Madrid, protagoniste du numéro d’août 2020 de « Vogue España »

Le mannequin espagnol Miriam Sánchez pose pour « Vogue » sur la Puerta del Sol, à Madrid (photographie : « Vogue » et RTVE)

La version espagnole du magazine de mode américain Vogue rend dans son numéro d’août 2020 un vibrant hommage à la ville de Madrid, qui devient protagoniste de la revue un mois durant. Le mannequin espagnol Miriam Sánchez, originaire de la capitale, pose ainsi dans des lieux emblématiques de la ville, comme devant le bâtiment Metrópolis, sur la Puerta del Sol ou encore sur la place de Castille ou la Plaza Mayor.

L’objectif du numéro est ainsi de montrer les atouts et les ressorts d’une ville fière de son passé mais qui regarde décidément vers l’avenir. De nombreux noms du textile régional, depuis les couturiers jusqu’aux entrepreneurs, ont écrit des colonnes et chroniques pour ce numéro afin de donner leur vision personnelle de la capitale espagnole.

Source : https://www.rtve.es/television/20200720/vogue-madrid-miriam-sanchez-moda/2030480.shtml

Jon Rahm devient le deuxième golfeur espagnol numéro un mondial de l’histoire

Le golfeur espagnol Jon Rahm (photographie : AFP et El Mundo)

C’était un exploit auquel seul Severiano Ballesteros (1957-2011) était parvenu dans l’histoire de ce sport en Espagne, et c’était en 1986 : le golfeur espagnol Jon Rahm, né en 1994 à Barrica, dans la province de Biscaye (Pays basque), est devenu numéro un mondial de son sport ce lundi 20 juillet 2020. Professionnel depuis 2016, il a réalisé cet exploit après avoir remporté le Memorial Tournament de Dublin, dans l’Ohio (États-Unis d’Amérique), qui se tient depuis 1976.

Jon Rahm est un prodige du golf qui est arrivé troisième lors de son premier tournoi et a obtenu sa carte pour participer au PGA Tour (principal circuit masculin de golf au monde) au bout de trois compétitions seulement. C’est donc seulement à 25 ans que Jon Rahm remporte le Memorial Tournament, l’un des tournois les plus prestigieux au monde dans sa discipline, et se place sur la plus haute marche du golf international.

Source : https://www.elmundo.es/deportes/golf/2020/07/20/5f14e4a8fc6c83ae358b467a.html

Marta Fernández, nouvelle Espagnole à diriger une branche régionale d’une grande multinationale technologique américaine

L’Espagnole Marta Martínez, qui dirige désormais la filiale d’IBM pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique (photographie : IBM et La Razón)

Née à Madrid en 1966, l’Espagnole Marta Martínez a été présidente de la firme informatique américaine IBM, sise à Armonk, dans l’État de New York, pour l’Espagne, le Portugal, la Grèce et Israël entre 2013 et cette année. Et elle a récemment eu droit à une promotion, devenant désormais directrice de la firme pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Elle est ainsi la première femme à occuper ce poste dans l’histoire de la firme.

Elle rejoint les rangs déjà bien fournis des cadres espagnoles d’importance majeure dans le secteur des STEM (sigle anglais désignant le domaine de la science, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques). L’on peut citer le cas d’Helena Herrero, elle aussi née à Madrid (mais en 1959), qui travaille pour les Américains de HP ; Pilar López (née en 1970 à Astorga, dans la province de León, en Castille-et-León), qui est responsable chez Microsoft ; Irene Cano, cadre chez Facebook ; ou encore Fuenciscla Clemares, employée importante chez Google.

Source : https://www.larazon.es/economia/20200719/oppx6jms3bbkfgrjjdetghrxxq.html

« Comprendre l’Espagne d’aujourd’hui – Avec Nicolas Klein pour le Cercle Aristote »

La première de couverture de mon dernier ouvrage en date (photographie : éditions Ellipses)

L’excellent site suisse Ekouter.net propose désormais en version audio la présentation de mon dernier ouvrage en date, Comprendre l’Espagne d’aujourd’hui – Manuel de civilisation, publié le 25 février dernier par les éditions Ellipses, présentation que j’avais réalisée pour le Cercle Aristote, basé à Paris : http://ekouter.net/comprendre-l-espagne-d-aujourd-hui-avec-nicolas-klein-pour-le-cercle-aristote-5152

Une bonne partie de mes interventions dans divers cadres est d’ailleurs disponible en version audio sur le même site : http://ekouter.net/tag/Nicolas%20Klein

Vous pouvez acquérir mon manuel Comprendre l’Espagne d’aujourd’hui dans la plupart des librairies et des enseignes culturelles ainsi que sur de nombreux sites Internet, dont l’américain Amazon : https://www.amazon.fr/dp/2340036224/?coliid=I3G91CKNDJXJZD&colid=3PPPD0EEDTCID&psc=1

Quatre mathématiciens reçoivent l’édition 2020 du prix Princesse-des-Asturies dans la catégorie « Recherche scientifique et technique »

De gauche à droite : le mathématicien français Yves Meyer ; la physicienne et mathématicienne belge Ingrid Daubechies ; le mathématicien australien Terence Tao ; et le mathématicien français Emmanuel Candès (photographie : Reuters et El Periódico)

Réuni par Internet ce mardi 23 juin 2020, le jury des prix Princesse-des-Asturies a décidé de remettre l’édition 2020 de la récompense dans sa catégorie « Recherche scientifique et technique » à quatre mathématiciens étrangers considérés comme les « pères fondateurs » de la théorie des « ondicules » : le Français Yves Meyer (né en 1939) ; son compatriote Emmanuel Candès (né en 1970) ; la physicienne et mathématicienne belge Ingrid, baronne Daubechies (née en 1954) ; et l’Australien Terence Tao (né en 1975).

Parmi tous ces noms, le plus connu est indubitablement celui d’Yves Meyer, qui a déjà remporté de nombreuses distinctions, dont le prix Gauss en 2010 et le prix Abel en 2017. De son côté, Emmanuel Candès, professeur à l’Université de Stanford, en Californie (États-Unis d’Amérique), a surtout travaillé sur le traitement des images. Terence Tao, professeur à l’Université de Californie à Los Angeles, est connu pour ses travaux sur l’analyse harmonique et les équations dérivées partielles. Ingrid Daubechies, enfin, est chercheuse dans le domaine de la transmission des images.

Source : https://www.elperiodico.com/es/sociedad/20200623/teoria-de-las-ondiculas-premio-princesa-de-asturias-investigacion-8011170

Décès de l’écrivain espagnol à succès Carlos Ruiz Zafón à l’âge de 55 ans

L’auteur espagnol Carlos Ruiz Zafón (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce vendredi 19 juin 2020 le décès à Los Angeles, en Californie (États-Unis d’Amérique), à l’âge de 55 ans, de l’auteur espagnol à succès Carlos Ruiz Zafón, qui était né à Barcelone (Catalogne) le 25 septembre 1964. Il a trouvé la mort après avoir lutté durant plusieurs années contre un cancer. Considéré comme l’un des meilleurs écrivains de sa génération, il avait notamment publié en 2001 le best-seller intitulé L’Ombre du vent (La sombra del viento, en version originale), qui lui avait valu une large reconnaissance internationale.

Travaillant d’abord dans le domaine de la publicité, il quitte son entreprise en 1992 pour se consacrer pleinement à l’écriture. L’année suivante, il fait éditer son premier ouvrage, un conte pour enfants intitulé El príncipe de la niebla (Le Prince de la brume, en version française). Fasciné par le cinéma et Los Angeles, il s’y installe pour continuer à écrire des romans tout en rédigeant des scénarios pour le grand écran. Parmi ses autres œuvres les plus connues, l’on citera les romans Le Jeu de l’ange (El juego del ángel, en version originale) ou encore Le Prisonnier du ciel (El prisionero del cielo, en espagnol).

Source : https://www.lavanguardia.com/cultura/20200619/481773551925/ruiz-zafon.html

La Canadienne Anne Carson reçoit l’édition 2020 du prix Princesse-des-Asturies dans la catégorie « Lettres »

La femme de lettres canadienne Anne Carson (photographie : El Independiente)

Ce jeudi 18 juin 2020, le jury du prix Princesse-des-Asturies a choisi de remettre l’édition 2020 de la récompense dans sa catégorie « Lettres » à la poétesse canadienne Anne Carson, née 1950 à Toronto, dans l’Ontario. Essayiste, traductrice, professeur de lettres classiques à l’Université McGill de Montréal, au Québec, elle enseigne également la littérature comparée à l’Université du Michigan (États-Unis d’Amérique).

Il s’agit de la troisième femme d’affilée et de la neuvième à être distinguée par ce prix. Passionnée de belles lettres grecques, docteur en lettres classiques après avoir soutenu une thèse à l’Université de Toronto, elle est considérée comme la plus grande poétesse encore en vie dans le monde anglo-saxon. Elle a déjà remporté plusieurs récompenses pour sa production poétique.

Source : https://www.elindependiente.com/tendencias/cultura/2020/06/18/la-poeta-anne-carson-premio-princesa-de-asturias-de-las-letras/

Décès de l’académicien espagnol Federico Corriente à l’âge de 79 ans

L’académicien espagnol Federico Corriente (photographie : ABC)

L’on apprenait ce mardi 16 juin 2020 le décès à Madrid, à l’âge de 79 ans, de l’académicien, arabisant et lexicographe espagnol Federico Corriente Córdoba, qui était né à Grenade (Andalousie) le 14 novembre 1940. Élu à l’Académie royale de la Langue espagnole (Real Academia Española, RAE), vénérable institution dont le siège se trouve dans la capitale, en 2017, il en occupe le fauteuil K à partir du 20 mai 2018, en remplacement de la romancière espagnole Ana María Matute (1925-2014).

Il prend possession de son siège avec un discours intitulé « La investigación de los arabismos del castellano en registros normales, folklóricos y bajos » (littéralement, « La recherche des arabismes du castillan dans les registres normaux, folkloriques et bas »). Diplômé en philologie sémitique auprès de l’Université Complutense de Madrid en 1963, il y obtient sa thèse de doctorat en 1971 avant d’enseigner la langue arabe et la littérature du monde arabophone en Espagne et à l’étranger (Égypte, Maroc, États-Unis d’Amérique).

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-muere-federico-corriente-arabista-y-miembro-real-academia-espanola-202006162248_noticia.html

« Christophe Colomb déboulonné aux USA : l’Espagne entre indignation et approbation »

Le religieux espagnol Junípero Serra (1713-1784), l’un des explorateurs et évangélisateurs de l’actuel État de Californie, aux États-Unis d’Amérique (image : Wikipedia)

Votre serviteur était récemment interrogé par Jérôme Blanchet-Gravel, journaliste de la version francophone du site Internet de l’agence d’information russe Sputnik, dans le cadre d’un article intitulé « Christophe Colomb déboulonné aux USA : l’Espagne entre indignation et approbation » et publié le lundi 15 juin 2020, concernant les dégradations perpétrées par des manifestants antiracistes aux États-Unis d’Amérique sur des statues représentant l’histoire coloniale espagnole : https://fr.sputniknews.com/international/202006151043955790-christophe-colomb-deboulonne-aux-usa-lespagne-entre-indignation-et-approbation/?fbclid=IwAR3GB8fpE8Aspklfvb2iomeS9Vreu7TEx7d6jIhehgBIVz-8Ory7MhK7Bnw

L’économiste turc Dani Rodrik, lauréat de l’édition 2020 du Prix Princesse-des-Asturies dans la catégorie « Sciences sociales »

L’économiste turc Dani Rodrik (photographie : Diego Calderón et El Periódico)

L’on apprenait ce jeudi 11 juin 2020 que le jury des Prix Princesse-des-Asturies avait décidé de remettre l’édition 2020 de la récompense dans sa catégorie « Sciences sociales » à l’économiste turc Dani Rodrik, né en 1957 à Istanbul. Professeur d’économie politique à l’Université de Harvard, à Cambridge, dans le Massachusetts (États-Unis d’Amérique), il a notamment étudié les phénomènes liés à la mondialisation et à la réussite ou à l’échec économique des pays.

Considéré comme l’un des économistes les plus influents au monde, il fait notamment partie du Bureau national des Recherches économiques et du Centre des Recherches en Économie et en Politique de Londres (Royaume-Uni). Il a étudié ou enseigné dans de nombreuses institutions prestigieuses, principalement outre-Atlantique.

Source : https://www.elperiodico.com/es/economia/20200611/el-economista-dani-rodrik-premio-princesa-de-asturias-de-ciencias-sociales-2020-7995432