Un chantier mené à bien au Portugal par une multinationale espagnole (photographie : Reuters et El Mundo)

En 1993-1994, la réduction brutale des investissements publics en Espagne après l’organisation des Jeux olympiques de Barcelone (Catalogne) et de l’Exposition universelle de Séville (Andalousie) a poussé les multinationales espagnoles du bâtiment et des travaux publics à se tourner vers l’étranger pour survivre. Elles ont notamment investi le Portugal, pays qui bénéficiait alors grandement des crédits venus de l’Union européenne (UE). Elles ont ainsi pu décrocher d’importants contrats de construction d’autoroutes, de lignes de chemin de fer, d’infrastructures hydrauliques, de lignes de métro à Lisbonne ou encore concernant les bâtiments de l’Exposition spécialisée de 1998, qui se déroulait dans la capitale portugaise.

Face à l’afflux de mastodontes du secteur, peu de firmes portugaises ont été capables de survivre et ont soit fait faillite, soit été rachetées, soit été cantonnées à de petits chantiers. Au cours des dernières années, les multinationales espagnoles du BTP ont raflé tous les contrats publics d’un montant supérieur à 10 millions d’euros, notamment dans le domaine ferroviaire, où 70 % des chantiers portugais sont menés à bien par des entreprises de notre voisin ibérique, pour un montant total de 252 millions d’euros. Une situation qui déplaît fortement, et c’est logique, à l’Association des Entreprises de la Construction et des Travaux publics et des Services (AECOPS) du Portugal.

Son président, Ricardo Pedrosa Gomes, refuse de parler d' »invasion » ou de « colonisation » de son pays mais demande en revanche à son gouvernement, aujourd’hui dirigé par le socialiste António Costa, de ne pas faciliter la pénétration des géants espagnols du BTP au Portugal. Il cite notamment le cas de la voie de chemin de fer qui relie la ville portugaise d’Évora à la frontière espagnole, dont la construction a été majoritairement confiée à des groupes espagnols (Sacyr Somague, Grupo San José, Comsa et Fergrupo).

Source : https://www.elmundo.es/economia/empresas/2019/11/04/5dbf01f0fc6c8365158b464c.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s