Décès de l’académicien espagnol Francisco Rodríguez Adrados à l’âge de 98 ans

L’académicien espagnol Francisco Rodríguez Adrados (photographie : ABC)

L’on apprenait ce mardi 21 juillet 2020 le décès à Madrid, à l’âge de 98 ans, de l’académicien espagnol Francisco Rodríguez Adrados, qui était né à Salamanque (Castille-et-León) le 29 mars 1922. Helléniste de formation, il obtient son doctorat de philologie classique à l’Université de Salamanque à l’Université centrale de Madrid (devenue depuis lors Université Complutense) en 1946. Après avoir occupé divers postes de professeur de grec à Madrid et Barcelone (Catalogne), il obtient un poste à l’Université Complutense.

Il y reste de 1952 à 1988. Président d’honneur de la Société espagnole des Études classiques (Sociedad Española de Estudios Clásicos, SEEC), directeur de diverses revues appartenant à son champ de compétence (Emerita, Revista española de lingüística), il coordonne également la collection de classiques latins et grecs Alma Máter, publiée par le Centre supérieur des Recherches scientifiques (Centro Superior de Investigaciones Científicas, CSIC) de Madrid.

Outre la littérature grecque classique, il se distingue également par des recherches et ouvrages sur la littérature latine, espagnole et indienne. Expert en linguistique indo-européenne, il reçoit en 1989 le prix Aristote-Onassis, remis par la Grèce, pour son dictionnaire du grec classique et médiéval. Le 28 avril 1991, il est reçu à l’Académie royale espagnole (Real Academia Española, RAE), au fauteuil d, en remplacement de Dámaso Alonso (1898-1990).

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-muere-academico-francisco-rodriguez-adrados-202007211205_noticia.html

Marta Fernández, nouvelle Espagnole à diriger une branche régionale d’une grande multinationale technologique américaine

L’Espagnole Marta Martínez, qui dirige désormais la filiale d’IBM pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique (photographie : IBM et La Razón)

Née à Madrid en 1966, l’Espagnole Marta Martínez a été présidente de la firme informatique américaine IBM, sise à Armonk, dans l’État de New York, pour l’Espagne, le Portugal, la Grèce et Israël entre 2013 et cette année. Et elle a récemment eu droit à une promotion, devenant désormais directrice de la firme pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Elle est ainsi la première femme à occuper ce poste dans l’histoire de la firme.

Elle rejoint les rangs déjà bien fournis des cadres espagnoles d’importance majeure dans le secteur des STEM (sigle anglais désignant le domaine de la science, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques). L’on peut citer le cas d’Helena Herrero, elle aussi née à Madrid (mais en 1959), qui travaille pour les Américains de HP ; Pilar López (née en 1970 à Astorga, dans la province de León, en Castille-et-León), qui est responsable chez Microsoft ; Irene Cano, cadre chez Facebook ; ou encore Fuenciscla Clemares, employée importante chez Google.

Source : https://www.larazon.es/economia/20200719/oppx6jms3bbkfgrjjdetghrxxq.html

Le Musée du Prado expose des reproductions de ses œuvres les plus célèbres en Castille-La Manche

Des reproductions de célèbres tableaux du Musée du Prado de Madrid installés à Sigüenza, commune de la province de Guadalajara, en Castille-La Manche (photographie : Madrid Secreto)

Plus importante pinacothèque de Madrid et de toute l’Espagne, le Musée du Prado cherche ces dernières années à faire connaître et admirer ses œuvres en dehors de la capitale espagnole. Dernièrement, le directeur de l’institution, Miguel Falomir, a décidé d’exposer dans la commune de Sigüenza, située dans la province de Guadalajara (Castille-La Manche), des photographies reproduisant les tableaux les plus emblématiques de son musée.

L’on peut ainsi y observer, à échelle réelle, le portrait de Charles Quint à la bataille de Muehlberg par le peintre italien le Titien (1488-1576) ou celui du Gentilhomme à la main sur la poitrine, par le peintre espagnol d’origine grecque Le Greco (1541-1614). L’exposition, totalement gratuite, restera dans cette commune de 4 300 habitants environ jusqu’au 26 août.

Source : https://madridsecreto.co/siguenza-museo-el-prado/

« Sommet franco-espagnol Macron-Sánchez d’ici décembre »

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol – à gauche), en compagnie du président de la République française, Emmanuel Macron (à droite), et du président mauritanien, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani (photographie : Reuters et Le Figaro)

Cet article publié le 9 juillet 2020 sur le site Internet du journal français Le Figaro et intitulé « Sommet franco-espagnol Macron-Sánchez d’ici décembre » revient sur la première visite officielle de la ministre espagnole des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Arancha González Laya (Parti socialiste ouvrier espagnol), en France et sur la future organisation d’un sommet franco-espagnol à la fin de l’année 2020 : https://www.lefigaro.fr/flash-actu/sommet-franco-espagnol-macron-sanchez-d-ici-decembre-20200709

La Canadienne Anne Carson reçoit l’édition 2020 du prix Princesse-des-Asturies dans la catégorie « Lettres »

La femme de lettres canadienne Anne Carson (photographie : El Independiente)

Ce jeudi 18 juin 2020, le jury du prix Princesse-des-Asturies a choisi de remettre l’édition 2020 de la récompense dans sa catégorie « Lettres » à la poétesse canadienne Anne Carson, née 1950 à Toronto, dans l’Ontario. Essayiste, traductrice, professeur de lettres classiques à l’Université McGill de Montréal, au Québec, elle enseigne également la littérature comparée à l’Université du Michigan (États-Unis d’Amérique).

Il s’agit de la troisième femme d’affilée et de la neuvième à être distinguée par ce prix. Passionnée de belles lettres grecques, docteur en lettres classiques après avoir soutenu une thèse à l’Université de Toronto, elle est considérée comme la plus grande poétesse encore en vie dans le monde anglo-saxon. Elle a déjà remporté plusieurs récompenses pour sa production poétique.

Source : https://www.elindependiente.com/tendencias/cultura/2020/06/18/la-poeta-anne-carson-premio-princesa-de-asturias-de-las-letras/

L'ancienne Gare du Nord de Madrid devient un nouveau théâtre

Une vue d’artiste du nouveau Grand Théâtre Bankia Príncipe Pío de Madrid (image : Madrid Low Cost)

Abandonné durant une vingtaine d’années à partir des années 80, la Gare du Nord de Madrid (Estación del Norte) a été réhabilitée et modernisées depuis 2015, sous l’impulsion de plusieurs acteurs et humoristes espagnols, dont Santiago Segura, Luis Álvarez et José Mota afin de devenir un théâtre. Il a fallu cinq ans de travaux et un investissement de 16 millions d’euros en tout et pour tout afin de parvenir à la réouverture de cet espace, devenu Grand Théâtre Bankia Prince-Pie (Gran Teatro Bankia Príncipe Pío). Les éléments historiques de l’édifice, comme certains lustres, la chapelle d’Alphonse XIII ou encore l’escalier impérial, ont été conservés à l’issue de l’opération.

Avec une capacité moyenne de 1 080 personnes et maximale de 1 900 spectateurs, ce nouveau théâtre est déjà convoité par plusieurs entreprises de production de spectacle, comme la firme américaine Warner Music. C’est le 1er mars dernier que s’est pour la première fois le rideau dans le Grand Théâtre Bankia Prince-Pie avec le spectacle El sentido del humor (littéralement, Le Sens de l’humour). Du 3 au 21 mars a été mis en scène le spectacle Callas in Concert (littéralement, Callas en concert), consacré à cette célèbre cantatrice grecque, puis, à partir du 4 avril, a été joué le spectacle musical de l’acteur espagnol Antonio Banderas, A Chorus Line, créé au Théâtre Soho de Málaga (Andalousie). Le 7 août devrait être joué le spectacle musical We will rock you, consacré au groupe britannique Queen.

Source : https://www.madridlowcost.es/la-vieja-estacion-de-principe-pio-se-estrena-como-gran-teatro/?fbclid=IwAR1f9sKgUFO07uQ8Lpv5b4s75kCaSwXjjHDy_oDdOUrouvvRf8vAiq88MB4

Le recours aux animaux dans les cirques ne cesse de reculer en Espagne

Les communautés autonomes et communes espagnoles qui ont interdit le recours aux animaux dans les cirques (image : José Maluenda et La Razón)

Ces dernières années, le recours aux animaux dans les cirques est de plus en plus contesté dans le monde, en particulier dans les pays développés, en raison des mauvais traitements qu’ils subissent régulièrement. La Bolivie est le premier pays de la planète à avoir totalement aboli leur présence dans ce type de spectacles, en 2009, tandis que l’on retrouve, parmi les nations qui lui ont emboîté le pas, la Grèce, le Royaume-Uni, le Canada, la Finlande, la Suède, la Suisse, le Danemark ou encore l’Allemagne. En Espagne, neuf communautés autonomes ont fait de même : la Catalogne en 2015 ; les îles Baléares, La Rioja et la Galice en 2017 ; la Région de Murcie et la Communauté de Valence en 2018 ; et enfin, l’Aragon, l’Estrémadure et la Principauté des Asturies en 2019.

Par ailleurs, dans les autonomies n’ayant pas encore statué à ce sujet, environ deux cents municipalités ont édicté des arrêtés afin d’interdire totalement le recours aux animaux dans les cirques. C’est dans la Communauté de Madrid que l’on retrouve le plus grand nombre de ces communes (soixante-six), suivie de l’Andalousie (cinquante) et de la Castille-et-León (seize). La capitale espagnole a prévu de faire passer un édit municipal dans le même sens au mois d’avril 2020. À l’heure actuelle, sur les trente cirques traditionnels itinérants outre-Pyrénées, seuls trois ont encore recours à des animaux, contre trente-cinq en 2014.

Source : https://www.larazon.es/sociedad/20200116/vopqli4ry5bljetpo2qhn23xwa.html?utm_source=twitter&utm_medium=organic&utm_campaign=lrzn_org_Sa_1_30

L’Espagne devient le pays de la zone euro avec le plus fort taux de chômage chez les jeunes

Un bureau du service espagnol pour l’emploi dans la Communauté de Madrid (photographie : Reuters et El Confidencial)

En septembre 2019, l’Espagne avait officiellement passé un trimestre complet comme étant le pays membre de la zone euro, au sein de l’Union européenne (UE), avec le plus fort taux de chômage chez les jeunes (la tranche d’âge des 18 à 25 ans) – plus de 32,7 % selon les données d’Eurostat, organisme des statistiques de l’UE. Bien que le nombre de chômeurs de ce groupe baisse régulièrement, il diminue plus lentement que pour l’ensemble de la population espagnole et la population active des 18 à 25 ans a pour sa part augmenté.

L’Espagne dépasse ainsi la Grèce, qui était traditionnellement le pays de la zone euro avec le plus haut taux de chômage chez les jeunes mais où la croissance de l’emploi chez les 18-25 ans a été soutenue l’année dernière. Les plus jeunes continuent ainsi d’être les principales victimes de la crise économique de 2008 tandis qu’ils sont 20 000 de plus au 31 décembre 2019 à être entrés sur le marché du travail.

Source : https://www.elconfidencial.com/economia/2020-01-11/paro-juvenil-espana-supera-grecia-mas-alto-europa_2406255/

Rafael Nadal est élu champion des champions chez les hommes par le journal « L’Équipe » pour l’année 2019

Le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal (à droite), après sa victoire face au sportif grec Stéfanos Tsitsipás (à gauche) lors du tournoi d’exhibition d’Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis (photographie : Ahmed Jadallah, Reuters et L’Équipe)

Pour la quatrième fois de sa carrière, le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal a été élu champion des champions (campeón de campeones) chez les hommes par le journal sportif français L’Équipe à la fin de l’année 2019. Il est arrivé en première position avec 513 points, devant le pilote britannique de Formule Un Lewis Hamilton (413 points), le skieur autrichien Marcel Hirscher (329 points), le nageur américain Caeleb Dressel (280 points) et le rugbyman sud-africain Siya Kolisi (279 points).

Rafael Nadal égale ainsi les quatre titres de son grand rival, le Suisse Roger Federer, et n’est qu’à une marche du recordman en la matière, le coureur jamaïcain Usain Bolt, qui a décroché cinq titres auprès de L’Équipe. Le joueur de tennis finit l’année comme numéro un mondial dans sa discipline et a décroché deux titres du Grand Chelem cette année, ce qui porte son total à dix-neuf, à une marche du record de Roger Federer.

Source : https://www.efe.com/efe/espana/deportes/rafael-nadal-y-simone-biles-campeones-de-en-2019-para-l-equipe/10006-4139822

« Cinq villes européennes à découvrir en 2020 »

Le théâtre romain de Málaga, en Andalousie (photographie : Wikipedia)

Cet article, intitulé « Cinq villes européennes à découvrir en 2020 » et publié le dimanche 22 décembre 2019 sur le site du journal français Le Monde, revient sur cinq destinations considérées à la mode, dont la cité espagnole Málaga (Andalousie) mais aussi Galway (Irlande), Copenhague (Danemark), Bonn (Allemagne) et Thessalonique (Grèce) : https://www.lemonde.fr/m-styles/article/2019/12/22/cinq-villes-europeennes-a-decouvrir-en-2020_6023760_4497319.html