Le parc du Retiro, à Madrid, se modernise pour la sécurité de ses visiteurs

Le palais de Cristal (« Palacio de Cristal »), l’un des lieux remarquables du parc du Buen-Retiro, à Madrid (photographie : Pinterest)

Principal poumon vert du centre de Madrid, le parc du Buen-Retiro va se moderniser au mois de septembre 2020 afin d’assurer au mieux la sécurité de ses visiteurs, notamment suite à certains accidents liés à des chutes de branches, voire d’arbres ces dernières années. La mairie de Madrid, actuellement dirigée par José Luis Martínez-Almeida (Parti populaire), va notamment faire installer à toutes les entrées du parc des écrans avec des indications sur l’état du parc, ainsi que l’a confirmé aux médias le conseiller municipal à l’Environnement et à la Mobilité, Borja Carabante (PP).

L’installation de tels équipements a de fait débuté le 13 avril dernier. Par ailleurs, un système de haut-parleurs tout à fait innovant sera réparti dans l’ensemble du parc afin de passer, le cas échéant, des annonces permettant par exemple l’évacuation du parc. La technologie en question a été développée par une jeune entreprise espagnole installée dans le quartier de Villaverde, à Madrid même. En parallèle, un nouveau protocole de sécurité sera élaboré par les autorités municipales concernant le parc du Buen-Retiro.

Source : https://www.abc.es/espana/madrid/abci-retiro-tendra-septiembre-megafonia-y-paneles-informativos-para-evacuaciones-emergencia-202006150043_noticia.html#vca=rrss-inducido&vmc=abc-es&vso=tw&vli=noticia-foto

Décès de l’homme politique espagnol Juli Sanclimens Genescà à l’âge de 84 ans

La cathédrale gothique de Manresa, dans la province de Barcelone, en Catalogne (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce vendredi 12 juin 2020 le décès à Manresa, dans la province de Barcelone (Catalogne), à l’âge de 84 ans, de l’homme politique espagnol Juli Sanclimens Genescà, qui était né dans la même ville aujourd’hui peuplée d’environ 78 000 habitants le le 29 août 1935. Diplômé de l’Institut des Études supérieures de l’Entreprise (Instituto de Estudios Superiores de la Empresa, IESE) de Barcelone, il est joueur de basketball entre 1973 et 1975 puis président du principal club de la commune dans cette discipline.

Membre de la Convergence démocratique de Catalogne (Convergencia Democrática de Cataluña, CDC), l’un des principaux partis de droite régionale, à partir de 1976, il est membre de son Comité exécutif national (Comité Ejecutivo Nacional) de 1987 à 1995. À ce titre, il est notamment maire de Manresa entre 1987 et 1995 et président de l’Association catalan des Communes et Comarques (Asociación Catalana de Municipios y Comarcas). Il est député au Parlement régional de Catalogne (Parlament) de 1988 à 1995.

Source : https://enmemoria.lavanguardia.com/fallecimiento/juli-sanclimens-genesca/57238726

Deux universités espagnoles se retrouvent parmi les 200 meilleures au monde selon un classement britannique

Les bâtiments historiques de l’Université de Barcelone, en Catalogne (photographie : Université de Barcelone)

Élaboré chaque année par l’entreprise de consulting britannique Quacquarelli Symonds, le classement des universités mondiales QS World University Rankings place cette année deux établissements universitaires espagnols parmi les 200 meilleurs au monde. Il s’agit en premier lieu de l’Université de Barcelone (182e mondiale, soit une chute de 17 places par rapport à son classement de 2019). La deuxième dans cette frange est l’Université autonome de Madrid, qui passe en un an de la 192e à la 200e place.

Par la suite, l’on retrouve :

  • l’Université Complutense de Madrid, 206e (contre 212e l’année dernière) ;
  • l’Université de Navarre, première université espagnole privée de ce tableau (252e) ;
  • l’Université Pompeu-Fabra de Barcelone (287e) ;
  • l’Université Charles-III de Madrid (311e) ;
  • l’Université polytechnique de Catalogne (314e) ;
  • l’Université polytechnique de Valence, dans la Communauté de Valence (326e) ;
  • et l’Université IE de Ségovie (Castille-et-León), qui pointe en 332e position.

Source : https://www.elconfidencial.com/alma-corazon-vida/educacion/2020-06-10/universidades-espanolas-200-mejores-del-mundo-ranking-qs_2622032/

Un nouveau coup de jeune pour la Plaza Mayor de Madrid

La Plaza Mayor de Madrid (photographie : Belén Díaz et ABC)

Vieille de plus de 400 ans, la célèbre Plaza Mayor de Madrid, classée Bien d’Intérêt culturel (Bien de Interés Cultural, BIC), a perdu ces dernières années de sa superbe pour des raisons culturelles, commerciales et architecturales. C’est pourquoi la mairie de la capitale, aujourd’hui dirigée par José Luis Martínez-Almeida (Parti populaire), a lancé une consultation avec des associations, les habitants de la zone et des commerçants afin de lui redonner un coup de jeune dans les années à venir. L’objectif est de redynamiser la place et ses alentours mais aussi de donner un foyer aux personnes sans abri qui y trouvent refuge le soir.

Le maire de l’arrondissement du Centre, José Fernández (PP), travaille d’ores et déjà main dans la main avec la police municipale, le SAMU social et le Département au Nettoyage de la ville. À l’occasion d’une réunion à distance, le 30 avril dernier, un premier plan d’action a déjà été validé sur le principe. Le premier pas de ce programme sera d’améliorer l’éclairage public sur la place avant de favoriser les activités culturelles sur la Plaza Mayor et aux alentours. D’autres décisions seront plus épineuses, comme l’installation illégale de dispositifs de climatisation sur les façades ainsi que de pergolas et de parasols sur les toits.

Source : https://www.abc.es/espana/madrid/abci-plan-renove-para-plaza-mayor-recuperacion-patrimonio-limpieza-y-asistencia-sintecho-202006070114_noticia.html#

Dix villages espagnols sont en lice pour devenir la capitale du tourisme rural en 2020

La commune d’Artenara, située sur l’île de Grande Canarie, dans la province de Las Palmas de Grande Canarie, aux îles Canaries (photographie : El País)

Lancée en 2017 par le site Internet espagnol Escapada Rural (littéralement, « Escapade Rurale »), la compétition de capitale du tourisme rural a pour objectif de promouvoir des destinations moins connues ou courues en Espagne afin de mettre en valeur le patrimoine naturel, historique et artistique de la campagne de notre voisin ibérique. En 2017, c’est Sigüenza (province de Guadalajara, Castille-La Manche) qui a été sélectionnée. Elle a été suivie par Aínsa-Sobrarbe (province de Huesca, Aragon) en 2018 et par Santillana del Mar (Cantabrie) en 2019.

Pour l’année 2020, les communes suivantes sont en lice :

  1. Artenara, île de Grande Canarie, province de Las Palmas de Grande Canarie (îles Canaries) ;
  2. Aýna, province d’Albacete (Castille-La Manche) ;
  3. Cazalla de la Sierra, province de Séville (Andalousie) ;
  4. Colombres, hameau de la commune de Ribadedeva (Principauté des Asturies) ;
  5. La Puebla de Guadalupe, province de Cáceres (Estrémadure) ;
  6. Leiza (Navarre) ;
  7. Potes (Cantabrie) ;
  8. Rascafría (Communauté de Madrid) ;
  9. El Rasillo de Cameros (La Rioja) ;
  10. et Santo Domingo de Silos, province de Burgos (Castille-et-León).

Source : https://elviajero.elpais.com/elviajero/2020/05/29/album/1590751580_140649.html#foto_gal_1

Décès du peintre et architecte espagnol Manuel Jorge à l’âge de 91 ans

L’église Saint-Sauveur-d’Asma, située dans la commune de Chantada, dans la province de Lugo, en Galice (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce dimanche 24 mai le décès à Jávea, dans la province d’Alicante (Communauté de Valence), à l’âge de 91 ans, du peintre et architecte espagnol Manuel Jorge, qui était né à Chantada, dans la province de Lugo (Galice), en 1929. Actif durant la seconde moitié du XXe siècle, il était diplômé de l’École supérieure d’Architecture (Escuela Superior de Arquitectura) de Madrid et avait également étudié les sciences exactes et le calcul infinitésimal.

Formé sur le tas à la peinture, il commence à exposer dans la capitale espagnole en 1961 avant d’acquérir une certaine notoriété nationale avec des expositions à Barcelone (Catalogne) et à Saint-Jacques-de-Compostelle (Galice). Adepte de l’architecture organique et durable, il s’installe avec son épouse, l’artiste finlandaise Christina Snellman, à Jávea, où il termine sa vie.

Source : https://www.galiciapress.es/texto-diario/mostrar/1968343/muere-alicante-arquitecto-pintor-chantandino-manuel-jorge-91-anos

Les anciennes maisons des employés du Canal Isabelle-II de Madrid sont menacées de destruction

La localisation à Madrid des anciennes maisons des employés du Canal Isabelle-II (photographie : Association madrilène Citoyenneté et Patrimoine)

Construites en 1876 sous la forme de pavillons individuels pour les gardiens du Canal Isabelle-II de Madrid, entreprise chargée de fournir en eau courante et potable l’agglomération de la capitale espagnole, les anciennes maisons des employés de l’entreprise ont été utilisées comme telles jusqu’en 1992. Joyaux de l’architecture madrilène du XIXe siècle, elles sont désormais menacées de destruction en raison du développement d’un nouveau plan d’urbanisme autour du premier dépôt du Canal Isabelle-II, bâti en 1858 dans le quartier de Chamberí.

C’est au mois de décembre 2019 qu’une première sonnette d’alarme a été tirée les concernant, en raison de la validation du « Plan spécial de Réagencement et d’Amélioration du Système de Dotations de la rue Cea-Bermúdez et de la place du Comte-de-la-Vallée-de-Súchil » (Plan Especial de Reordenación y Mejora del Sistema Dotacional de la calle Cea-Bermúdez y la plaza del Conde del Valle de Súchil). C’est notamment l’Association madrilène pour la Citoyenneté et le Patrimoine (Asociación Madrid Ciudadanía y Patrimonio) qui est montée au créneau pour défendre l’ensemble architectural.

Source : https://elpais.com/espana/madrid/2020-05-19/las-casas-para-empleados-del-canal-de-isabel-ii-una-joya-del-siglo-xix-amenazada-por-un-nuevo-urbanismo.html?ssm=TW_CC

Un consortium de quatre entreprises espagnoles fabriquera le nouveau blindé de l’armée

L’usine d’armement de l’entreprise espagnole Santa Bárbara Sistemas de Trubia, à Oviedo, dans la Principauté des Asturies (photographie : Álex Piña et El Comercio)

La ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles (Parti socialiste ouvrier espagnol), a annoncé ce mercredi 13 mai 2020 que l’État espagnol signera au troisième trimestre de l’année en cours un contrat avec quatre entreprises espagnoles afin que ces dernières construisent le nouveau blindé de l’armée de notre voisin ibérique.

Les quatre entreprises en question sont Indra (sise à Alcobendas, dans la Communauté de Madrid), Santa Bárbara Sistemas (dont le siège se trouve à Madrid), Sapa Plasencia (dont le quartier général est à Andoáin, dans la province de Guipuscoa, au Pays basque) et Escribano Mechanical & Engineering (qui a son siège à Alcalá de Henares, dans la Communauté de Madrid). Ces quatre sociétés formeront un consortium temporaire, tel que régulé par l’article 346 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union européenne (UE).

Environ 650 emplois directs et 1 000 emplois indirects seront créés sur les sites de production d’Oviedo (Principauté des Asturies), Madrid, Séville (Andalousie) et Andoáin. Il s’agira pour les usines concernées de construire un blindé 8×8 sur une durée estimée d’environ sept ans après signature du contrat.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/05/13/companias/1589385855_691816.html

Décès de l’historien et muséologue espagnol Miguel Ángel Catalá Gorgues à l’âge de 70 ans

L’Académie royale des Beaux-Arts Saint-Charles de Valence, dans la Communauté de Valence (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce mardi 12 mai 2020 le décès à Valence (Communauté de Valence), à l’âge de 70 ans, de l’historien, écrivain et muséologue espagnol Miguel Ángel Catalá Gorgues, qui était né dans la même ville le 5 août 1949. Diplômé de l’Université de Valence en 1971, il défend une thèse de doctorat intitulé Las pinturas murales valencianas de los siglos XIV y XV (littéralement, Les peintures murales valenciennes des XIVe et XVe siècle) et obtient en 1972 une certification en langue valencienne.

Professeur d’histoire de l’art, d’histoire universelle et d’histoire espagnole à l’Institut national Luis-Vives de Valence, directeur des musées auprès de la mairie de la ville, il devient en 1977 membre de l’Académie royale des Beaux-Arts Saint-Charles de Valence. Collaborateur habituel de nombreuses revues spécialisées, il a consacré une grande partie de sa vie à l’étude et à la divulgation de l’art de sa région et de sa ville.

Source : https://es.wikipedia.org/wiki/Miguel_Ángel_Catalá_Gorgues

Décès du diplomate espagnol José Pedro Sebastián de Erice à l’âge de 77 ans

L’ambassade d’Espagne en Allemagne, à Berlin (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce mercredi 6 mai 2020 le décès à Madrid, à l’âge de 77 ans, du diplomate espagnol José Pedro Sebastián de Erice y Gómez-Acebo, qui était né à Porto (Portugal) en 1943. Membre de la délégation espagnole qui a négocié l’entrée du pays dans la Communauté économique européenne (CEE), effective au 1er janvier 1986, il était attaché économique et commercial auprès de l’ambassadeur d’Espagne à Vienne (Autriche) puis à Washington D.C. (États-Unis d’Amérique).

Représentant adjoint de son pays à l’Organisation des Nations unies pour le Développement industriel (ONUDI), sise à Vienne, il est nommé en juillet 1996 ambassadeur d’Espagne en Allemagne. De 2002 à 2003, au sein du second gouvernement de José María Aznar (Parti populaire), il est sous-secrétaire d’État au Ministère des Affaires étrangères. De 2003 à 2006, il est ambassadeur du Royaume d’Espagne en Chine.

Source : https://es.wikipedia.org/wiki/José_Pedro_Sebastián_de_Erice