Une jeune mathématicienne espagnole résout un problème vieux de vingt ans

La jeune mathématicienne espagnole María Cumplido (photographie : Université de Séville)

Chercheuse à l’Université d’Édimbourg, en Écosse (Royaume-Uni), mais originaire de Cordoue (Andalousie), la jeune mathématicienne espagnole María Cumplido a récemment marqué l’histoire de sa discipline. Spécialiste des groupes de tresses, elle vient en effet de résoudre un problème vieux de vingt ans, celui des sous-groupes spéciaux d’Artin.

Ces derniers portent le nom d’Emil Artin (1898-1962), mathématicien autrichien, et, bien qu’il s’agisse à première vue de mathématiques fondamentales pures, une telle trouvaille peut avoir des applications importantes dans plusieurs domaines, dont celui de la sécurité informatique. Récipiendaire de plusieurs prix outre-Pyrénées, elle est âgée d’à peine 28 ans.

Source : https://www.canalsur.es/noticias/andalucía/cordoba/una-andaluza-resuelve-un-problema-de-matematicas-planteado-hace-20-anos/1603995.html?utm_source=twitter&utm_medium=csurnoticias&utm_term=5ea74309-75b2-46c8-98c3-0671da91199f&utm_content=&utm_campaign=

Il y a autant de chômeurs en Espagne que dans 19 pays européens cumulés

Des chômeurs font la queue devant un bureau pour l’emploi en Andalousie (photographie : Diario de Sevilla)

Si le marché du travail espagnol présente des problèmes structurels très préoccupants, la crise engendrée par le confinement à la suite de la pandémie de coronavirus d’origine chinoise a encore aggravé ces soucis de fond, notamment avec une forte augmentation en quelques mois du nombre de demandeurs d’emploi. Ils sont désormais autant outre-Pyrénées que dans 19 pays de l’Union européenne en cumulé : Belgique, Bulgarie, République tchèque, Danemark, Irlande, France, Chypre, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Autriche, Portugal, Roumanie, Slovénie, Slovaquie, Finlande et Suède.

Par ailleurs, si on compare l’Espagne à l’Allemagne (souvent présentée comme le modèle économique à suivre pour le reste de l’Europe, à tort ou à raison), l’on constate que notre voisin ibérique compte 3,3 millions de demandeurs d’emploi au mois de mai 2020, soit deux fois plus que notre voisin d’outre-Rhin (qui en compte pour sa part 1,7 million). Et même en comparaison de l’Italie, dont les données économiques sont elles aussi inquiétantes, l’Espagne recense 1,3 million de chômeurs supplémentaires.

Source : https://okdiario.com/economia/espana-tiene-mismo-numero-parados-que-19-paises-ue-juntos-doble-que-alemania-5840165?utm_term=Autofeed&utm_campaign=ok&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1593684162

L’Espagne prévoit de diriger la mission militaire européenne au Mali en 2021

Un soldat espagnol enseigne des techniques de combat à un soldat malien dans la ville de Koulikoro, au Mali (photographie : EFE et ABC)

À l’occasion de son premier voyage à l’étranger après la pandémie de coronavirus d’origine chinoise, le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol), a fait le choix du Mali, où se tient en 2020 une réunion ministérielle dans le cadre du Sommet international du Sahel. Cette initiative, notamment parrainée par la France d’Emmanuel Macron, doit permettre au chef de l’exécutif espagnol de faire la rencontre de ses homologues et des chefs d’État des pays membres du G5 (Mali, Mauritanie, Burkina Faso, Niger et Tchad).

C’est justement dans ce cadre que Pedro Sánchez a officiellement annoncé que l’Espagne comptait prendre la tête de l’EUTM Mali, mission militaire européenne sur place, à compter de janvier 2021. L’objectif avait déjà été affiché pour 2019 mais le président du gouvernement de notre voisin ibérique n’avait alors pas été formellement reconduit dans ses fonctions et ne pouvait qu’expédier les affaires courantes. En 2018, le commandement de cette mission a été confiée à une coalition germano-autrichienne et, en 2019, au Portugal.

Source : https://www.abc.es/espana/abci-espana-preve-liderar-2021-mision-militar-union-europea-mali-202006300249_noticia.html?fbclid=IwAR0_DxHavIp1HdySiLskyyqFzkMMAq1n4N1rdRt6rn0YZrAaSh0KOivmnGw

Décès du diplomate espagnol José Pedro Sebastián de Erice à l’âge de 77 ans

L’ambassade d’Espagne en Allemagne, à Berlin (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce mercredi 6 mai 2020 le décès à Madrid, à l’âge de 77 ans, du diplomate espagnol José Pedro Sebastián de Erice y Gómez-Acebo, qui était né à Porto (Portugal) en 1943. Membre de la délégation espagnole qui a négocié l’entrée du pays dans la Communauté économique européenne (CEE), effective au 1er janvier 1986, il était attaché économique et commercial auprès de l’ambassadeur d’Espagne à Vienne (Autriche) puis à Washington D.C. (États-Unis d’Amérique).

Représentant adjoint de son pays à l’Organisation des Nations unies pour le Développement industriel (ONUDI), sise à Vienne, il est nommé en juillet 1996 ambassadeur d’Espagne en Allemagne. De 2002 à 2003, au sein du second gouvernement de José María Aznar (Parti populaire), il est sous-secrétaire d’État au Ministère des Affaires étrangères. De 2003 à 2006, il est ambassadeur du Royaume d’Espagne en Chine.

Source : https://es.wikipedia.org/wiki/José_Pedro_Sebastián_de_Erice

Un massacre préhistorique est élucidé dans les Pyrénées espagnoles

Un crâne d’être humain retrouvé dans la grotte d’Els Trocs de Bisaurri, dans la province de Huesca, en Aragon (photographie : Manuel Rojo, Kurt Alt et El País)

C’est au sein de la grotte préhistorique d’Els Trocs, située sur le territoire de la commune de Bisaurri, dans la province de Huesca (Aragon), au cœur des Pyrénées espagnoles, qu’a eu lieu il y a environ 7 300 ans un massacre que deux chercheurs ont enfin pu élucider. Il s’agit de l’Espagnol Manuel Rojo Guerra, de l’Université de Valladolid (Castille-et-León), et de l’Autrichien Kurt Walt, de l’Université de Krems. Les êtres humains décédés dans cette grotte ont été assassinés de manière brutale à coups de flèche et de pierres sur le crâne. C’est en 2009 qu’ont commencé les campagnes de fouille sur ce site du Néolithique dont environ 50 mètres carrés ont été analysés jusqu’à présent.

Plusieurs autres universités et centres de recherche ont participé aux excavations : l’Université de Bâle (Suisse), l’Université autonome de Madrid et le Centre supérieur des Recherches scientifiques (Centro Superior de Investigaciones Científicas, CSIC) de la capitale espagnole. Sur les neuf personnes assassinées à Els Trocs, cinq étaient des adultes et quatre, des enfants. Le motif du meurtre semble relativement clair à l’heure actuelle : il s’agissait probablement d’une guerre entre clans pour le contrôle du territoire et, plus encore, des ressources alimentaires qui ont très certainement été accumulées dans la grotte en prévision de la période froide.

Source : https://elpais.com/cultura/2020/02/20/actualidad/1582220182_932734.html?ssm=TW_CM

Rafael Nadal est élu champion des champions chez les hommes par le journal « L’Équipe » pour l’année 2019

Le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal (à droite), après sa victoire face au sportif grec Stéfanos Tsitsipás (à gauche) lors du tournoi d’exhibition d’Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis (photographie : Ahmed Jadallah, Reuters et L’Équipe)

Pour la quatrième fois de sa carrière, le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal a été élu champion des champions (campeón de campeones) chez les hommes par le journal sportif français L’Équipe à la fin de l’année 2019. Il est arrivé en première position avec 513 points, devant le pilote britannique de Formule Un Lewis Hamilton (413 points), le skieur autrichien Marcel Hirscher (329 points), le nageur américain Caeleb Dressel (280 points) et le rugbyman sud-africain Siya Kolisi (279 points).

Rafael Nadal égale ainsi les quatre titres de son grand rival, le Suisse Roger Federer, et n’est qu’à une marche du recordman en la matière, le coureur jamaïcain Usain Bolt, qui a décroché cinq titres auprès de L’Équipe. Le joueur de tennis finit l’année comme numéro un mondial dans sa discipline et a décroché deux titres du Grand Chelem cette année, ce qui porte son total à dix-neuf, à une marche du record de Roger Federer.

Source : https://www.efe.com/efe/espana/deportes/rafael-nadal-y-simone-biles-campeones-de-en-2019-para-l-equipe/10006-4139822

La ville d’Alicante accueillera une antenne du Centrée européen de Recherche en Intelligence artificielle

La mairie d’Alicante, dans la Communauté de Valence (photographie : Viaje Jet)

Le 13 décembre 2019, la ville espagnole d’Alicante, capitale de province de la Communauté de Valence, a été choisie comme siège espagnol d’une antenne du Centre européen de Recherche en Intelligence artificielle (Centro Europeo de Investigación en Inteligencia Artificial) et va donc entrer dans le club très fermé du Laboratoire européen d’Apprentissage et de Systèmes intelligents (Laboratorio Europeo de Aprendizaje y Sistemas Inteligentes, ELLIS selon son sigle anglais). Le choix a été révélé lors d’une réunion d’ELLIS à Vancouver (Canada).

Alicante a été choisie parmi vingt-huit projets originaires de treize pays européens : Amsterdam (Pays-Bas), Copenhague (Danemark), Darmstadt (Allemagne), Delft (Pays-Bas), Fribourg-en-Brisgau (Allemagne), Helsinki (Finlande), Linz (Autriche), Lausanne (Suisse), Louvain (Belgique), Oxford (Royaume-Uni), Prague (République tchèque), Sarrebruck (Allemagne), Tel Aviv (Israël), Tübingen (Allemagne), Vienne (Autriche) et Zurich (Suisse). L’objectif d’ELLIS est de concurrencer les États-Unis d’Amérique et l’Asie dans la course à l’intelligence artificielle.

Source : https://www.capitalmadrid.com/2019/12/13/55057/alicante-capital-espanola-de-la-inteligencia-artificial.html

La sélection nationale espagnole de handball masculin remporte son championnat d’Europe

La sélection nationale espagnole de handball masculin soulève son deuxième trophée continental (photographie : Anders Wilkund, EFE et El Mundo)

Ce dimanche 26 janvier 2020, à la Tele2 Arena de Stockholm (Suède), la sélection nationale espagnole de handball masculin a remporté son deuxième championnat d’Europe dans sa discipline en battant la Croatie au terme d’un match très serré sur un score de 22 à 20. Le championnat se déroulait depuis le 9 janvier avec plusieurs rencontres Stockholm, Göteborg et Malmö (Suède), Trondheim (Norvège) ainsi que Vienne et Graz (Autriche). En phase de qualifications, au sein du groupe B, l’Espagne a défait la Lettonie, l’Allemagne et les Pays-Bas.

Lors du tour principal, au sein du groupe I, elle a battu la République tchèque, l’Autriche et la Biélorussie et a fait match nul contre la Croatie. En phase finale, elle s’est ensuite débarrassée de la Slovénie pour finir par vaincre la sélection croate lors de la dernière rencontre. Cette médaille d’or est également synonyme de qualification automatique aux Jeux olympiques de Tokyo (Japon), qui se déroulent cette année. Il s’agit du deuxième sacre continental de l’Espagne en handball masculin et de la deuxième médaille d’or européenne d’affilée, après celle remportée en 2018 en Croatie face à la Suède.

Auparavant, la sélection de notre voisin ibérique avait remporté quatre médailles d’argent (en 1996 à domicile, en 1998 en Italie, en 2006 en Suisse et en 2016 en Pologne) ainsi que deux médailles de bronze (en 2000 en Croatie et en 2014 au Danemark). En championnat du monde, l’Espagne a été sacrée à deux reprises : une fois en 2005 en Tunisie et une seconde fois en 2013 à domicile. Elle a également décroché la troisième place du podium en 2011 en Suède. Aux Jeux olympiques, les Hispanos ont obtenu par trois fois la médaille de bronze : Atlanta (États-Unis d’Amérique) en 1996, Sydney (Australie) en 2000 et Pékin (Chine) en 2008.

Source : https://www.elmundo.es/deportes/balonmano/europeo-de-balonmano/2020/01/26/5e2daf67fdddff26a58b4593.html

Le vieillissement de la population espagnole pourrait coûter 3 400 euros à chaque citoyen de ce pays d’ici à 30 ans

Deux hommes âgés marchent dans une rue espagnole (photographie : La Razón)

Nous en avons déjà parlé à plusieurs reprises sur ce blog : l’Espagne traverse depuis de nombreuses années un « hiver démographique » causé par une combinaison fatale entre une fécondité en berne et un taux de mortalité qui descend sans cesse, ce qui favorise aussi le vieillissement de sa population. Selon la Fondation Bertelsmann, groupe allemand sis à Gütersloh (Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie), la population espagnole ayant l’âge de travailler va commencer à décroître à partir de 2025 en raison de ce phénomène.

Plus encore : d’après un rapport commandé par cette fondation auprès de l’Institut autrichien de Recherche économique (WIFO), le vieillissement des Espagnols pourrait entraîner une perte de 200 milliards d’euros sur le produit intérieur brut (PIB) du pays d’ici à 2050, soit 3 400 euros en moins par citoyen. L’impact économique serait également significatif pour des pays comme le Japon, l’Autriche, l’Allemagne, l’Italie et la France.

Source : https://www.larazon.es/economia/20191212/fn6gqd6xlzhqppmwufyahfygey.html

L’entreprise automobile espagnole SEAT bat son record de ventes jusqu’au mois de novembre 2019

L’entrée du siège de l’entreprise automobile espagnole SEAT, à Martorell, dans la province de Barcelone, en Catalogne (photographie : EFE et Cinco Días)

Entre le 1er janvier et le 30 novembre de l’année en cours, la firme automobile espagnole SEAT, sise à Martorell (province de Barcelone, Catalogne) et intégrée au groupe allemand Volkswagen, a battu son propre record de ventes avec 542 800 véhicules, soit 10,3 % de plus que sur la même période de l’année 2018. Le précédent record avait été établi en l’an 2000. Un mois avant la clôture de l’exercice 2019, les prévisions sont donc très optimistes, ainsi que l’a signalé le vice-président du département commercial de SEAT, le Britannique Wayne Griffiths.

La marque espagnole devrait par conséquent réaliser le meilleur résultat en termes de ventes en 70 ans d’histoire. C’est notamment le succès du modèle SEAT Cupra, dont il s’est vendu 22 800 unités jusqu’au 30 novembre dernier, qui a permis une telle réussite. Plusieurs pays ont été particulièrement réceptifs aux véhicules de la compagnie : l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Autriche, la Suisse, Israël et le Danemark. En Espagne même, les ventes de SEAT se sont maintenues à 103 300 véhicules.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/12/09/companias/1575898694_135149.html