Xavier García Albiol (Parti populaire) récupère la mairie de Badolona

L’ancien et nouveau maire de Badalona (province de Barcelone, Catalogne), Xavier García Albiol (Parti populaire) – Photographie : EFE et El Confidencial

Ce mardi 12 mars 2020, l’homme politique espagnol conservateur Xavier García Albiol (Parti populaire) a récupéré la mairie de Badalona (province de Barcelone, Catalogne), ville de 220 000 habitants environ, quatrième commune la plus peuplée de la communauté autonome après Barcelone, Hospitalet de Llobregat et Tarrasa. Déjà maire de sa commune natale de 2011 à 2015, il avait été écarté du pouvoir il y a cinq ans par Dolors Sabater, candidate de gauche.

Aussi bien à l’occasion des élections municipales de 2015 que de celles de 2019, le Parti populaire était arrivé en tête sans parvenir à nouer les alliances nécessaires pour obtenir le bâton de premier édile. En 2018, c’était Àlex Pastor (Parti des Socialistes catalans) qui avait ravi la mairie à Sabater suite à une motion de censure. Pastor a lui-même dû démissionner cette année après un scandale avec les forces de l’ordre et la droite espagnol récupère finalement son principal fief en Catalogne.

Source : https://www.elconfidencial.com/espana/cataluna/2020-05-12/albiol-cerca-de-la-alcaldia-de-badalona-tras-romperse-el-pacto_2590899/?fbclid=IwAR2EYxOBPuWp7Ij4fYq2BMDGgRnj24tAhlp6r9429LKpLtrJrSP37KToZUA

Les Madrilènes, les Aragonais et les Valenciens sont les Espagnols les plus favorables à l’instauration d’un État centralisé dans leur pays

Les drapeaux des communautés autonomes espagnoles sont installés devant le Sénat du pays, à Madrid (photographie : EFE et El Confidencial)

Selon une enquête post-électorale menée à bien par le Centre des Recherches sociologiques (Centro de Investigaciones Sociológicas, CIS), organisme sis à Madrid, les habitants de la Communauté de Madrid, de l’Aragon et de la Communauté de Valence sont les Espagnols les plus favorables à l’abolition de l’actuel système des communautés autonomes dans leur pays et à l’instauration d’un État centralisé à la française. Dans la région de la capitale, 23,5 % des personnes interrogées se sont exprimées en ce sens. Ils expliquent notamment dans ce sondage que les différences économiques et sociales entre communautés autonomes n’ont fait que se creuser au cours des dernières décennies.

À Barcelone (Catalogne), ils sont 18,2 % à considérer que l’actuelle organisation territoriale de l’Espagne est une mauvaise chose, contre 66,1 % qui la jugent positivement. Dans la Communauté de Valence, 20,2 % des citoyens interrogés se disent favorables à une recentralisation massive des compétences et des pouvoirs. Ils sont 29 % en Aragon, 11,1 % en Andalousie, 9,3 % en Galice et 3,4 % au Pays basque. Madrid, Valence et Saragosse se situent donc clairement au-dessus de la moyenne nationale en la matière. Globalement, les chiffres affichés par le CIS montrent que la plupart des Catalans, des Valenciens ou encore des Aragonais parviennent parfaitement à concilier leur identité nationale et régionale.

Source : https://www.elconfidencial.com/espana/2019-09-12/cis-postelectoral-estado-central-autonomias_2224403/

Presque tous les présidents régionaux ont été élus en Espagne

La nouvelle présidente régionale de la Communauté de Madrid, Isabel Díaz Ayuso (Parti populaire) – Photographie : El Mundo Today

Au soir du mercredi 14 août 2019, la quasi totalité des présidents des communautés autonomes espagnoles ont été élus. À l’exception de Concepción Andreu Rodríguez (Parti socialiste ouvrier espagnol), qui est toujours en négociation avec la Gauche unie (IU) et Podemos pour devenir présidente de La Rioja en remplacement de José Ignacio Ceniceros González (Parti populaire), tous ont ainsi été désignés par leur Parlement et, pour beaucoup, ont déjà constitué leur gouvernement régional et prêté serment.

En voici la liste exhaustive (ne sont inclues que les treize autonomies et les deux-villes autonomes qui faisaient l’objet d’élections en 2019, ce qui exclut l’Andalousie, la Catalogne, la Galice et le Pays basque) :

  • Aragon : Francisco Javier Lambán Montañés (PSOE) se succède à lui-même au sein d’un gouvernement socialiste, Podemos, Junte d’Aragon (CHA) et Parti aragonais (PAR) soutenu par IU ;
  • Principauté des Asturies : Adrián Barbón Rodríguez (PSOE) succède à Javier Fernández Fernández (PSOE) en gouvernant en minorité ;
  • îles Baléares : Francesca Lluc Armengol Socías (PSOE) se succède à elle-même au sein d’un gouvernement socialiste, Podemos et Plus pour Majorque (MÉS), soutenu par Plus pour Minorque (MpME) et le parti des Gens pour Formentera (GxF) ;
  • îles Canaries : Ángel Víctor Torres Pérez (PSOE) succède à Fernando Clavijo Battle (Coalition canarienne) au sein d’un gouvernement socialiste, Nueva Canarias (NC), Podemos et le Regroupement socialiste de La Gomera (ASG) ;
  • Cantabrie : Miguel Ángel Revilla Roiz (Parti régionaliste de Cantabrie) se succède à lui-même au sein d’un gouvernement du PRC et du PSOE ;
  • Castille-La Manche : Emiliano García-Page Sánchez (PSOE) se succède à lui-même au sein d’un gouvernement socialiste majoritaire ;
  • Castille-et-León : Alfonso Fernando Fernández Mañueco (PP) succède à Juan Vicente Herrera Campo (PP) au sein d’un gouvernement PP et Citoyens (C’s) ;
  • Ceuta : Juan Jesús Vivas Lara (PP) se succède à lui-même au sein d’un gouvernement du PP en minorité ;
  • Communauté de Valence : Joaquín Francisco Puig Ferrer (PSOE) se succède à lui-même au sein d’un gouvernement socialiste, Engagement et Podemos ;
  • Estrémadure : Guillermo Fernández Vara (PSOE) se succède à lui-même au sein d’un gouvernement socialiste majoritaire ;
  • Communauté de Madrid : Isabel Natividad Díaz Ayuso (PP) succède à Pedro Rollán (PP) au sein d’un gouvernement PP et C’s soutenu par Vox ;
  • Melilla : Eduardo de Castro González (C’s) succède à Juan José Imbroda Ortiz (PP) au sein d’un gouvernement C’s, socialiste et Coalition pour Melilla (CpM) ;
  • Région de Murcie : Fernando López Miras (PP) se succède à lui-même au sein d’un gouvernement PP et C’s soutenu par Vox ;
  • Navarre : María Victoria Chivite Navascués (PSOE) succède à Miren Uxue Barcos Berruezo (Oui à l’Avenir – GB) au sein d’un gouvernement minoritaire socialiste, GB et Podemos soutenu par IU.

Source : https://www.elmundo.es/madrid/2019/08/14/5d5431b4fc6c83d7718b4588.html

Les nouveaux maires des grandes villes espagnoles (17) – Navarre et Pays basque

Le maire de Pampelune (Navarre), Enrique Maya (coalition Navarra Suma) – Photographie : Sólo residentes

Liste des maires des capitales de province et des villes navarraises et basques de 50 000 habitants au moins suite à la constitution des Conseils municipaux le samedi 15 juin 2019

Constat global : si la droite de Navarra Suma (N+), coalition du Parti populaire (PP), de Citoyens (C’s) et de l’Union du Peuple navarrais (UPN) récupère la capitale de la Navarre, le Parti nationaliste basque (PNV) domine dans l’essentiel des grandes villes basques.

  1. Bilbao (province de Biscaye, 345 000 habitants) : Juan María Aburto Rike (PNV) ;
  2. Vitoria (province d’Alava, 249 000 habitants) : Gorka Urtaran Agirre (PNV) ;
  3. Pampelune (Navarre, 199 000 habitants) : Enrique Maya Miranda (N+) ;
  4. Saint-Sébastien (province de Guipuscoa, 186 000 habitants) : Eneko Goia Laso (PNV) ;
  5. Baracaldo (province de Biscaye, 100 000 habitants) : Amaia del Campo Berasategi (PNV) ;
  6. Guecho (province de Biscaye, 78 000 habitants) : Amaia Agirre (PNV) ;
  7. Irún (province de Guipuscoa, 61 000 habitants) : José Antonio Santano Clavero (Parti socialiste ouvrier espagnol – PSOE)

Les nouveaux maires des grandes villes espagnoles (16) – Région de Murcie

Le maire de Murcie (Région de Murcie), José Ballesta Germán (Parti populaire) – Photographie : Murcia Confidencial

Liste des maires des capitales de province et des villes de la Région de Murcie de 50 000 habitants au moins suite à la constitution des Conseils municipaux le samedi 15 juin 2019

Constat global : le Parti populaire (PP) et le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) se partagent les grandes municipalités de la communauté autonome.

  1. Murcie (447 000 habitants) : José Ballesta Germán (PP) ;
  2. Carthagène (213 000 habitants) : Ana Belén Castejón (PSOE) pendant deux ans et Noelia Arroyo (PP) pendant les deux années suivantes ;
  3. Lorca (93 000 habitants) : Diego José Mateos (PSOE) ;
  4. Molina de Segura (70 000 habitants) : Esther Clavero (PSOE).

Les nouveaux maires des grandes villes espagnoles (15) – Communauté de Madrid

Le nouveau maire de Madrid, José Luis Martínez-Almeida (Parti populaire) – Photographie : AFP, Óscar del Pozo et Ouest France

Liste des maires des capitales de province et des villes madrilènes de 50 000 habitants au moins suite à la constitution des Conseils municipaux le samedi 15 juin 2019

Constat global : le Parti populaire (PP) récupère la capitale espagnole mais le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) s’impose dans une série de villes du Sud de la Communauté de Madrid.

  1. Madrid (3,2 millions d’habitants) : José Luis Martínez-Almeida Navasqüés (PP) ;
  2. Móstoles (207 000 habitants) : Noelia Posse Gómez (PSOE) ;
  3. Alcalá de Henares (193 000 habitants) : Javier Rodríguez Palacios (PSOE) ;
  4. Fuenlabrada (193 000 habitants) : Javier Ayala Ortega (PSOE) ;
  5. Leganés (188 000 habitants) : Santiago Llorente Gutiérrez (PSOE) ;
  6. Getafe (180 000 habitants) : Sara Hernández Barroso (PSOE) ;
  7. Alcorcón (169 000 habitants) : Natalia de Andrés del Pozo (PSOE) ;
  8. Torrejón de Ardoz (129 000 habitants) : Ignacio Vázquez Casavilla (PP) ;
  9. Parla (128 000 habitants) : Ramón Jurado (PSOE) ;
  10. Alcobendas (116 000 habitants) : Rafael Sánchez Acera (PSOE) ;
  11. Las Rozas de Madrid (95 000 habitants) : José de la Uz Pardos (PP) ;
  12. San Sebastián de los Reyes (87 000 habitants) : Narciso Romero Morro (PSOE) ;
  13. Pozuelo de Alarcón (86 000 habitants) : Susana Pérez Quislant (PP) ;
  14. Rivas-Vaciamadrid (85 000 habitants) : Pedro del Cura (Gauche unie – IU) ;
  15. Coslada (81 000 habitants) : Ángel Viveros Gutiérrez (PSOE) ;
  16. Valdemoro (74 000 habitants) : Sergio Parra (Citoyens – C’s) ;
  17. Majadahonda (71 000 habitants) : José Luis Álvarez Ustarroz (PP) ;
  18. Collado Villalba (63 000 habitants) : Mariola Vargas (PP) ;
  19. Aranjuez (59 000 habitants) : María José Martínez de la Fuente (PP) ;
  20. Arganda del Rey (54 000 habitants) : Pedro Guillermo Hita Téllez (PSOE) ;
  21. Boadilla del Monte (52 000 habitants) : Javier Úbeda Liébana (PP) ;
  22. Pinto (51 000 habitants) : Diego Ortiz (PSOE).

Les nouveaux maires des grandes villes espagnoles (14) – La Rioja

Le nouveau maire de Logroño (La Rioja), Pablo Hermoso de Mendoza (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : Nueve Cuatro Uno

Liste des maires des capitales de province et des villes de La Rioja de 50 000 habitants au moins suite à la constitution des Conseils municipaux le samedi 15 juin 2019

Constat global : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) l’emporte dans la capitale de la communauté autonome.

  1. Logroño (151 000 habitants) : Pablo Hermoso de Mendoza (PSOE).

Les nouveaux maires des grandes villes espagnoles (13) – Galice

Le maire de Vigo (province de Pontevedra, Galice), Abel Caballero Álvarez (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : RTVE

Liste des maires des capitales de province et des villes galiciennes de 50 000 habitants au moins suite à la constitution des Conseils municipaux le samedi 15 juin 2019

Constat global : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) domine largement les grandes villes de cette communauté autonome.

  1. Vigo (province de Pontevedra – 293 000 habitants) : Abel Caballero Álvarez (PSOE) ;
  2. La Corogne (244 000 habitants) : Inés Rey (PSOE) ;
  3. Orense (105 000 habitants) : Gonzalo Pérez Jácome (Démocratie d’Orense, proche du Parti populaire – PP) ;
  4. Lugo (98 000 habitants) : Lara Méndez López (PSOE) ;
  5. Saint-Jacques-de-Compostelle (province de La Corogne – 96 000 habitants) : Xosé Sánchez Bugallo (PSOE) ;
  6. Pontevedra (82 000 habitants) : Miguel Anxo Fernández Lores (Bloc nationaliste galicien – BNG) ;
  7. El Ferrol (66 000 habitants) : Ángel Mato (PSOE).

Les nouveaux maires des grandes villes espagnoles (12) – Estrémadure

Le nouveau maire de Badajoz (Estrémadure), Francisco Javier Fragoso (Parti populaire – à droite) – Photographie : Populares de Extremadura

Liste des maires des capitales de province et des villes d’Estrémadure de 50 000 habitants au moins suite à la constitution des Conseils municipaux le samedi 15 juin 2019

Constat global : le Parti populaire (PP) et le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) se partagent les grandes mairies de la communauté autonome.

  1. Badajoz (150 000 habitants) : Francisco Javier Fragoso (PP) les deux premières années et Ignacio Gragera (Citoyens – C’s) les deux années suivantes ;
  2. Cáceres (96 000 habitants) : Luis Salaya (PSOE) ;
  3. Mérida (province de Badajoz – 59 000 habitants) : Antonio Rodríguez Osuna (PSOE).

Les nouveaux maires des grandes villes espagnoles (11) – Communauté de Valence

Le maire de Valence (Communauté de Valence), Joan Ribó i Canut (coalition Engagement) – Photographie : Kike Taberner et Valencia Plaza

Liste des maires des capitales de province et des villes valenciennes de 50 000 habitants au moins suite à la constitution des Conseils municipaux le samedi 15 juin 2019

Constat global : la « gauche radicale » conserve Valence dans son escarcelle tandis que le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) domine dans la plupart des grandes villes.

  1. Valence (791 000 habitants) : Joan Ribó i Canut (coalition Engagement) ;
  2. Alicante (331 000 habitants) : Luis Barcala Sierra (Parti populaire – PP) ;
  3. Elche (province d’Alicante – 230 000 habitants) : Carlos González Serna (PSOE) ;
  4. Castellón de la Plana (170 000 habitants) : Amparo Marco Gual (PSOE) ;
  5. Torrevieja (province d’Alicante – 82 000 habitants) : Eduardo Dolón (PP) ;
  6. Torrente (province de Valence – 81 000 habitants) : Jesús Ros Piles (PSOE) ;
  7. Orihuela (province d’Alicante – 76 000 habitants) : Emilio Bascuñana Galiano (PP) ;
  8. Gandie (province de Valence – 73 000 habitants) : Diana Morant Ripoll (PSOE) ;
  9. Paterna (province de Valence – 69 000 habitants) : Juan Antonio Sagredo (PSOE) ;
  10. Benidorm (province d’Alicante – 67 000 habitants) : Antonio Pérez Pérez (PP) ;
  11. Sagonte (province de Valence – 65 000 habitants) : Darío Moreno (PSOE) ;
  12. Alcoy (province d’Alicante – 58 000 habitants) : Antonio Francés Pérez (PSOE) ;
  13. San Vicente del Raspeig (province d’Alicante – 57 000 habitants) : Jesús Villar Notario (PSOE) – en fonction, l’élection municipale est actuellement devant la justice régionale ;
  14. Elda (province d’Alicante – 52 000 habitants) : Rubén Alfaro Bernabé (PSOE) ;
  15. Villarreal (province de Castellón de la Plana – 50 000 habitants) : José Benlloch Fernández (PSOE).