Constitution du bureau de chacune des chambres du Parlement espagnol

La nouvelle présidente du Congrès des députés, Meritxell Batet (Parti des Socialistes catalans) – Photographie : El Periódico

Ce mardi 21 mai 2019, le nouveau Parlement espagnol (Cortes Generales), issu des élections générales anticipées du 28 avril dernier, est entré en fonction et a notamment élu le président de chacune de ses deux chambres (Congrès des Députés et Sénat) ainsi que leur bureau.

Sans surprise, la composition de la chambre basse est la suivante :

  • présidente : Meritxell Batet Lamaña (Parti des Socialistes catalans), née à Barcelone (Catalogne) le 19 mai 1973 ; troisième femme à occuper ce poste après Luisa Fernanda Rudi (Parti populaire – 2000-2004) et Ana Pastor (PP – 2016-2019) ;
  • première vice-présidente : María Gloria Elizo Serrano (Podemos), née à Madrid le 11 décembre 1966 ;
  • deuxième vice-président : Alfonso Rodríguez Gómez de Celis (Parti socialiste ouvrier espagnol), né à Séville (Andalousie) le 29 juillet 1970 ;
  • troisième vice-présidente : Ana Pastor Julián (PP), née à Cubillos (dans la province de Zamora, en Castille-et-León) le 11 novembre 1957 ;
  • quatrième vice-président : José Ignacio Prendes Prendes (Citoyens), née à Gijón (Principauté des Asturies) le 22 février 1965 ;
  • premier secrétaire : Gerard Pisarello Prados (Podemos), né à Tucumán (Argentine) en 1970 ;
  • deuxième secrétaire : Sofía Hernanz Costa (PSOE), née 21 juin 1970 à Ibiza (îles Baléares) ;
  • troisième secrétaire : Adolfo Suárez Illana (PP), né le 5 mai 1964 à Madrid ;
  • quatrième secrétaire : Patricia Reyes Rivera (C’s), née le 22 décembre 1973 à Madrid.

La composition du bureau du Sénat est, pour sa part, la suivante :

  • président : Manuel Cruz Rodríguez (PSC), né à Barcelone le 1er janvier 1951 ;
  • première vice-présidente : María Cristina Narbona Ruiz (PSOE), née à Madrid le 9 juillet 1951 ;
  • deuxième vice-président : Pío García-Escudero Márquez (PP), né à Madrid le 28 octobre 1952 ;
  • premier secrétaire : Fernando Martínez López (PSOE), né à Vélez-Blanco (dans la province d’Almería, en Andalousie) en 1949 ;
  • deuxième secrétaire : Olivia Delgado (PSOE) ;
  • troisième secrétaire : Imanol Landa Jauregi (Parti nationaliste basque), né le 1er novembre 1966 à Guecho, dans la province de Biscaye (Pays basque) ;
  • quatrième secrétaire : Rafael Hernando Fraile (PP), né le 13 novembre 1961 à Guadalajara (Castille-La Manche).

Dans le cadre de la présente législature, le président du gouvernement en fonction, Pedro Sánchez (PSOE), espère pouvoir mettre en œuvre une série de pactes d’État à la suite de sa probable confirmation à ce poste :

  1. pacte pour l’instruction publique et la science ;
  2. réforme du statut des travailleurs ;
  3. pacte pour la transition écologique ;
  4. pacte pour l’euthanasie et la mort digne ;
  5. pacte pour un nouveau financement des communautés autonomes ;
  6. pacte concernant le financement des retraites par répartition.

Sources : https://www.elmundo.es/espana/2019/05/21/5ce3cf1cfdddffb4428b4608.html, https://elpais.com/politica/2019/05/21/actualidad/1558428971_845533.html, https://elpais.com/politica/2019/05/21/actualidad/1558420998_992832.html, https://www.lavanguardia.com/local/sevilla/20190521/462390645544/gomez-de-celis-psoe-elegido-vicepresidente-segundo-del-congreso-con-82-votos.html et https://www.lavanguardia.com/vida/20190521/462391395076/pisarello-en-comu-sofia-hernanz-psoe-suarez-illana-pp-y-patricia-reyes-cs-elegidos-secretarios-del-congreso.html

Publicités

Madrid fait partie des 50 villes les plus intelligentes au monde

La Puerta del Sol, centre névralgique de Madrid (photographie : Madrid Secreto)

Selon le classement des principales villes intelligentes (smart cities, en anglais) au monde IESE Cities in Motion (littéralement, « Villes en mouvement ») – c’est-à-dire des métropoles connectées qui ont le plus recours aux nouvelles technologies pour améliorer le quotidien de leurs habitants et être les mieux gérées possibles -, Madrid fait partie des cinquante premières villes dans le domaine. Elle atteint précisément le vingt-quatrième rang, notamment grâce à sa durabilité et à son portail citoyen en ligne Madrid Decide (littéralement, « Madrid Décide »).

Plusieurs autres métropoles espagnoles figurent elles aussi dans ce classement :

  • Barcelone (Catalogne), à la 28e place ;
  • Valence (Communauté de Valence), à la 61e place ;
  • Séville (Andalousie), à la 76e place ;
  • Málaga (Andalousie), à la 80e place ;
  • Palma de Majorque (îles Baléares), à la 88e place ;
  • Saragosse (Aragon), à la 101e place ;
  • La Corogne (Galice), à la 102e place ;
  • Murcie (Région de Murcie), à la 105e place ;
  • et Bilbao (province de Biscaye, Pays basque), à la 107e place.

Source : https://madridsecreto.co/madrid-esta-en-el-top-50-de-las-ciudades-mas-inteligentes-del-mundo/?fbclid=IwAR3PvoUTRJpfaNv9AWMakIt5dnaf-k9QQkUQNMLjw0g-M1S-8mBDrq3d-B0

Un groupe privé cherche à rénover la maison natale de Diego de Velázquez à Séville

L’une des dépendances de la maison natale du peintre espagnol Diego de Velázquez, à Séville, en Andalousie (photographie : Cristina Gómez et ABC)

Il s’agit de l’une des très rares maisons populaires du XVIe siècle encore debout à Séville, capitale de l’Andalousie : celle où est né le célèbre peintre espagnol Diego de Velázquez (1599-1660), notamment connu pour le tableau Les Ménines. Un groupe de cinq investisseurs sévillans, dirigé par l’écrivain et journaliste Enrique Bocanegra, a racheté l’immeuble du centre de la ville, situé non loin de la place Saint-Pierre, où a également été baptisé l’artiste.

L’objectif de ce groupe privé est de rénover le lieu pour en faire un vaste musée dédié au peintre, sur le modèle de la maison de Mozart à Salzbourg (Autriche), de celle de Rubens à Anvers (Belgique), celle de Shakespeare à Stratford-upon-Avon (Royaume-Uni) ou de celle de Rembrandt à Amsterdam (Pays-Bas). Face à l’inaction de la Junte d’Andalousie et de la municipalité de Séville, ces investisseurs font désormais appel aux dons des particuliers pour faire aboutir leur projet. Ils collaborent pour ce faire avec l’organisme culturel Hispania Nostra.

Cet immeuble de deux étages s’étend sur une superficie de 590 mètres carrés. Son acquisition s’inscrit par ailleurs dans un vaste mouvement de mise en valeur des demeures des artistes espagnols en général et andalous en particulier. Ces dernières années, des projets ont été lancés ou menés à bien concernant la maison du poète Luis Cernuda (1902-1963) ou du peintre Bartolomé Esteban Murillo (1618-1682).

Source : https://sevilla.abc.es/cultura/sevi-casa-natal-velazquez-sevilla-recurre-micromecenazgo-ante-pasividad-autoridades-201905120049_noticia.html#vca=rrss&vmc=abc-es&vso=tw&vli=cm-cultura

Le lynx ibérique a multiplié sa population par sept en près de vingt ans

Un lynx ibérique s’ébrouant dans le Parc national de Doñana, en Andalousie (photographie : Paco Puentes et El País)

En 2002, il n’existait que 94 lynx ibériques en liberté en Espagne (principalement dans le Parc national de Doñana et dans la Sierra Morena, en Andalousie) répartis en deux populations du côté de Huelva et du côté d’Andújar (province de Jaén). Ces deux ensembles occupaient un espace de 125 kilomètres carrés. Lors du dernier recensement, effectué au début de l’année 2019, l’on comptait pas moins de 686 individus de cette espèce répartis sur 3 064 kilomètres carrés en Andalousie, en Estrémadure, en Castille-La Manche et dans le Sud du Portugal.

C’est cette évolution extrêmement favorable du lynx ibérique, seul félin sauvage de notre voisin pyrénéen, qui a poussé l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), dont le siège se trouve à Gland (Suisse), à baisser le niveau de menace pesant sur cette espèce. Elle est ainsi passée du statut d’espèce « en danger critique » à espèce « en danger » sur sa liste rouge. C’est notamment le programme européen Life qui a permis ce repeuplement spectaculaire avec, à sa tête, le scientifique espagnol Ramón Pérez de Ayala, également membre de l’organisation non gouvernementale WWF.

Source : https://elpais.com/sociedad/2019/05/10/actualidad/1557496465_902593.html

Deux entrepreneurs espagnols créent un « moulin à huile » domestique

L’Olimaker, machine domestique pour fabriquer de l’huile d’olive inventée par deux Espagnols (photographie : ABC)

Nommés Luis Serrano et Rafael Ibáñez, deux entrepreneurs espagnol sont les créateurs de la marque Olimaker, qui commercialise un produit d’électroménager un peu particulier : un petit « moulin à huile » (almazara) domestique. Cette machine permet ainsi aux particuliers de fabriquer instantanément leur propre huile d’olive de qualité extra et pressée à froid. Cette invention sera officiellement présentée dans quelques jours lors de la dix-neuvième édition de la Foire internationale de l’Huile d’Olive et des Industries connexes (aussi appelée « Expoliva »), qui aura lieu, comme tous les ans, à Jaén (Andalousie).

Serrano et Ibáñez tablent pour le moment sur une implantation de 15 000 à 30 000 unités dans les foyers espagnols d’ici à 2019-2020. Ce projet est né il y a trois ans et a déjà bénéficié de trois prototypes. Plusieurs entreprises andalouses du secteur ont apporté leur concours à cette invention : Dilersur, basée à Grenade ; Vílchez, à Jaén ; ou encore Galpagro, à Cordoue. Olimaker dispose d’un récipient d’une capacité de cinq litres qui doit permettre de presser trois kilogrammes d’olives toutes les demi-heures. D’ici à 2020, ses créateurs espèrent accéder au marché des huit principaux producteurs d’olives au niveau mondial.

Source : https://sevilla.abc.es/economia/sevi-nace-microalmazara-para-hacer-aceite-oliva-casa-201905060815_noticia.html

Décès du scientifique espagnol Fernando Reinoso à l’âge de 92 ans

Le scientifique espagnol Fernando Reinoso (photographie : Ideal)

L’on apprenait ce dimanche 5 mai 2019 le décès à Madrid du scientifique espagnol Fernando Reinoso Suárez, originaire de la commune d’Alpujarra de la Sierra, dans la province de Grenade (Andalousie), où il était né le 17 mars 1927. Premier Espagnol à publier un article dans la prestigieuse revue spécialisée américaine Science (c’était en 1964), il était docteur honoris causa de l’Université de Grenade et avait travaillé toute sa vie dans le domaine des neurosciences.

Continuateur de l’œuvre de l’Espagnol Santiago Ramón y Cajal (prix Nobel de médecine en 1906), il avait enseigné à Salamanque (Castille-et-León), Grenade, en Navarre et finalement à l’Université autonome de Madrid. Depuis 1995, il était membre de l’Académie royale nationale de Médecine et y occupait le siège n° 31, dans la spécialité d’anatomie.

Source : https://www.ideal.es/granada/fallece-eminente-neurocientifico-20190505190536-nt.html

Inauguration d’un nouveau portrait de Philippe VI au Congrès des députés

La présidente du Congrès des députés, Ana Pastor (Parti populaire), et le peintre espagnol Hernán Cortés devant le nouveau portrait du roi d’Espagne, Philippe VI (photographie : ABC)

Un mois environ avant le cinquième anniversaire de son règne, le roi d’Espagne, Philippe VI, a vu un nouveau portrait le représentant inauguré au Congrès des députés (chambre basse des Cortes, le Parlement espagnol), à Madrid. Il a été dévoilé au public par la présidente de l’institution, Ana Pastor (Parti populaire), en présence de son auteur, le peintre espagnol Hernán Cortés Moreno, né à Cadix (Andalousie) en 1953.

Le portrait trône désormais dans le Salon des Ministres (Salón de Ministros) et a été inauguré en présence de Landelino Lavilla, président du Congrès des députés de 1979 à 1982, né à Lérida (Catalogne) en 1934. Ce tableau, qui a coûté 88 000 euros, a été officiellement commandé pour commémorer les 40 ans de la Constitution de 1978, qui régit actuellement le système institutionnel de notre voisin ibérique.

Source : https://www.abc.es/espana/casa-real/abci-retrato-refleja-fielmente-auctoritas-y-cordialidad-201905061427_noticia.html#ns_campaign=rrss-inducido&ns_mchannel=abc-es&ns_source=tw&ns_linkname=noticia-foto&ns_fee=0

Décès de l’ancien dirigeant socialiste espagnol Alfredo Pérez Rubalcaba

Alfredo Pérez Rubalcaba, photographié en 2016 dans la salle de la faculté de chimie de l’Université Complutense de Madrid, où il donnait des cours (photographie : Samuel Sánchez et El País)

L’on apprenait ce vendredi 10 mai 2019 le décès de l’ancien dirigeant socialiste espagnol Alfredo Pérez Rubalcaba à l’hôpital Porte-de-Fer de Majadahonda (Communauté de Madrid). Né à Solares (Cantabrie) le 28 juillet 1951, il était chimiste et professeur de formation et était marié à Pilar Goya. Admis en urgence à l’hôpital le jeudi 9 mai en raison d’un infarctus, il a vu son état de santé se dégrader d’heure en heure.

Docteur en chimie organique après une thèse soutenue à l’Université Complutense de Madrid, Alfredo Pérez Rubalcaba était un membre historique du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). Ministre de l’Éducation et de la Science (1992-1993) et de la Présidence (1993-1996) sous la présidence de Felipe González (PSOE), il a été premier vice-président du gouvernement (2010-2011) sous celle de José Luis Rodríguez Zapatero après en avoir été ministre de l’Intérieur (2006-2011). Il a également été premier secrétaire du PSOE de 2012 à 2014.

Député national pour les provinces de Tolède (Castille-La Manche), de Madrid, de Cantabrie et de Cadix (Andalousie) de 1993 à 2014, il est candidat malheureux pour son parti aux élections générales de la fin de l’année 2011. Il avait abandonné son siège et la politique en général en 2014.

Source : https://elpais.com/politica/2019/05/10/actualidad/1557464508_194765.html

L’Espagne est le deuxième pays au monde avec le plus de géoparcs classés à l’UNESCO

Une paysage typique de la chaîne montagneuse du Caurel, dans la province de Lugo, en Galice (photographie : Wikipedia)

Au début du mois d’avril 2019, l’on apprenait que l’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (plus connue sous son sigle anglais d’UNESCO) classait parmi les grands géoparcs (à savoir des espaces géographiques unifiés de portée géologie internationale) de la planète la chaîne montagneuse espagnole du Caurel, située dans la province de Lugo, en Galice. Avec cette ajout, notre voisin ibérique se confirme comme le deuxième pays au monde avec le plus grand nombre de géoparcs classés (13 en tout), juste derrière la Chine.

Cette catégorie d’espaces naturels, créée dans les années 90 sur l’initiative de l’Espagne, de la France, de la Grèce et de l’Allemagne, sourit donc à notre voisin pyrénéen, qui est le pays européen le plus représentatif dans le domaine. Les 13 géoparcs espagnols reconnus au niveau international sont :

  • parc naturel des chaînes Subbétiques (province de Cordoue, Andalousie) ;
  • parc naturel du cap de Gata-Níjar (province d’Almería, Andalousie) ;
  • géoparc de Sobrarbe (province de Huesca, Aragon) ;
  • géoparc de la côte basque (province de Guipuscoa, Pays basque) ;
  • géoparc des chaînes montagneuses du Nord de la province de Séville (Andalousie) ;
  • géoparc de Villuercas-Ibores-Jara (province de Cáceres, Estrémadure) ;
  • géoparc de Catalogne centrale ;
  • géoparc de Molina et du haut Tage (province de Guadalajara, Castille-La Manche) ;
  • géoparc de l’île d’El Hierro (province de Santa Cruz de Ténérife, îles Canaries) ;
  • géoparc de l’île de Lanzarote et de l’archipel de Chinijo (province de Las Palmas de Grande Canarie, îles Canaries) ;
  • géoparc de Las Loras (provinces de Burgos et Palencia, Castille-et-León) ;
  • géoparc du bassin de Tremp et du Montsec (province de Lérida, Catalogne) ;
  • géoparc de la chaîne du Caurel (province de Lugo, Galice).

Source : https://espanaglobal.gob.es/actualidad/innovación/españa-el-país-europeo-con-más-geoparques

« Toutes les deux heures, un Belge achète une maison en Espagne »

Le front de mer de Torremolinos, dans la province de Málaga, en Andalousie (photographie : Easyvoyage)

Cet article intitulé « Toutes les deux heures, un Belge achète une maison en Espagne » et publié le 2 mai 2019 sur le site en ligne belge « 7 sur 7 » revient sur l’engouement de nos amis d’outre-Quiévrain (mais également sur celui des Britanniques) pour les appartements et maisons sur la côte espagnole : https://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/3527875/2019/05/02/Toutes-les-deux-heures-un-Belge-achete-une-maison-en-Espagne.dhtml