que s’est déroulé ce congrès regroupant universités mexicaines et étrangères, institutions éducatives privées, écoles de langues et autres entreprises de formation en présentiel ou en ligne.

L’exportation de ce modèle de convention fait partie du plan d’expansion d’IFEMA – sigle signifiant « Institution de la Féria de Madrid » (Instituto Ferial de Madrid) – en Amérique latine. L’organisme a également proposé, en plus des activités susnommées, toute une série de conférences, de présentations de voyages éducatifs à l’étranger et de rencontres avec des agences de voyage. La Côte d’Ivoire était le pays invité pour cette première édition de la Semaine de l’Éducation tandis qu’outre le pays-hôte et l’Espagne, l’on retrouvait le Canada, les États-Unis d’Amérique, le Japon, la France, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Russie.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/01/29/companias/1580290950_728059.html

La municipalité de Barcelone dit définitivement « non » à sa future antenne du Musée de l’Hermitage

L’antenne de Barcelone (Catalogne) du Musée de l’Hermitage, tel qu’elle était imaginée par l’architecte japonais Toyō Itō (image : El Mundo)

Contrairement à Amsterdam (Pays-Bas) ou Málaga (Andalousie), la ville de Barcelone (Catalogne) n’aura pas son antenne du Musée de l’Hermitage, dont la maison-mère se trouve à Saint-Pétersbourg (Russie). La municipalité barcelonaise, aujourd’hui dirigée par Ada Colau (Barcelone en Commun, liste soutenue par Podemos), lui a en effet a dit définitivement « non » après des années de spéculation et de va-et-vient. Le bâtiment, imaginé par l’architecte japonais Toyō Itō, devait se situer à l’entrée (bocana) du port de Barcelone, zone aujourd’hui très exposée aux intempéries, comme on a pu le constater au mois de janvier 2020 avec la tempête Gloria, qui a touché le littoral méditerranéen de notre voisin ibérique.

Par ailleurs, ce musée aurait été mal connecté aux transports en commun de la capitale catalane, la bouche de métro la plus proche se trouvant à deux kilomètres de distance. Notons également que la proposition de Toyō Itō, qui voulait construire un bâtiment totalement nouveau (et donc refusait de réutiliser un édifice historique), ce qui a déplu à la municipalité. Les projections du nombre de visiteurs sont apparues tantôt décevantes, tantôt irréalistes et la mort en 2018 de Jorge Wagensberg, ancien directeur du musée CosmoCaixa, pressenti pour diriger l’antenne de l’Hermitage, a définitivement découragé la ville de Barcelone.

Source : https://www.elmundo.es/cultura/2020/01/27/5e2ee4f9fdddff9aa78b4648.html

Le nombre de touristes étrangers en Espagne en 2019 frôle les 84 millions

Des touristes avec leurs valises à proximité de la plage de la Barceloneta, à Barcelone, en Catalogne (photographie : EFE et Cinco Días)

Selon les données fournies ce lundi 20 janvier 2020 par la ministre espagnole de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme, Reyes Maroto (Parti socialiste ouvrier espagnol), l’année 2019 a été exceptionnellement bonne pour notre voisin ibérique en termes touristiques avec 83,7 millions de visiteurs étrangers (contre 82,6 millions en 2018) et des dépenses totales sur l’année de plus de 92 milliards d’euros. La crise en Catalogne et la faillite du tour-opérateur britannique Thomas Cook, qui a surtout touché les îles Baléares et les îles Canaries, ont eu des répercussions moindres que prévu sur le marché du tourisme.

Les traditionnels pays émetteurs de touristes étrangers outre-Pyrénées (Royaume-Uni et Allemagne) ont connu un comportement assez défavorable mais cette mauvaise tendance à été compensée par la hausse de visiteurs venus d’autres nations (États-Unis d’Amérique, Chine, Japon et Corée du Sud). Au 31 décembre 2019, toujours selon les chiffres de Reyes Maroto, environ 2,4 millions de personnes étaient recensées par la Sécurité sociale (Seguridad Social) comme travaillant dans le secteur du tourisme, soit un accroissement de 75 000 employés environ (+ 3,2 %) par rapport à 2018. Cette même année, les visiteurs étrangers avaient dépensé environ 90 milliards d’euros chez notre voisin pyrénéen, qui a donc vu cet afflux d’argent s’accroître de 2 milliards d’euros approximativement.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/01/20/economia/1579518415_556581.html

« Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca »

La guitariste espagnole de flamenco Antonia Jiménez (photographie : Notre Temps)

Cet article, intitulé « Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca » et publié le vendredi 17 janvier 2020 sur le site Internet de l’opérateur français Orange, revient sur le succès et le talent de cette musicienne : https://actu.orange.fr/societe/culture/antonia-jimenez-rare-femme-dans-le-monde-masculin-de-la-guitare-flamenca-CNT000001mWkBU/photos/la-guitariste-antonia-jimenez-pose-avec-sa-guitare-lors-du-festival-de-flamenco-a-nimes-le-15-janvier-2020-476b36a4181676afb937f236172603b0.html

Une fois de plus, le passeport espagnol est l’un des plus précieux au monde

Plusieurs passeports espagnols empilés (photographie : Fernando Bizerra Jr., EFE et La Razón)

En ce début d’année 2020, une bonne nouvelle est tombée pour l’Espagne : pour une nouvelle année consécutive, le passeport espagnol est le cinquième le plus « précieux » ou « puissant » au monde. Le classement, établi par l’entreprise britannique Henley & Partners, sise à Londres, est réalisé à partir des données communiquées par l’Association internationale du Transport aérien (IATA, selon son sigle en anglais), dont le siège se trouve à Montréal (Canada).

Un tel tableau prend en considération le nombre de pays pouvant être visités avec un passeport donné sans nécessité de visa. Dans le cas de l’Espagne, ce sont pas moins de 187 pays qui sont concernés, ce qui place notre voisin ibérique au cinquième rang du classement, à égalité avec le Luxembourg et le Danemark. En première place, l’on retrouve le Japon (191 pays sans visa). Il est suivi, sur la deuxième marche du podium, de la cité-État de Singapour (190 pays), l’Allemagne et la Corée du Sud se retrouvant en troisième position (189 pays). En quatrième place, l’Italie et la Finlande (188 pays) sont ex æquo.

Source : https://www.larazon.es/viajes/20200107/2ukywsmb4beylj7zx2msxkzigu.html?utm_source=twitter&utm_medium=organic&utm_campaign=lrzn_org_We_1_30

Le Mobile World Congress de Barcelone est annulé cette année

L’extérieur de la Foire de Barcelone, à Hospitalet de Llobregat (Catalogne) – Photographie : Albert García et El País

Cela faisait plusieurs jours que l’idée faisait son chemin en raison du désistement successif de nombreuses entreprises internationales (notamment chinoises, japonaises, sud-coréennes, américaines françaises, allemandes, britanniques et espagnoles) : le Mobile World Congress de cette année, qui devait se dérouler, comme tous les ans, à Barcelone (Catalogne), a été annulé en raison de la panique générée par l’épidémie mondiale de coronavirus partie de Wuhan (Chine). Après bien des atermoiements, les autorités organisatrices du plus grand congrès international de la téléphonie mobile ont renoncé à l’événement malgré les déclarations rassurantes des autorités.

En effet, aussi bien la municipalité, dirigée par Ada Colau (Barcelone en Commun, liste soutenue par Podemos), que la Généralité de Catalogne, dont le président est Joaquim Torra (Parti démocrate européen de Catalogne), et le gouvernement central, dont le président est Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol), ont tenté jusqu’au dernier moment de maintenir l’organisation du salon. Toutefois, trop d’entreprises majeures se sont décommandées (tout en assurant leur présence dans d’autres congrès du même type ailleurs en Espagne ou à l’étranger) : Facebook, Cisco, Intel, AT&T, Mcafee, Vivo, Sony, LG, TCL, Nokia, Orange, Telefónica, Deutsche Telekom, etc. Un nouveau coup dur pour Barcelone et la Catalogne.

Source : https://elpais.com/tecnologia/2020/02/12/actualidad/1581509148_414423.html

Quatre footballeurs espagnols figurent dans le onze idéal de la décennie de « France Football »

Le footballeur espagnol Sergio Ramos (photographie : RMC Sport et BFM TV)

À la fin de l’année 2019, la revue sportive française France Football a élaboré son « onze idéal » de la décennie dans cette discipline, y incluant quatre joueurs espagnols :

  • Sergio Ramos García, né à Camas (province de Séville, Andalousie) en 1986, qui joue actuellement au Real Madrid ;
  • Iker Casillas, né à Móstoles (Communauté de Madrid) en 1981, qui est aujourd’hui gardien de but au F.C. Porto (Portugal) ;
  • Andrés Iniesta Luján, né à Fuentealbilla (province d’Albacete, Castille-La Manche) en 1984, qui joue actuellement au Vissel Kobe (Japon) ;
  • Xavier Hernández Creus (dit « Xavi »), né à Tarrasa (province de Barcelone, Catalogne) en 1980, qui est actuellement entraîneur du club Al-Sadd de Doha (Qatar).

Il faut y ajouter deux footballeurs étrangers qui officient au Real Madrid, à savoir le Brésilien Marcelo Vieira (dit « Marcelo ») et le Croate Luka Modrić.

Source : https://www.larazon.es/deportes/20191229/s2xe7yxun5a6bdf3re24iqcdhm.html