Le ministre espagnol du Transport, de la Mobilité et de l’Agenda urbain, José Luis Ábalos (Parti socialiste ouvrier espagnol), lors d’une visite à Valence (Communauté de Valence), en janvier 2019 (photographie : Manuel Bruque, EFE et La Razón)

Le nouveau ministre espagnol du Transport, de la Mobilité et de l’Agenda urbain, José Luis Ábalos (Parti socialiste ouvrier espagnol), l’a clairement affirmé peu de temps après son entrée en fonction : son Ministère va consacrer davantage de crédits au réseau ferroviaire conventionnel – trains de banlieue (cercanías) et trains à vitesse classique -, un peu délaissé ces dernières années par l’État central au profit de la grande vitesse (Alta Velocidad Española, AVE). Ce dernier honorera l’ensemble des chantiers en cours et planifiés en matière de TGV mais veut remédier aux problèmes accumulés sur le réseau conventionnel.

C’est lors d’une visite à Valence (Communauté de Valence), à l’occasion du 160ème anniversaire de la connexion ferroviaire directe de cette ville avec Madrid, qu’Ábalos a fait cette annonce. Il veut lancer un « plan choc » dans les cercanías des grandes métropoles ainsi que dans les trains conventionnels de plusieurs communautés autonomes où les avaries sont nombreuses dans le domaine, comme l’Estrémadure ou l’Aragon. Le Couloir méditerranéen (Corredor Mediterráneo) sera également l’une de ses priorités.

Source : https://www.larazon.es/economia/20200112/t6ezg7oq5jh3fhawf43ye2pide.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s