Décès de la femme de lettres espagnole Anna Rosselló à l’âge de 96 ans

La femme de lettres espagnole Anna Rosselló (photographie : Vilaweb)

L’on apprenait ce mardi 21 avril le décès à Barcelone (Catalogne), à l’âge de 96 ans, de la femme de lettres espagnole Anna Rosselló i Elias, qui était née à Flix, dans la province de Tarragone (Catalogne), en 1923. Opposante à la dictature franquiste (1939-1975), elle s’exile pendant un temps au Brésil en 1956 avec son mari, Josep Travesset, et sa fille, Carme, alors âgée de deux ans et demi.

Elle entame alors un tour d’Amérique latine à la rencontre des populations amérindiennes au Brésil, en Bolivie, au Pérou, en Équateur, en Colombie, au Panamá, au Costa Rica, au Nicaragua, au Honduras, au Salvador et au Guatemala. Activiste indépendantiste catalane, elle est l’auteur d’un grand nombre d’ouvrages relatant notamment son périple latino-américain.

Source : https://www.vilaweb.cat/noticies/sha-mort-anna-rossello-activista-antifranquista-i-simbol-de-les-protestes-contra-la-sentencia/

Quelques-uns des nouveaux mots entrés dans le dictionnaire de l’Académie royale de la Langue espagnole

Un exemplaire du dictionnaire de l’Académie royale de la Langue espagnole (photographie : David Folgueiras et El País)

Sise à Madrid, l’Académie royale de la Langue espagnole (Real Academia de la Lengua española, souvent abrégé en RAE) est chargée, entre autres tâches, de rédiger un dictionnaire de référence concernant la langue de Cervantes. Si ce précieux ouvrage existe dans un format papier, renouvelé tous les dix à quinze ans, il est également disponible en ligne et les académiciens y rajoutent régulièrement de nouveaux termes passés dans l’usage courant.

Ce jeudi 7 novembre 2019, la nouvelle version en ligne du dictionnaire a été révélée, avec un certain nombre de nouveaux termes. C’est le cas, par exemple :

  • d’el zasca, que l’on pourrait traduire par « la réponse cinglante » ;
  • d’el casopolón, terme familier et péjoratif qui désigne une grande demeure bourgeoise, notamment dans la Communauté de Madrid ;
  • ou encore d’el arboricidio, « l’arboricide ».

En tout et pour tout, 1 100 nouveautés sont à l’ordre du jour dans cette nouvelle version en ligne préparée par le directeur de la RAE, Santiago Muñoz Machado, l’académicienne Paz Battaner et la directrice de l’Académie guatémaltèque de la Langue, Raquel Montenegro.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/11/07/actualidad/1573087285_460962.html

La RENFE poursuit son implantation à l’étranger

Un train de banlieue à destination de Colmenar Viejo, dans la Communauté de Madrid (photographie : Torrelodones Info)

L’opérateur national des chemins de fer espagnols (la RENFE) cherche, en vue de l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de passagers en décembre 2020, à poursuivre son expansion en Europe, en Amérique latine et aux États-Unis d’Amérique. De fait, elle explore actuellement des possibilités de collaboration avec le géant espagnol du bâtiment et des travaux publics Sacyr, sis à Madrid, dans le cadre du réseau de trains de banlieue au Guatemala, au Salvador, en Bolivie et au Costa Rica.

Dans le pays andin, il s’agirait de construire un train métropolitain d’une longueur de 42 kilomètres qui doit entrer en service en 2020 du côté de Cochabamba. Au Costa Rica, c’est le train rapide de passagers de San José qui attire son regard tandis qu’au Salvador, elle pourrait réaliser le train de banlieue entre San Salvador et Sitio del Niño. Les projets de train à grande vitesse en Floride, en Illinois, en Californie et au Texas ainsi qu’en Ontario (Canada) sont dans eux aussi dans son collimateur.

Source : https://www.eleconomista.es/empresas-finanzas/noticias/10041979/08/19/Renfe-explora-entrar-en-los-Cercanias-de-Bolivia-Costa-Rica-y-Guatemala.html

L’Espagne cherche à renforcer sa coopération avec l’Amérique centrale

Le roi d’Espagne, Philippe II (deuxième), en compagnie du président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol – premier), et du ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Josep Borrell (PSOE – troisième), lors du Sommet ibéro-américain de 2018 (photographie : EFE et El País)

Dans le cadre du XXVIe Sommet ibéro-américain, qui réunissait les pays hispanophones et lusophones d’Europe et d’Amérique à La Antigua (Guatemala) ce weekend, le roi d’Espagne, Philippe VI, et le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrer espagnol), ont cherché à tendre des ponts vers l’Amérique centrale afin de renforcer la coopération avec cette région. En l’absence de plusieurs présidents latino-américains, qui se sont faits représenter pour l’occasion (comme Mauricio Macri, président argentin ; Sebastián Piñera, président chilien ; Tabaré Vázquez, président uruguayen ; ou encore Iván Duque, président colombien), cette collaboration apparaît tout à fait cruciale.

Par ailleurs, le président mexicain, Enrique Peña Nieto, et le président brésilien, Michel Temer, sont sur le départ, respectivement en faveur d’Andrés Manuel López Obrador et Jair Bolsonaro. Philippe VI et Pedro Sánchez ont donc accentué le dialogue avec le représentant nicaraguayen à La Antigua mais également avec le président guatémaltèque, Jimmy Morales ; le président panaméen, Juan Carlos Varela ; le président hondurien, Juan Orlando Hernández ; le président dominicain, Danilo Medina ; et le président salvadorien, Salvador Sánchez Cerén. D’ailleurs, Madrid continuera de se faire l’avocate de l’accord d’association en vigueur entre l’Union européenne et l’Amérique centrale.

Source : https://elpais.com/internacional/2018/11/16/actualidad/1542394544_645703.html

Pedro Cavadas opère avec succès un autre patient

el-doctor-cavadas-opera-con-exito-a-un-joven-que-estaba-partido-en-dos
Le chirurgien espagnol Pedro Cavadas (à droite), en compagnie de son dernier patient, le Guatémaltèque Willmar Arias (photographie : The Objective)

Très connu dans le monde médical pour ses multiples greffes spectaculaires et à succès, le chirurgien espagnol Pedro Cavadas a récemment opéré un autre patient, le jeune Guatémaltèque Willmar Arias, âgé de 28 ans. Cet individu était tétraplégique depuis l’âge de 9 ans en raison d’une grave blessure par arme à feu et était, selon les mots de Pedro Cavadas lui-même, comme « coupé en deux ».

L’opération, qui a eu lieu à l’Hôpital de Manises, dans la province de Valence (Communauté de Valence), où officie habituellement Pedro Cavadas, a consisté à résorber une infection massive située dans la zone sacrée et qui touchait tout le bas de la colonne vertébrale. Désormais, Willmar Arias, qui était obligé de rester alité, peut se mettre assis et tenter de reprendre une vie normale.

Source : http://theobjective.com/cavadas-joven-partido-en-dos/

Josep Borrell prend ses fonctions de ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération

 

15283714639918
Le ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Josep Borrell (Parti socialiste ouvrier espagnol – de face), discute avec l’ancienne vice-présidente du gouvernement, Soraya Sáenz de Santamaría (Parti populaire), au siège de son Ministère, à Madrid (photographie : Luca Piergiovanni, EFE et El Mundo)

Dans le cadre de la prise de fonction des nouveaux membres du gouvernement de Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol), le ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Josep Borrell, s’est rendu à son Ministère ce matin afin de recevoir des mains de l’ancienne vice-présidente du gouvernement, Soraya Sáenz de Santamaría (Parti populaire), et de l’ancien ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Alfonso Dastis, la serviette qui symbolise ce qui est désormais son rôle.

Il a notamment évoqué le travail nécessaire afin de protéger « l’intégrité territoriale » de l’Espagne (en référence au défi séparatiste catalan) et a évoqué la « crise de confiance » que traverse l’Union européenne dans son ensemble. Affirmant que « l’Espagne est un grand pays », il a également expliqué vouloir se placer dans la continuité de son devancier dans plusieurs domaines. Il a enfin eu un mot pour les personnes sinistrées par l’éruption du Volcan de Fuego, au Guatemala.

Source : http://www.elmundo.es/espana/2018/06/07/5b1918aa46163f3c108b457d.html

La coopération espagnole a fourni l’eau courante et des sanitaires modernes à 3 millions de Latino-Américains

reina-letizia1-a
La reine Letizia lors de sa première visite de coopération en tant que femme du chef de l’État, en mai 2015, au Honduras (photographie : Hola)

Depuis dix ans, le Ministère espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération promeut l’un de ses principaux programmes, le Fonds de Coopération pour l’Eau et l’Assainissement (FCAS), qui a permis à près de trois millions de Latino-Américains de disposer de l’eau courante et de sanitaires dignes de ce nom. Alors qu’était célébrée ce mercredi 22 mars la Journée mondiale de l’Eau, l’Agence espagnole de Coopération internationale pour le Développement (AECID) a révélé plusieurs données statistiques à ce sujet : près de 790 millions d’euros ont été répartis par notre voisin pyrénéen sur la planète entière au bénéfice de 19 pays, dans le cadre de 67 programmes qui concernent l’adduction d’eau à des fins d’alimentation ou d’hygiène. Le Fonds a également pu compter sur la participation d’autres partenaires, notamment espagnols, avec un portefeuille de dépenses de 1,3 milliard d’euros au total.

Le directeur de l’AECID, Luis Tejada, souligne d’ailleurs dans une récente interview que l’Espagne a toujours été à l’avant-garde dans la défense des droits de l’homme en matière d’accès à l’eau potable. Lors de son premier voyage de coopération en tant que reine d’Espagne, qui se déroulait en Amérique centrale, Letizia a donné une forte visibilité au FCAS. L’Agence espagnole de Coopération internationale pour le Développement travaille actuellement sur de nombreux projets de traitement des eaux usées en Bolivie, au Salvador, au Guatemala, au Nicaragua, au Paraguay et en République dominicaine, mais également dans des pays non hispanophones d’Amérique, comme Haïti. L’objectif de l’AECID est de s’assurer le partenariat matériel, financier et humain des gouvernements nationaux et locaux en la matière.

Source : http://www.notimerica.com/sociedad/noticia-espana-lleva-agua-potable-banos-dignos-millones-personas-america-latina-caribe-20170321164557.html