La Foire internationale du Tourisme de Madrid clôture son édition 2020 avec de nouveaux records

Des visiteurs se pressent aux différents stands de la Foire internationale du Tourisme de Madrid de 2020 (photographie : EFE et El Economista)

La Foire internationale du Tourisme (Feria Internacional de Turismo, FITUR) de Madrid, l’une des deux plus importantes au monde avec celle de Londres (Royaume-Uni), fêtait cette année son quarantième anniversaire avec une nouvelle édition au mois de janvier. La Corée du Sud était le pays invité pour l’occasion et le grand congrès a fermé ses portes ce dimanche 26 janvier avec d’excellents résultats. Le nombre de professionnels participant à l’événement a ainsi crû de 5,16 % par rapport à l’édition de 2019 – soit un peu plus de 150 000 visiteurs. Les voyageurs étrangers qui avaient fait le déplacement pour la foire provenaient de 140 pays différents et voyaient leur nombre augmenter lui aussi de 6,4 %.

Il faut ajouter à ces statistiques le nombre de visiteurs espagnols non professionnels, qui tourne autour de 100 000 personnes, soit un total de 255 000 participants en tout et pour tout – un record historique. L’impact économique pour la ville de Madrid tourne autour des 333 millions d’euros selon les estimations actuelles. L’on comptait par ailleurs :

  • 918 exposants ;
  • 11 040 entreprises ;
  • 165 pays et régions ;
  • près de 70 000 mètres carrés d’exposition pure (+ 3,3 % par rapport à l’année dernière) ;
  • les 10 pavillons du palais des congrès de l’IFEMA occupés.

Si les destinations européennes et américaines ont été légèrement plus présentes cette année (avec respectivement + 5,3 % et + 3,3 % en comparaison de l’année dernière), ce sont surtout l’Asie-Pacifique (+ 21,5 %) et l’Afrique (+ 19,5 %) qui ont fait honneur à cette édition.

Source : https://www.eleconomista.es/empresas-finanzas/noticias/10320649/01/20/FITUR-cierra-con-un-5-mas-de-profesionales-registrados-y-record-de-visitas.html

Rafael Nadal est élu champion des champions chez les hommes par le journal « L’Équipe » pour l’année 2019

Le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal (à droite), après sa victoire face au sportif grec Stéfanos Tsitsipás (à gauche) lors du tournoi d’exhibition d’Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis (photographie : Ahmed Jadallah, Reuters et L’Équipe)

Pour la quatrième fois de sa carrière, le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal a été élu champion des champions (campeón de campeones) chez les hommes par le journal sportif français L’Équipe à la fin de l’année 2019. Il est arrivé en première position avec 513 points, devant le pilote britannique de Formule Un Lewis Hamilton (413 points), le skieur autrichien Marcel Hirscher (329 points), le nageur américain Caeleb Dressel (280 points) et le rugbyman sud-africain Siya Kolisi (279 points).

Rafael Nadal égale ainsi les quatre titres de son grand rival, le Suisse Roger Federer, et n’est qu’à une marche du recordman en la matière, le coureur jamaïcain Usain Bolt, qui a décroché cinq titres auprès de L’Équipe. Le joueur de tennis finit l’année comme numéro un mondial dans sa discipline et a décroché deux titres du Grand Chelem cette année, ce qui porte son total à dix-neuf, à une marche du record de Roger Federer.

Source : https://www.efe.com/efe/espana/deportes/rafael-nadal-y-simone-biles-campeones-de-en-2019-para-l-equipe/10006-4139822

Orlando Ortega décroche la première médaille de l’Espagne aux championnats du monde d’athlétisme

Le coureur espagnol Orlando Ortega (à gauche) gêné lors de sa course par son collègue jamaïcain Omar McLeod (photographie : Getty Images et Eurosport)

Ce jeudi 3 octobre 2019, le coureur espagnol Orlando Ortega Alejo, né en 1991 à Artemisa (Cuba), a décroché la première médaille de son pays aux championnats du monde d’athlétisme, qui se déroulent à Doha (Qatar) entre le 27 septembre et le 10 octobre. Cette médaille de bronze a été obtenue sur tapis vert après une révision de la course de 110 mètres haies.

Au cours de la compétition, Orlando Ortega a en effet été victime d’une obstruction hors-jeu de la part du coureur situé dans le couloir d’à côté, le Jamaïcain Omar McLeod. Un premier appel de la part de l’Espagne avait été rejeté par l’Association internationale des Fédérations d’Athlétisme (IAAF, selon son sigle en anglais), sise à Monaco. Finalement, un second appel avec de nouveaux éléments a été accepté par l’IAAF.

Source : https://elpais.com/deportes/2019/10/03/actualidad/1570105927_715080.html

Thales Espagne exporte des systèmes de surveillance maritime vers la Jamaïque

Un exemple du système de surveillance maritime utilisé par l’Espagne (photographie : ABC)

L’entreprise de défense Thales España, sise à Madrid et filiale de la firme du même nom dont le siège se trouve à Paris (France), va exporter vers la Jamaïque des systèmes de surveillance maritime que les forces armées de notre voisin ibérique utilisent dans le détroit de Gibraltar. Ce dispositif, constitué de capteurs électro-optiques fixes du modèle Gecko, a fait l’objet d’une démonstration à la fin du mois de mai dans la capitale, à l’occasion de la première Foire internationale de Défense et de Sécurité (FEINDEF).

Ce système s’appuie également sur les radars Coast Watcher 100. L’objectif du gouvernement jamaïcain est de réduire la piraterie et la contrebande au large de son littoral. La Garde civile espagnole peut compter sur 8 dispositifs de ce genre (4 fixes et 4 mobiles) tandis que l’armée de terre dispose de son côté de quatre équipements de ce modèle. Ils peuvent détecter des véhicules et embarcations à une distance de 20 kilomètres.

Source : https://abcblogs.abc.es/tierra-mar-aire/otros-temas/thales-espana-exporta-a-jamaica-el-sistema-de-vigilancia-maritima-que-usa-la-guardia-civil.html?fbclid=IwAR0TL0PPkqftkYBoysKJq0qJxOVwsypmYw1iQ2yowTZKMEDSbaHWFyxjt3Q

La Jamaïque veut faire de l’espagnol sa première langue étrangère obligatoire

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le bâtiment de l’ambassade d’Espagne à Kingston, capitale de la Jamaïque (photographie : Ministère espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération)

Suivant la tendance générale des pays non hispanophones d’Amérique (Canada, États-Unis d’Amérique, Brésil, etc.), la Jamaïque réfléchit sérieusement à faire de l’espagnol sa première langue étrangère, avec peut-être un statut obligatoire. Dans ce cadre, le 17 mai dernier, le directeur de l’Institut Cervantes (organisme chargé de la promotion de la langue de Cervantes et de la culture espagnole dans le monde entier), Juan Manuel Bonet, rencontrait la ministre jamaïcaine des Affaires étrangères et du Commerce, Kamina Johnson-Smith.

Ils ont étudié ensemble les possibles façons de renforcer l’étude de l’espagnol à tous les niveaux de l’enseignement public jamaïcain (école primaire, instruction secondaire et universités). Kamina Johnson-Smith étudie elle-même l’espagnol dans une des Aulas Cervantes (littéralement, « Salles de classe Cervantes ») et a fait spécialement le déplacement au siège de l’organisation, à Madrid, afin de discuter avec Juan Manuel Bonet.

Source : http://www.cervantes.es/sobre_instituto_cervantes/prensa/2018/noticias/visita-ministra-Jamaica.htm