Un ingénieur andalou travaille sur les nombreux clichés du télescope spatial Hubble

L’ingénieur andalou Juan Martínez, ici photographié au centre Airbus Saint-Paul de Séville, en Andalousie (photographie : Víctor Rodríguez et Diario de Sevilla)

Âgé de 26 ans, l’ingénieur andalou Juan Martínez a participé en octobre 2018, avec plusieurs amis et collègues, à un concours organisé par l’agence spatiale américaine, la NASA. Il n’était pas le seul puisque des scientifiques venus de 200 villes réparties dans 75 pays avaient eu la même idée. L’objectif, pour la NASA, était de faire imaginer un jeu permettant d’ordonner et de classer les nombreux clichés pris par le télescope spatial américain Hubble depuis son lancement, en 1990.

Juan Martínez était entouré de deux autres amis et trois amies au parcours très divers, venus du droit, des beaux-arts, de sciences physiques, de l’architecture ou des télécommunications. Ils ont ensemble imaginé le jeu Galaxy Quest, inspiré de l’application pour téléphone portable Candy Crush, qui a séduit les autorités de la NASA, puisque cette dernière les a classés parmi les gagnants de leur concours, dans la catégorie « Meilleure utilisation de la science ». Martínez et ses amis se sont imposés à des candidatures venues du Koweït, du Caire (Égypte), de Rosario (Argentine) ou de Seattle (États-Unis d’Amérique).

Source : https://www.diariodesevilla.es/economia/ingeniero-andaluz-concurso-NASA-mundial-airbus_0_1361864169.html

Dopée par les séries télévisées espagnoles, la langue de Cervantes connaît un fort essor dans le monde arabe

Un extrait de la série télévisée espagnole « La casa de papel » en version originale sous-titrée en arabe (photographie : El Mundo)

En une décennie à peine (2009-2019), la langue espagnole, qui était très marginale dans le système scolaire et le monde de l’apprentissage du monde arabe, y est devenue l’objet d’une passion toujours plus forte. L’Université de Bagdad (Irak), par exemple, a récemment mis en place un master en linguistique espagnole tandis que l’Institut Cervantes (organisme public espagnol visant à promouvoir la culture et la langue de notre voisin ibérique dans le monde entier) confirme cet engouement sans précédent.

À Alexandrie (Égypte), par exemple, le nombre d’élèves de l’Institut Cervantes ne cesse de croître année après année (+ 63 % en un an). À celui d’Amman (Jordanie), il a augmenté de 50 % environ sur la dernière année. Il faut dire que le succès de séries télévisées espagnoles comme La casa de papel, diffusée sur la plateforme américaine en ligne Netflix, attire également de plus en plus de jeunes gens du monde arabophone désireux d’apprendre la langue de Cervantes.

Source : https://www.elmundo.es/papel/historias/2019/05/29/5ced62f9fdddff32388b4861.html

L’entreprise ferroviaire espagnole Talgo remporte un important contrat en Égypte

Une vue d’artiste d’un train à grande vitesse conçu par l’entreprise espagnole Talgo (image : Talgo et Crónica Global)

Ce lundi 8 avril 2019, l’entreprise ferroviaire espagnole Talgo, sise à Las Rozas de Madrid (Communauté de Madrid), a annoncé qu’elle avait remporté un important contrat en Égypte, auprès de la compagnie nationale des chemins de fer, Egyptian National Railways (ENR). Concrètement, la firme devra construire six trains pour une somme de 158 millions d’euros.

Ces véhicules devraient pouvoir transporter environ 500 personnes en tout et pour tout. Ce contrat est d’autant plus crucial qu’à cette occasion, Talgo va réutiliser la technique employée pour la construction du « TGV des pèlerins » (AVE de los peregrinos), bâti par un consortium hispano-saoudien entre La Mecque et Médine.

Source : https://www.efe.com/efe/espana/economia/talgo-fabricara-seis-trenes-para-ferrocarriles-de-egipto-por-158-millones/10003-3946747

Le handball espagnol séduit le monde entier

L’entraîneur espagnol de handball Raúl González, sélectionneur de l’équipe nationale de Macédoine (photographie : Reuters et ABC)

Alors que le championnat du monde de handball masculin se déroule du 10 au 27 janvier en Allemagne et au Danemark, le handball de notre voisin ibérique séduit le monde entier par le biais de ses entraîneurs. Outre la sélection espagnole elle-même, entraînée par Jordi Ribera, né à Sarriá de Ter (province de Gérone, Catalogne), l’on retrouve ainsi :

  • la sélection du Qatar, entraînée par Valero Rivera, né à Saragosse (Aragon) ;
  • la sélection de Tunisie, entraînée par Toni Gerona, né à Tortosa (province de Tarragone, Catalogne) ;
  • la sélection d’Argentine, entraînée par Manuel Cadenas, né à Valdevimbre (province de León, Castille-et-León) ;
  • la sélection d’Égypte, entraînée par David Davis, né à Santa María de Palautordera (province de Barcelone, Catalogne) ;
  • la sélection du Chili, entraînée par Mateo Garralda, né à Burlada (Navarre) ;
  • ou encore la sélection de Macédoine, entraînée par Raúl González, né à Valladolid (Castille-et-León).

Source : https://www.abc.es/deportes/abci-espana-y-formula-magica-201901160123_noticia.html

L’Espagne bat son record de touristes étrangers en 2018

La ministre espagnole de l’Industrie, du Tourisme et du Commerce, Reyes Maroto (Parti socialiste ouvrier espagnol) – Photographie : Pablo Monge et Cinco Días

Ce mercredi 16 janvier, la ministre espagnole de l’Industrie, du Tourisme et du Commerce, Reyes Maroto (Parti socialiste ouvrier espagnol), a révélé les chiffres du tourisme international outre-Pyrénées pour l’ensemble de l’année 2018. Et les résultats sont excellents avec un nouveau record : 82,6 millions de voyageurs étrangers ont foulé le sol espagnol l’année dernière, 1,8 million de plus qu’en 2017 (qui était déjà une année record), soit une augmentation de 0,7 %. Cet accroissement s’est produit alors que des marchés concurrents de l’Espagne (comme la Turquie, la Tunisie ou l’Égypte) ont eux aussi attiré plus de visiteurs.

L’Asie et l’Amérique ont permis à l’Espagne de se maintenir à ce très bon niveau et d’enregistrer des dépenses touristiques de près de 90 milliards d’euros, un autre record historique. Les deux grands marchés émetteurs de l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Allemagne, ont diminué leur contribution au tourisme outre-Pyrénées, tant et si bien que dans l’attente de données consolidées, la France pourrait avoir remplacé l’Allemagne comme deuxième marché émetteur.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/01/16/companias/1547640879_991921.html

Une entreprise espagnole conçoit une partie du futur plus grand musée d’égyptologie au monde

Le chantier du nouveau grand musée d’égyptologie du Caire, en Égypte (photographie : Francisco Carrión et El Mundo)

Sur le territoire de la commune de Gizeh, non loin du Caire, capitale de l’Égypte, se dressera prochainement la plus grande galerie d’art égyptologique au monde, le Grand Musée égyptiens, qui exposera entre autres choses et pour la première fois au grand public le trousseau mortuaire complet de Toutankhamon. C’est l’entreprise espagnole Acciona, sise à Alcobendas (Communauté de Madrid), qui a été choisie par les autorités locales pour réaliser la muséographie de cet espace de 12 000 mètres carrés, qui montrera aux visiteurs 5 000 objets découverts en 1922 par l’archéologue britannique Howard Carter.

Le contrat décroché par la firme espagnole vaut environ 11 millions d’euros et comprend notamment le coulage d’une vaste dalle de béton armé. Ce chantier titanesque a été retardé à plusieurs reprises en raison d’avaries et de problèmes techniques. Acciona devra incorporer à ce bâtiment des graphismes, des maquettes, des reproductions d’édifices à l’échelle ou encore des vitrines. Acciona a décroché ces dernières années de grands contrats dans le domaine dans plusieurs pays du monde arabo-musulman (Émirats arabes unis, Koweït, Qatar) mais aussi en Belgique.

Source : https://www.elmundo.es/economia/2018/08/23/5b7d95d822601d72568b4680.html

Le musée du Prado restaure un chef-d’œuvre de la peinture flamande

eyck1-kfTD--620x349@abc
Un détail du tableau La Fontaine de Vie, conservé au musée du Prado, à Madrid (photographie : Musée du Prado et ABC)

Quelques jours après la restauration du tableau Sainte Catherine d’Alexandrie, du peintre italien Le Caravage (1571-1610), conservé au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, le musée du Prado, plus importante pinacothèque de la capitale et de toute l’Espagne, dévoile à son tour la remise sur pied d’un autre chef-d’œuvre de l’art européen, La Fontaine de Vie, réalisé par l’atelier du peintre flamand Jan van Eyck (1390-1441). Datée de 1440-1450, cette magnifique toile a été restaurée en partie grâce aux fonds de la Fondation Iberdrola et par la spécialiste María Antonia López de Asiain.

Le résultat de ce travail d’orfèvre peut être admiré par le grand public dans le cadre d’une petite exposition dirigé par José Juan Pérez Preciado jusqu’au 27 janvier 2019. L’on sait que la toile a été réalisée selon une technique peu usitée en péninsule Ibérique à l’époque (la craie et non pas le plâtre). L’œuvre a été offerte par le roi Henri IV de Castille (1454-1474) au monastère Sainte-Marie-de-la-Treille de Ségovie (actuelle Castille-et-León) avant 1454 et a probablement été réalisée sur la demande de l’évêque de Burgos, Alonso de Carthagène.

Source : https://www.abc.es/cultura/arte/abci-misterios-fascinante-incunable-pintura-descubierto-201810230215_noticia.html#ns_campaign=rrss&ns_mchannel=abc-es&ns_source=tw&ns_linkname=cm-cultura&ns_fee=0

L’Espagne crée son premier prix national d’archéologie et de paléontologie

premio-arqueologia-kHIB--620x349@abc
L’égyptologue espagnole Carmen Pérez Die sur le site d’Héracléopolis Magna, en Égypte (photographie : ABC)

Passionné d’archéologie depuis un stage effectué auprès du Musée archéologique de Catalogne (MAC), lorsqu’il avait l’âge de dix-neuf ans, Antonio Gallardo Ballart a décidé de créer, après son départ à la retraite, la Fondation Palarq, chargée de soutenir les recherches de ce type à l’étranger. C’est cet organisme qui remettra le 26 novembre prochain le prix national d’Archéologie et de Paléontologie, première récompense de ce genre chez notre voisin ibérique. Cette initiative a été saluée par la communauté scientifique espagnole, notamment par Juan Luis Arsuaga, paléontologue et directeur du Musée de l’Évolution humaine de Burgos (Castille-et-León).

La Fondation Palarq a été formellement créée en février 2016 et a déjà apporté sa contribution à 22 projet paléontologiques et archéologiques lors de sa première année d’existence. Il faut dire que les problèmes de financement sont nombreux pour les archéologues et paléontologues espagnols à l’étranger, notamment en raison de la crise économique de 2008 et de l’absence de budget modifié pour l’année 2018. Le prix national d’Archéologie et de Paléontologie dispose d’une dotation de 80 000 euros et, parmi les jurés chargés de l’attribuer, l’on retrouve de prestigieux noms comme celui du paléanthropologue français Yves Coppens ou de l’archéologue britannique Andrew Selkirk.

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-nace-primer-premio-nacional-arqueologia-y-paleontologia-201809140252_noticia.html#ns_campaign=rrss-inducido&ns_mchannel=abc-es&ns_source=fb&ns_linkname=noticia-foto&ns_fee=0

La Catalogne voudrait entrer dans l’OTAN une fois devenue indépendante (si jamais elle le devient…)

Foto-archivo-OTAN_ECDIMA20151127_0006_47
Une réunion de l’Organisation du Traité de l’Atlantique nord (photographie : El Confidencial)

Dans le cadre du processus séparatiste en cours depuis plusieurs années en Catalogne, les autorités sécessionniste de la Généralité ont fait une proposition aux pays membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique nord (OTAN), alliance militaire réunie autour des États-Unis d’Amérique : elles souhaiteraient en effet, si jamais leur région devient une république indépendante, devenir membre de cet organisme avec le même statut qu’Israël. 

C’est suite à des discussions avec des membres haut placés de l’OTAN que cette demande a été formulée. Le statut d’Israël (mais aussi de nations comme l’Australie, l’Égypte, le Maroc, l’Argentine, le Pakistan ou l’Afghanistan) est particulier et c’est celui qui intéresse Carles Puigdemont, Quim Torra et leurs acolytes : être un allié privilégié de l’OTAN sans être un membre de plein droit. Cette catégorie formelle a été créée en 1989 par le président américain de l’époque, George Bush père.

Source : https://www.elconfidencialdigital.com/defensa/Cataluna-independiente-planteo-OTAN-estatus_0_3151484821.html

Menaces sur le tourisme en Espagne ? La Côte blanche est concernée

costablanca-link-770x515
Une plage de la Côte blanche (Costa blanca), littoral de l’Espagne situé au Sud de la Communauté de Valence, sur la côte méditerranéenne de la province d’Alicante (photographie : Spain Coast – Iberian Playas)

Alors que l’Espagne a enregistré un record absolu de visites internationales en 2017 (plus de 82 millions de touristes étrangers) et que les chiffres du début d’année 2018 sont encourageants, les craintes sur l’évolution du tourisme dans les mois à venir semblent se confirmer, avec un premier avertissement pour la Côte blanche (Costa blanca), celle qui s’étire le long de la mer Méditerranée dans la province d’Alicante (Communauté de Valence). En effet, les tour-opérateurs britanniques, par lesquels passent 50 % des visiteurs de ce pays, commencent à détourner une partie de leurs clients vers la Turquie et l’Égypte, deux pays qui avaient été frappés par le terrorisme mais qui commencent à se rouvrir aux visiteurs étrangers et où les prix sont moins élevés que dans la Communauté de Valence, les îles Canaries et les îles Baléares.

Cela fait en effet quatre ans que les tarifs hôteliers grimpent dans ces communautés autonomes. Par ailleurs, suite à la sortie du Royaume-Uni hors de l’Union européenne (le Brexit), la livre sterling a connu une forte dévaluation, ce qui handicape le touriste britannique dès lors qu’il veut changer son pécule en euros. Afin de favoriser leurs marges, les grands tour-opérateurs britanniques semblent ainsi préférer l’autre rive de la mer Méditerranée, même si les représentants du secteur touristique espagnol conservent pour le moment leur sang froid.

Source : http://www.elmundo.es/comunidad-tvalenciana/alicante/2018/05/19/5afef8f4268e3ec7298b45b0.html