Les start-ups espagnoles voient leur chiffre d’affaire bondir de 196 % en 2019

Le nombre de start-ups dans chaque communauté autonome espagnole et grande région portugaise avec le pourcentage qu’elles représentent par rapport au total des entreprises de ladite région (image : Cinco Días)

Selon un rapport de l’Observatoire DayOne, promu par la banque espagnole Caixa (dont le siège se trouve à Valence, dans la Communauté de Valence), les start-ups espagnoles et portugaises ont connu une forte croissance au cours de l’année 2019. Plus concrètement, les jeunes pousses espagnoles ont enregistré un bond de leur chiffre d’affaire de 196 % lors de l’année écoulée. C’est la Communauté de Madrid qui compte la plus forte proportion de ces « compagnies émergentes » au sein de ses firmes (20 %).

Elle est suivie de la Catalogne, où les start-ups expliquent 19 % du tissu entrepreneurial, et de la Communauté de Valence (9 %). Dans le reste du classement, l’on retrouve, dans l’ordre décroissant, l’Andalousie (8 % du total des entreprises), le Pays basque (6 %) et la Galice (4 %). Quant au Portugal, il concentre 14 % de jeunes pousses de toute la péninsule Ibérique. Notons par ailleurs que l’axe Madrid-Catalogne regroupe 57 % des start-ups qui se trouvent parmi les cent plus importantes de notre voisin pyrénéen.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/07/14/fortunas/1594751302_461870.html

Décès de l’homme politique espagnol Landelino Lavilla à l’âge de 85 ans

L’homme politique espagnol Landelino Lavilla (photographie : Sergio Enríquez-Nistal et El Mundo)

L’on apprenait ce lundi 13 avril 2020 le décès à Madrid, à l’âge de 85 ans, de l’homme politique espagnol Landelino Lavilla Alsina, qui était né à Lérida (Catalogne) le 6 août 1934. Après des études de droit à l’Université de Saragosse (Aragon), il termine son cursus à l’Université de Madrid, où il entre notamment en contact avec le cardinal espagnol Ángel Herrera Oria, très actif sur le plan culturel et intellectuel. Devenu juriste (letrado) de la Cour des Comptes (Tribunal de Cuentas) en 1958, il passe ensuite au Conseil d’État (Consejo de Estado) en 1959.

À l’âge de 27 ans à peine, il est nommé secrétaire général de la Banque espagnole de Crédit (Banco Español de Crédito) puis vice-président et enfin président de la maison d’édition Editorial Católica, fondée par Herrera Oria. Membre de l’Union du Centre démocratique (UCD) après la mort de Francisco Franco (1939-1975), il est ministre de la Justice de 1976 à 1979 dans le gouvernement d’Adolfo Suárez puis, de 1979 à 1982, il préside le Congrès des députés (chambre basse des Cortes, le Parlement espagnol). Élu président de l’UCD en 1982, il démissionne suite à l’échec de la formation aux élections générales de cette année-là et devient membre permanent du Conseil d’État. Il est également membre de l’Académie royale des Sciences morales et politiques et de l’Académie royale de Jurisprudence et de Législation.

Source : https://www.elmundo.es/espana/2020/04/13/5e944afffdddff16238b45e9.html

Décès du chef d'entreprise espagnol José María Loizaga à l'âge de 83 ans

Le chef d’entreprise espagnol José María Loizaga (photographie : Pablo Monge et Cinco Días)

C’est ce dimanche 22 mars 2020 qu’est décédé à Ciudad Real (Castille-La Manche), à l’âge de 83 ans, le chef d’entreprise espagnol José María Loizaga Viguri, qui était né à Bilbao (province de Biscaye, Pays basque) le 9 mai 1936. Diplômé de sciences économiques, il débute son activité professionnelle au sein de la banque BBVA, sise à Bilbao et Madrid, avant d’accéder en 1972 à la direction de l’entreprise technologique Zardoya, qui fusionne ensuite avec le groupe allemand Schneider Otis.

Il travaille par la suite au sein du conseil d’administration de divers établissements bancaires (Banco Hispano Industrial, Banco Unión, Banco Urquijo) avant de fonder l’entreprise financière Mercapital Servicios Financieros. En 1989, il entre au sein du géant du bâtiment et des travaux publics ACS, dont le siège se trouve à Madrid, et y reste jusqu’à sa mort. Il en devient d’ailleurs vice-président.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/03/22/companias/1584901839_325405.html

Décès du diplomate et avocat espagnol Miquel Capellà à l'âge de 73 ans

Le diplomate et avocat espagnol Miquel Capellà (photographie : Diario de Mallorca)

L’on apprenait ce lundi 2 mars 2020 le décès à Palma de Majorque (îles Baléares) du diplomate et avocat espagnol Miquel Capellà Moià à l’âge de 73 ans. Il était né dans la capitale de la communauté autonome en 1946 et était licencié en droit auprès de l’Université autonome de Barcelone avec un diplôme obtenu en 1974. Après avoir ouvert son cabinet à Palma de Majorque en 1987, il s’associe à son coreligionnaire Josep Melià Pericàs.

En 1986, il est nommé vice-président du Conseil social de l’Université (Consejo Social de la Universidad) des îles Baléares, poste qu’il occupe jusqu’en 1990. En 1999, il devient président de la Caisse d’Épargne et du Mont de Piété des Baléares (Caja de Ahorros y Monte de Piedad de Baleares) et, en 2006, il est choisi comme consul honoraire de la République de Croatie à Palma de Majorque.

Source : https://www.diariodemallorca.es/mallorca/2020/03/02/fallece-palma-abogado-miquel-capella/1490882.html

La Communauté de Madrid accapare près de 30 % de tous les crédits bancaires espagnols

Le siège de la Banque d’Espagne, situé place de Cybèle, à Madrid (photographie : iStock et El Confidencial)

En plein essor depuis une vingtaine d’années, la Communauté de Madrid est en tête de nombreux classements économiques parmi les communautés autonomes espagnoles – et notamment dans celui des crédits bancaires. La région concentre en effet en 2019 près de 30 % des emprunts contractés dans le pays – précisément 29,3 % selon les données fournies en février 2020 par l’Institut national des Statistiques (Instituto Nacional de Estadísticas, INE), sis dans la capitale espagnole.

La Catalogne arrive en deuxième position, avec 17,1 %, suivie en troisième place de l’Andalousie, avec 12,3 %. Toutes les autres communautés autonomes sont sous la barre des 10 %. L’évolution de la Communauté de Madrid est spectaculaire depuis 2008 tandis que les autres autonomies « boxent » légèrement en-dessous de leur catégorie si on rapporte leur part dans les crédits bancaires espagnols à leur poids dans l’économie nationale – la Catalogne représente en effet 19 % du produit intérieur brut (PIB) espagnol et l’Andalousie, 13,4 %.

Source : https://www.elconfidencial.com/economia/2020-02-27/madrid-credito-bancario_2471988/

L'entreprise espagnole de télécommunications Cellnex s'étend en France en s'alliant avec Bouygues

Une antenne parabolique de l’entreprise espagnole Cellnex situé sur le complexe de Torrespaña, à Madrid (photographie : Cinco Días)

Créée en 2015 et sise à Madrid, l’entreprise espagnole de télécommunications Cellnex Telecom a dépassé pour la première fois en 2019 le milliard d’euros de chiffres d’affaires et poursuit son expansion internationale. Elle a ainsi jeté son dévolu sur la France et a pour ce faire passé un accord avec l’opérateur téléphonique local Bouygues Télécom afin de fournir des infrastructures de communications sans fil sur le marché hexagonal. Cette association est dominée par Cellnex (51 % de la joint venture), qui se réserve l’ensemble des droits économiques. L’objectif est de fournir des services en matière de téléphonie fixe et mobile, notamment dans le cadre du développement de la 5G.

Les investissements totaux prévus par Cellnex Telecom s’élèvent à 1 milliard d’euros d’ici à 2027, notamment afin de déployer un réseau entre les antennes et tours de Bouygues Télécom, sur environ 31 500 kilomètres de longueur. La banque française BN Paribas a conseillé et assisté la firme espagnole dans son processus d’expansion dans notre pays. L’on estime qu’environ 80 % des revenus futurs de la compagnie devraient venir de son association avec Bouygues Télécom.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/02/26/companias/1582702348_612277.html

Ouverture dans le centre de l'Espagne de la première usine de munitions biodégradables au monde

Le siège de l’entreprise d’armement espagnole BioAmmo à Santa María la Real de Nieva, dans la province de Ségovie (Castille-et-León) – Photographie : El Economista

C’est dans la modeste commune de Santa María la Real de Nieva, peuplée de 970 habitants environ et située dans la province de Ségovie (Castille-et-León), que s’est installée la première usine de mutions biodégradables au monde. Il s’agit de balles destinées au tir sportif et à la chasse et l’entreprise qui possède l’infrastructure, BioAmmo, a investi sur place 8 millions. Le président directeur général (PDG) de la compagnie, l’Espagnol Enrique López-Pozas, a pu compter sur des financements complémentaires de la Castille-et-León, dont l’actuel président est Alfonso Fernández Mañueco (Parti populaire), ainsi que de plusieurs investisseurs privés, dont la banque Bankia, sise à Madrid.

L’usine en question s’étend actuellement sur une surface de trois hectares et pourra s’étendre sur onze hectares supplémentaires. Elle emploie déjà 25 personnes et devrait, selon son plan initial, avoir un chiffre d’affaires de 10 millions lors de sa première année d’exploitation pour des exportations représentant 80 % de sa production totale. Plusieurs pays étrangers ont déjà passé des commandes auprès de BioAmmo, dont les États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni ainsi que plusieurs nations d’Europe septentrionale, centrale et orientale.

Source : https://www.eleconomista.es/empresas-finanzas/noticias/10372204/02/20/Abre-en-Segovia-la-primera-fabrica-de-municion-biodegradable-del-mundo.html

Les ruines romaines du palais du Mayoralgo, dans l’Ouest de l’Espagne, sont désormais visitables

Des visiteurs sur le site archéologique romain du Mayoralgo, à Cáceres (Estrémadure) – Photographie : Antonio Martín et El Periódico de Extremadura

Découvert en 2001 au sein du palais du Mayoralgo, à Cáceres (Estrémadure), un célèbre site archéologique romain, auquel l’on accède directement par la muraille de la Tour de Bujaco, est désormais visitable gratuitement, sans nécessité de réserver un passage. Pour ce faire, la mairie de Cáceres, aujourd’hui dirigée par Luis Salaya (Parti socialiste ouvrier espagnol), a mis en œuvre une convention légale et a sécurisé le passage par le chemin de ronde de l’Étoile (Adarve de la Estrella).

Ces ruines correspondent à une partie du forum de Norba Caesarina, à un morceau de chaussée romaine ainsi qu’à une villa avec son réservoir d’eau central. La découverte la plus spectaculaire sur ce site consiste en un buste en bronze recouvert d’or, daté du Ier siècle de notre ère, aujourd’hui exposée au Musée archéologique de Cáceres. Le projet de visite a également été financé par la banque Liberbank, sise à Madrid.

Source : https://www.elperiodicoextremadura.com/noticias/caceres/restos-mayoralgo-podran-visitar-sin-cita_1215507.html

Décès de l’homme politique espagnol Mauro Varela à l’âge de 78 ans

L’homme politique espagnol Mauro Varela (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce jeudi 30 janvier 2020 le décès à Lugo (Galice), à l’âge de 78 ans, de l’homme politique espagnol Mauro Varela Pérez, qui était né dans la même ville galicienne en 1941. Son état de santé s’était grandement dégradé au cours des derniers mois. Licencié en droit, avocat de formation et de profession, il commence à exercer au sein du barreau en 1965 dans sa ville natale. Engagé au sein du Parti populaire (PP), il est élu député national pour la province de Lugo en 1989, poste qu’il conserve jusqu’en 1996. Il démissionne en 1997 afin de s’engager dans la politique de sa communauté autonome.

Aux élections régionales de cette année-là, il est élu député au Parlement de Saint-Jacques-de-Compostelle. Une fois sa carrière politique derrière lui, il est choisi en juin 2002 pour devenir président directeur général (PDG) de la caisse d’épargne galicienne Caixa Galicia, dont le siège se trouve à La Corogne et qui disparaît en 2010 lors de sa fusion avec Caixanova. C’est justement sous ses auspices qu’est menée cette intégration qui donne naissance à NovaCaixaGalicia. Il démission de son poste en 2012 suite à un scandale concernant la gestion de l’entreprise.

Source : https://www.lavozdegalicia.es/noticia/lugo/lugo/2020/01/30/muere-conocido-abogado-lucense-mauro-varela/00031580389581447709119.htm