Une scène temporaire montée à Barcelone (Catalogne) lors de l’édition 2019 du festival musical Primavera Sound (photographie : EFE et ABC)

Créé en 2009 par la Fondation contemporaine (Fundación Contemporánea), organisation culturelle sise à Madrid, l’Observatoire de la Culture (Observatorio de la Cultura) attribue chaque année aux principales villes espagnoles une note sur 100 concernant leur offre et leur attractivité culturelles. C’est justement la relative ancienneté de ce classement qui permet de mesurer sur une décennie la perte de rayonnement culturelle de Barcelone (Catalogne), qui était traditionnellement un haut lieu dans le domaine mais a perdu sa première place nationale et se fait même désormais talonner par la troisième ville du tableau. Le classement, qui évalue également la qualité et l’innovation de la culture dans les communautés autonomes, montre qu’en 2019, Barcelone a reçu une note de 72,10 sur 100 – contre 83,15 sur 100 en 2009.

Au contraire, Madrid, qui était deuxième il y a dix ans avec une note de 81,5 sur 100, est devenue la première ville du pays dans le domaine culturel avec une progression continue qui lui permettait, en 2019, d’afficher une note de 94,9 sur 100. Le déclin économique relatif de la Catalogne depuis plusieurs décennies ainsi que la recrudescence du défi séparatiste depuis 2012 ne sont pas étrangers à ce phénomène que rien ne semble pouvoir arrêter. Plusieurs scandales et problèmes ont touché le monde la culture barcelonaise au cours des dernières années, en sus des soucis déjà mentionnés : la crise du Liceo (principal opéra de la ville), les scandales à répétition au Musée d’Art contemporain de Barcelone (Museo de Arte Contemporáneo de Barcelona, MACBA), qui ont entraîné la démission du directeur de l’époque, Bartomeu Marí, en 2015 ; ou encore la réduction drastique du budget de certaines institutions, comme le Musée national d’Art de Catalogne (Museo Nacional de Arte de Cataluña, MNAC).

Certes, en 2019, la ville de Barcelone a un peu récupéré son retard culturel dans le classement de la Fondation contemporaine mais elle l’a fait à une vitesse moindre que d’autres villes en plein essor dans le domaine, comme Málaga (Andalousie) ou Valence (Communauté de Valence). Même Bilbao (province de Biscaye, Pays basque) commence à talonner la cité comtale dans le classement. Quant à la Catalogne prise dans son ensemble, elle se trouve elle aussi en difficultés face à la Communauté de Madrid et au Pays basque. Parmi les actifs catalans, l’on peut noter le succès de la chanteuse Rosalía Vila (dite « Rosalía ») – née à San Esteban de Sasroviras (province de Barcelone) en 1993 – ces dernières années, les contrats passés dans différents points d’Espagne par le sculpteur Jaume Plensa (né en 1955 à Barcelone), les festivals musicaux Sónar et Primavera Sound ou encore le Centre de Culture contemporaine de Barcelone (Centro de Cultura Contemporánea de Barcelona, CCCB).

Source : https://www.abc.es/cultura/abci-barcelona-pierde-batalla-hegemonia-cultural-202002130148_noticia.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s