Décès de la skieuse paralympique espagnole Susana Herrera à l’âge de 56 ans

La skieuse paralympique espagnole Susana Herrera (photographie : Comité paralympique espagnol et Marca)

L’on apprenait ce samedi 2 novembre 2019 le décès en Andorre, à l’âge de 56 ans, de la skieuse paralympique espagnole Susana Herrera Jordán, qui était née à Barcelone (Catalogne) le 25 octobre 1963. Elle vivait dans la principauté frontalière de la France et de l’Espagne depuis de nombreuses années. Après un accident, elle avait subi une longue période de coma qui lui avait laissé de graves séquelles (perte de la vue, de la parole et lésion cérébrale sérieuse entraînant une hémiplégie).

Spécialiste de ski alpin handisport, elle a notamment remporté une médaille d’or en descente et une médaille de bronze en slalom géant lors des Jeux paralympiques d’Hiver d’Innsbruck (Autriche), en 1988. C’est grâce à l’Organisation nationale des Aveugles espagnols (Organización Nacional de Ciegos Españoles, ONCE) qu’elle avait pu entrer dans le sport professionnel après son accident.

Source : https://www.marca.com/paralimpicos/2019/11/03/5dbf32d746163fe9808b4571.html

Publicité

L’entreprise espagnole d’ingénierie Media Madera part à la conquête du monde

Conçu par la firme espagnole Media Madera, ce pont enjambe l’Aube à Troyes, en France (photographie : Media Madera et ABC)

Créée au milieu des années 90 et sise à Gijón (Principauté des Asturies), l’entreprise espagnole Media Madera était à l’origine une firme spécialisée dans le conseil technique. Peu à peu, elle s’est mise à concevoir et fabriquer des ponts et structures en bois d’un genre nouveau et dans la veine écologique et durable. Elle a par exemple réalisé des ponts pour des communes espagnoles comme Colmenar Viejo (Communauté de Madrid), Mazcuerras (Cantabrie) ou Amorebieta-Echano (province de Biscaye, Pays basque).

Depuis plusieurs années, elle travaille également de façon régulière avec des clients situés au Portugal, en Andorre ou en France. Elle prévoit désormais de s’étendre en Europe centrale et orientale, en Afrique du Nord et dans le golfe Arabo-Persique. Le 19 septembre 2019, elle a de plus reçu le Prix national d’Ingénierie industrielle, remis par le Conseil général des Collèges officiels d’Ingénieurs industriels (CGCOII).

Source : https://www.abc.es/noticias/abci-puentes-sostenibles-made-spain-para-unir-mundo-201909100249_noticia.html

Un très bon dimanche pour le sport espagnol chez les jeunes

Les membres de la sélection nationale espagnole féminine de basketball des moins de dix-huit qui a été couronnée de succès début septembre (photographie : Fédération espagnole royale de Basketball)

Outre le victoire du joueur de tennis Rafael Nadal au tournoi du grand chelem de New York (États-Unis d’Amérique), ce dimanche 8 septembre 2019 a été couronné de succès pour le sport espagnol dans les catégories les plus jeunes. C’est ainsi que la sélection nationale masculine de rink hockey a conservé son titre européen chez les moins de dix-sept ans en battant en finale l’équipe portugaise à domicile, à Torres Vedras. Lors de la phase de groupes, les Espagnols ont battu l’Angleterre, Andorre et Israël. En phase à élimination directe, ils on vaincu la Suisse, l’Italie et enfin l’équipe-hôte.

De son côté, la sélection nationale féminine des moins dix-huit ans a remporté le tournoie 3×3 organisé en Géorgie. En phase de groupes, elle s’est imposée à l’Ukraine et à la Turquie avan de se débarrasser d’Israël, de la France et, en finale, de l’Allemagne. En waterpolo, enfin, la sélection nationale féminine des jeunes a remporté son championnat d’Europe à Vólos (Grèce) en battant la Russie en finale. Auparavant, les joueuses étaient venues à bout de la Serbie et des Pays-Bas.

Sources : https://www.efe.com/efe/espana/practicodeporte/la-seleccion-espanola-sub-17-revalida-el-titulo-europeo/50000944-4059186, http://www.feb.es/2019/9/8/baloncesto/u18f-campeona-europa-3×3/79953.aspx et https://www.efe.com/efe/espana/practicodeporte/la-juvenil-de-waterpolo-brillante-campeona-europa-con-pleno-victorias/50000944-4059443

Les autorités françaises s’indignent contre un groupuscule lié à la gauche séparatiste catalane

Anna-Gabriel-CUP-Gava-ACN_ARAIMA20150920_0141_1
La députée régionale catalane Ana Gabriel, plus célèbre représentante de la Candidature d’Unité populaire (photographie : Kaos en la red)

La fête régionale catalane (Diada) de cette année n’a pas seulement été l’occasion de toutes les manipulations historiques et statistiques, elle a aussi été un grand défouloir pour tous les séparatistes « radicaux » et les groupuscules plus ou moins violents liés à l’indépendantisme. C’est ainsi que deux personnages coiffés d’une capuche et dont le visage était dissimulé ont décidé, en pleine marche, de brûler un drapeau espagnol et un drapeau français. Si les Espagnols ont malheureusement l’habitude de l’irrespect de leurs symboles nationaux par les sécessionnistes (qui exigent de leur côté une déférence absolue pour les symboles régionaux), les Français sont plus sourcilleux à ce sujet et cette crémation improvisée n’est pas passée inaperçue sur les réseaux sociaux. C’est ainsi que Raphaël Chambat, conseiller consulaire français à Barcelone, a demandé sur Twitter et en espagnol la dissolution immédiate du groupe « radical » Arran, auteur de cet affront, lié à la Candidature d’Unité populaire (CUP), parti de gauche séparatiste.

Invité à s’exprimer sur la fréquence de radio espagnole COPE, il s’est dit indigné par cet outrage et a affirmé que la France ne saurait tolérer un tel agissement. Toujours sur Twitter, il a demandé une réponse de la part de la justice espagnole. De son côté, Samantha Cazebonne, députée des Français de l’étranger pour l’Espagne, le Portugal, Andorre et Monaco a elle aussi réagi sur Twitter et s’est émue de l’affront. Elle a demandé que cet acte ne reste pas impuni. La France est concernée depuis longtemps par le séparatisme catalan (puisque les indépendantistes ont des revendications sur le département des Pyrénées-Orientales) mais elle se réveille brutalement aujourd’hui…

Source : http://www.abc.es/espana/abci-francia-pide-quema-bandera-diada-no-quede-impune-201709121103_noticia.html#ns_campaign=rrss-inducido&ns_mchannel=abc-es&ns_source=fb&ns_linkname=noticia.video&ns_fee=0

Les États-Unis d’Amérique choisissent enfin leur prochain ambassadeur en Espagne

Buchan_DukeCROPPED2
Duke Buchan, l’homme choisi par Donald Trump (photographie : Université de Caroline du Nord)

Après des mois d’atermoiement, suite au remplacement annoncé de James Costos à la tête de l’ambassade américaine à Madrid, le président des États-Unis d’Amérique, Donald Trump, a finalement choisi qui sera le nouvel ambassadeur de Washington en Espagne. Il s’agit de l’un de ses principaux donateurs de campagne, Duke Buchan, né le 3 juillet 1963 à Henderson, en Caroline du Nord. Fondateur de Hunter Global Investor, cet homme d’affaires avait commencé par soutenir John Ellis Bush (dit « Jeb » Bush) lors des primaires républicaines de 2016 avant de se rabattre sur Donald Trump.

Fils de fermiers, Duke Buchan étudie à l’université Chapel-Hill de Caroline du Nord, où il se spécialise dans les sciences économiques et la langue espagnole. Il a notamment été choisi par Donald Trump car il est fin connaisseur des réalités hispaniques et parle couramment la langue de Cervantes – ainsi que le catalan, langue officielle d’Andorre, pays auprès duquel il sera également ambassadeur. Il doit encore être confirmé dans son poste par le Sénat américain, mais ce dernier est dominé par une majorité républicaine et ne devrait donc pas s’opposer à lui.

Source : http://www.hispaniccouncil.org/duke-buchan-sera-el-nuevo-embajador-de-estados-unidos-en-espana/?platform=hootsuite

L’Espagne dispose du huitième meilleur système de santé au monde selon une étude récente

La Paz University Hospital, in Fuencarral-El Pardo district in Madrid (Spain).
Une vue de l’hôpital universitaire de la Paix, à Madrid (photographie : Luis García et Wikipedia)

Selon une étude réalisée entre 1990 et 2015 par la prestigieuse revue médicale britannique The Lancet et la fondation américaine Bill-et-Melinda-Gates, l’Espagne est le huitième meilleur pays au monde pour son système de santé, avec 90 points dans le classement. Elle se retrouve derrière Andorre (95 points), l’Islande (94 points), la Suisse (92 points), la Suède, la Norvège, l’Autriche et la Finlande (qui affichent elles aussi 90 points). En d’autres termes, en dépit de plusieurs années de crise et de coupes réelles dans le budget de la santé publique, notre voisin ibérique se maintient à un excellent niveau en la matière, comparable aux pays scandinaves.

Il dépasse d’autres nations comme les États-Unis d’Amérique ou, plus surprenant, comme l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France ou l’Italie. Cette étude, intitulée Qualité et accès aux soins, a été menée en tout dans 195 pays.

Source : http://www.abc.es/sociedad/abci-espana-octavo-pais-mejor-sanidad-segun-lancet-y-fundacion-gates-201705191304_noticia.html#ns_campaign=rrss-inducido&ns_mchannel=abc-es&ns_source=fb&ns_linkname=noticia.foto&ns_fee=0

Les pays ibéro-américains soutiennent l’Espagne concernant Gibraltar

Réunis à Carthagène des Indes (Colombie) dans le cadre du vingt-cinquième sommet ibéro-américain, les dirigeants et représentants des vingt-deux pays concernés ont signé un communiqué de presse dans lequel ils demandent solennellement au Royaume-Uni de s’assoir à la table des négociations pour discuter avec l’Espagne de l’avenir de Gibraltar, colonie britannique en péninsule Ibérique. Ce sont concrètement les ministres des Affaires étrangères des pays hispanophones et lusophones d’Amérique ainsi que d’Espagne, du Portugal et d’Andorre qui ont officiellement rendu public ce document. Ils y défendent notamment la formule de co-souveraineté sur le Rocher, proposée par Madrid, afin de parvenir à un règlement du problème.

C’est la première fois que les pays ibéro-américains se prononcent aussi clairement en la matière, sachant que le contentieux entre Londres et Buenos Aires concernant les îles Malouines n’est sans doute pas étranger à la question.

Source : https://okdiario.com/espana/2016/10/28/paises-representados-cumbre-iberoamericana-apoyan-cosoberania-espanola-gibraltar-490403

Le Parti ibérique est constitué

C’est l’un des vieux rêves de nombreux Espagnols et Portugais, en particulier de figures importantes comme l’écrivain et prix Nobel de littérature José Saramago (1922-2010) : la réunification de l’Espagne et du Portugal, plus de trois siècles et demi après la fin de l’Union ibérique (1580-1640).

Les sondages montrent qu’une partie substantielle de la population des deux pays souhaite cette réunion selon des modalités qui restent encore à définir. C’est pourquoi l’ancien député socialiste espagnol Casemiro Calderón et l’homme politique portugais Paulo Gonçalves ont constitué à travers la Déclaration de Lisbonne le Parti ibérique, qui vise à rapprocher Espagne, Portugal et Andorre pour en faire à terme une seule et même entité étatique. Leur objectif est ainsi de renforcer le poids démographique, économique, politique et diplomatique des trois pays (notamment vis-à-vis de l’Union européenne) tout en respectant les particularités culturelles et l’identité de chacun. Il ne s’agit pas d’intégrer le Portugal dans l’Espagne mais de créer un grand ensemble où les trois partenaires seraient sur un pied d’égalité.

Les trois langues officielles du parti sont donc l’espagnol, le portugais et le catalan et ses buts à court et moyen terme sont très concrets : favoriser la collaboration entre l’Institut Cervantes et l’Institut Camões ; créer des ligues sportives ibériques ; promouvoir l’enseignement bilingue ; permettre la validité automatique des titres scolaires et universitaires acquis dans l’un des trois pays ; harmoniser les systèmes électriques, de Sécurité sociale et de régulation des marchés ; favoriser la coopération des Banques centrales ; ou encore éliminer les organismes qui feraient doublon.

Source : http://www.abc.es/espana/abci-nace-partido-iberico-propugna-union-espana-portugal-y-andorra-201610051520_noticia.html?ns_campaign=gs_ms&ns_linkname=boton&ns_source=fb&ns_mchannel=abc-es