Décès de la skieuse paralympique espagnole Susana Herrera à l’âge de 56 ans

La skieuse paralympique espagnole Susana Herrera (photographie : Comité paralympique espagnol et Marca)

L’on apprenait ce samedi 2 novembre 2019 le décès en Andorre, à l’âge de 56 ans, de la skieuse paralympique espagnole Susana Herrera Jordán, qui était née à Barcelone (Catalogne) le 25 octobre 1963. Elle vivait dans la principauté frontalière de la France et de l’Espagne depuis de nombreuses années. Après un accident, elle avait subi une longue période de coma qui lui avait laissé de graves séquelles (perte de la vue, de la parole et lésion cérébrale sérieuse entraînant une hémiplégie).

Spécialiste de ski alpin handisport, elle a notamment remporté une médaille d’or en descente et une médaille de bronze en slalom géant lors des Jeux paralympiques d’Hiver d’Innsbruck (Autriche), en 1988. C’est grâce à l’Organisation nationale des Aveugles espagnols (Organización Nacional de Ciegos Españoles, ONCE) qu’elle avait pu entrer dans le sport professionnel après son accident.

Source : https://www.marca.com/paralimpicos/2019/11/03/5dbf32d746163fe9808b4571.html

L’État espagnol acquiert le « Codex de la Toison d’Or »

Un portrait du roi Philippe II d’Espagne (1556-1598) vêtu de l’habit et du manteau de l’ordre de la Toison d’Or (photographie : El País)

Par le biais de l’organisme du Patrimoine national (Patrimonio Nacional), l’État espagnol a acquis pour la somme de 500 000 euros un très précieux ouvrage, le Codex de la Toison d’Or (Códice del Toisón de Oro), qui était conservé par l’Institut Valencia de don Juan, sis à Madrid et consacré aux arts somptuaires. Il intègrera le futur Musée des Collections royales (Museo de Colecciones Reales), qui sera inauguré dans la capitale espagnole en 2021. Cet ouvrage, réalisé en 1537 par le miniaturiste Simón Bening, n’existe que dans une seule autre version au monde, exposée à Vienne (Autriche).

Le codex est composé de 126 folios en vélin qui expliquent les protocoles d’élection et de cérémonie des chevaliers de l’ordre de la Toison d’Or, principal titre dynastique attaché aux Habsbourgs puis aux Bourbons. À cet achat, il faut ajouter une autre acquisition récente du Patrimoine national, à savoir une commode du roi d’Espagne Charles III (1759-1788), achetée auprès de la maison de mise aux enchères Christie’s, à New York (États-Unis d’Amérique). Ce meuble sera lui aussi exposé au Musée des Collections royales.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/11/04/actualidad/1572877882_117236.html?ssm=TW_CC&fbclid=IwAR2Wc5l0KrG8XjSlzAVZM-r6schuTejzqRlE5_SSLBQye3Uz5wXld8g0mBk

Une grande exposition au musée Guggenheim de Bilbao fait découvrir aux Espagnols des œuvres de Brême

L’œuvre de l’artiste française Eva Gonzalès intitulée « Le Réveil », qui fait partie de cette exposition à Bilbao, dans la province de Biscaye, au Pays basque (photographie : Cinco Días)

Depuis le jeudi 24 octobre 2019 et jusqu’aux 16 février 2020, le célèbre musée Guggenheim de Bilbao (province de Biscaye, Pays basque) organise une exposition temporaire regroupant une série de tableaux en provenance de la Kunsthalle de Brême (Allemagne). Il s’agit d’une sélection de chefs-d’œuvre des XIXe et XXe siècles réalisés par des artistes majoritairement français et allemands appartenant à divers courants artistiques de ces époques (impressionnisme, réalisme, post-impressionnisme, expressionnisme, surréalisme).

De grands noms de la peinture pourront ainsi être découverts ou redécouverts par le public espagnol, comme Auguste Renoir (1841-1919), Claude Monet (1840-1926), Eugène Delacroix (1798-1863), Camille Pissarro (1830-1930), Camille Corot (1796-1975), Vincent van Gogh (1853-1890), Paul Cézanne (1839-1906), Edgar (1834-1917), Auguste Rodin (1840-1817), Pierre Bonnard (1867-1947) ou encore l’Espagnol Pablo Picasso (1881-1973). Parmi les Allemands et les Autrichiens, l’on peut citer Thomas Ender (1793-1875), Max Liebermann (1847-1945), Max Slevogt (1868-1932), Otto Dix (1891-1969) ou encore Max Beckmann (1884-1950).

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/10/24/fortunas/1571944797_352717.html

Un Espagnol conçoit les chorégraphies du spectacle de danse le plus vu au monde

Le chorégraphe espagnol José Carlos Martínez (photographie : El Mundo)

Chorégraphe, danseur, ancienne étoile de l’Opéra de Paris (France), l’Espagnol José Carlos Martínez a été choisi pour concevoir et coordonner les chorégraphies du traditionnel spectacle du Nouvel An de Vienne (Autriche), qui fêtera le 1er janvier 2019 ses 80 ans et en profitera pour rendre hommage au compositeur allemand Ludwig van Beethoven à l’occasion de 250 ans de sa naissance.

Il s’agit du spectacle de danse le plus vu au monde, avec 50 millions de téléspectateurs dans 90 pays du monde entier. Un tel honneur permettra à la danse classique espagnole d’obtenir une visibilité internationale tout à fait inédite. Interrogé par la presse espagnole, Martínez a expliqué qu’il concevait ce spectacle comme une « petite comédie musicale », qui comprendrait notamment des valses.

Source : https://www.elmundo.es/cultura/danza/2019/09/03/5d6d628f21efa0e6568b45d8.html

L’Espagne reste en 2018 le principal pays au monde pour le don d’organes

L’accès principal de l’Hôpital universitaire Porte-de-Fer de Majadahonda, dans la Communauté de Madrid (photographie : Communauté de Madrid)

En 2018, l’Espagne est resté le principal pays au monde pour le don d’organes avec 48,3 donneurs par tranche de million d’habitants, soit 19,8 % du total de l’Union européenne (UE) et 6 % du total mondial, selon les données fournies par le Registre mondial des Transplantations – qui regroupe 81 pays sur l’ensemble de la planète – et le Ministère de la Santé, de la Consommation et du Bien-Être social, aujourd’hui dirigé par María Luisa Carcedo (Parti socialiste ouvrier espagnol).

Au total, l’année dernière, 2 241 donneurs volontaires ont accepté 5 231 dons d’organes, qui ont permis de faire 3 313 transplantations rénales, 1 230 transplantations hépatiques, 369 transplantations pulmonaires, 321 transplantations cardiaques, 82 transplantations du pancréas et 6 transplantations intestinales. Derrière l’Espagne, dans l’UE, l’on retrouve la Croatie, le Portugal, la Belgique, la France, la République tchèque, l’Estonie, Malte, l’Italie et l’Autriche.

Source : https://www.lavanguardia.com/vida/20190828/4712101230/espana-mantiene-el-liderazgo-en-la-donacion-de-organos-con-el-20–de-la-ue.html

Le succès croissant des volets roulants espagnols dans le monde

D’anciens modèles de persiennes en Espagne (photographie : POA Estudios)

En dehors d’Espagne, ils ne sont guère généralisés qu’en France et au Portugal : les volets roulants (appelés persianas dans la langue de Cervantes, en référence aux anciennes persiennes) ont longtemps été considérés comme une spécificité espagnole qui ne s’adaptait bien qu’à ce pays au climat chaud et au fort taux d’ensoleillement où il fallait justement se protéger de l’astre solaire. Pourtant, ces dix dernières années, leur succès international va croissant, avec des exportations qui sont passées de 24 millions d’euros en 2008 à 36 millions d’euros en 2017.

Des entreprises comme Persax, sise à Alicante (Communauté de Valence), ou Gaviota Simbac, installée dans la même ville, ont vu leur chiffre d’affaires mondial évoluer dans des proportions de 20 % à 40 % avec des clients situés en Europe, en Amérique et en Afrique du Nord. Des pays comme le Portugal, le Brésil, le Mexique, le Chili, l’Algérie ou les Émirats arabes unis sont ainsi de plus en plus intéressés par ce produit made in Spain pour des raisons variées : sécurité, confort du sommeil, réchauffement climatique, etc. D’autres nations leurs emboitent le pas, à l’instar de la France, de l’Italie, de l’Autriche, de la Suisse ou de la Belgique.

Source : https://www.elconfidencial.com/alma-corazon-vida/2019-08-27/persianas-espanolas-conquista-mundo_2189215/

Un nouveau classement place à nouveau l’Espagne parmi les pays disposant des meilleurs systèmes de santé au monde

L’Hôpital Infante-Sophie de San Sebastián de los Reyes (Communauté de Madrid) et sa station de métro (photographie : Wikipedia)

Élaboré par la base de données américaine en ligne Numbeo et publié par la revue CEOWorld Magazine, un nouveau classement des meilleurs systèmes nationaux de santé au monde montre une fois de plus que l’Espagne dispose d’un excellent réseau sanitaire. À partir de statistiques relevées dans environ 4 000 villes de l’ensemble de la planète, Numbeo établit ainsi que c’est Taïwan qui est en tête du classement avec un score total de 86,69. Dans la suite de cette liste qui regroupe 89 États, l’on retrouve ensuite la Corée du Sud, le Japon, l’Autriche, le Danemark et la Thaïlande.

L’Espagne arrive en septième position, avec un score total de 78,42. Elle est suivie de la France, de la Belgique et de l’Australie. L’espérance de vie très élevée outre-Pyrénées ainsi qu’un système de santé performant, moderne et gratuit jouent grandement en faveur de notre voisin ibérique.

Source : https://www.elconfidencial.com/alma-corazon-vida/2019-08-15/paises-mejores-peores-sitemas-salud-mundo_2178479/

Décès de la scientifique espagnole Catalina Ruiz Pérez à l’âge de 62 ans

La physicienne espagnole Catalina Ruiz Pérez (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce jeudi 8 août 2019 le décès à l’âge de 62 ans de la physicienne espagnole Catalina Ruiz Pérez des suites d’un cancer qui s’était déclaré en 2018. Spécialiste de l’étude des matériaux moléculaires ainsi que du rapport entre leurs propriétés et leur structure cristalline, elle avait reçu en 2017 le prix Canaries dans la mention « Recherche et innovation scientifiques ».

Née à Valence (Communauté de Valence) en 1957, elle était diplômée de l’Université de Valence et avait obtenu son doctorat en biochimie à l’Institut Max-Planck, sis à Berlin (Allemagne). Professeur invité à Paris (France), Hambourg (Allemagne), au MIT, dans le Massachusetts (États-Unis d’Amérique), elle avait également donné des cours à Bari (Italie), Rome (Italie), Bordeaux (France), Stuttgart (Allemagne), Innsbruck (Autriche), Cuzco (Pérou), Concepción (Chili) et Édimbourg (Royaume-Uni).

Source : https://www.laprovincia.es/sociedad/2019/08/08/fallece-catalina-ruiz-perez-unica/1199832.html

Le journal britannique « The Guardian » place une cascade espagnole en tête de son classement mondial des chutes d’eau

La Queue de Cheval, situé dans le Parc national d’Ordesa et du Mont-Perdu, dans la province de Huesca, en Aragon (photographie : Gonzalo Azumendi)

Selon le journal britannique conservateur The Guardian, à la suite d’une enquête menée à bien auprès de ses lecteurs, la cascade de la Queue de Cheval (Cola de Caballo, en espagnol) est la plus belle du monde. Située au sein du Parc national d’Ordesa et du Mont-Perdu (province de Huesca, Aragon), qui commémorait en 2018 les cent ans de sa proclamation en tant que parc national. L’ascension de la Queue de Cheval, qui ne présente pas de difficulté technique particulière, est en revanche très longue à pied (de six à sept heures).

Les cascades suivantes dans le classement du Guardian sont :

  • cascades d’Acquafraggia (Italie) ;
  • cascade Grawa (Autriche) ;
  • Svartifoss (Islande) ;
  • Søtefossen (Norvège) ;
  • cascade De Glen Maye (Royaume-Uni) ;
  • cascade Cora Linn (Royaume-Uni) ;
  • cascade Mill and Whitfield Gill Force (Royaume-Uni) ;
  • cascade de la gorge de Baatara (Liban) ;
  • cascade Gocta (Pérou) ;
  • chute du Moconá (Brésil et Argentine) ;
  • cascade de Snoqualmie (États-Unis d’Amérique) ;
  • chute de Sunwapta (Canada) ;
  • chutes de Kalandula (Angola) ;
  • cascade du bois de Ngare Ndare (Kenya) ;
  • chutes Tappiya (Philippines) ;
  • chute Nachi (Japon) ;
  • cascade Khe Kem (Vietnam) ;
  • Weeping Wall (États-Unis d’Amérique) ;
  • et chutes Whangarei (Nouvelle-Zélande).

Source : https://www.abc.es/viajar/top/abci-mejor-cascada-mundo-esta-espana-segun-guardian-201908021230_noticia.html

Le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal remporte son douzième titre à Roland-Garros

Le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal sert lors de la finale du tournoi de Roland-Garros de 2019 (photographie : Kenzo Tribouillard, AFP et El País)

Ce dimanche 9 juin 2019, le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal a remporté sur la terre battue du tournoi du grand chelem de Roland-Garros, à Paris (France), son douzième titre dans ce championnat majeur, renforçant ainsi sa légende. Il a soulevé la Coupe des Mousquetaires après avoir vaincu en quatre sets (6-3, 5-7, 6-1, 6-1) et un peu plus de trois heures de jeu son adversaire, le redoutable sportif autrichien Dominic Thiem.

Né le 3 juin 1986 à Manacor, sur l’île de Majorque (îles Baléares), Rafael Nadal a donc décroché à l’âge de 33 ans son dix-huitième tournoi du grand chelem, avec douze titres à Paris (2005, 2006, 2007, 2008, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2016, 2017, 2018 et 2019), deux titres à Wimbledon, au Royaume-Uni (2008 et 2010), un Open d’Australie (2009) et trois US Open, aux États-Unis d’Amérique (2010, 2013 et 2017).

Source : https://elpais.com/deportes/2019/06/09/actualidad/1560035497_398149.html