Décès du sportif espagnol Jaime Monzó à l’âge de 73 ans

Le sportif espagnol Jaime Monzó (photographie : Fédération catalane de Natation et El Español)

L’on apprenait ce mardi 7 janvier 2020 le décès à Barcelone (Catalogne), à l’âge de 73 ans, du sportif espagnol Jaime Monzó Cots, qui était né dans la capitale catalane le 31 octobre 1946. Nageur, spécialiste du dos crawlé, il était le deuxième médailliste espagnol de l’histoire aux championnats d’Europe de sa discipline, après Miguel Torres. Son plus grand fait d’arme a ainsi été de se placer sur le podium lors de la compétition européenne qui se déroulait à Utrecht (Pays-Bas) en 1966.

Deux ans plus tard, il faisait partie de la délégation espagnole présente aux Jeux olympiques d’été de Mexico (Mexique). Il a également remporté la médaille de bronze aux Jeux méditerranéens de Tunis (Tunisie) en 1967 et a participé à l’Universiade d’été de Budapest (Hongrie) en 1965. Tout au long de sa carrière, il a décroché une dizaine de records d’Espagne, toujours en 200 mètres dos.

Source : https://www.elespanol.com/deportes/otros-deportes/20200108/muere-jaume-monzo-segundo-medallista-europeo-espanol/458204699_0.html

La sélection nationale espagnole de waterpolo féminin remporte le championnat d’Europe de 2020

Les joueuses de la sélection nationale espagnole de waterpolo féminin célèbrent leur victoire (photographie : Zsolt Szigetvary, EFE et El País)

Ce samedi 25 janvier 2020, la sélection nationale espagnole de waterpolo féminin a remporté le championnat d’Europe de sa discipline, qui se déroulait depuis le le 12 janvier, en battant en finale la sélection russe sur le score de 13 à 12 à la Danube Arena de Budapest (Hongrie). Il s’agit de leur deuxième titre continental après celui remporté 2014 au centre aquatique Alfréd-Hajós de la capitale hongroise, face aux Pays-Bas. Lors de la phase de qualification, au sein du groupe B, les Espagnoles ont défait les Françaises, les Italiennes et les Israéliennes mais se sont inclinées face aux Néerlandaises.

En quarts de finale, elles se sont imposées face à la Grèce puis face à la Hongrie en demi-finale, avant de remporter le match final face aux Russes. Les joueuses entraînées par Miki Oca complètent ainsi leur très beau palmarès et espèrent enfin décrocher l’or olympique cette année à Tokyo (Japon). En championnat d’Europe, elles décroché, outre leurs deux titres continentaux, une médaille d’argent en 1991 à Athènes (Grèce) et une autre en 2018 à Barcelone (Catalogne) ainsi que plusieurs médailles de bronze : en 1983 à Rome (Italie), en 1993 à Sheffield (Royaume-Uni) et en 2006 à Belgrade (Serbie). En championnat du monde, elles ont gagné une fois, en 2013 à Barcelone, et sont arrivées deuxièmes à deux reprises : à Budapest en 2017 et à Gwangju (Corée du Sud) en 2019.

Sources : https://elpais.com/deportes/2020/01/25/actualidad/1579968935_348225.html et https://www.elconfidencial.com/deportes/2020-01-25/espana-medalla-oro-waterpolo-resultado-final-rusia_2427784/

Le salaire moyen espagnol est inférieur de 20 % au salaire moyen européen

Un employé municipal nettoie les parties piétonnes de la Puerta del Sol, à Madrid (photographie : Telemadrid)

Selon les données contenues dans le septième rapport annuel élaboré par l’entreprise suisse d’intérim Adecco, le salaire moyen espagnol tourne aujourd’hui autour de 1 658 euros bruts par mois, soit 1,2 % de plus qu’en 2018 mais 20,7 % de moins que la moyenne des pays membres de l’Union européenne (UE). Exprimé en chiffres absolus, le décalage est ainsi de 433 euros, puisque la moyenne européenne s’élève actuellement à 2 091 euros bruts par mois. Au cours de la dernière année, l’écart entre salaire mensuel moyen espagnol et salaire mensuel moyen européen a crû de 2,7 %.

Néanmoins, près de quinze pays membres de l’Union européenne affichent un salaire mensuel brut moyen inférieur à celui de notre voisin ibérique. Concrètement, les nations suivantes se trouve en-dessous de l’Espagne dans ce classement : la Bulgarie, la Roumanie, la Lituanie, la Hongrie, la Lettonie, la Pologne, la Croatie, la Slovaquie, l’Estonie, la République tchèque, le Portugal, la Grèce, la Slovénie, Malte et Chypre. L’Espagne, de son côté, se trouve juste en-dessous de l’Italie.

Source : https://www.eleconomista.es/economia/noticias/10209349/11/19/El-salario-espanol-es-un-20-inferior-a-la-media-europea.html

La sélection nationale espagnole de handball féminin est vice-championne du monde

La handballeuse espagnole Lara González Ortega (à gauche) lors de la finale du Championnat du Monde de Handball féminin de 2019 (photographie : Charly Triballeau, AFP et El País)

Elles y auront cru jusqu’au bout mais un pénalty transformé par leurs adversaires à six secondes du coup de sifflet final aura brisé leur rêve : les joueuses de la sélection nationale espagnole de handball féminin ont été défaites en finale par les Pays-Bas sur le score de 30 à 29. Elles auront toutefois la satisfaction d’être devenues vice-championnes du monde, un record pour cette équipe qui aura été très convaincante tout au long du Championnat du Monde de Handball féminin qui se déroulait du 30 novembre au 15 décembre derniers au Japon.

Au sein du groupe C, la sélection entraînée par Carlos Viver s’est successivement débarrassée de la Roumanie, de la Hongrie, du Sénégal, du Kazakhstan et du Monténégro pour arriver en première position. Au cours du tour principal, au sein du groupe II, l’équipe a ensuite fait match nul contre la Suède, vaincu le Japon et s’est inclinée contre la Russie pour finir en deuxième place. Elle a ensuite créé la sensation en défaisant la Norvège en demi-finales avant de remporter la médaille d’argent. En 2021, le Championnat du Monde de Handball féminin aura justement lieu outre-Pyrénées.

Source : https://elpais.com/deportes/2019/12/15/actualidad/1576404712_129359.html

La ville de Madrid honorera le diplomate espagnol Ángel Sanz-Briz tous les 10 mai

Le diplomate espagnol Ángel Sanz-Briz (photographie : La Razón)

Ce mercredi 30 octobre 2019, la municipalité de Madrid, aujourd’hui dirigée par José Luis Martínez-Almeida (Parti populaire), a adopté une mesure visant à célébrer tous les 10 mai à partir de 2020 la figure du diplomate espagnol (1910-1980), surnommé « l’ange de Budapest » (el ángel de Budapest, jeu de mots sur son nom et son labeur durant la Seconde Guerre mondiale).

Né à Saragosse (Aragon), diplomate de carrière, il est affecté à Budapest (Hongrie) durant le second conflit international, tandis que son pays est officiellement non belligérant. Il y sauve la vie d’environ cinq mille Juifs hongrois qui devaient être envoyés dans les camps de la mort en leur octroyant un passeport espagnol et en les faisant passer pour des séfarades. C’est ce qui explique que l’État d’Israël l’ait ensuite reconnu comme « Juste parmi les Nations ».

Source : https://www.larazon.es/local/madrid/10-de-mayo-dia-del-angel-de-budapest-DL25489479?utm_source=twitter&utm_medium=organic&utm_campaign=lrzn_org_We_23_30

L’athlète espagnole María Vicente bat le record du pays en heptathlon

L’athlète espagnole María Vicente (photographie : Getty, Maya Hitij et El País)

C’est à l’occasion des championnats d’Europe d’athlétisme des moins de vingt ans, qui ont lieu en ce mois de juillet à Boras (Suède), que l’athlète espagnole María Vicente García, née à Hospitalet de Llobregat (province de Barcelone, Catalogne) en 2001, a battu le record d’Espagne d’heptathlon en dépassant les 6 000 points – elle a obtenu exactement 6 115 points.

Déjà championne d’Europe d’heptathlon des moins de 18 ans en 2017, elle a également remporté cette discipline et l’épreuve de triple saut en 2018 au cours de la même compétition, qui se déroulait alors dans la ville hongroise de Győr. Pour rappel, l’heptathlon olympique féminin comporte les sept épreuves suivantes : 100 mètres haies, saut en hauteur, lancer de poids, 200 mètres, saut en longueur, lancer de javelot et 800 mètres.

Source : https://elpais.com/deportes/2019/07/19/actualidad/1563559667_915857.html

Un Espagnol présidera pour la première fois l’Autorité bancaire européenne

L’Espagnol José Manuel Campa, choisi pour devenir président de l’Autorité bancaire européenne (ABE) – Photographie : EFE et Vózpopuli

Né à Oviedo (Principauté des Asturies) en 1964, l’économiste espagnol José Manuel Campa (Parti socialiste ouvrier espagnol), secrétaire d’État à l’Économie de 2009 à 2011 durant le second gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero (PSOE), a été choisi comme le nouveau président de l’Autorité bancaire européenne (ABE).

Cette dernière, qui est un organisme-clé dans la régulation financière au sein de l’Union européenne (UE), doit quitter son actuel siège de Londres (Royaume-Uni) pour s’installer à Paris (France) dans le cadre du Brexit.

José Manuel Campa succèdera ainsi à l’économiste italien Andrea Enria à la tête de l’institution. Il s’est imposé à ses deux concurrents, le Français Édouard Fernandez-Boll et le Hongrois Adam Farkas.

Source : https://elpais.com/economia/2019/02/19/actualidad/1550571672_199492.html

« Les tourments européens de l’Espagne »

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol – à droite), à Bruxelles (Belgique), en compagnie du président de la Commission européenne, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker (photographie : El Plural)

Cet audio, intitulé « Les tourments européens de l’Espagne » et publié le 6 février 2019 sur le très bon site suisse Ekouter.net, revient sur la conférence du même nom donnée par votre serviteur à Lyon le 25 janvier dernier : http://ekouter.net/les-tourments-europeens-de-l-espagne-avec-nicolas-klein-au-cercle-jean-bodin-4180?fbclid=IwAR1pXxk55cs6LZoaj9W5-ygm5mbCuIaDWebwOSCdr6m4s4O7ZL-Qvq8rLxU

Javier Fernández triomphe lors de ses derniers championnats d’Europe de patinage artistique

Le patineur artistique espagnol Javier Fernández lors d’un saut (photographie : AP, Sergei Grits et El Periódico)

Déjà sextuple champion d’Europe avant de fouler la glace de Minsk (Biélorussie), le patineur artistique espagnol Javier Fernández a de nouveau triomphé pour ses derniers championnats continentaux en décrochant sa septième médaille d’or d’affilée dans la compétition. Troisième à l’issue du programme court, il a ensuite brillé dans la patinoire pour devance le Russe Alexander Samarin (médaille d’argent) et l’Italien Matteo Rizzo (médaille de bronze).

Il avait déjà remporté la compétition en 2013 à Zagreb (Croatie), en 2014 à Budapest (Hongrie), en 2015 à Stockholm (Suède), en 2016 à Bratislava (Slovaquie), en 2017 à Ostrava (République tchèque) et en 2018 à Moscou (Russie). Il a également été champion du monde dans sa discipline à deux reprises : en 2015 à Shanghai (Chine) et en 2016 à Boston (États-Unis d’Amérique).

Source : https://www.elperiodico.com/es/deportes/20190126/javier-fernandez-retira-septimo-titulo-europeo-consecutivo-minsk-7268758

L’espagnol est la langue que souhaiterait apprendre une majorité de jeunes Européens

La carte d’Europe des langues que souhaiteraient apprendre les jeunes citoyens à l’avenir (image : Jakub Marian et 20 minutos)

Selon l’Eurobaromètre élaboré pour l’année 2018, l’espagnol est la langue que souhaiterait apprendre à l’avenir une large majorité de jeunes citoyens de l’Union européenne (UE). Les pays membres où la langue de Cervantes a ainsi le plus le vent en poupe sont les suivants : Irlande, Royaume-Uni, France, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Danemark, Suède, Finlande, Italie, Autriche, Hongrie, Slovaquie, Pologne, Estonie, Bulgarie et Grèce.

L’allemand est l’option préférée en Espagne même mais aussi au Portugal, en Roumanie, en Croatie, en Slovénie et en Lettonie. Le français, de son côté, est populaire en République tchèque et en Lituanie, tandis que Chypre se distingue avec un désir d’apprentissage du russe dans la tranche des 15-30. Le linguiste et mathématicien tchèque Jakub Marian, dont le site en ligne est célèbre, en a d’ailleurs fait une carte.

Source : https://www.20minutos.es/gonzoo/noticia/espanol-lengua-mas-gustaria-aprender-jovenes-europeos-3511745/0/