Quatre chais espagnols se retrouvent parmi les 50 meilleurs au monde selon World’s Best Vineyards

La commune d’Elciego, située dans la province d’Alava (Pays basque), vue depuis le chais Marquis-de-Riscal (photographie : Javier Mingueza et ABC)

Lors de la semaine du 13 juillet dernier, le classement World’s Best Vineyards (littéralement, « Meilleurs vignobles au monde ») a été révélé dans son édition 2020. Parmi les cinquante meilleurs chais et vignobles au monde, l’on en retrouve ainsi quatre situés en Espagne :

  1. le chais Marquis-de-Riscal, situé sur le territoire de la commune d’Elciego, dans la province d’Alava (Pays basque), en sixième position au niveau international ;
  2. le chais González Byass-Tío Pepe, à Jerez de la Frontera, dans la province de Cadix (Andalousie), en dix-huitième place ;
  3. Vivanco, chais de la commune de Briones (La Rioja), qui occupe la quarante-et-unième position ;
  4. et enfin, Familia Torres, à Villafranca del Panadés, dans la province de Barcelone (Catalogne), quarante-deuxième dans le monde.

Source : https://www.abc.es/viajar/vinos/abci-cuatro-bodegas-espanolas-entre-50-mejores-mundo-para-hacer-enoturismo-202007180201_noticia.html

Publicité

Une jeune mathématicienne espagnole résout un problème vieux de vingt ans

La jeune mathématicienne espagnole María Cumplido (photographie : Université de Séville)

Chercheuse à l’Université d’Édimbourg, en Écosse (Royaume-Uni), mais originaire de Cordoue (Andalousie), la jeune mathématicienne espagnole María Cumplido a récemment marqué l’histoire de sa discipline. Spécialiste des groupes de tresses, elle vient en effet de résoudre un problème vieux de vingt ans, celui des sous-groupes spéciaux d’Artin.

Ces derniers portent le nom d’Emil Artin (1898-1962), mathématicien autrichien, et, bien qu’il s’agisse à première vue de mathématiques fondamentales pures, une telle trouvaille peut avoir des applications importantes dans plusieurs domaines, dont celui de la sécurité informatique. Récipiendaire de plusieurs prix outre-Pyrénées, elle est âgée d’à peine 28 ans.

Source : https://www.canalsur.es/noticias/andalucía/cordoba/una-andaluza-resuelve-un-problema-de-matematicas-planteado-hace-20-anos/1603995.html?utm_source=twitter&utm_medium=csurnoticias&utm_term=5ea74309-75b2-46c8-98c3-0671da91199f&utm_content=&utm_campaign=

Secteurs public et privé lancent l’initiative « Madrid capitale mondiale de l’ingénierie, de la construction et de l’architecture »

Le logotype de l’initiative « Madrid capitale mondiale de l’ingénierie, de la construction et de l’architecture » (photographie : OKDiario)

Alors que la construction du nouvel Hôpital public des Urgences avance à grands pas et que la Cité de la Justice doit voir recommencer les travaux au mois de juillet dans la capitale espagnole, une initiative portée conjointement par le public et le privé vise à faire de la ville un référent international dans le domaine des infrastructures. Son nom ? « Madrid capitale mondiale de l’ingénierie, de la construction et de l’architecture » (Madrid Capital Mundial de la Ingeniería, Construcción y Arquitectura). L’objectif est à la fois de faire valoir le talent madrilène et espagnol dans ces domaines et de relancer l’économie de la métropole en pleine crise économique liée à la pandémie de coronavirus d’origine chinoise.

L’initiative est portée par 32 organismes et entreprises, dont la mairie de Madrid, aujourd’hui dirigée par José Luis Martínez-Almeida (Parti populaire) ; la Communauté de Madrid, dont l’actuelle présidente est Isabel Díaz Ayuso (PP) ; l’ICEX (organisation publique de développement des exportations) ; l’Institut de Crédit officiel (Instituto de Crédito Oficial, ICO) ; le cabinet d’avocats Cremades & Calvo-Sotelo ; ainsi que de nombreuses entreprises espagnoles du secteur du BTP comme FCC, Sacyr, Acciona, San José, Oficemen, Tecniberia, etc. Prochainement, deux autres géants du domaine, ACS et Ferrovial, doivent également s’y incorporer.

L’initiative s’articule autour de six objectifs :

  • positionner Madrid et l’Espagne comme référents internationaux en matière de contrats et de formation dans le domaine du BTP ;
  • faire de Madrid un foyer d’attraction des entreprises, du talent, des congrès et des foires dans le secteur ;
  • consolider les entreprises espagnoles du BTP sur leurs marchés traditionnels et les installer sur les marchés émergents ;
  • renforcer la formation professionnelle, notamment en alternance ;
  • exporter des solutions innovantes, durables et résilientes ;
  • donner une impulsion décisive aux secteur liés à l’internationalisation, notamment afin de réactiver l’économie régionale.

De fait, l’Espagne compte sept des plus grandes entreprises mondiales du secteur de la construction et des infrastructures, seule la Chine faisant mieux au niveau mondial, et Madrid accueille le siège de la plupart d’entre elles. La capitale espagnole est de surcroît très bien connectée au reste de l’Europe et du monde grâce à un réseau exceptionnel de transports. Parmi les propositions plus concrètes proposées par l’initiative, l’on peut citer la création d’un guichet unique visant à faciliter la participation de firmes ibériques du BTP aux appels d’offres étrangers ; la volonté d’installer dans la capitale espagnole la cour internationale d’arbitrage la plus importante du secteur ; mettre en place un réseau d’universités et de formations qui collaboreront afin de favoriser l’accès à la recherche et à l’emploi dans la construction ; l’organisation d’un congrès international, qui aurait lieu alternativement à Madrid et dans une autre ville du monde, consacré aux problématiques du domaine, etc.

Sources : https://okdiario.com/economia/fcc-sacyr-acciona-constructoras-asocian-situar-madrid-centro-mundial-del-sector-5899387?utm_term=Autofeed&utm_campaign=ok&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1594868156, https://www.madridiario.es/diaz-ayuso-visita-obras-futuro-hospital-pandemias et https://www.efe.com/efe/espana/destacada/las-obras-de-la-nueva-ciudad-justicia-comenzaran-en-los-proximos-dias/10011-4297060

Décès de l’actrice espagnole Victoria Rodríguez à l’âge de 88 ans

L’actrice espagnole Victoria Rodríguez (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce mercredi 15 juillet 2020 le décès à Madrid, à l’âge de 88 ans, de l’actrice espagnole Victoria Rodríguez Clavijo, qui était née dans la capitale espagnole le 24 septembre 1931. Fille des acteurs Manolo Rodríguez et Paquita Clavijo, elle débute dans le monde de la comédie dans les années 40, intégrant notamment la compagnie de Valeriano León et Aurora Redondo. Dès 1949, elle apparaît à l’affiche de grandes pièces de théâtre madrilènes, comme Don Periquito, de José de Lucio.

En 1959, elle épouse le célèbre dramaturge espagnol Antonio Buero Vallejo (1916-2000) et joue dans de nombreuses pièces qu’il a écrites, comme Hoy es fiesta (littéralement, Aujourd’hui, c’est la fête), Las meninas (littéralement, Les Ménines), Aventura en lo gris (littéralement, Aventure dans le gris), La fundación (littéralement, La Fondation), Jueces en la noche (littéralement, Juges dans la nuit) ou encore Las cartas boca abajo (littéralement, Les Cartes face retournée).

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-muere-actriz-victoria-rodriguez-viuda-buero-vallejo-202007151722_noticia.html?vca=rrss&vmc=abc-es&vso=tw&vli=cm-cultura

Le Musée du Prado expose des reproductions de ses œuvres les plus célèbres en Castille-La Manche

Des reproductions de célèbres tableaux du Musée du Prado de Madrid installés à Sigüenza, commune de la province de Guadalajara, en Castille-La Manche (photographie : Madrid Secreto)

Plus importante pinacothèque de Madrid et de toute l’Espagne, le Musée du Prado cherche ces dernières années à faire connaître et admirer ses œuvres en dehors de la capitale espagnole. Dernièrement, le directeur de l’institution, Miguel Falomir, a décidé d’exposer dans la commune de Sigüenza, située dans la province de Guadalajara (Castille-La Manche), des photographies reproduisant les tableaux les plus emblématiques de son musée.

L’on peut ainsi y observer, à échelle réelle, le portrait de Charles Quint à la bataille de Muehlberg par le peintre italien le Titien (1488-1576) ou celui du Gentilhomme à la main sur la poitrine, par le peintre espagnol d’origine grecque Le Greco (1541-1614). L’exposition, totalement gratuite, restera dans cette commune de 4 300 habitants environ jusqu’au 26 août.

Source : https://madridsecreto.co/siguenza-museo-el-prado/

La Communauté de Madrid rend hommage à la France pour le 14 juillet

La Maison royale du Courrier, situé sur la Puerta del Sol, à Madrid, avec les couleurs du drapeau français (photographie : Communauté de Madrid)

Ce mardi 14 juillet 2020, la présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Díaz Ayuso (Parti populaire), a rendu hommage à la France à l’occasion de sa fête nationale en projetant les couleurs du drapeau de notre pays (bleu, blanc et rouge) sur la façade de la Maison royale du Courrier (Real Casa de Correos). Ce bâtiment, situé sur la Puerta del Sol, en plein centre de la capitale espagnole, constitue le siège de la présidence régionale.

L’on estime qu’à l’heure actuelle, 15 000 Français résident de manière fixe dans une commune de cette communauté autonome et, en 2019, 571 000 touristes venus de notre pays ont visité la Communauté de Madrid (soit 7,5 % du total des visiteurs étrangers). En dépit de polémiques autour de la place accordée à l’enseignement du français dans l’instruction publique régionale, rappelons également que sept lycées madrilènes sont concernés par le baccalauréat franco-espagnol (bachibac).

Source : https://www.comunidad.madrid/noticias/2020/07/14/conmemoramos-dia-francia-iluminando-real-casa-correos-colores-su-bandera

La ville de Madrid enclenche la construction de dix nouveaux gymnases municipaux

Un gymnase de la ville de Madrid (photographie : Madrid Secreto)

Ce mercredi 15 juillet 2020, la déléguée de la Commission municipale à la Culture, au Tourisme et au Sport de la ville de Madrid, Sofía Miranda (Parti populaire), a confirmé aux médias que, d’ici à 2024, dix nouveaux gymnases publics vont être construits dans la capitale espagnole. La municipalité, aujourd’hui dirigée par José Luis Martínez-Almeida (PP), a en effet prévu d’améliorer l’offre urbaine en la matière.

Ces gymnases, qui disposeront également d’une piscine climatisée, de pistes polyvalentes, de salles de musculation et de salles de cours collectifs, seront installés :

  • arrondissement d’Hortaleza (quartiers de Valdebebas et Sanchinarro) ;
  • arrondissement de Fuencarral-El Pardo (quartiers de Las Tablas et Montecarmelo) ;
  • arrondissement de Tétouan (avenue de la Direction) ;
  • arrondissement de Vicálvaro (quartier d’El Cañaveral) ;
  • arrondissement de Villaverde (quartier de Butarque) ;
  • arrondissement du Retiro (rue du docteur-Esquerdo) ;
  • arrondissement de La Latina (quartier de Cuatro-Vientos) ;
  • arrondissement de Saint-Blaise-Canillejas.

Ces dix nouveaux espaces s’ajouteront aux deux gymnases actuellement en construction qui ont été promus par la municipalité précédente, à l’époque de Manuela Carmena (Maintenant Madrid, liste soutenue par Podemos), dans l’arrondissement du Centre (place de l’Orge) et dans l’arrondissement de la Ville-de-Vallecas (Ensanche de Vallecas).

Source : https://madridsecreto.co/madrid-polideportivos-municipales/

Décès du toréro espagnol Juan José à l’âge de 68 ans

Le toréro Juan José (au centre), en compagnie de ses collègues Palomo Linares (à gauche) et Curro Romero (photographie : EFE et ABC)

L’on apprenait ce mercredi 15 juillet 2020 le décès à Salamanque (Castille-et-León), à l’âge de 68 ans du toréro espagnol Juan José García del Corral (dit « Juan José »), qui était né à La Fuente de San Esteban, dans la province de Salamanque, le 22 juin 1951. C’est en 1968 qu’il réussit son alternativa, c’est-à-dire son entrée dans le monde de la tauromachie, à Manzanares, dans la province de Ciudad Real (Castille-La Manche), afin de faire sa confirmation à Madrid en 1969.

Un accident de voiture survenu en 1971 lui cause de graves problèmes aux yeux et il ne peut revenir dans l’arène que plusieurs mois plus tard, à Haro (La Rioja). De 1989 à 2013, il dirige l’École de Tauromachie de Salamanque (Escuela de Tauromaquia de Salamanca), où il devient une référence dans le domaine.

Source : https://www.abc.es/cultura/toros/abci-muere-maestro-juan-jose-grandes-referentes-toreo-salamanca-202007151050_noticia.html

Décès de l’ecclésiastique espagnol Camilo Lorenzo Iglesias à l’âge de 79 ans

L’ecclésiastique espagnol Camilo Lorenzo Iglesias (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce lundi 13 juillet 2020 le décès à Ponferrada, dans la province de León (Castille-et-León), à l’âge de 79 ans, de l’ecclésiastique espagnol Camilo Lorenzo Iglesias, qui était né à Piñor, dans la province d’Orense (Galice), le 7 août 1940. Diplômé de chimie auprès de l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle (Galice) en 1972, il entre alors comme professeur dans divers séminaires de la communauté autonome ainsi que de Castille-et-León.

En 1995, le pape Jean-Paul II (1978-2005) le nomme évêque du diocèse d’Astorga, dans la province de León (Castille-et-León), charge qu’il occupe jusqu’en 2015. En 1996, il devient également membre de la Conférence épiscopale espagnole (Conferencia Episcopal Española), où il travaille au sein du Département des séminaires et universités jusqu’en 2008.

Source : https://www.laopiniondezamora.es/comarcas/2020/07/13/fallece-obispo-emerito-astorga-camilo/1256364.html

Un pont routier de Madrid qui menace de s’écrouler va être détruit

La structure inférieure du pont Joaquín-Costa de Madrid (photographie : Mairie de Madrid et Telemadrid)

Situé non loin du quartier des affaires de Madrid, le pont routier Joaquín-Costa, construit il y a une cinquantaine d’années, arrive en bout de course de l’avis de la plupart des ingénieurs et observateurs. Menaçant désormais de s’effondrer, il a été fermé à la circulation au début du mois de juillet 2020 sur décision du maire de la capitale, José Luis Martínez-Almeida (Parti populaire). De fait, l’étude réalisée au sujet de sa structure recommande sa démolition rapide.

Le premier édile a demandé aux personnes affectées par cette fermeture et cette destruction prochaine – environ 80 000 habitants de Madrid selon les estimations – de la « patience » car il s’agira désormais de mettre en œuvre des solutions de déplacement alternatives dans cette zone placée non loin de l’arrêt de métro République-Argentine. Le pont Joaquín-Costa permet de relier au trafic routier les rues Joaquín-Costa et Francisco-Silvela en passant au-dessus des places López-de-Hoyos et Prince-de-Vergara.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/07/11/economia/1594477038_257680.html