L’Espagne accueillera une partie des migrants du bateau « Open Arms »

La ministre espagnole du Travail, des Migrations et de la Sécurité sociale, Magdalena Valerio (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : La Sexta

Le bateau Open Arms a été l’objet d’une nouvelle crise diplomatique au sein de l’Union européenne (UE) lorsqu’il a voulu débarquer sur les côtes italiennes avec plusieurs dizaines de migrants clandestins à son bord. Finalement, un accord a été trouvé entre plusieurs pays-membres de l’organisation pour se répartir l’accueil des immigrés recueillis par l’organisation non gouvernementale (ONG) qui a affrété le navire.

Habitué aux expulsions de migrants en situation irrégulière en dépit du geste envers les clandestins de l’Aquarius, le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol), s’est ainsi mis d’accord avec les autorités françaises, allemandes, roumaines, portugaises et luxembourgeoises afin de favoriser l’hébergement temporaire des Africains se trouvant à bord de l’Open Arms.

Source : https://www.larazon.es/espana/el-open-arms-entra-en-aguas-italianas-pese-al-rechazo-de-salvini-OL24584864

Publicités

Décès du joueur espagnol de basketball Chicho Sibilio à l’âge de 60 ans

Le joueur de basketball espagnol Chicho Sibilio (à droite) lors d’un match contre le club italien du Banco di Roma, en 1983 (photographie : EFE et El País)

Véritable légende de son sport, le joueur de basketball espagnol d’origine dominicaine Cándido Antonio Sibilio Hughes (dit « Chicho Sibilio ») est décédé dans son pays natal, dans la commune de San Gregorio Nigua, à l’âge de 60 ans, ce samedi 10 août 2019. Il souffrait de diabète depuis plusieurs années. Ailier capital dans son club du FC Barcelone (Catalogne) et au sein de la sélection nationale espagnole, il était né le 3 octobre 1958 à San Cristóbal (République dominicaine).

Il atteignait tout juste la taille de deux mètres et était devenu le premier joueur de la Ligue ACB à avoir marqué 650 paniers à trois points. Transféré au Barça en 1976, alors qu’il avait tout juste 18 ans, il y a formé un duo inoubliable avec Juan Antonio San Epifanio, dit « Epi » (né en 1959). Avec l’Espagne, il a remporté l’argent européen en 1983 et, avec son club, il a gagné cinq Ligues (1981, 1983, 1987, 1988 et 1989) ainsi que huit Coupes du Roi, deux Coupes des Coupes d’Europe et une Coupe Korac.

Source : https://elpais.com/deportes/2019/08/10/actualidad/1565463631_892711.html

Décès de la scientifique espagnole Catalina Ruiz Pérez à l’âge de 62 ans

La physicienne espagnole Catalina Ruiz Pérez (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce jeudi 8 août 2019 le décès à l’âge de 62 ans de la physicienne espagnole Catalina Ruiz Pérez des suites d’un cancer qui s’était déclaré en 2018. Spécialiste de l’étude des matériaux moléculaires ainsi que du rapport entre leurs propriétés et leur structure cristalline, elle avait reçu en 2017 le prix Canaries dans la mention « Recherche et innovation scientifiques ».

Née à Valence (Communauté de Valence) en 1957, elle était diplômée de l’Université de Valence et avait obtenu son doctorat en biochimie à l’Institut Max-Planck, sis à Berlin (Allemagne). Professeur invité à Paris (France), Hambourg (Allemagne), au MIT, dans le Massachusetts (États-Unis d’Amérique), elle avait également donné des cours à Bari (Italie), Rome (Italie), Bordeaux (France), Stuttgart (Allemagne), Innsbruck (Autriche), Cuzco (Pérou), Concepción (Chili) et Édimbourg (Royaume-Uni).

Source : https://www.laprovincia.es/sociedad/2019/08/08/fallece-catalina-ruiz-perez-unica/1199832.html

Le tombeau d’un prince ibérique et de nombreux aristocrates est découvert en Castille-La Manche

Le tombeau du prince ibérique découvert à Alarcos, non loin de Ciudad Real, en Castille-La Manche (photographie : Université de Castille-La Manche et El País)

C’est entre 2018 et 2019 qu’a été découvert à Alarcos, non loin de Ciudad Real (Castille-La Manche), le tombeau d’un prince ibérique et de vingt-quatre aristocrates datés de 228 avant Jésus-Christ. Ils sont morts dans le cadre de l’affrontement entre Rome (actuelle Italie) et Carthage (actuelle Tunisie), lors du débarquement en péninsule Ibérique d’Hamilcar Barca. Les archéologues espagnols María del Rosario García Huerta, Francisco Javier Morales Hervás et David Rodríguez González sont les responsables de cette mise au jour.

En dehors du fait que ces Ibères ont participé à la bataille de Heliké – qui a probablement eu lieu près d’Elche de la Sierra, dans la province d’Albacete (Castille-La Manche) -, les chercheurs en savent actuellement très peu à leur sujet au cours de la Deuxième Guerre Punique. Deux tombes découvertes dans la nécropole correspondent à des cercueils féminins et toutes se caractérisent par la richesse de leur trousseau (objets d’orfèvrerie, bijoux, armes, etc.)

Source : https://elpais.com/cultura/2019/07/29/actualidad/1564398956_890765.html

Le journal britannique « The Guardian » place une cascade espagnole en tête de son classement mondial des chutes d’eau

La Queue de Cheval, situé dans le Parc national d’Ordesa et du Mont-Perdu, dans la province de Huesca, en Aragon (photographie : Gonzalo Azumendi)

Selon le journal britannique conservateur The Guardian, à la suite d’une enquête menée à bien auprès de ses lecteurs, la cascade de la Queue de Cheval (Cola de Caballo, en espagnol) est la plus belle du monde. Située au sein du Parc national d’Ordesa et du Mont-Perdu (province de Huesca, Aragon), qui commémorait en 2018 les cent ans de sa proclamation en tant que parc national. L’ascension de la Queue de Cheval, qui ne présente pas de difficulté technique particulière, est en revanche très longue à pied (de six à sept heures).

Les cascades suivantes dans le classement du Guardian sont :

  • cascades d’Acquafraggia (Italie) ;
  • cascade Grawa (Autriche) ;
  • Svartifoss (Islande) ;
  • Søtefossen (Norvège) ;
  • cascade De Glen Maye (Royaume-Uni) ;
  • cascade Cora Linn (Royaume-Uni) ;
  • cascade Mill and Whitfield Gill Force (Royaume-Uni) ;
  • cascade de la gorge de Baatara (Liban) ;
  • cascade Gocta (Pérou) ;
  • chute du Moconá (Brésil et Argentine) ;
  • cascade de Snoqualmie (États-Unis d’Amérique) ;
  • chute de Sunwapta (Canada) ;
  • chutes de Kalandula (Angola) ;
  • cascade du bois de Ngare Ndare (Kenya) ;
  • chutes Tappiya (Philippines) ;
  • chute Nachi (Japon) ;
  • cascade Khe Kem (Vietnam) ;
  • Weeping Wall (États-Unis d’Amérique) ;
  • et chutes Whangarei (Nouvelle-Zélande).

Source : https://www.abc.es/viajar/top/abci-mejor-cascada-mundo-esta-espana-segun-guardian-201908021230_noticia.html

La banque Santander va exposer une partie de ses collections d’art dans sa ville d’origine

Une vue d’artiste de l’une des futures fondations artistiques de la banque Santander dans la capitale de la Cantabrie (photographie : Cinco Días)

Dirigée par Ana Patricia Botín et originaire de la ville du même nom, la banque Santander, principal établissement financier d’Espagne, a décidé de s’engager davantage dans sa cité natale en exposant sur place une partie de ses importantes collections artistiques. À partir de 2021, après une rénovation des édifices en question par l’architecte britannique David Chipperfield et le cabinet espagnol Cruz y Ortiz (sis à Séville, en Andalousie), le siège du cours Pereda et l’antenne de la rue Hernán-Cortés accueilleront tableaux et sculptures.

Ces nouveaux espaces complèteront le centre Botín, situé sur le front de mer de Santander, qui a été conçu par l’architecte italien Renzo Piano. Les travaux de réhabilitation devraient durer une vingtaine de mois et environ 150 personnes travailleront dans les nouveaux sites. Les édifices seront conçus de telle sorte qu’ils seront écologiques et durables. Le siège de Santander est un bâtiment créé en 1795 et acquis par la banque en différentes phases.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/07/26/album/1564165888_184235.html

L’industrie éolienne espagnole est la troisième au monde pour les exportations d’énergie

Un parc éolien en Espagne (photographie : Wikipedia)

Selon les données de 2018 fournies par l’Association espagnole des Entrepreneurs de l’Éolien (Asociación Empresarial Eólica, AEE), l’Espagne est le troisième pays exportateur d’électricité éolienne au monde, derrière le Danemark et la Chine. Au total, notre voisin ibérique a ainsi vendu à l’étranger l’année dernière pour 2,5 milliards de dollars d’énergie éolienne.

En 2018, ces ventes ont représenté 0,84 % des exportations totales de l’Espagne. Les principaux acheteurs de cette électricité ont été les États-Unis d’Amérique, l’Italie, la France, le Mexique et les Pays-Bas.

Source : https://www.energias-renovables.com/eolica/la-industria-eolica-espanola-es-la-tercera-20190726

L’Espagne pointe à la dixième place dans le classement mondial de la connectivité portuaire

La zone portuaire de Vigo, dans la province de Pontevedra, en Galice (photographie : El Faro de Vigo)

Selon le classement élaboré chaque année depuis 2006 par la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement (UNCTAD, selon son sigle en anglais), l’Espagne pointe à la dixième place dans le domaine de la connectivité des infrastructures portuaires. La Chine est de nouveau première, suivie de Singapour, de la Corée du Sud et de la Malaisie. La Belgique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, premiers pays européens du classement, suivent la marche.

L’Allemagne, de son côté, tombe à la onzième place. À la treizième place, l’on retrouve l’Italie, juste devant la France. Plusieurs critères sont retenus par l’UNCTAD pour réaliser ce classement : le nombre de navires qui accostent chaque année ; le nombre de conteneurs importés ou exportés ; le nombre de compagnies maritimes qui utilisent les ports en question ; le nombre de services réguliers ; ou encore la taille des navires.

Source : http://elvigia.com/espana-avanza-a-la-decima-posicion-del-ranking-global-de-conectividad-del-transporte-maritimo/

« Spanish Wine Road Trip: 8 Stellar Wineries To Visit In Spain (And What To Drink At Each) »

Une vue du chais Beronia, situé sur le territoire de la commune d’Ollauri, dans La Rioja (photographie : Beronia et Forbes)

Cet article en anglais intitulé « Spanish Wine Road Trip: 8 Stellar Wineries To Visit In Spain (And What To Drink At Each) », publié le 16 juillet 2019 sur le site Internet de la revue spécialisée américaine Forbes et rédigé par Dan Q. Dao propose un itinéraire dans ce que l’auteur considère comme les meilleurs chais d’Espagne : https://www.forbes.com/sites/dandao/2019/07/16/spanish-wine-road-trip/#5c00e0c64027

Décès de l’acteur espagnol Eduardo Fajardo à l’âge de 94 ans

L’acteur espagnol Eduardo Fajardo sur une image d’archive (photographie : Académie espagnole du Cinéma et La Vanguardia)

L’on apprenait ce jeudi 4 juillet 2019 le décès à Mexico (Mexique) de l’acteur espagnol Eduardo Martínez Fajardo à l’âge de 94 ans. Né le 14 août 1924 à Meis, dans la province de Pontevedra (Galice), il a passé son enfance à Haro (La Rioja) puis à Santander (Cantabrie). En 1942, il commence par être acteur de doublage avant de faire ses débuts devant la caméra en 1946. Il a joué dans un très grand nombre de films (plus de 180), que ce soit en Espagne ou au Mexique.

Également comédien au théâtre, il a fait des incursions sur grand écran dans plusieurs pays européens (Italie, Allemagne, France, Royaume-Uni) ainsi qu’aux États-Unis d’Amérique. Très proche de la ville d’Almería (Andalousie), où il avait une maison, il a pu inaugurer son étoile sur le Boulevard de la Gloire de la commune, non loin du Théâtre Cervantes.

Source : https://www.lavanguardia.com/cine/20190704/463287473067/muere-actor-espanol-eduardo-fajardo-94-anos.html