Il y a autant de chômeurs en Espagne que dans 19 pays européens cumulés

Des chômeurs font la queue devant un bureau pour l’emploi en Andalousie (photographie : Diario de Sevilla)

Si le marché du travail espagnol présente des problèmes structurels très préoccupants, la crise engendrée par le confinement à la suite de la pandémie de coronavirus d’origine chinoise a encore aggravé ces soucis de fond, notamment avec une forte augmentation en quelques mois du nombre de demandeurs d’emploi. Ils sont désormais autant outre-Pyrénées que dans 19 pays de l’Union européenne en cumulé : Belgique, Bulgarie, République tchèque, Danemark, Irlande, France, Chypre, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Autriche, Portugal, Roumanie, Slovénie, Slovaquie, Finlande et Suède.

Par ailleurs, si on compare l’Espagne à l’Allemagne (souvent présentée comme le modèle économique à suivre pour le reste de l’Europe, à tort ou à raison), l’on constate que notre voisin ibérique compte 3,3 millions de demandeurs d’emploi au mois de mai 2020, soit deux fois plus que notre voisin d’outre-Rhin (qui en compte pour sa part 1,7 million). Et même en comparaison de l’Italie, dont les données économiques sont elles aussi inquiétantes, l’Espagne recense 1,3 million de chômeurs supplémentaires.

Source : https://okdiario.com/economia/espana-tiene-mismo-numero-parados-que-19-paises-ue-juntos-doble-que-alemania-5840165?utm_term=Autofeed&utm_campaign=ok&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1593684162

Décès du médecin espagnol Juliana Fariña à l’âge de 74 ans

Le médecin espagnol Juliana Fariña (photographie : Redacción Médica)

L’on apprenait ce mercredi 29 juin 2020 le décès à Madrid, à l’âge de 74 ans, du médecin espagnol Juliana Fariña González, qui était née à Badajoz (Estrémadure) en 1946. Docteur en médecine auprès de l’Université Complutense de Madrid, elle était spécialiste en anatomie pathologique et occupait le poste de professeur d’université à l’Hôpital clinique Saint-Charles de la capitale espagnole depuis 1983.

Première femme à avoir de telles responsabilités dans le domaine de la médecine chez notre voisin ibérique, elle a également été la première à occuper un siège à l’Organisation médicale collégiale d’Espagne (Organización Médica Colegial de España, OMCE) et la toute première à présider un collège de médecins outre-Pyrénées – c’était l’Illustre collège officiel des Médecins de Madrid (Ilustre Colegio Oficial de Médicos de Madrid), de 2000 à 2012.

Au cours de sa carrière, elle a reçu de nombreux prix pour son labeur dans le domaine de la recherche médicale. Elle a notamment développé une nouvelle technique baptisée « échopsie » (ecopsia), qu’elle est parvenue à « exporter » dans de nombreux autres pays, à l’instar de l’Allemagne, du Brésil, du Chili, de Cuba, du Danemark, de l’Équateur, de la France, des Pays-Bas et du Portugal.

Source : https://www.redaccionmedica.com/autonomias/madrid/muere-juliana-farina-la-primera-mujer-que-presidio-un-colegio-de-medicos-7614

L'entreprise ferroviaire espagnole Talgo conçoit des trains pour le Danemark

Un train de conception espagnole Talgo 230 opéré par l’entreprise ferroviaire publique danoise DSB (photographie : Cinco Días)

Très concurrentiel, le marché ferroviaire d’Europe du Nord, centrale et orientale voit de plus en plus les firmes espagnoles s’y installer et y prospérer. C’est ainsi que le fabricant ibérique Talgo, dont le siège se trouve à Las Rozas de Madrid (Communauté de Madrid), a signé un important contrat avec l’opérateur ferroviaire national danois DSB (sigle signifiant Danske Statsbaner, soit « Chemins de Fer d’État du Danemark ») afin de lui fournir dans un premier temps huit rames conventionnelles sans locomotive. Les premiers véhicules de cette commande devraient être livrés au pays scandinave d’ici à 2023.

Le modèle choisi par DSB est le Talgo 230, matériel roulant conçu pour des lignes classiques et à hautes prestations, notamment pour la banlieue des grandes villes. Ces trains devraient pouvoir atteindre la vitesse de pointe de 200 kilomètres par heure. Une extension de la commande pourra ensuite être réalisée par DSB, sur le même modèle de ce qu’a proposé à Talgo l’opérateur ferroviaire national allemand DB, qui a déjà acheté 23 rames au fabricant espagnol et pourrait augmenter la commande jusqu’à 100 unités.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/02/05/companias/1580919728_009090.html

Le recours aux animaux dans les cirques ne cesse de reculer en Espagne

Les communautés autonomes et communes espagnoles qui ont interdit le recours aux animaux dans les cirques (image : José Maluenda et La Razón)

Ces dernières années, le recours aux animaux dans les cirques est de plus en plus contesté dans le monde, en particulier dans les pays développés, en raison des mauvais traitements qu’ils subissent régulièrement. La Bolivie est le premier pays de la planète à avoir totalement aboli leur présence dans ce type de spectacles, en 2009, tandis que l’on retrouve, parmi les nations qui lui ont emboîté le pas, la Grèce, le Royaume-Uni, le Canada, la Finlande, la Suède, la Suisse, le Danemark ou encore l’Allemagne. En Espagne, neuf communautés autonomes ont fait de même : la Catalogne en 2015 ; les îles Baléares, La Rioja et la Galice en 2017 ; la Région de Murcie et la Communauté de Valence en 2018 ; et enfin, l’Aragon, l’Estrémadure et la Principauté des Asturies en 2019.

Par ailleurs, dans les autonomies n’ayant pas encore statué à ce sujet, environ deux cents municipalités ont édicté des arrêtés afin d’interdire totalement le recours aux animaux dans les cirques. C’est dans la Communauté de Madrid que l’on retrouve le plus grand nombre de ces communes (soixante-six), suivie de l’Andalousie (cinquante) et de la Castille-et-León (seize). La capitale espagnole a prévu de faire passer un édit municipal dans le même sens au mois d’avril 2020. À l’heure actuelle, sur les trente cirques traditionnels itinérants outre-Pyrénées, seuls trois ont encore recours à des animaux, contre trente-cinq en 2014.

Source : https://www.larazon.es/sociedad/20200116/vopqli4ry5bljetpo2qhn23xwa.html?utm_source=twitter&utm_medium=organic&utm_campaign=lrzn_org_Sa_1_30

Une fois de plus, le passeport espagnol est l’un des plus précieux au monde

Plusieurs passeports espagnols empilés (photographie : Fernando Bizerra Jr., EFE et La Razón)

En ce début d’année 2020, une bonne nouvelle est tombée pour l’Espagne : pour une nouvelle année consécutive, le passeport espagnol est le cinquième le plus « précieux » ou « puissant » au monde. Le classement, établi par l’entreprise britannique Henley & Partners, sise à Londres, est réalisé à partir des données communiquées par l’Association internationale du Transport aérien (IATA, selon son sigle en anglais), dont le siège se trouve à Montréal (Canada).

Un tel tableau prend en considération le nombre de pays pouvant être visités avec un passeport donné sans nécessité de visa. Dans le cas de l’Espagne, ce sont pas moins de 187 pays qui sont concernés, ce qui place notre voisin ibérique au cinquième rang du classement, à égalité avec le Luxembourg et le Danemark. En première place, l’on retrouve le Japon (191 pays sans visa). Il est suivi, sur la deuxième marche du podium, de la cité-État de Singapour (190 pays), l’Allemagne et la Corée du Sud se retrouvant en troisième position (189 pays). En quatrième place, l’Italie et la Finlande (188 pays) sont ex æquo.

Source : https://www.larazon.es/viajes/20200107/2ukywsmb4beylj7zx2msxkzigu.html?utm_source=twitter&utm_medium=organic&utm_campaign=lrzn_org_We_1_30

« Cinq villes européennes à découvrir en 2020 »

Le théâtre romain de Málaga, en Andalousie (photographie : Wikipedia)

Cet article, intitulé « Cinq villes européennes à découvrir en 2020 » et publié le dimanche 22 décembre 2019 sur le site du journal français Le Monde, revient sur cinq destinations considérées à la mode, dont la cité espagnole Málaga (Andalousie) mais aussi Galway (Irlande), Copenhague (Danemark), Bonn (Allemagne) et Thessalonique (Grèce) : https://www.lemonde.fr/m-styles/article/2019/12/22/cinq-villes-europeennes-a-decouvrir-en-2020_6023760_4497319.html

La ville d’Alicante accueillera une antenne du Centrée européen de Recherche en Intelligence artificielle

La mairie d’Alicante, dans la Communauté de Valence (photographie : Viaje Jet)

Le 13 décembre 2019, la ville espagnole d’Alicante, capitale de province de la Communauté de Valence, a été choisie comme siège espagnol d’une antenne du Centre européen de Recherche en Intelligence artificielle (Centro Europeo de Investigación en Inteligencia Artificial) et va donc entrer dans le club très fermé du Laboratoire européen d’Apprentissage et de Systèmes intelligents (Laboratorio Europeo de Aprendizaje y Sistemas Inteligentes, ELLIS selon son sigle anglais). Le choix a été révélé lors d’une réunion d’ELLIS à Vancouver (Canada).

Alicante a été choisie parmi vingt-huit projets originaires de treize pays européens : Amsterdam (Pays-Bas), Copenhague (Danemark), Darmstadt (Allemagne), Delft (Pays-Bas), Fribourg-en-Brisgau (Allemagne), Helsinki (Finlande), Linz (Autriche), Lausanne (Suisse), Louvain (Belgique), Oxford (Royaume-Uni), Prague (République tchèque), Sarrebruck (Allemagne), Tel Aviv (Israël), Tübingen (Allemagne), Vienne (Autriche) et Zurich (Suisse). L’objectif d’ELLIS est de concurrencer les États-Unis d’Amérique et l’Asie dans la course à l’intelligence artificielle.

Source : https://www.capitalmadrid.com/2019/12/13/55057/alicante-capital-espanola-de-la-inteligencia-artificial.html

La sélection nationale espagnole de handball masculin remporte son championnat d’Europe

La sélection nationale espagnole de handball masculin soulève son deuxième trophée continental (photographie : Anders Wilkund, EFE et El Mundo)

Ce dimanche 26 janvier 2020, à la Tele2 Arena de Stockholm (Suède), la sélection nationale espagnole de handball masculin a remporté son deuxième championnat d’Europe dans sa discipline en battant la Croatie au terme d’un match très serré sur un score de 22 à 20. Le championnat se déroulait depuis le 9 janvier avec plusieurs rencontres Stockholm, Göteborg et Malmö (Suède), Trondheim (Norvège) ainsi que Vienne et Graz (Autriche). En phase de qualifications, au sein du groupe B, l’Espagne a défait la Lettonie, l’Allemagne et les Pays-Bas.

Lors du tour principal, au sein du groupe I, elle a battu la République tchèque, l’Autriche et la Biélorussie et a fait match nul contre la Croatie. En phase finale, elle s’est ensuite débarrassée de la Slovénie pour finir par vaincre la sélection croate lors de la dernière rencontre. Cette médaille d’or est également synonyme de qualification automatique aux Jeux olympiques de Tokyo (Japon), qui se déroulent cette année. Il s’agit du deuxième sacre continental de l’Espagne en handball masculin et de la deuxième médaille d’or européenne d’affilée, après celle remportée en 2018 en Croatie face à la Suède.

Auparavant, la sélection de notre voisin ibérique avait remporté quatre médailles d’argent (en 1996 à domicile, en 1998 en Italie, en 2006 en Suisse et en 2016 en Pologne) ainsi que deux médailles de bronze (en 2000 en Croatie et en 2014 au Danemark). En championnat du monde, l’Espagne a été sacrée à deux reprises : une fois en 2005 en Tunisie et une seconde fois en 2013 à domicile. Elle a également décroché la troisième place du podium en 2011 en Suède. Aux Jeux olympiques, les Hispanos ont obtenu par trois fois la médaille de bronze : Atlanta (États-Unis d’Amérique) en 1996, Sydney (Australie) en 2000 et Pékin (Chine) en 2008.

Source : https://www.elmundo.es/deportes/balonmano/europeo-de-balonmano/2020/01/26/5e2daf67fdddff26a58b4593.html

L’entreprise automobile espagnole SEAT bat son record de ventes jusqu’au mois de novembre 2019

L’entrée du siège de l’entreprise automobile espagnole SEAT, à Martorell, dans la province de Barcelone, en Catalogne (photographie : EFE et Cinco Días)

Entre le 1er janvier et le 30 novembre de l’année en cours, la firme automobile espagnole SEAT, sise à Martorell (province de Barcelone, Catalogne) et intégrée au groupe allemand Volkswagen, a battu son propre record de ventes avec 542 800 véhicules, soit 10,3 % de plus que sur la même période de l’année 2018. Le précédent record avait été établi en l’an 2000. Un mois avant la clôture de l’exercice 2019, les prévisions sont donc très optimistes, ainsi que l’a signalé le vice-président du département commercial de SEAT, le Britannique Wayne Griffiths.

La marque espagnole devrait par conséquent réaliser le meilleur résultat en termes de ventes en 70 ans d’histoire. C’est notamment le succès du modèle SEAT Cupra, dont il s’est vendu 22 800 unités jusqu’au 30 novembre dernier, qui a permis une telle réussite. Plusieurs pays ont été particulièrement réceptifs aux véhicules de la compagnie : l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Autriche, la Suisse, Israël et le Danemark. En Espagne même, les ventes de SEAT se sont maintenues à 103 300 véhicules.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/12/09/companias/1575898694_135149.html

L’Espagne finit troisième de l’édition 2019 de l’Eurovision Junior

La jeune chanteuse espagnole Melani lors de son passage à l’Eurovision Junior 2019 (photographie : Andrzej Grygiel, EFE et La Razón)

Ce dimanche 24 novembre 2019 avait lieu dans la ville polonaise de Gliwice l’édition 2019 du Concours Eurovision Junior de la Chanson, dont la première cérémonie s’est tenue en 2003 à Copenhague (Danemark). L’Espagne, pays fondateur du festival, y faisait son grand retour après treize ans d’absence, avec la jeune chanteuse Melani García Gaspar (dite « Melani »).

Cette dernière, née le 10 juin 2007 à La Eliana, dans la province de Valence (Communauté de Valence), interprétait l’un des titres favoris des parieurs, Marte (littéralement, Mars). Elle y mettait en valeur toute l’étendue de son talent et de sa voix. Elle est de fait arrivée en troisième position, derrière le pays-hôte et le Kazakhstan.

Source : https://www.larazon.es/television/20191124/yrj773acdbhe3o4kmnyk6kegpm.html