Madrid organisera le Forum mondial du Tourisme tous les ans

Le vice-maire de Madrid, Begoña Villacís (Citoyens – au centre), lors de l’inauguration de la 23e édition du forum de la Confédération ibéro-américaine des Ministres et Entrepreneurs du Tourisme (CIMET), dans la capitale espagnole (photographie : mairie de Madrid et La Razón)

Pays très touristique avec environ 84 millions de visiteurs étrangers en 2019, nation la plus compétitive au monde dans le domaine, l’Espagne abrite à Madrid le siège de l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT) et, désormais, la capitale organisera chaque année le Forum mondial du Tourisme (Foro Mundial del Turismo). Sa première édition aura lieu lors de l’automne 2020, ainsi que l’a confirmé le vice-maire de Madrid, Begoña Villacís (Citoyens), lors de l’inauguration de la 23e édition du forum de la Confédération ibéro-américaine des Ministres et Entrepreneurs du Tourisme (Confederación Iberoamericana de Ministros y Empresarios de Turismo, CIMET).

Cette réunion entre l’Espagne, le Portugal et leurs anciennes colonies latino-américaines est généralement considérée comme l’antichambre du Forum international du Tourisme (Foro Internacional del Turismo, FITUR), l’un des principaux congrès du secteur au monde, qui fête cette année son 40e anniversaire et se déroule chaque année à Madrid. La capitale espagnole deviendra ainsi, en quelque sorte, le « Davos » du tourisme – en référence au Forum économique mondial, qui se tient annuellement dans cette commune suisse. C’est ainsi que l’a exprimé le Géorgien Zurab Pololikashvili, actuel secrétaire général de l’OMT.

Source : https://www.larazon.es/madrid/20200121/aattpjsqvbhr3i4n2uruupok6m.html

L’haltérophile espagnole Lydia Valentín est vice-championne du monde dans sa discipline

L’haltérophile espagnole Lydia Valentín lors d’une compétition (photographie : Europa Press et OkDiario)

C’est ce 25 septembre 2019 que l’haltérophile espagnole Lydia Valentín Pérez, née à Ponferrada (province de León, Castille-et-León) en 1985, est devenue vice-championne du monde dans sa catégorie (81 kilogrammes) aux championnats qui se déroulent du 18 au 27 septembre à Pattaya (Thaïlande). Elle est notamment arrivée troisième à l’épaulé-jeté avec un soulevé de 138 kilogrammes et a affiché un total final de 246 kilogrammes.

Elle n’a été devancée que par la Colombienne Leydi Solís (247 kilogrammes en tout et pour tout) et c’est l’Américaine Jenny Arthur (245 kilogrammes) qui complète le podium. Lydia Valentín est la meilleure athlète espagnole dans son sport avec deux titres mondiaux (décrochés en 2017 à Anaheim, aux États-Unis d’Amérique ; et en 2018 à Achgabat, au Turkménistan), quatre titres européens (remportés en 2014 à Tel Aviv, en Israël ; en 2015 à Tbilissi, en Géorgie ; en 2017 à Split, en Croatie ; et en 2018 à Bucarest, en Roumanie) ainsi que la médaille d’or olympique en 2012 à Londres (Royaume-Uni).

Source : https://okdiario.com/deportes/lydia-valentin-proclama-subcampeona-del-mundo-halterofilia-4612398?utm_campaign=ok&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2pHKMb-MXYAY0VWjFOPohzikJNebxzC5J_d5plEkUfShyCvHWtR4LZ3Xg#Echobox=1569421385

Un très bon dimanche pour le sport espagnol chez les jeunes

Les membres de la sélection nationale espagnole féminine de basketball des moins de dix-huit qui a été couronnée de succès début septembre (photographie : Fédération espagnole royale de Basketball)

Outre le victoire du joueur de tennis Rafael Nadal au tournoi du grand chelem de New York (États-Unis d’Amérique), ce dimanche 8 septembre 2019 a été couronné de succès pour le sport espagnol dans les catégories les plus jeunes. C’est ainsi que la sélection nationale masculine de rink hockey a conservé son titre européen chez les moins de dix-sept ans en battant en finale l’équipe portugaise à domicile, à Torres Vedras. Lors de la phase de groupes, les Espagnols ont battu l’Angleterre, Andorre et Israël. En phase à élimination directe, ils on vaincu la Suisse, l’Italie et enfin l’équipe-hôte.

De son côté, la sélection nationale féminine des moins dix-huit ans a remporté le tournoie 3×3 organisé en Géorgie. En phase de groupes, elle s’est imposée à l’Ukraine et à la Turquie avan de se débarrasser d’Israël, de la France et, en finale, de l’Allemagne. En waterpolo, enfin, la sélection nationale féminine des jeunes a remporté son championnat d’Europe à Vólos (Grèce) en battant la Russie en finale. Auparavant, les joueuses étaient venues à bout de la Serbie et des Pays-Bas.

Sources : https://www.efe.com/efe/espana/practicodeporte/la-seleccion-espanola-sub-17-revalida-el-titulo-europeo/50000944-4059186, http://www.feb.es/2019/9/8/baloncesto/u18f-campeona-europa-3×3/79953.aspx et https://www.efe.com/efe/espana/practicodeporte/la-juvenil-de-waterpolo-brillante-campeona-europa-con-pleno-victorias/50000944-4059443

Le peintre historique espagnol Augusto Ferrer-Dalmau rayonne à l’international

Le peintre espagnol Augusto Ferrer-Dalmau devant l’une de ses œuvres (photographie : Mundiario)

Né en 1964 à Barcelone (Catalogne), le peintre espagnol Augusto Ferrer-Dalmau est célèbre outre-Pyrénées depuis des années pour ses tableaux historiques, qui représentent les grands épisodes guerriers de l’histoire nationale – depuis la Reconquête (718-1492) jusqu’aux campagnes de l’armée espagnole en Irak. Mais, récemment, la célébrité de Ferrer-Dalmau a dépassé les frontières espagnoles.

En 2018-2019, cet artiste est devenu collaborateur du Ministère de la Défense, actuellement dirigé par Margarita Robles (Parti socialiste ouvrier espagnol), et a participé à diverses missions extérieures en Afghanistan, au Liban, au Mali ou en Syrie. Il a par ailleurs réalisé un tableau pour l’armée géorgienne, ce qui lui vaut désormais une salle d’exposition permanente au Musée national d’Art de Tbilissi.

Il a également acquis ses lettres de noblesse aux États-Unis d’Amérique, dans le cadre de la récupération du passé hispanique de ce pays (avec des œuvres comme La Marche de Gálvez ou Pour le roi et pour l’Espagne, Gálvez à Pensacola). La Russie et la Finlande ont également envoyé des représentants diplomatiques lors du vernissage de l’une de ses peintures consacrées à Carl Gustaf Emil Mannerheim, grand homme d’État finlandais qui a combattu l’Empire tsariste puis l’Union soviétique.

De fait, les autorités de Moscou ont demandé à Augusto Ferrer-Dalmau d’accompagner l’armée russe en Syrie – ce qui lui a valu la Médaille de la Lutte contre le Terrorisme international. En France, il fait partie des peintres sélectionnés pour une grande exposition internationale à l’hôtel des Invalides tandis que l’Université de León (Mexique) lui a également commandé des œuvres.

Source : https://www.mundiario.com/articulo/cultura/imparable-proyeccion-internacional-ferrer-dalmau-pintor-batallas/20190420201753151566.html

Un premier champion du monde de judo chez les hommes pour l’Espagne

15378029897031
Le judoka espagnol d’origine géorgienne Nikoloz Sherazadishvili, champion du monde dans sa discipline (photographie : Zurab Kurtsikidze, EFE et El Mundo)

L’Espagne avait déjà eu deux championnes du monde de judo chez les femmes : Miriam Blasco, à Barcelone (Catalogne), en 1991 ; et Isabel Fernández, à Paris (France), en 1997, laquelle avait aussi remporté l’or olympique à Sydney (Australie) en 2000. Ce lundi 24 septembre, à Bakou (Azerbaïdjan), notre voisin ibérique a eu son premier champion du monde masculin dans la discipline : Nikoloz Sherazadishvili, dans la catégorie des poids moyens (moins de 90 kilogrammes).

Originaire de Géorgie, d’où il est arrivé en 2010, alors qu’il n’avait que quatorze ans, Nikoloz Sherazadishvili ne surgit pas du néant puisqu’il a été vice-champion du monde chez les moins de 21 ans et médaillé de bronze aux championnats d’Europe de 2018, qui se déroulaient à Tel Aviv (Israël). Il est désormais l’un des grands espoirs de titre olympique pour l’Espagne dans deux ans, à Tokyo (Japon).

Source : http://www.elmundo.es/deportes/mas-deporte/2018/09/24/5ba906d322601dc62d8b4617.html

L’incroyable essor de l’haltérophilie espagnole

15225747847960
L’haltérophile espagnole Lydia Valentín célèbre sa victoire aux championnats d’Europe de sa discipline au mois de mars 2018 (photographie : Robert Ghement, EFE et El Mundo)

Entre la fin du mois de mars et le début du mois d’avril 2018 se déroulaient à Bucarest (Roumanie) les championnats du monde d’haltérophilie, au cours desquels l’Espagne a particulièrement brillé, arrivant en quatrième position dans le classement final, derrière le pays organisateur, la Géorgie et la Pologne. Treize médailles au total, dont cinq en or, deux en argent et six en bronze. Un résultat exceptionnel pour notre voisin ibérique, qui n’est historiquement pas le meilleur compétiteur dans cette discipline. Le nom des grands vainqueurs espagnols commence à être bien connu dans les médias, notamment celui de Lydia Valentín, quadruple championne d’Europe en titre, mais aussi Josué Brachi, Andrés Mata ou encore David Sánchez.

Comme le rappelait le président de la Fédération espagnole d’Haltérophilie, Constantino Iglesias, c’est tout d’abord l' »effet Valentín » qui a réussi à porter toute une nouvelle générations de sportif à l’arraché ou à l’épaulé-jeté. Derrière la trentenaire Lydia Valentín, l’on retrouve des personnalités âgées de vingt à trente ans, comme Brachi, Mata, Sánchez ou encore Alberto Fernández, Irene Martínez et Atenery Hernández. Ces championnats d’Europe en Roumanie ont aussi été marqués par l’expulsion de plusieurs pays qui se sont distingués par leur pratique systématique du dopage en haltérophilie (Russie, Turquie, Ukraine, Arménie, Biélorussie, Moldavie, Azerbaïdjan) et qui étaient toujours sur les premières marches du podium.

N’oublions pas non plus que plusieurs champions espagnols s’étaient déjà illustrés par le passé dans la discipline, comme María Dolores Sotoca, championne d’Europe en 1990 ; Estefanía Juan, trois fois championne d’Europe ; et Gema Pérez, plusieurs fois bien classée entre 1997 et 2007. Les Jeux olympiques de Tokyo (Japon), en 2020, sont désormais dans la ligne de mire des haltérophiles de notre voisin ibérique.

Source : http://www.elmundo.es/deportes/mas-deporte/2018/04/01/5abfd4f4e2704ed9388b457d.html