La cathédrale de Valence, en danger à cause des termites

Une zone affectée par les termites dans la cathédrale de l’Assomption-de-Notre-Dame de Valence, dans la Communauté de Valence (photographie : AVAN et ABC)

Chef-d’œuvre de l’architecture religieuse du bassin méditerranéen mêlant divers styles (dont le roman et le gothique), la cathédrale de l’Assomption-de-Notre-Dame de Valence (Communauté de Valence) est aujourd’hui menacée par une invasion de termites qui rongent tous les éléments en bois qu’elles rencontrent, dont les poutres du bâtiment. Selon l’architecte-restaurateur en charge du monument, Salvador Vila, il existe aujourd’hui un risque d’effondrement d’une partie du temple, du côté de la Loge des Chanoines.

Vila tire aujourd’hui la sonnette d’alarme car cela fait plusieurs années que le budget prévu pour l’extermination des termites et la consolidation de l’ensemble n’a pas été validé par le Département régional à la Culture. Il a fallu poser des étais provisoires afin de soutenir les poutres de 45 centimètres de largeur attaquées par les insectes car elles sont aujourd’hui dans un très mauvais état.

Source : https://www.abc.es/espana/comunidad-valenciana/abci-catedral-valencia-alerta-riesgo-colapso-fachada-renacentista-termitas-201905131757_noticia.html

Publicités

Un groupe privé cherche à rénover la maison natale de Diego de Velázquez à Séville

L’une des dépendances de la maison natale du peintre espagnol Diego de Velázquez, à Séville, en Andalousie (photographie : Cristina Gómez et ABC)

Il s’agit de l’une des très rares maisons populaires du XVIe siècle encore debout à Séville, capitale de l’Andalousie : celle où est né le célèbre peintre espagnol Diego de Velázquez (1599-1660), notamment connu pour le tableau Les Ménines. Un groupe de cinq investisseurs sévillans, dirigé par l’écrivain et journaliste Enrique Bocanegra, a racheté l’immeuble du centre de la ville, situé non loin de la place Saint-Pierre, où a également été baptisé l’artiste.

L’objectif de ce groupe privé est de rénover le lieu pour en faire un vaste musée dédié au peintre, sur le modèle de la maison de Mozart à Salzbourg (Autriche), de celle de Rubens à Anvers (Belgique), celle de Shakespeare à Stratford-upon-Avon (Royaume-Uni) ou de celle de Rembrandt à Amsterdam (Pays-Bas). Face à l’inaction de la Junte d’Andalousie et de la municipalité de Séville, ces investisseurs font désormais appel aux dons des particuliers pour faire aboutir leur projet. Ils collaborent pour ce faire avec l’organisme culturel Hispania Nostra.

Cet immeuble de deux étages s’étend sur une superficie de 590 mètres carrés. Son acquisition s’inscrit par ailleurs dans un vaste mouvement de mise en valeur des demeures des artistes espagnols en général et andalous en particulier. Ces dernières années, des projets ont été lancés ou menés à bien concernant la maison du poète Luis Cernuda (1902-1963) ou du peintre Bartolomé Esteban Murillo (1618-1682).

Source : https://sevilla.abc.es/cultura/sevi-casa-natal-velazquez-sevilla-recurre-micromecenazgo-ante-pasividad-autoridades-201905120049_noticia.html#vca=rrss&vmc=abc-es&vso=tw&vli=cm-cultura

Une nouvelle application 5G permet de découvrir l’histoire de Ségovie

Le célèbre alcazar de Ségovie, en Castille-et-León (photographie : Alberto R. Roldán et La Razón)

L’entreprise de télécommunications espagnole Telefónica, géant du secteur et ancien opérateur national dans le domaine, a présenté au début du mois de mai 2019 une application pour téléphone portable qui utilise la technologie 5G afin de découvrir l’histoire de Ségovie (capitale de province de Castille-et-León), notamment à l’époque médiévale. Cette application de réalité augmentée offre ainsi un parcours qui va du célèbre alcazar jusqu’à l’aqueduc romain en passant par l’église Saint-Martin, la porte Saint-Martin et le rue Almira.

Les touristes qui se serviront de ladite application pourront vivre presque « en vrai » le couronnement de la reine Isabelle la Catholique (1474-1504) à l’aide de lunettes de réalité virtuelle. D’autres personnages historiques viendront peupler ce parcours, comme la fille aînée de la reine, Isabelle (1470-1498), le demi-frère de la souveraine, Henri IV de Castille (1454-1474), ou encore son époux, Ferdinand d’Aragon (1479-1516).

Source : https://www.larazon.es/tecnologia/una-aplicacion-5g-recorre-segovia-con-isabel-la-catolica-EB23223263

Le palais de Liria deviendra un musée

Une pièce du palais de Liria, à Madrid, avec des tableaux de maîtres espagnols (photographie : Luis Sevillano et El País)

Dans les prochains moins, le palais de Liria, résidence principale de la grande famille aristocratique d’Albe, à Madrid, deviendra un musée ouvert au public. Il s’agit d’une annonce majeure de la part de la fondation de la Maison-d’Albe, puisque l’enceinte constitue la collection artistique et historique privée la plus riche et importante d’Espagne. Bâtiment du XVIIIe siècle le plus remarquable de la capitale après le palais royal d’Orient, le palais de Liria pourra ainsi être visité de façon quasi intégrale (y compris les cuisines ou les salles à manger).

Cela permettra aux hôtes de ces lieux de ne plus avoir à prêter de façon régulière les objets d’art que recèle leur résidence. Il y a sept ans, par exemple, ils avaient organisé avec la municipalité de Madrid une grande exposition intitulée El legado de la Casa de Alba – Mecenazgo al servicio del arte (littéralement, « Le legs de la Maison d’Albe – Mécénat au service de l’art »), qui avait alors regroupé 150 pièces d’une grande valeur. Environ 160 000 personnes s’étaient rendues à cette exposition.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/05/07/actualidad/1557242762_616571.html

Les deux arrondissements les plus chers d’Espagne se trouvent à Madrid

Une vue aérienne de Madrid (photographie : Pablo Monge et Cinco Días)

Les deux arrondissements (distritos) les plus chers d’Espagne en termes de prix du mètre carré se situent tous les deux, sans grande surprise, à Madrid. Il s’agit de celui de Chamberí, dont les logements de luxe ont connu un accroissement interannuel de 15 % entre avril 2018 et avril 2019, ainsi que de Salamanca, avec une augmentation de 8 %. Dans le deuxième cas, le prix moyen du mètre carré a dépassé les 7 000 euros.

En moyenne, les acquéreurs dans ces deux arrondissements oscillent entre 600 000 et 2,5 millions d’euros, selon les données fournies par l’agence immobilière espagnole de prestige Barnes. Dans l’arrondissement de Chamberí, les quartiers les plus coûteux par mètre carré habitable sont Almagro et Trafalgar, tandis que le cours de la Castillane et Goya sont les deux zones les plus chères de Salamanca.

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2019/05/07/companias/1557228794_191408.html

Joan Margarit, nouveau prix Reine-Sophie de poésie ibéro-américaine

Le poète espagnol Joan Margarit, récompensé à l’occasion de l’édition 2019 du prix Reine-Sophie de poésie ibéro-américaine (photographie : Juan Barbosa et El País)

Ce mardi 7 mai 2019, le poète espagnol Joan Margarit a été officiellement proclamé vainqueur de l’édition 2019 du prix Reine-Sophie de poésie ibéro-américaine. Cette récompense, créée en 1992 et placée sous le patronage de l’ancienne reine d’Espagne (qui lui a donné son nom), vient ainsi couronner l’écrivain de notre voisin ibérique, né le 11 mai 1938 à Sanahuja, dans la province de Lérida (Catalogne). Il succède au palmarès au Vénézuélien Rafael Cadenas.

Ce prix distingue un auteur de langue espagnole ou portugaise s’étant particulièrement illustré dans le domaine de la poésie tout au long de sa carrière et, jusqu’à présent, il a été remis à 22 hommes et 6 femmes. Ancien professeur à l’École technique supérieure d’Architecture de Barcelone (Catalogne), Joan Margarit i Consarnau a écrit de nombreux recueils aussi bien en espagnol qu’en catalan.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/05/07/actualidad/1557225902_280619.html

L’Espagne est le meilleur pays au monde pour voyager seul

L’architecture typique de Teruel, capitale de province en Aragon (photographie : Calafell Évasion)

Selon un classement élaboré par le magazine américain US News & World Report, l’Espagne est, en 2019, le meilleur pays au monde pour voyager seul. C’était déjà le cas en 2018 et, cette année, notre voisin ibérique précède l’Italie et, en troisième position, la Nouvelle-Zélande. Ce classement, élaboré à partir des années 80, prend en compte plusieurs critères, dont l’amabilité des autochtones – catégorie dans laquelle les Espagnols atteignent la note maximale (10 sur 10).

L’Espagne se place aussi très favorablement dans des catégories comme le patrimoine artistique et historique, les activités culturelles, la gastronomie, les aventures à vivre, le divertissement, le climat, la sympathie nationale, le bonheur des citoyens, la mode, la modernité, l’influence culturelle, la sécurité, etc. Le Brésil et la Grèce sont également deux nations bien placées dans ce classement.

Source : https://www.heraldo.es/noticias/aragon/2019/05/02/espana-el-mejor-pais-del-mundo-para-viajar-solo-1312251.html

« Le premier hôtel capsule d’Espagne ouvre ses portes à Bilbao »

Le pont du prince-et-de-la-princesse-d’Espagne, à Bilbao, dans la province de Biscaye (Pays basque) – Photographie : El Puente de Cádiz

Cet article, intitulé « Le premier hôtel capsule d’Espagne ouvre ses portes à Bilbao » et publié le vendredi 3 mai 2019 sur le site français Le Courrier d’Espagne, revient sur l’ouverture du premier hôtel de ce genre dans la capitale de la province de Biscaye, au Pays basque : https://www.lecourrier.es/le-premier-hotel-capsule-despagne-ouvre-ses-portes-a-bilbao/?fbclid=IwAR1Vu6ZE5M0wVOJCJwq2HVEBYWKCpNIWengk39bycY_K9xfMV5VVAGFen6E

Une nouvelle collection privée ouvrira ses portes à Valence dans un palais historique rénové

Le palais des Valeriola, à Valence, dans la Communauté de Valence (photographie : J. Díez Arnal)

Hortensia Herrero, vice-présidente de la chaîne espagnole de supermarchés Mercadona (mais également femme du président fondateur, Juan Roig, et deuxième plus importante actionnaire du groupe), a acheté en 2016 à la famille Armada le palais des Valeriola, situé rue de la Mer, à Valence (Communauté de Valence). Son objectif était de le rénover et de le transformer en écrin pour y exposer sa collection d’art privée.

Ce nouveau musée devrait voir le jour d’ici à 2022 ou 2023, si le calendrier des travaux est respecté, et portera le nom de Centre d’Art Hortensia-Herrero. L’espace total consacré à cette collection sera d’environ 3 500 mètres carrés et il est rénové sous la direction du cabinet ERRE Arquitectura, dirigé par l’une des filles de Juan Roig, Amparo Roig, et l’architecte José Martí. Cette rénovation est cependant très critiquée par les riverains, qui estiment qu’elle ne respecte pas l’esprit originel du bâtiment.

Source : https://www.elconfidencial.com/espana/comunidad-valenciana/2019-05-02/hortensia-herrero-centro-de-arte-valencia_1978982/

Découverte de restes d’un temple paléo-chrétien sous la cathédrale de Barcelone

L’autel de la cathédrale Saintes-Croix-et-Eulalie de Barcelone, avec ses vestiges romains utilisés comme pieds (photographie : FHEAG et ABC)

Menée à bien par la Faculté Antonio-Gaudí d’Histoire, d’Archéologie et d’Arts chrétiens (FHEAG) de Barcelone (Catalogne), une prospection au géoradar a permis de découvrir sous le fondements de la cathédrale Saintes-Croix-et-Eulalie de la métropole les vestiges d’un temple paléo-chrétien daté entre le IIIe et le VIIIe siècles de notre ère. Il s’agit plus précisément d’un baptistère dont l’étude est l’œuvre de Julia Beltrán et Isabel Rodà.

Par ailleurs, la journée d’analyse organisée par la FHEAG a également permis de déterminer que la cathèdre en usage dans la cathédrale de Barcelone est utilisée par les évêques de la ville au moins depuis 1058, ce qui en fait l’une des plus anciennes d’Espagne. D’autres éléments réalisés à l’époque romaine ou au début du christianisme ont été passés au crible, comme les fonts baptismaux ou la tombe de saint Raymond de Peñafort.

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-descubren-restos-templo-paleocristiano-bajo-catedral-barcelona-201905030938_noticia.html