Pedro Sánchez appelle les Espagnols aux urnes le 28 avril prochain

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol), lors de sa conférence de presse du vendredi 15 février 2019, au palais de La Moncloa, à Madrid (photographie : Samuel Sánchez et El País)

Tout le monde s’en doutait en Espagne mais le président du gouvernement, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol), l’a officiellement annoncé au matin du vendredi 15 février 2019, lors d’une conférence de presse organisée au palais de La Moncloa, à Madrid : de nouvelles élections générales auront lieu outre-Pyrénées le dimanche 28 avril prochain, un mois avant les élections européennes, municipales et régionales du 26 mai.

Après l’échec de l’adoption du budget de l’État pour l’année 2019 la même semaine, la majorité qui a porté Pedro Sánchez au pouvoir en juin 2018 au détriment de Mariano Rajoy (Parti populaire) s’est irrémédiablement brisée, notamment en raison de l’opposition frontale des formations séparatistes catalanes. La pré-campagne, entamée il y a quelques jours, cédera bientôt sa place à une campagne acharnée et courte.

Source : https://elpais.com/politica/2019/02/15/actualidad/1550216540_890788.html

Malgré le Brexit, les résidents britanniques en Espagne pourront voter aux élections municipales espagnoles de mai 2019

Le secrétaire d’État espagnol à l’Union européenne, Marco Aguiriano (Parti socialiste ouvrier espagnol – à gauche), en compagnie du secrétaire d’État britannique à la sortie de l’Union européenne, Robin Walker, ce lundi 21 janvier (photographie : J. P. Gandul, EFE et El País)

Bien que la sortie du Royaume-Uni hors de l’Union européenne (le fameux Brexit) soit toujours prévue pour la fin du mois de mars prochain, les résidents britanniques en Espagne pourront voter lors des élections municipales espagnoles qui auront lieu au mois de mai 2019 (le 26 pour être précis), en même temps que les élections européennes et régionales. Inversement, les ressortissants espagnols installés outre-Manche pourront eux aussi voter au scrutin local britannique du 2 mai.

Même en cas de départ de Londres sans accord avec l’UE, l’accord récemment signé entre le secrétaire d’État espagnol à l’Union européenne, Marco Aguiriano (Parti socialiste ouvrier espagnol), et le secrétaire d’État britannique à la sortie de l’Union européenne, Robin Walker, au siège du Ministère espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, à Madrid, garantira ce droit de vote réciproque. À l’heure actuelle, on compte 175 000 Espagnols résidant officiellement outre-Manche et 300 000 Britanniques, outre-Pyrénées.

Source : https://elpais.com/politica/2019/01/21/actualidad/1548071055_118084.html

Rupture profonde au sein de Podemos

Íñigo Errejón (Podemos – à gauche), en compagnie du secrétaire général de sa formation, Pablo Iglesias, au Congrès des députés, à Madrid (photographie : Sergio Barrenechea, EFE et El País)

L’on apprenait ce jeudi 17 janvier qu’une rupture profonde était consommée au sein de Podemos, principal parti de gauche « radicale » en Espagne, car l’une des figures publiques de la formation, Íñigo Errejón, décide de se passer de son parti pour se présenter aux élections régionales de la Communauté de Madrid, qui auront lieu en mai prochain. II rejoint en effet la plateforme de l’actuelle maire de la capitale, Manuela Carmena (Maintenant Madrid, soutenue par Podemos), intitulée Plus de Madrid (Más Madrid, en espagnol).

Si Podemos ne présentera pas de candidat contre Manuela Carmena au niveau municipal (contrairement à la Gauche unie, qui compte pour le moment en présenter un), la formation va en revanche investir son propre candidat pour la communauté autonome de la capitale espagnole, ce qui risque de diviser fortement le vote à gauche en mai 2019. Les tensions entre Iglesias et Errejón sont manifestes depuis plusieurs mois et ce dernier cherche désormais à voler de ses propres ailes pour imposer sa stratégie électorale et idéologique rejetée par le secrétaire général de Podemos.

Source : https://elpais.com/politica/2019/01/17/actualidad/1547747818_043334.html

Le Parti populaire choisit deux candidats très conservateurs pour la bataille des régionales et des municipales à Madrid

Le candidat du Parti populaire à la mairie de Madrid, José Luis Martínez-Almeida (à gauche), et la candidate de la formation à la présidence de la Communauté de Madrid, Isabel Díaz Ayuso (photographie : Alberto Cuéllar, Javier Barbancho et El Mundo)

Ce vendredi 11 janvier, le président du Parti populaire (PP), Pablo Casado, a révélé le nom du candidat de la formation à la mairie de Madrid et à la présidence de la Communauté de Madrid, respectivement José Luis Martínez-Almeida et Isabel Díaz Ayuso. Le premier aura pour mission de battre l’actuel maire de la capitale espagnole, Manuela Carmena (Maintenant Madrid, liste soutenue par Podemos), et la seconde, de remplacer l’actuel président de la communauté autonome, Ángel Garrido (PP), qui a finalement été écarté par le direction du parti.

Âgé de 43 ans, Martínez-Almeida partage avec Díaz Ayuso (âgée pour sa part de 40 ans) des convictions fermement conservatrices. La seconde est d’ailleurs une femme qui s’est fait remarquer sur les réseaux sociaux, dans ses discours et dans ses déclarations à la presse pour sa dureté face à l’opposition de gauche et pour ses prises de position tranchées. L’objectif de Pablo Casado est aussi de couper l’herbe sous le pied à Vox sur sa droite.

Source : https://www.elmundo.es/madrid/2019/01/11/5c384fcffdddffc67a8b46bf.html

L’ancienne athlète Ruth Beitia sera la candidate du Parti populaire à la présidence régionale de la Cantabrie

L’athlète espagnole Ruth Beitia après une victoire (photographie : EsDiario)

À l’issue d’une réunion tendue qui aura duré plusieurs heures, le Parti populaire (PP) a finalement choisi l’ancienne athlète Ruth Beitia, née en 1979 à Santander (Cantabrie), comme candidate à la présidence de cette communauté autonome, dans le cadre des élections régionales qui auront lieu à la fin du mois de mai prochain. Elle a été préférée à l’actuelle présidente de la fédération régionale de la formation, María José Sáenz de Buruaga, élue l’année dernière dans un contexte très particulier.

Ruth Beitia est déjà responsable du département des Sports au sein de la direction nationale du PP, dont le président est Pablo Casado. Spécialiste du saut en hauteur, Beitia est souvent considérée comme la meilleure athlète espagnole de tous les temps, hommes et femmes confondus.

Médaille d’or aux Jeux méditerranéens d’Almería (Andalousie) en 2005 et aux Championnats ibéro-américains d’Athlétisme de San Fernando, dans la province de Cadix (Andalousie) en 2010, elle a ensuite remporté les Championnats d’Europe dans sa discipline à Helsinki (Finlande) en 2012, à Zurich (Suisse) en 2014 et à Amsterdam (Pays-Bas) en 2016. Vainqueur de la prestigieuse Ligue de Diamant en 2015 et 2016, elle remporte l’or olympique à Rio de Janeiro (Brésil) il y a trois ans.

Source : https://www.esdiario.com/338853665/Casado-elige-a-la-carismatica-medallista-Ruth-Beitia-como-candidata-en-Cantabria.html