Il y a autant de chômeurs en Espagne que dans 19 pays européens cumulés

Des chômeurs font la queue devant un bureau pour l’emploi en Andalousie (photographie : Diario de Sevilla)

Si le marché du travail espagnol présente des problèmes structurels très préoccupants, la crise engendrée par le confinement à la suite de la pandémie de coronavirus d’origine chinoise a encore aggravé ces soucis de fond, notamment avec une forte augmentation en quelques mois du nombre de demandeurs d’emploi. Ils sont désormais autant outre-Pyrénées que dans 19 pays de l’Union européenne en cumulé : Belgique, Bulgarie, République tchèque, Danemark, Irlande, France, Chypre, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Autriche, Portugal, Roumanie, Slovénie, Slovaquie, Finlande et Suède.

Par ailleurs, si on compare l’Espagne à l’Allemagne (souvent présentée comme le modèle économique à suivre pour le reste de l’Europe, à tort ou à raison), l’on constate que notre voisin ibérique compte 3,3 millions de demandeurs d’emploi au mois de mai 2020, soit deux fois plus que notre voisin d’outre-Rhin (qui en compte pour sa part 1,7 million). Et même en comparaison de l’Italie, dont les données économiques sont elles aussi inquiétantes, l’Espagne recense 1,3 million de chômeurs supplémentaires.

Source : https://okdiario.com/economia/espana-tiene-mismo-numero-parados-que-19-paises-ue-juntos-doble-que-alemania-5840165?utm_term=Autofeed&utm_campaign=ok&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1593684162

La crise de l’Institut espagnol d’Océanographie se poursuit

Des scientifiques de l’Institut espagnol d’Océanographie lors de la campagne Porcupine, menée à bien dans les eaux territoriales irlandaises à l’automne 2019 (photographie : Francisco Baldó et El País)

Organisme public sis rue du Cœur-de-Marie, à Madrid, fondé en 1914, l’Institut espagnol d’Océanographie (Instituto Español de Oceanografía, IEO) traverse depuis quatorze mois une très grave crise marquée par des pénuries de matériel, l’impossibilité de sortir en haute mer, de grandes difficultés pour embaucher des chercheurs… et pourtant, l’organisme dispose d’excédents financiers confortables. Et plus récemment encore, l’ensemble du directoire de l’Institut a décidé de démissionner en signe de protestation contre le ministre de la Science et de l’Innovation, Pedro Duque (Parti socialiste ouvrier espagnol).

La dette accumulée ne peut être payée avec l’excédent de l’organisme car un conflit oppose chercheurs et administration centrale, conflit qui a également provoqué la démission du directeur du centre de l’IEO des îles Baléares et de celui de Cadix (Andalousie). En février 2020, Pedro Duque a nommé un nouveau directeur à sa tête, Rafael González-Quiros, peu apprécié des employés, dans ce qui semble être un coup de point sur la table très mal perçu.

Source : https://elpais.com/ciencia/2020-06-30/dimite-la-cupula-del-mayor-organismo-oceanografico-de-espana.html

Le film espagnol « Douleur et Gloire » triomphe aux prix Platino

L’acteur espagnol dans le film « Douleur et Gloire » (photographie : El Deseo et El Confidencial)

Créés en 2014, les prix Platino du Cinéma ibéro-américain, dont deux éditions ont vu leur cérémonie se dérouler en Espagne (en 2015 à Madrid et en 2017 à Marbella, dans la province de Málaga, en Andalousie), récompensent chaque année les meilleurs films et professionnels du septième art dans le monde hispanophone et lusophone d’Europe et d’Amérique. Cette année, à l’occasion d’une cérémonie de remise qui s’est déroulée, pandémie de coronavirus oblige, sur Internet, c’est le film Douleur et Gloire (Dolor y gloria, en version originale), de l’Espagnol Pedro Almodóvar, qui a triomphé.

Pas moins de six statuettes ont ainsi été remises à cette production :

  • meilleur film pour la maison de production El Deseo ;
  • meilleur réalisateur pour Pedro Almodóvar ;
  • meilleur scénario pour Pedro Almodóvar ;
  • meilleur interprète masculin pour l’Espagnol Antonio Banderas ;
  • meilleure musique originale pour l’Espagnol Alberto Iglesias ;
  • meilleur montage pour l’Espagnole Teresa Font.

Source : https://www.elconfidencial.com/cultura/2020-06-30/premios-platino-cine-iberoamericano_2661416/

La scène flamenco est déclarée « bien d’intérêt général » dans la ville de Madrid

Un spectacle de flamenco au Corral de la Morería, à Madrid (photographie : Trip Advisor)

Mené par le Corral de la Morería, établissement le plus important pour les spectacles de flamenco à Madrid, le projet de déclaration de ce genre musical traditionnel originaire d’Andalousie en tant que « bien d’intérêt général » (bien de interés general) par la ville de Madrid, aujourd’hui dirigée par José Luis Martínez-Almeida (Parti populaire), est arrivé à bon port en ce mois de juin 2020. Ce sont plus précisément les tablaos, ces scènes où ont lieu les spectacles de flamenco, qui bénéficient désormais de cette protection spéciale.

En 2019, les tablaos ont généré dans la capitale espagnole plus de 1,3 milliard d’euros de bénéfices touristiques et représentent donc un véritable facteur d’attraction pour la ville. Parmi les principaux promoteurs de l’initiative, l’on retrouve Juan Manuel del Rey, propriétaire du célèbre Corral de la Morería et président de l’Association des Tablaos de Flamenco de Madrid (Asociación de Tablaos Flamencos de Madrid). Il a été favorablement reçu, notamment par le vice-maire, Begoña Villacís (Citoyens), et par la conseillère municipale en charge du Département de la Culture, du Tourisme et du Sport, Andrea Levy (PP).

Source : http://www.aireflamenco.com/noticias/3519-los-tablaos-flamencos-son-declarados-bien-de-interes-general-en-madrid?fbclid=IwAR3jhhhmaGFacOoCfZLBMiz9fN2dXq_E-HkePc7J8nu5_CQloWYPukat3LQ

Décès du professeur espagnol José Calvo González à l’âge de 64 ans

Le professeur espagnol José Calvo González (photographie : Sur)

L’on apprenait ce mardi 23 juin 2020 le décès à Málaga (Andalousie), à l’âge de 64 ans, du professeur d’université espagnol José Calvo González, qui était né à Séville (Andalousie) en 1956. Diplômé en droit auprès de l’Université de Séville en 1980, docteur auprès de celle de Málaga quatre ans plus tard, il devient en 2010 professeur de philosophie du droit, après avoir mené des recherches à l’Université de Bologne, en Émilie-Romagne (Italie).

Magistrat suppléant à la Cour supérieure de Justice de l’Audience provinciale (Audiencia Provincial) de Málaga, il a notamment initié les études de philosophie du droit dans plusieurs pays latino-américains (Argentine, Brésil, Pérou, Uruguay, Mexique). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont un rédigé en collaboration avec le grand historien espagnol Javier Tusell (1945-2005) intitulé Giménez Fernández, precursor de la democracia española (littéralement, Giménez Fernández, précurseur de la démocratie espagnole).

Source : https://www.diariosur.es/universidad/fallece-profesor-calvo-20200624144838-nt.html

Des restes archéologiques phéniciens sont découverts par hasard à Cadix

Un pan de mur phénicien apparu lors de travaux dans la partie souterrain de la Cueva del Pájaro Azul, à Cadix, en Andalousie (photographie : EFE et El Español)

Café-concert situé sous le niveau du sol, en plein centre de la ville espagnole de Cadix (Andalousie), rue Saint-Jean, à deux pas de la cathédrale Sainte-Croix, la Cueva del Pájaro Azul (littéralement, « Grotte de l’Oiseau bleu ») a vu passer entre ses murs des artistes de flamenco aussi célèbres et importants que la chanteuse María Dolores Flores Ruiz (dite « Lola » Flores – 1923-1995) ou le guitariste Jorge Monge Cruz (dit « Camarón de la Isla » – 1950-1992). C’est lors de travaux de rénovation au sein de cet établissement qu’a récemment été découvert un reste archéologique daté de l’époque phénicienne.

La ville de Cadix a en effet été fondée il y a trois millénaires environ par cette peuplade originaire de l’actuel Liban sous le nom de Gadir (qui signifiait « forteresse » dans leur langue). Ce pan de mur correspond probablement à un quai ou un morceau de chantier naval, étant donné la proximité géographique avec le port phénicien de la ville antique. Ce vaste chantier de réhabilitation de la Cueva del Pájaro azul promu par la mairie de Cadix, aujourd’hui dirigée par José María González (Podemos), permet donc désormais une analyse du lieu.

Source : https://www.elespanol.com/cultura/historia/20200624/salen-restos-fenicio-cadiz-historica-taberna-flamenca/500200431_0.html?utm_medium=Social&utm_campaign=Echobox&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR0Um09uiX89HQND08ZUSeuswtgSN3jxklLa76DP7bLIRvr6HTH3zldFzmM#Echobox=1592997138

Décès de l’académicien espagnol Federico Corriente à l’âge de 79 ans

L’académicien espagnol Federico Corriente (photographie : ABC)

L’on apprenait ce mardi 16 juin 2020 le décès à Madrid, à l’âge de 79 ans, de l’académicien, arabisant et lexicographe espagnol Federico Corriente Córdoba, qui était né à Grenade (Andalousie) le 14 novembre 1940. Élu à l’Académie royale de la Langue espagnole (Real Academia Española, RAE), vénérable institution dont le siège se trouve dans la capitale, en 2017, il en occupe le fauteuil K à partir du 20 mai 2018, en remplacement de la romancière espagnole Ana María Matute (1925-2014).

Il prend possession de son siège avec un discours intitulé « La investigación de los arabismos del castellano en registros normales, folklóricos y bajos » (littéralement, « La recherche des arabismes du castillan dans les registres normaux, folkloriques et bas »). Diplômé en philologie sémitique auprès de l’Université Complutense de Madrid en 1963, il y obtient sa thèse de doctorat en 1971 avant d’enseigner la langue arabe et la littérature du monde arabophone en Espagne et à l’étranger (Égypte, Maroc, États-Unis d’Amérique).

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-muere-federico-corriente-arabista-y-miembro-real-academia-espanola-202006162248_noticia.html

Décès de l’académicien et professeur espagnol Rafael Valencia à l’âge de 68 ans

L’académicien et professeur espagnol Rafael Valencia, à droite sur la photographie (photographie : Noelia Ruiz et Europa Press)

C’est ce vendredi 12 juin 2020 qu’est décédé à Séville (Andalousie), à l’âge de 68 ans, l’académicien et professeur espagnol Rafael Valencia Rodríguez, qui était né à Berlanga, dans la province de Badajoz (Estrémadure), en 1952. Diplômé en philosophie et en lettres auprès de l’Université de Barcelone (Catalogne) en 1976, docteur en arabe après avoir soutenu sa thèse intitulée Sevilla musulmana hasta la caída del Califato – Contribución a su estudio (littéralement, Séville musulmane jusqu’à la chute du Califat – Contribution à son étude) à l’Université Complutense de Madrid, il est professeur assistant à l’Université de Bagdad (Irak) de 1978 à 1979.

Il enseigne l’arabe et l’histoire du monde musulman dans plusieurs centres d’enseignement supérieur argentins (Université de Buenos Aires, Université du Sauveur, Université Belgrano, Université pontificale catholique, École supérieure de Guerre, entre autres) de 1990 à 1997 avant d’être engagé dans diverses universités marocaines (Université de Fès, Université de Marrakech, Université de Rabat, Université de Tétouan) ainsi qu’à l’Université du Qatar. C’est en 1982 qu’il fait son entrée à l’Université de Séville, où il enseigne jusqu’à sa retraite la langue arabe, l’histoire de l’Islam ainsi que l’histoire et la littérature d’al-Andalus (portion de la péninsule ibérique sous domination arabo-berbère de 711 à 1492).

Source : https://www.europapress.es/andalucia/sevilla-00357/noticia-fallece-rafael-valencia-director-academia-sevillana-buenas-letras-profesor-universidad-sevilla-20200613131723.html

L’Espagne est très présente dans le nouveau calendrier du championnat du monde de Moto GP pour l’année 2020

Le pilote espagnol de Moto GP Marc Márquez (photographie : EFE et El Español)

En raison de la pandémie de coronavirus d’origine chinoise, de nombreuses compétitions sportives internationales ont dû être annulées ou repoussées en cette année 2020. Parmi ces compétitions, le championnat du monde de Moto GP a dû réorganiser son calendrier d’épreuves. Au sein de ces épreuves, l’Espagne est extrêmement présente avec sept courses sur les treize que compte l’Europe. Le championnat reprendra ainsi le 19 juillet prochain sur le circuit Ángel-Nieto de Jerez de la Frontera, dans la province de Cadix (Andalousie).

De fait, cette infrastructure fera l’objet de deux courses, de même que le circuit MotorLand d’Alcañiz, dans la province de Teruel (Aragon), et le circuit Ricardo-Tormo de Cheste, dans la province de Valence (Communauté de Valence). Le circuit de Montmeló, dans la province de Barcelone (Catalogne), fera pour sa part l’objet d’une course.

Source : https://www.elespanol.com/deportes/motor/motogp/20200611/motogp-publica-nuevo-calendario-carreras-europeas-espana/496950817_0.html?utm_medium=Social&utm_campaign=Echobox&utm_source=Twitter#Echobox=1591873547

Le géant américain d’Internet Amazon va ouvrir cette année un centre logistique dans la banlieue de Madrid

Une vue d’artiste du futur centre logistique de l’entreprise américaine Amazon à Alcalá de Henares, dans la Communauté de Madrid (image : Cinco Días)

Le géant américain de la vente en ligne Amazon, dont le siège se trouve à Seattle (État de Washington), ouvrira cette année un nouveau centre logistique outre-Pyrénées, précisément situé à Alcalá de Henares, dans la banlieue orientale de Madrid. D’une superficie de 75 000 mètres carrés, situé à 27 kilomètres de l’aéroport Adolfo-Suárez de Madrid-Barajas, il devrait employer environ 500 personnes, qui s’ajouteront ainsi aux 7 000 emplois fixes dont dispose déjà la multinationale chez notre voisin ibérique.

Ce centre logistique fait suite à celui de San Fernando de Henares (Communauté de Madrid) et se trouve à un endroit stratégique, à 30 kilomètres de la capitale espagnole, près d’un centre aéroportuaire majeur et dans la zone industrielle d’El Encín, en plein couloir du Henares. Cette région industrielle et résidentielle se trouve le long de l’axe qui relie Madrid à Barcelone (Catalogne), plus précisément entre la capitale et Guadalajara (Castille-La Manche). Par ailleurs, cette année, Amazon ouvrira également un centre logistique robotisé à Dos Hermanas, dans la province de Séville (Andalousie).

Source : https://cincodias.elpais.com/cincodias/2020/06/10/companias/1591810038_587006.html